Category Archives: Changement climatique/Climate change

Psychologie de la santé et changement climatique

Cet article résume les principales idées présentées dans un commentaire que j’ai publié en 2019 (1) (accès libre). Ce commentaire défend l’idée que la psychologie de la santé, comme discipline scientifique, doit impérativement anticiper les conséquences négatives liées à l’anthropocène en aidant les individus, les communautés et les systèmes de santé à réaliser des efforts majeurs et à préparer des stratégies de réponse face aux conséquences du changement climatique.

L’anthropocène est un concept qui décrit une ère géologique nouvelle qui est déterminée par les effets de l’humanité sur la géologie et l’écologie. L’époque de l’anthropocène est caractérisée par des changements biophysiques majeurs dus à l’empreinte énergétique humaine qui dépasse les limites de l’écosystème planétaire.

Quelles sont les frontières de la psychologie de la santé à l’âge de l’anthropocène ?

La psychologie de la santé se ‘définit comme l’étude scientifique des processus psychologiques liés à la santé et aux soins’. Dans cette section, il est brièvement rappelé que la psychologie de la santé oscille entre une vision purement individuelle ou purement sociale. En conséquence, comme chercheurs dans le domaine de la psychologie la santé, nous devrions améliorer la compréhension des processus psychologiques liés aux conséquences directes ou indirectes du changement climatique sur la santé, mais aussi développer une compréhension de comment produire du changement social pour une meilleure santé et un meilleur environnement.

Quels sont les meilleurs comportements d’adaptation et d’atténuation pour la santé et l’environnement ?

Les comportements d’adaptation. Un nombre croissant d’études souligne que les manifestations actuelles du changement climatique influencent négativement la qualité de l’alimentation, la qualité du sommeil et augmente le risque de malnutrition de troubles mentaux et d’exacerbation des symptômes de maladies chroniques. Dans cette logique, la communauté de la psychologie de la santé doit identifier les stratégies efficaces déjà considérées comme efficaces pour traiter ces maux.

Les comportements d’atténuation. Si la réduction de la quantité de gaz à effet de serre ne repose majoritairement pas sur des comportements individuels (voir schéma ci-dessous) ils peuvent quand même avoir une influence non négligeable. Les comportements d’atténuation sont, dans le domaine de la psychologie, la catégorie de comportement associés à une diminution des gaz à effet de serre. Or les psychologues de l’environnement soulignent que la plupart des études se centrent majoritairement sur les comportements dits de d’atténuation, qui qu’en vérité, ont un faible impact sur les émissions (ex. zéro déchets). Ainsi pour les pays émettant le plus de gaz à effet de serre (USA, Chine, Russie, Brésil, Inde, Allemagne, Royaume-Uni, France, Indonésie, Canada), une série de comportements d’atténuation à haut impact a été identifiée : diminuer drastiquement la consommation de protéines animales, vivre sans voiture, avoir un seul enfant et réduire drastiquement l’utilisation de l’avion.

Comment aider les migrants environnementaux et les futurs réfugiés climatiques ?

Selon différentes sources, les projections de migration mondiale à l’intérieur d’un pays en 2050 devraient être de l’ordre de 200 millions. À l’échelle mondiale, c’est plus d’un milliard de personnes qui pourraient migrer. Le changement climatique entraîne des changements environnementaux progressifs mais aussi soudain. Cela a pour conséquence de forcer des migrants climatiques à quitter temporairement ou de manière permanente leur lieu de vie. Les mouvements de population à venir sont une somme de défis importantes pour la psychologie de la santé : la sous nutrition, les maladies transmissibles, l’accès à l’eau, l’accès à des soins de santé primaire et l’augmentation des risques de stress post-traumatique. Ici, la psychologie de la santé communautaire peut jouer un grand rôle en développant des stratégies de communication et d’interventions culturellement adaptées aux futurs réfugiés climatiques.

Comment développer des systèmes de soins plus résiliant et adaptés au changement climatique ?

