Category Archives: Changement climatique/Climate change

La santé des Québécoises et des Québécois, liée pour longtemps au changement climatique

On le sait depuis plus de 30 ans, les conséquences du changement climatique sont intimement liées à notre santé physique et mentale. Pourtant, les 10 pays les plus émetteurs de gaz à effet de serre (dont le Canada) continuent d’augmenter leurs émissions. Face à l’urgence climatique, nous devons minimalement diviser par quatre nos émissions pour limiter l’augmentation à deux degrés.

Dans le domaine de la santé, nous parlons aujourd’hui de « santé planétaire ». Plus l’accès à l’eau potable, à un air sain, à des milieux naturels protégés diminue, plus les risques pour notre santé sont élevés, voire irréversibles.

Le changement climatique touche notre santé via : les désastres naturels, les vagues de chaleur, les inondations, la qualité de l’eau détériorée, la qualité et quantité de la nourriture diminuée, l’apparition ou le développement de « nouvelles » pathologies. Or, les experts nous rappellent que ces phénomènes s’accentuent, deviennent plus fréquents et peuvent apparaître en même temps. Mais que se passe-t-il donc dans ce cas ? Les risques pour la santé sont décuplés et la vie des personnes déjà fragiles est menacée. Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique : les risques psychosociaux.

Les comités d’experts ajoutent aussi un autre risque majeur lié au changement climatique: les risques psychosociaux. En effet, les conséquences du changement climatique vont faire émerger des conflits sociaux, parfois violents notamment en lien avec les déplacements forcés de centaines de milliers de personnes. Par exemple, de nombreux deltas très peuplés sont amenés à disparaître progressivement avec la montée des eaux, les terres deviennent incultivables, les gens devront partir.

À la lecture de ces lignes, on pourrait imaginer que les conséquences pour la santé liées au changement climatique, sont pour les autres et dans longtemps.

Or, le Canada et le Québec vivent déjà les conséquences du changement climatique. Rappelons-nous les vagues de chaleur de 2018, 66 décès ont été attribués à cette vague dans la région de Montréal. La carte des décès nous rappelle le poids des inégalités sociales de santé, les quartiers plus défavorisés étant plus touchés. Les Montréalaises et les Montréalais aux prises avec un trouble mental sévère, une maladie chronique ou isolés socialement décédaient plus. On pourrait ajouter à cela d’autres exemples locaux. Ainsi, la précarité sanitaire des communautés autochtones canadiennes croît. La montée des eaux, les modifications des saisons entraînent, pour eux, une série de nouveaux problèmes de santé mentale ou de suffisance alimentaire.

Pour résumer, si nous continuons sur la voie actuelle à nourrir le changement climatique par nos émissions, notre utilisation des terres arables, l’accentuation de la pression sur la biodiversité, la santé des enfants qui naissent aujourd’hui est très compromise.

Quoi faire ? La manifestation pour le climat de septembre dernier, nous laisse penser que les Québécoises et Québécois ont pris conscience de l’urgence climatique. Cependant, nous ne savons pas si la population générale comprend le lien entre la non-réduction des gaz à effet de serre et les risques pour leur santé présente et future. En d’autres termes, avoir une alimentation riche en protéine animale, utiliser quotidiennement une voiture, ou voyager fréquemment en avion ont des conséquences néfastes (in)directes sur leur santé.

Les décideurs politiques semblent ne pas avoir pris conscience de l’urgence climatique actuelle et du péril pour notre santé physique et mentale. Ainsi, tergiverser sur la réduction drastique de l’usage de la voiture en ville, ne pas légiférer sur le développement de l’étalement urbain, freiner les projets de transport en commun dans une ville ou une région, favoriser le développement du transport aérien par l’accroissement d’aéroports, ne pas favoriser économiquement l’alimentation locale, accentuer la bétonisation d’espaces urbains, c’est nourrir le changement climatique et mettre à risque la santé des personnes fragiles d’aujourd’hui et des enfants de demain.

Texte préalablement publié sur le site de la Faculté des Sciences de l’UQAM

Faire de l’activité physique serait lié à une perception accrue des conséquences négatives du changement climatique

Le changement climatique impacte toutes les strates de nos sociétés, nos habitudes et nos imaginaires. Une récente étude a examiné les liens entre les niveaux moyens d’activité physique à l’échelle de comtés et les attitudes pro-environnementales chez des adultes américains (1).

Capture du 2020-03-31 08-53-39Les chercheurs se basaient sur la théorie normes-croyances-valeurs de Stern. Brièvement, cette théorie postule que l’activation de valeurs personnelles va entraîner une mobilisation des croyances, des normes personnelles puis entraîner des comportements associés positivement à l’environnement. Les personnes développent et soutiennent les initiatives pro-environnementales lorsqu’elles perçoivent que leurs valeurs sont menacées par les changements environnementaux.

