Tous les articles par Bernard Paquito

Et le cinéma dans tout cela ?

Une fois n’est pas coutume. Sortant de la salle de cinéma, je me sens obligé de présenterYo, Tambien” (Moi aussi), il film qui traite du rapport d’un adulte trisomique non déficient intellectuel avec une femme (pour faire court). Outre, les plans, le scénario, de nombreuses scènes de danse sont filmées. On peut y comprendre les qualités de danseurs qui peuvent naître chez des personnes trisomiques mais surtout de la complexité des relations intimes pour les personnes en situation de handicap.

Puisqu’on y est, un autre film vaut le détour “Murderball“. Un documentaire qui suit les équipes nationales américaines et canadiennes de rugby en fauteuil durant plusieurs compétitions internationales.

Pour terminer, le film “BenX“qui ne traite pas de près ou de loin de l’AP ou du sport mais qui a une énorme qualité. Il dépeint avec brio, la vie mouvementée d’un adolescent touché par des  troubles envahissant de développement. On est loin ici des clichés hollywoodiens.

APA et dépression: comment ?

Il est aujourd’hui clairement établit que l’activité physique a des effets thérapeutiques sur les symptômes de dépression clinique et sub-clinique (Mead et al 2008, revue Cochrane). (Malgré cela, l’emploi d’Enseignants APA a ces fins est quasi inexistante)

Cet article porte sur une étude originale de Dunn et al., en 2005 qui teste l’efficacité et le « dose – réponse » de l’AP de type aérobie chez des sujets dépressifs moyens. En d’autre termes, l’AP est elle efficace pour réduire les symptômes dépressifs mais surtout à partir de combien de fois par semaine et pour quelle intensité de pratique ?

5 groupes de 17 personnes dépressives qui suivent un programme durant 12 semaines

1) faible intensité (FI) (7 kcal/kg/week) + 3/sem

2) FI + 5/sem

3) moyenne intensité (MI)(17.5 kcal/kg/week) + 3/sem

4) MI+ 5/sem

5) groupe contrôle (GP)

Lorsqu’on évalue ces sujets à la fin du programme, seulement les 2 groupes MI ont diminué significativement leur niveau de dépression par rapport au GP. De plus, on ne retrouve pas de d’effet de la fréquence de pratique sur le niveau de dépression. Une intensité trop faible est comparable  l’effet placebo.

Conclusions : Il est important de proposer de l’AP sous forme aérobie d’intensité moyenne (marche rapide par exemple) à des sujets touchés par des troubles dépressifs et une fréquence de 3 fois / semaine suffit pour avoir des résultats au bout de 12 semaines.

Andrea L Dunn et al., “Exercise treatment for depression: efficacy and dose response,” American Journal of Preventive Medicine 28, no. 1 (Janvier 2005): 1-8.

Le GPAQ, un questionnaire d’activité physique fiable.

Ce questionnaire mondial sur la pratique d’exercice physique (GPAQ), qui comporte 16 questions (P1-P16), a été mis au point par l’OMS pour enquête sur la pratique d’activités physiques dans les pays. Il permet de recueillir de informations sur la pratique d’exercice physique dans les trois situations (ou domaines) et sur les comportements sédentaires. Les sujets abordés sont les suivants : activités au travail, se déplacer d’un endroit à l’autre, activités de loisirs.

Cet outil permet d’obtenir des METs. Le MET exprime le rapport entre la vitesse du métabolisme pendant une activité physique et la vitesse du métabolisme au repos. 1 MET correspond à l’énergie dépensée par une personne assise sans bouger et équivaut à une consommation de 1 kcal/kg/heure. Mais ses résultats amènes aussi à classer le répondeur en fonction de 3 niveaux d’activité physique : élevé, modéré, faible.

Exemple de questions :-Est-ce que vous effectuez des trajets d’au moins 10 minutes à pied ou à vélo ?-Est-ce que vous pratiquez des sports, du fitness ou des activités de loisirs de forte intensité qui nécessitent une augmentation importante de la respiration ou du rythme cardiaque comme [courir ou jouer au football] pendant au moins dix minutes d’affilée ?