Les systèmes de santé vont de manière graduelle être sollicités majoritairement du à l’augmentation de la fréquence des événements liés au changement climatique vague de chaleur, catastrophes naturelles, sécheresse. De plus l’empreinte carbone des systèmes de santé est loin d’être négligeable. Dans cette logique la psychologie de la santé, peut jouer un rôle en formant les futurs cliniciens sur les conséquences du changement climatique mais aussi l’accueil des futurs réfugiés.

En conclusion, les professionnels les étudiants et les chercheurs dans le domaine de la psychologie de la santé devraient :

  • inclure les comportements liés au changement climatique en priorité dans leurs études,
  • systématiquement présenter les conséquences du changement climatique pour la santé dans leur cours,
  • inclure les conséquences du changement climatique dans leurs modèles,
  • développer des collaborations avec les chercheurs en psychologie de l’environnement et participer à des projets interdisciplinaires,
  • se préparer à implémenter des interventions basées sur des données probantes pour faire face a des catastrophes naturelles, anticiper les transformations sociales dans les communautés
  • participer aux initiatives scientifiques transdisciplinaires.

L’ensemble des références utilisées pour les propos tenus ci-dessus sont disponibles dans le texte rédigé en anglais.

1. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychol Behav Med. 2019 Jan 1;7(1):193–201.

La gratuité dans les transports publics (2/2)

Dans la seconde partie de l’article, l’auteur (1) apporte des réponses à la question suivante : La gratuité des transports est-elle fiable économiquement, viable et juste socialement?

Économique.

Généralement, la gratuité des transports publics est perçue comme des coûts additionnels de maintenance, des problèmes de sécurité et une plus forte demande de passagers alors que les revenus issus des billets sont absents. Les résultats économiques de la gratuité des transports publics varient en fonction de l’échelle de réseaux mis en place. Plusieurs rapports économiques suggèrent que la gratuité des transports publics est une fausse bonne idée. Leurs auteurs alarment sur la dévaluation symbolique des transports associés à leur gratuité mais aussi à la possible augmentation du vandalisme. Cependant l’auteur de la revue affirme qu’il n’y a pas un niveau de preuve solide qui montre que la gratuité des transports publics affecte la capacité des transports publics de manière négative et significative.

Durabilité.

La gratuité des transports publics est en ligne avec le paradigme du développement des transports durables. Plusieurs études, menées en Europe, concluent que la réduction du nombre de voitures en ville et plus fortement associé à une augmentation des taxes sur l’essence, à une restriction du parking et de l’utilisation des routes qu’à une réduction du prix du billet de transport en commun. Les études qui examinent la quantité d’automobilistes qui utilisent les transports en public à la suite de la gratuité obtient des résultats contrastés. Ce sont généralement les piétons ou cyclistes qui adoptent les transport en commun. Ces résultats peuvent s’expliquer par le type de ville ou d’espace (urbain ou semi-urbain).

Justice sociale.

L’abolition des frais liés à l’utilisation des transports publics, est aussi envisagée comme un outil de réduction des inégalités sociales. Dans un des plus grands réseaux de transports publics gratuits du monde à Tallinn en Estonie, l’augmentation de l’utilisation des transports publics a été très marquée chez les personnes à faible revenu ou sans emploi. Ces résultats ont été reproduits aux États-Unis, en France ou au Danemark. De nombreuses associations à travers le monde considère les transports en public comme un bien commun qui devrait être accessible à tous de plus la gratuité des transports publics semble être associé à une amélioration des conditions de travail des conducteurs.

En conclusion, l’auteur souligne l’importante hétérogénéité des réseaux de transports publics gratuits, des échelles de ces réseaux, des justifications sociales, écologiques ou budgétaires. J’ai sollicité l’auteur afin de savoir si des études avaient exploré l’impact de la gratuité de ces transports sur les modes de transport actif ou l’activité physique. Mais selon lui il n’y a quasiment pas d’étude sur ce sujet, dommage.

