Archives de catégorie : Psychologie/Psychology

Réduire la consommation de viande: pour la santé, pour le climat ou pour les deux ?

Dans un précédent article, je vous présentais un commentaire que j’ai publié à propos du rôle de la psychologie de la santé dans le contexte d’urgence climatique1. J’y suggérais que les psychologues de l’environnement et la santé pouvaient travailler de concert pour modifier les comportements associés à une meilleure santé et ayant une empreinte carbone et écologique diminuées.

Une étude italienne2 est en droite ligne avec cette idée. En effet, ces chercheurs en psychologie ont développé une intervention ayant pour objectif l’amélioration de l’attitude envers la réduction de consommation de viande rouge et la réduction de la consommation de celle-ci. Cette étude se base sur la théorie de l’action raisonnée qui suppose que des messages persuasifs peuvent entraîner une modification de l’attitude, qui à son tour entraînera un changement de comportement. Dans leur revue de littérature, les auteurs présentent les précédentes études utilisant des messages persuasifs centrés sur les bénéfices en termes de santé et ou environnementale. Ces études montraient de potentiels effets positifs des messages santé ou environnement, mais des résultats contradictoires ont été retrouvés lorsque les 2 sont combinés. De plus, aucune étude investiguait les effets à moyen terme de ces messages.

Les messages persuasifs sont généralement reconnus pour modifier les attitudes mais demeurent à eux seuls, moins efficaces pour changer le comportement. Dans ce cadre, les auteurs ont utilisé 2 techniques de changement de comportement qui vise à renforcer le lien entre attitudes et comportements. Ainsi, les messages étaient accompagnés de rappel d’objectifs spécifiques et d’auto mesure du comportement.

En conséquence, les auteurs ont développé 3 interventions (2 semaines) incluant systématiquement un message quotidien reçu le matin centré soit sur la santé, sur l’environnement, ou sur les deux. Ce message était accompagné d’un rappel de l’objectif (réduire sa consommation de viande rouge). Chaque soir, les participants rapportaient leur consommation de viande dans un agenda en ligne. Le groupe contrôle ne recevait aucun message, les participants rapportaient uniquement chaque soir leur consommation de viande.

  • Exemples de messages persuasifs
    • Si vous mangez peu de viande rouge, vous protégez votre santé des risques de cancer du côlon.
    • Si vous mangez peu de viande rouge, vous protégerez l’environnement en réduisant les gaz à effet de serre.
  • Exemple de rappels d’objectif
    • Rappelez-vous d’essayer de ne manger que de Sion viande rouge cette semaine en contrôlant votre consommation grâce à l’agenda en ligne. Un lien vous sera envoyé ce soir pour rapporter votre consommation de viande.

Les participants ont été évalués uniquement par questionnaire (avant et après l’intervention, puis quatre semaines plus tard). Les construits théoriques de la théorie du comportement planifié et la consommation de viande rouge ont été mesurées.

Les auteurs souhaitaient évaluer l’impact des 3 interventions sur l’attitude et le comportement. Chaque intervention était comparée au groupe contrôle pour quantifier son effet. L’étude a été réalisée auprès d’étudiants de deux universités italiennes différentes. Après tirage au sort, ils étaient répartis dans un des quatre groupes.

RÉSULTATS : Aucune des trois interventions était supérieure à une autre pour modifier l’attitude ou la consommation de viande. Une augmentation significative du niveau d’attitude et une réduction marquée de la consommation de viande rouge était retrouvée chez les participants de la condition santé ou la condition environnement, en comparaison groupe contrôle. En revanche, la condition santé et environnement n’était pas supérieure au groupe contrôle. La taille des effets était généralement modérés. De plus, l’amélioration de l’attitude envers la réduction de consommation de viande entre l’évaluation initiale et la fin d’intervention expliquait majoritairement la réduction de consommation de viande un mois post intervention.

Cette étude illustre l’intérêt d’utiliser des messages centrés sur l’environnement ou la santé pour modifier un comportement bénéfique pour les deux. Bien entendu, cette étude doit être reproduite dans un échantillon plus représentatif des consommateurs de viande. Les auteurs suggèrent que l’absence d’effet de la combinaison santé environnement pourrait être expliqué par une surcharge d’information. De plus, il souligne que l’efficacité des messages pourrait être améliorée par des messages qui visent à modifier réaction affective.

1. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychology and Behavioral Medicine. 2019;7(1):193-201. doi:10.1080/21642850.2019.1617150

2. Carfora V, Catellani P, Caso D, Conner M. How to reduce red and processed meat consumption by daily text messages targeting environment or health benefits. Journal of Environmental Psychology. 2019;65:101319. doi:10.1016/j.jenvp.2019.101319

Quelle est la perception des empreintes carbones reliées aux comportements individuels ?

Une étude en ligne réalisée auprès d’un public adulte nord-américain examinait la capacité à correctement comprendre et gérer son empreinte carbone liée à ses comportements (‘carbon numeracy’, arithmétique carbone) (1).

La question de la réduction de l’empreinte carbone individuelle passe aussi par une modification profonde des comportements. Un précédent article abordait cette question. Or les précédentes études s’accordent sur le fait que les adultes (dans les pays occidentaux) investissent généralement des comportements ayant un faible impact en termes d’empreinte carbone (2).

Les répondants étaient interrogés sur les comportements ayant un impact carbone faible (<1 % de l’empreinte carbone personnelle) ou élevé (>5 % de l’empreinte carbone personnelle). On leur demandait de les classer par ordre d’importance. Le questionnaire en ligne comportait des questions ouvertes et fermées.

La figure ci-dessous représente les comportements les plus cités dans les questions ouvertes en fonction de l’orientation politique des répondants.

La seconde figure représente le classement des 15 actions de réduction empreinte carbone proposées. On peut clairement comparer l’impact perçu et impact réel de ces comportements.

Les répondants comprennent les impacts climatiques de l’utilisation de la voiture mais surestiment énormément l’impact d’autres comportements (exemple : utilisation de sacs réutilisables). De plus, il y a une sous-estimation très importante de l’impact des transports aériens (moins de 1 % des répondants proposaient cette solution) et de la consommation de viande.

Les résultats de cette étude soulignent un potentiel manque de compréhension de l’adéquation entre empreinte carbone des comportements individuels. Ces résultats sont d’autant plus alarmants que la moitié des répondants était des étudiants d’université.

Si les comportements individuels ne sont pas l’unique solution à la réduction des gaz à effet de serre, ils y participent. Les résultats de cette étude illustrent les besoins d’amélioration de la compréhension des enjeux liés au changement climatique dans la population générale.

1. Wynes S, Zhao J, Donner SD. How well do people understand the climate impact of individual actions? Clim Change [Internet]. 2020 Aug 6 [cited 2020 Aug 24]; Available from: https://doi.org/10.1007/s10584-020-02811-5

2. Gifford R. Environmental Psychology Matters. Annu Rev Psychol. 2014 Jan 3;65(1):541–79.

Psychologie de la santé et changement climatique

Cet article résume les principales idées présentées dans un commentaire que j’ai publié en 2019 (1) (accès libre). Ce commentaire défend l’idée que la psychologie de la santé, comme discipline scientifique, doit impérativement anticiper les conséquences négatives liées à l’anthropocène en aidant les individus, les communautés et les systèmes de santé à réaliser des efforts majeurs et à préparer des stratégies de réponse face aux conséquences du changement climatique.

L’anthropocène est un concept qui décrit une ère géologique nouvelle qui est déterminée par les effets de l’humanité sur la géologie et l’écologie. L’époque de l’anthropocène est caractérisée par des changements biophysiques majeurs dus à l’empreinte énergétique humaine qui dépasse les limites de l’écosystème planétaire.

Quelles sont les frontières de la psychologie de la santé à l’âge de l’anthropocène ?

La psychologie de la santé se ‘définit comme l’étude scientifique des processus psychologiques liés à la santé et aux soins’. Dans cette section, il est brièvement rappelé que la psychologie de la santé oscille entre une vision purement individuelle ou purement sociale. En conséquence, comme chercheurs dans le domaine de la psychologie la santé, nous devrions améliorer la compréhension des processus psychologiques liés aux conséquences directes ou indirectes du changement climatique sur la santé, mais aussi développer une compréhension de comment produire du changement social pour une meilleure santé et un meilleur environnement.

Quels sont les meilleurs comportements d’adaptation et d’atténuation pour la santé et l’environnement ?

Les comportements d’adaptation. Un nombre croissant d’études souligne que les manifestations actuelles du changement climatique influencent négativement la qualité de l’alimentation, la qualité du sommeil et augmente le risque de malnutrition de troubles mentaux et d’exacerbation des symptômes de maladies chroniques. Dans cette logique, la communauté de la psychologie de la santé doit identifier les stratégies efficaces déjà considérées comme efficaces pour traiter ces maux.