Leurs hypothèses s’articulaient comme suit: être physiquement actif est positivement associé avec la croyance que le changement climatique peut entraîner des risques personnels, et le désir de développer des politiques de régulation. Les auteurs supposaient qu’être actif était associé à une connexion plus importante avec la nature et une perception accrue des effets négatifs de la dégradation de l’environnement sur leur pratique.

Afin de tester leurs hypothèses, ils ont couplé des donnés représentant le pourcentage d’adultes considérés comme actifs par comté avec une base de données de Yale qui examinaient les attitudes environnementales à travers le pourcentage de risque perçu pour soi attribué au changements Capture du 2020-03-31 08-55-20climatiques et la perception du besoin de politiques de lutte contre le changement climatique. (voir un exemple au Canada). Plusieurs variables de contrôle étaient utilisées comme l’accès à des infrastructures d’activité physique, le milieu de vie (ex. Rural), la part de personnes de plus de 65 ans, le sexe, l’ethnie, le niveau d’éducation et le pourcentage de vote Démocrate. Les analyses statistiques incluaient l’ensemble de ces variables.

Les auteurs ont identifié une association statistique positive entre la part de personnes actives au sein d’un comté et la perception de risques personnels associés au changement climatique mais aussi au besoin de politiques de régulation.

Les auteurs proposent donc que la promotion de l’activité physique, particulièrement l’activité physique réalisée à l’extérieur pourraient être envisagée comme une stratégie de modification des attitudes environnementales. Bien que le devis transversal de cette étude est une limite importante, c’est, à ma connaissance, une des première investigation qui suggère qu’augmenter le niveau d’activité physique des adultes pourrait modifier les attitudes envers le changement climatique.

Si cette thématique vous intéresse voir aussi ces articles (ici et )

1. Cunningham G, McCullough BP, Hohensee S. Physical activity and climate change attitudes. Climatic Change. 2020 Mar;159(1):61–74.

 

L’écoblanchiment dans le sport (2/2)

Après rappel historique à propos de la renaissance moderne des Jeux Olympiques (JO), Miller souligne, comment à partir des années 80, les JO sont devenus une entreprise commerciale gigantesque par le développement de “partenariats” avec des entreprises. Il ajoute aussi que les JO sont aussi un instrument majeur de “soft-power” pour les états organisateurs. A titre d’exemple, le Japon a dépensé l’équivalent de son budget national pour mettre en place des installations, moyens de transports et communications pour les JO de Tokyo en 1964 afin de donner une image moderne au pays.

L’écoblanchiment a pris un essor important au JO à partir des années 90, avec notamment une première pression issue de Greenpeace sur le gouvernement Australien afin que des stratégies de minimisation de pollution des sites des JO de Sydney soient mises en place. Toutefois, Miller critique sévèrement Greenpeace pour sa “contribution” indirecte à l’écoblanchiment en donnant une sorte de caution aux organisateurs et n’abordant pas les problèmes des JO impactant réellement l’environnement.

L’auteur poursuit ses exemples avec les JO d’Athènes et de Beijing. Il rappelle que la pollution atmosphérique était initialement massive dans cette ville. La seule solution efficace a été de fermer temporairement les usines émettrices avec une efficacité discutable. (voir aussi l”état actuel des installations des JO d’Athènes)

Les JO de Londres en 2012 avaient présentés comme les plus verts de l’histoire. Miller dans un bref passage décrit ses perceptions personnelles liées à la construction du village olympique là où il vivait. Il souligne aussi que les associations environnementales chargées de veiller à diminuer l’empreinte carbone de l’événement avait peu d’impact décisionnel. Il ajoute que pour le 1er fois les organisateurs de JO développaient une nouvelle catégorie de partenaires: les partenaires durables (ex: BP, BMW, Cisco, General Electrics…), catégorie de partenariat qui ne demandait pas de réelles contre-parties environnementales.

Miller souligne aussi les efforts des JO “durables” de Vancouver pour développer des infrastructures en milieu naturel avec de la neige artificielle afin de palier les conséquences désastreuses de la pluie, précédant les JO. Cependant, il ajoute que les JO de Sochi étaient bien pires. Le gouvernement russe a simplement supprimé les évaluations d’impacts écologiques des installations et développé la stratégie de communication “une écologie populaire”. En d’autres termes, tout employé du comité organisateur devait avoir à cœur de préserver l’environnement. Or les JO de Sochi ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches….

En conclusion, cet ouvrage déconstruit les discours et pratiques d’écoblanchiment dans le sport haut niveau. Il rappelle la dimension politique et économique des pratiques d’écoblanchiment (“greenwashing”). Si la question du changement climatique et du sport vous intéresse, il apparaît essentiel de le lire.