Pour aller plus loin :

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6

La gratuité dans les transports publics (1/2)

La lecture d’un article en anglais dans The Conversation sur l’importance des transports publics durant le COVID fait écho à la revue présentée ci-après. Un chercheur de Belgique a dressé l’état des connaissances sur la question de la gratuité des transports publics à travers le monde (1).

Je souhaitais approfondir cette question dans une perspective de santé et de solutions justes face au changement climatique. Autrement dit, la mise en place de la gratuité des transports publics est-elle justifiée pour des raisons liées à des villes plus durables, et cela-t-il un effet sur la santé des utilisateurs? Après la lecture, l’article ne traite que partiellement un des deux points. La revue est très solide au niveau méthodologique, mais la littérature scientifique ne semble pas développée sur la question des effets sur la santé.

La gratuité des transports publics. Le terme gratuit est loin d’être uniforme à travers les différentes études. Le transport gratuit peut prendre différentes formes. Ils peut être temporairement limité, spatialement limité, ou socialement limité.

Temporairement limité

Ce type de gratuité des transports publics a été identifié dans la littérature pour des municipalités qui expérimentaient la gratuité des transports. Certaines campagnes de gratuité des transports publics ont aussi été temporairement mises en place à la suite de pics de pollution, de désastres naturels, ou de crise politique majeure. Elle peut prendre aussi une forme régulière et spécifique. Par exemple la ville de Schengen Chine n’applique pas de tarifs de bus avant sept heures du matin.

Spatialement limité

Ce système va prendre la forme d’une zone gratuite dans certaines rues ou quartiers d’une ville, ou aussi de traversiers. On retrouve de nombreux exemples sur les campus américains.

Socialement limitée

La gratuité des transports, ici, cible par exemple les enfants des adolescents, des étudiants et personnes en situation de handicap, des personnes sans emploi ou des personnes âgées. Ces exemples peuvent s’illustrer à un niveau local ou national.

L’auteur de la revue a identifié environ 100 lieux différents dans le monde, ayant mis en place la gratuité des transports publics temporairement ou définitivement.

 

Aux États-Unis la première initiative identifiait date de 1962. L’arrêt de ces initiatives a majoritairement été justifié sur la base de théories économiques. Actuellement les réseaux de transports publics gratuits se retrouvent sous quatre formes : les campus universitaires, les parcs naturels, les sites touristiques et des zones urbaines. L’auteur souligne que les deux tiers des initiatives globalement ont été réalisés pour des raisons économiques et libérales. Parmi les villes ayant mis en place ce système, seulement trois ont plus de 100 000 habitants.

La zone Europe possède le plus grand nombre de réseaux de transports publics gratuits. Ils ont majoritairement vu le jour entre les années 70 et 90. Dans les années 2000, un nombre importants de réseaux transports publics gratuits a été mis en place notamment en Pologne et en France.

Les années 2000 ont vu apparaître la mise en place de gratuité dans plusieurs villes au Brésil. Ces initiatives ont été mises en place par des mairies de gauche, du centre, et du centre-droit. Plus récemment, trois villes chinoises ont rendu les transports publics gratuits dans un objectif de diminuer la congestion routière.

La suite de l’article abordera les justifications et contre-arguments liés à l’économie, le transport, et les politiques sociales.

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6

Changement climatique, sport et activité physique: tout savoir !

Avec un groupe de chercheurs, nous avons réalisé une revue de littérature pour comprendre comment les conséquences du changement climatique affectent et affecteront les pratiques d’activité physique et sportives.

Nous avons organisé nos résultats selon 6 sections:

  • 1- Pollution de l’air et activité physique
  • 2- Conditions métrologiques extrêmes et activité physique
  • 3- Gaz à effet de serre et activité physique
  • 4- Empreinte carbone des sportifs
  • 5- Catastrophes naturelles et activité physique
  • 6- Le(s) future(s) de l’AP dans un monde changeant

Vous trouverez le preprint de l’article en anglais ici, une vidéo de présentation et le support visuel plus bas (merci à l’Institut Santé Société de l’Université du Québec à Montréal).