Les comportements d’atténuation. Si la réduction de la quantité de gaz à effet de serre ne repose majoritairement pas sur des comportements individuels (voir schéma ci-dessous) ils peuvent quand même avoir une influence non négligeable. Les comportements d’atténuation sont, dans le domaine de la psychologie, la catégorie de comportement associés à une diminution des gaz à effet de serre. Or les psychologues de l’environnement soulignent que la plupart des études se centrent majoritairement sur les comportements dits de d’atténuation, qui qu’en vérité, ont un faible impact sur les émissions (ex. zéro déchets). Ainsi pour les pays émettant le plus de gaz à effet de serre (USA, Chine, Russie, Brésil, Inde, Allemagne, Royaume-Uni, France, Indonésie, Canada), une série de comportements d’atténuation à haut impact a été identifiée : diminuer drastiquement la consommation de protéines animales, vivre sans voiture, avoir un seul enfant et réduire drastiquement l’utilisation de l’avion.

Comment aider les migrants environnementaux et les futurs réfugiés climatiques ?

Selon différentes sources, les projections de migration mondiale à l’intérieur d’un pays en 2050 devraient être de l’ordre de 200 millions. À l’échelle mondiale, c’est plus d’un milliard de personnes qui pourraient migrer. Le changement climatique entraîne des changements environnementaux progressifs mais aussi soudain. Cela a pour conséquence de forcer des migrants climatiques à quitter temporairement ou de manière permanente leur lieu de vie. Les mouvements de population à venir sont une somme de défis importantes pour la psychologie de la santé : la sous nutrition, les maladies transmissibles, l’accès à l’eau, l’accès à des soins de santé primaire et l’augmentation des risques de stress post-traumatique. Ici, la psychologie de la santé communautaire peut jouer un grand rôle en développant des stratégies de communication et d’interventions culturellement adaptées aux futurs réfugiés climatiques.

Comment développer des systèmes de soins plus résiliant et adaptés au changement climatique ?

Les systèmes de santé vont de manière graduelle être sollicités majoritairement du à l’augmentation de la fréquence des événements liés au changement climatique vague de chaleur, catastrophes naturelles, sécheresse. De plus l’empreinte carbone des systèmes de santé est loin d’être négligeable. Dans cette logique la psychologie de la santé, peut jouer un rôle en formant les futurs cliniciens sur les conséquences du changement climatique mais aussi l’accueil des futurs réfugiés.

En conclusion, les professionnels les étudiants et les chercheurs dans le domaine de la psychologie de la santé devraient :

  • inclure les comportements liés au changement climatique en priorité dans leurs études,
  • systématiquement présenter les conséquences du changement climatique pour la santé dans leur cours,
  • inclure les conséquences du changement climatique dans leurs modèles,
  • développer des collaborations avec les chercheurs en psychologie de l’environnement et participer à des projets interdisciplinaires,
  • se préparer à implémenter des interventions basées sur des données probantes pour faire face a des catastrophes naturelles, anticiper les transformations sociales dans les communautés
  • participer aux initiatives scientifiques transdisciplinaires.

L’ensemble des références utilisées pour les propos tenus ci-dessus sont disponibles dans le texte rédigé en anglais.

1. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychol Behav Med. 2019 Jan 1;7(1):193–201.

Le changement de comportement dans le domaine de l’activité physique, juste une question de motivation ?

Le 3 Mai dernier, j’ai eu le plaisir de pouvoir présenter des pistes d’amélioration de l’accompagnement des personnes qui font appel à un kinésiologue. Durant quarante minutes, j’ai tenté de défendre les 4 idées suivantes.

  • LES versus L’ activité(s) physique(s) : pour mieux conseiller : penser les activités physiques dans leurs diversités afin de pouvoir identifier des solutions personnalisées
  • Facteurs psychologiques du changement de comportement sont pluriels et imbriqués dans un environnement et des règles : la psychologie de la santé progresse pour aider les cliniciens, mais les facteurs psychologiques connus sont influencés par la perception de l’environnement physique et social et les lois/réglementations
  • S’initier à l’AP ou rester actif repose sur des facteurs psychologiques à différencier : on ne conseille pas une personne de la même manière en fonction de son rapport avec l’activité physique
  • Qualité de la relation avec un usager, une obligation : comprendre comment la perception des personnes, la perception des kinésiologues peut influencer la participation.

[slideshare id=143813926&doc=fkq2019-190505232419]
 

  • Baillot, A., Baillargeon, J.-P., Paré, A., Poder, T. G., Brown, C., & Langlois, M.-F. (2018). Physical activity assessment and counseling in Quebec family medicine groups. Canadian Family Physician Medecin De Famille Canadien, 64(5), e234–e241.