C’est aussi très pertinent de suivre aussi l’actualité des stratégies de communication des JO de Paris sur la question environnementale et leur “durabilité”. Finissions par un petit jeu. Rappelons nous la citation évoquée dans le précédent article : “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” et des diverses stratégies d’écoblanchiment présentées, puis lisons ces 3 articles de presse:

Le développement durable, «ADN de la candidature» de Paris 2024 (L’ÉQUIPE)

Le développement durable «n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires, a affirmé Tony Estanguet dans un communiqué du Comité. L’un des héritages majeurs pour Paris sera la possibilité pour les Parisiens de se baigner dans la Seine, dans la foulée des épreuves de triathlon qui se disputeraient au coeur de Paris, au pied de la Tour Eiffel, dans les eaux de la Seine, avec ce que cela implique en termes d’assainissement et de traitement de l’eau.”

Les engagements durables pour les Jeux Olympiques de Paris

Cette démarche pour des Jeux Olympiques plus durables s’est faite avec le soutien et les propositions formulées par WWF France dans le cadre d’un rapport. Pour WWF, les Jeux Olympiques de Paris pourraient ainsi permettre une sensibilisation de tous les visiteurs”

Comment Paris veut organiser ses « JO verts » ( Le Parisien – Article en partenariat avec SUEZ)

Pour relever ce défi, une « stratégie durabilité » a été bâtie et avec elle un plan de 47 actions dans de nombreux domaines (transports, infrastructures, gestion des déchets…)”

Très bonne analyse de Bastamag JO 2024 à Paris : pourquoi le rêve olympique peut se terminer en cauchemar financier

« Dans l’histoire des grands événements sportifs internationaux, Paris 2024 est une candidature avant-gardiste d’un point de vue environnemental, assure Didier Lehénaff, fondateur de l’association Sport vert pour ma planète et vice-président de la fédération « Sport and Sustainability International ». C’est la première candidature certifiée ISO 20 121, une norme spécialement créée pour accompagner l’événementiel dans une logique de développement durable. » Fort du partenariat avec le WWF, grande caution éco-responsable de la candidature, le discours finit par faire mouche, même auprès d’un certain nombre d’acteurs de l’écologie.”

Si vous souhaitez lire en français, un document qui semble fort bien construit (je n’ai que les conclusions) Braam présente La durabilité environnementale des Jeux olympiques d’hiver, plus particulièrement les JO de Turin.

L’écoblanchiment dans le sport (1/2)

9781138962750Un court ouvrage de Toby Miller résume ses travaux de recherche sur la question de l’écoblanchiment (greenwashing) dans le sport. Le livre démarre sur une introduction qui présente les raisons et applications de l’écoblanchiment, et souligne que le terme anglais a été initié par Jay Westerveld. Il soulignait que les stratégies des hôtels pour ne pas utiliser plusieurs serviettes, par exemple, se basaient sur des argument écologiques quand l’hôtel souhaitait réaliser, en réalité, des économies. On peut résumer cette section par la citation suivante “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” p19.

Miller présente ensuite le sport, à travers une approche historique et critique, notamment la notion de biopouvoir de Foucault. Il présente aussi les visions d’auteurs comme Eco ou Webber sur les pratiques sportives. Il souligne que l’explosion des pratiques sportives compétitives professionnelles et l’application des stratégies capitalistes poussées à leur extrême, sont en quelque sorte un terreau fertile pour le développement de pratique d’écoblanchiment.

3cc431fae0fac12440c9b9e2f153e1d1La chapitre intitulé “Course le dimanche, vente le lundi” aborde l’écoblanchiment dans le domaine de la formule 1 et des courses de NASCAR (National Association for Stock Car Auto Racing). Il souligne que bien que ces pratiques sont majoritairement portées à glorifier la technique, la prise de risque, l’hyper-masculinisme, les instances qui dirigent la Formule 1 se présentent comme la fédération sportive ayant les pratiques les plus durables, en étant une des premières à s’être doté d’une politique de réduction des gaz à effet de serre. Chaque kilomètre roulé en F1 équivaut à 1500kg de CO2 (9 fois une voiture familiale) . Cependant, les courses en elle même représentent uniquement 0.3% des ces émissions, majoraitirement dues au transport, usinage, matériels…. Autre exemple, la fédération internationale d’automobile s’est dotée d’un Institut de sécurité et durabilité des sports mécaniques “garantissant une réduction majeure des émission liées au course automobiles d’ici 2030 et 2050”. Ce qui est négligeable si on regarde leur part respective dans les émissions des courses automobiles. Il présente aussi les excès d’enthousiasme économique et le manque de démocratie locale liés à l’accueil de grands prix dans le villes hôtes.