Le schéma ci-dessous se veut une synthèse des associations étudiées de manière directe ou à travers des études de modélisations.

La santé des Québécoises et des Québécois, liée pour longtemps au changement climatique

On le sait depuis plus de 30 ans, les conséquences du changement climatique sont intimement liées à notre santé physique et mentale. Pourtant, les 10 pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre (dont le Canada) continuent d’augmenter leurs émissions. Face à l’urgence climatique, nous devons minimalement diviser par quatre nos émissions pour limiter l’augmentation à deux degrés.

Dans le domaine de la santé, nous parlons aujourd’hui de « santé planétaire ». Plus l’accès à l’eau potable, à un air sain, à des milieux naturels protégés diminue, plus les risques pour notre santé sont élevés, voire irréversibles.

Le changement climatique touche notre santé via : les désastres naturels, les vagues de chaleur, les inondations, la qualité de l’eau détériorée, la qualité et quantité de la nourriture diminuée, l’apparition ou le développement de « nouvelles » pathologies. Or, les experts nous rappellent que ces phénomènes s’accentuent, deviennent plus fréquents et peuvent apparaître en même temps. Mais que se passe-t-il donc dans ce cas ? Les risques pour la santé sont décuplés et la vie des personnes déjà fragiles est menacée. Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique : les risques psychosociaux.

Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique: les risques psychosociaux. En effet, les conséquences du changement climatique vont faire émerger des conflits sociaux, parfois violents notamment en lien avec les déplacements forcés de centaines de milliers de personnes. Par exemple, de nombreux deltas très peuplés sont amenés à disparaître progressivement avec la montée des eaux, les terres deviennent incultivables, les gens devront partir.

À la lecture de ces lignes, on pourrait imaginer que les conséquences pour la santé liées au changement climatique, sont pour les autres et dans longtemps.

Or, le Canada et le Québec vivent déjà les conséquences du changement climatique. Rappelons-nous les vagues de chaleur de 2018, 66 décès ont été attribués à cette vague dans la région de Montréal. La carte des décès nous rappelle le poids des inégalités sociales de santé, les quartiers plus défavorisés étant plus touchés. Les Montréalaises et les Montréalais aux prises avec un trouble mental sévère, une maladie chronique ou isolés socialement décédaient plus. On pourrait ajouter à cela d’autres exemples locaux. Ainsi, la précarité sanitaire des communautés autochtones canadiennes croît. La montée des eaux, les modifications des saisons entraînent, pour eux, une série de nouveaux problèmes de santé mentale ou de suffisance alimentaire.

Pour résumer, si nous continuons sur la voie actuelle à nourrir le changement climatique par nos émissions, notre utilisation des terres arables, l’accentuation de la pression sur la biodiversité, la santé des enfants qui naissent aujourd’hui est très compromise.

Quoi faire ? La manifestation pour le climat de septembre dernier, nous laisse penser que les Québécoises et Québécois ont pris conscience de l’urgence climatique. Cependant, nous ne savons pas si la population générale comprend le lien entre la non-réduction des gaz à effet de serre et les risques pour leur santé présente et future. En d’autres termes, avoir une alimentation riche en protéine animale, utiliser quotidiennement une voiture, ou voyager fréquemment en avion ont des conséquences néfastes (in)directes sur leur santé.

Les décideurs politiques semblent ne pas avoir pris conscience de l’urgence climatique actuelle et du péril pour notre santé physique et mentale. Ainsi, tergiverser sur la réduction drastique de l’usage de la voiture en ville, ne pas légiférer sur le développement de l’étalement urbain, freiner les projets de transport en commun dans une ville ou une région, favoriser le développement du transport aérien par l’accroissement d’aéroports, ne pas favoriser économiquement l’alimentation locale, accentuer la bétonisation d’espaces urbains, c’est nourrir le changement climatique et mettre à risque la santé des personnes fragiles d’aujourd’hui et des enfants de demain.

Texte préalablement publié sur le site de la Faculté des Sciences de l’UQAM