Ce questionnaire peut être utilisé dans le cadre d’entretien de début de programme avec des personnes malades chroniques, âgées… Il peut être le support d’une évaluation diagnostique des habitudes du sujet pour ensuite individualiser un programme d’activités physiques adaptées.

Bull, F. C., Maslin, T. S., & Armstrong, T. (2009). Global Physical Activity Questionnaire (GPAQ): Nine Country Reliability and Validity Study. Journal of Physical Activity and Health, 6, 790–804.

Amish un jour, Amish…

Une étude pour évaluer l’impact des technologies modernes sur les habitudes d’activité physique en examinant un groupe qui a des habitudes de vie vielles de 150 ans. Les Amish ne conduisent pas de voitures, utilisent peu ou pas d’outils électriques… et travaillent intensément à la ferme. Le but de l’étude était de caractériser leur AP et mesurer l’IMC et le pourcentage de graisse corporelle. En termes de méthode, on propose à 98 sujets de (18-75 ans) de porter un podomètre et à la fin de la semaine de répondre à l’IPAQ (International Physical Activity Questionnaire).

Résultats les hommes effectuent en moyenne 18425 pas par jour et 14196 pour les femmes (p<.05). Les hommes reportent 10h d’AP vigoureuse /semaine et 42, 8h d’AP d’intensité modéré. Au total 25% des hommes sont en surpoids et 0% pour les hommes, et 9% des femmes sont obèses. L’auteur conclue qu’un niveau élevé d’AP contribue à une faible prévalence d’obésité.

Cette étude illustre bien l’effet dose entre santé physique et dépense énergétique liée à l’AP ainsi que la sédentarisation liée à la modernisation.

Bassett, D. R., Schneider, P. L., & Huntington, G. E. (2004). Physical activity in an Old Order Amish community. Medicine & Science in Sports & Exercise, 36(1), 79.

L'effet placebo, l'Acticité Physique et la santé

L’effet placebo est un sujet important que peu de personnes traitent. Une des définitions de l’effet placebo : substance améliorant les symptômes présentés par un malade alors que son efficacité pharmacologiquement prévisible devrait être nulle ou négligeable. Il existe en effet une participation psychologique essentielle dans l’effet placebo. (Dictionnaire de Médecine Flammarion -1975). Cette définition se base sur le concept de substance, mais pourrait aussi porter sur un comportement.

Une étude de Crum et Langer en 2007 a démontré cet effet avec une étude des plus simple.

Les auteurs ont choisi 7 hôtels équivalent en terme de grandeur et appartenant à la même enseigne.

Ils ont sélectionné au hasard 3 hôtels. L’ensemble des femmes de chambre ont été reçues par un médecin généraliste qui leur a expliqué que la dépense énergétique liée à leur emploi correspondait à celle recommandé pour avoir des effets bénéfiques sur la santé (30 min AP aérobie d’intensité moyenne). Les femmes des 4 autres hôtels ont eu un entretien classique avec le médecin.

Pour les 2 groupes, l’IMC, le tour de taille, la pression artérielle ont été mesurées ainsi que leurs habitudes en termes d’activité physique, de nutrition, de consommation de tabac et alcool. Un mois plus tard, l’ensemble de ces mesures sont renouvelées.

Résultats : Le groupe informé à diminué son IMC (p< .001), son poids (p < .001), sa pression artérielle (p < .05), son tour de taille (p < .05) sans changer ses habitudes alimentaires, de consommation de tabac et d’alcool et d’activité physique.

L’interprétation de cette étude se fait sur deux plans. Au niveau de la recherche, si l’on souhaite tester l’efficacité d’un programme d’AP, le groupe contrôle doit avoir le même temps de contact avec un soignant que le groupe AP. Au niveau professionnel, il est important de connaître cet effet et de l’utiliser, c’est à dire donner des conseils et explications sur les effets de l’AP sur la santé.

Crum, A. J., & Langer, E. J. (2007). Mind-set matters: exercise and the placebo effect. Psychological Science: A Journal of the American Psychological Society / APS, 18(2), 165-171