Pour le NASCAR, un programme nommé “Race to green” a été mis en place afin d’aider les fans à planter des arbres, recycler et de supporter certains lieux de course à récupérer l’eau de pluie, développer des jardins biologique et utiliser des moutons pour “tondre” les espaces verts de la course.

Le chapitre Football (soccer) rappelle que les rencontres internationales sont les événements les plus suivis mondialement. Miller souligne les liens étroits et anciens entre des sponsors nourrissant des désastres écologiques et la FIFA. Il présente par exemple le programme “Green goal” de la coupe du monde de 2006 en Allemagne, souhaitant compenser les émissions de CO2 par des projets en Inde et Afrique du sud d’économie d’énergie en souhaitant faire une coupe du monde carbone neutre. Seulement, les promoteurs ont omis de calculer le coût en CO2 du transport aérien lié à l’événement, coût représentant la part principale des émissions. La FIFA a utilisé un stratagème similaire en Afrique du sud développant un programme d’éoliennes… pour tendre vers le neutre carbone. Seulement le transport aérien représentait 67% des émissions de CO2. L’auteur poursuit ensuite avec le Brésil et la Russie et les pics de consommation énergétique lié au match diffusé en direct.

L’activité physique durable

Bjornara et al. (2016) développent une idée très originale et riche de réflexion : l’activité physique durable. (article original en accès libre)

19716675Dans le sociétés occidentales, l’activité physique et l’effort physique ont été très largement diminués dans notre vie quotidienne : machines d’aide au travail, transports motorisés et activités de loisir sédentaires. Quand l’homme chasseur-cueilleur existait, il réalisait environ 19 kilomètres, soit 24000 pas quotidiennement, contre 7000 à 6600 aujourd’hui pour un adulte américains.

Le style de vie influence l’environnement, à travers l’alimentation, le transport (23 % des gaz à effet de serre) et la consommation de produits divers. Sur la base des projections populationnelles mondiales, 9 milliards d’humains devraient peupler la Terre en 2050, et la production d’alimentation devra être doublée. Les auteurs donnent la définition de l’alimentation durable, puis étendent le concept issu de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture à l’activité physique.

Alimentation durable rassemble l’ensemble des régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines. (plus d’information ici).

Il y a-t-il une activité physique durable ?

Dans une perspective de santé, l’OMS aborde la question de l’activité physique à travers les facteurs suivant : la fréquence, l’intensité et la durée de l’activité mais ne traite pas du type d’activité. En effet, de nombreux types d’activité physique peuvent entraîner des bénéfices similaires sur la santé. Dans ce cadre, Bjornara et al. (2016) introduisent l’idée d’une activité physique durable.

“Activité physique durable rassemble l’ensemble des activités physiques produites avec une durée, une fréquence et une intensité suffisante pour promouvoir la santé sans dépense/coût énergétique trop élevé en terme de nourriture, de transport ou d’équipement. Les activités physiques durables ont un faible impact environnemental et sont culturellement et économiquement acceptables et accessibles”. (Bjornara et al.2016) (traduit par mes soins).

Sustainable physical activity includes those activities that are conducted with sufficient duration, intensity and frequency for promoting health, yet without excessive expenditure of energy for food, transportation, training facilities or equipment. Sustainable physical activities have low environmental impact and they are culturally and economically acceptable and accessible” (Bjornara et al.2016)

Bjornara et al. (2016) argumente en faveur d’une modification de la vision de l’activité physique. En voici quelques un sélectionnés.

  • Augmentation et développement des Transports/déplacements actifs = Bénéfices pour la santé physique et la diminution d’émission de dioxyde de carbone
  • Développer des activités physiques communautaire = Diminution des transports motorisés (i.e., prendre sa voiture pour aller au gym courir sur un tapis)
  • Améliorer la facilité à ce déplacer à pied dans les quartiers = Entraîne une augmentation de 800 pas quotidiens chez des adultes
  • Diminuer l’équipement qui remplace des tâches quotidienne qui nécessitent une dépense énergétique = Pelleter la neige à la main plutôt qu’à la souffleuse. Les auteurs abordent une étude qui montre que réaliser son pain soi même entraîne une dépense de 16,2 min d’activité physique modérée chez 10 sujets.

Les auteurs offrent un vision différente de l’activité physique véhiculée généralement. Ils donnent un rôle important à l’activité physique dans l’élaboration d’un mieux vivre ensemble dans le futur. A méditer…

Bjørnarå, H. B., Torstveit, M. K., Stea, T. H., & Bere, E. (2016). Is there such a thing as sustainable physical activity? Scandinavian Journal of Medicine & Science in Sports. http://doi.org/10.1111/sms.12669