  • Dale, L. P., LeBlanc, A. G., Orr, K., Berry, T., Deshpande, S., Latimer-Cheung, A. E., … Faulkner, G. (2016). Canadian physical activity guidelines for adults: are Canadians aware? Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, 41(9), 1008–1011.
  • Dombrowski, S. U., O’Carroll, R. E., & Williams, B. (2016). Form of delivery as a key ‘active ingredient’ in behaviour change interventions. British Journal of Health Psychology, 21(4), 733–740.
  • Gourlan, M., Bernard, P., Bortolon, C., Romain, A. J., Lareyre, O., Carayol, M., … Boiché, J. (2016). Efficacy of theory-based interventions to promote physical activity. A meta-analysis of randomised controlled trials. Health Psychology Review, 10(1), 50–66.
  • Kelly, M. P., & Barker, M. (2016). Why is changing health-related behaviour so difficult? Public Health, 136, 109–116.
  • Michie, S., van Stralen, M. M., & West, R. (2011). The behaviour change wheel: A new method for characterising and designing behaviour change interventions. Implementation Science, 6(1), 42.
  • Rhodes, R. E., & Quinlan, A. (2015). Predictors of Physical Activity Change Among Adults Using Observational Designs. Sports Medicine, 45(3), 423–441.
  • Romain, Ahmed Jerome, & Bernard, P. (2018). Chapter 10 – Behavioral and Psychological Approaches in Exercise-Based Interventions in Severe Mental Illness. In B. Stubbs & S. Rosenbaum (Eds.), Exercise-Based Interventions for Mental Illness
  • Romain, Ahmed Jerôme, Bortolon, C., Gourlan, M., Carayol, M., Decker, E., Lareyre, O., … Bernard, P. (2018). Matched or nonmatched interventions based on the transtheoretical model to promote physical activity. A meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Sport and Health Science, 7(1), 50–57.

Avoir un trouble de santé mental = être moins motivé à l'activité physique ?

32185530975_9d876f09b9_bDe nombreux articles du blogue traitent de la question des bénéfices de l’activité physique pour améliorer le bien-être psychologique ou diminuer les symptômes spécifiques de troubles mentaux. Pour certaines pathologies, les données probantes indiquent que l’activité physique devrait être recommandée. Or, cette conclusion se heurte à la réalité clinique qui, souvent, nous rappelle que les personnes suivies pour un trouble de santé mentale sont peu enclins à initier un mode de vie plus actifs et moins sédentaire.

Le manque ou l’absence de motivation à l’AP est une barrière récurrente lors d’échanges avec les cliniciens. Il est souvent souligné que les troubles de santé mentaux, troubles de l’humeur ou psychotiques, entraînent par défaut une absence de motivation à l’AP. Cependant, est-ce que cela se vérifie dans la littérature scientifique ?

Nous avons pu examiner la question dans un chapitre paru dans un ouvrage anglophone et la réponse est généralement non (Romain & Bernard, 2018) [téléchargeable sur le blogue]. Lorsqu’on utilise des mesures (par questionnaire) de construits psychologiques connus comme expliquant en partie l’activité physique des adultes, les associations entre ces construits et l’AP demeurent similaires. Autrement dit, il semble que les construits psychologiques liés à l’AP soient les mêmes chez des adultes avec ou sans trouble de santé mentale.

Ces résultats ont été vérifiés par une équipe allemande, qui examinait les liens entres marqueurs motivationnels et AP mesurée par questionnaire ou accéléromètre chez des adultes aux prises avec un trouble mental sévère (Petzold et al., 2017). Le niveau d’auto-efficacité et la capacité à planifier son action était associés positivement l’AP auto-rapportée. Un niveau élevé d’auto-efficacité et d’intention était associé à un niveau plus élevé d’AP mesurée objectivement.

  • Petzold, M. B., Bischoff, S., Rogoll, J., Plag, J., Terán, C., Brand, R., & Ströhle, A. (2017). Physical activity in outpatients with mental disorders: status, measurement and social cognitive determinants of health behavior change. European Archives of Psychiatry and Clinical Neuroscience, 267(7), 639–650. https://doi.org/10.1007/s00406-017-0772-3
  • Romain, A. J., & Bernard, P. (2018). Behavioral and Psychological Approaches in Exercise-Based Interventions in Severe Mental Illness. In Exercise-Based Interventions for Mental Illness (pp. 187–207). Elsevier. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-812605-9.00010-1