Archives par mot-clé : cancer

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l’activité physique ? (2)

Dans la suite du précédent article, examinons aujourd’hui une étude de Courneya et al. (2009) (1). Celle-ci explore les facteurs prédicteurs de l’activité physique (AP) 6 mois après avoir participé à un programme d’AP (étude START) (2) durant un traitement par chimiothérapie chez des femmes traitées pour un cancer du sein.

Brièvement, l’essai clinique START comparait un programme d’AP aérobie supervisé (n=82), versus AP de renforcement musculaire (n=82) versus soins courants (n=78). Les sujets étaient évalués pré-post-intervention puis recontacter par questionnaire 6 mois après la fin de leur programme.  Les auteurs souhaitaient identifier les facteurs les plus associés à un pratique d’AP répondant aux recommandations, soit en terme d’AP aérobie, d’endurance ou les deux.

Théorie Comportment PlannifiéLes potentiels prédicteurs étaient les suivants :

Démographiques (i.e., age, statut marital, niveau scolaire, revenus, emploi)

Médicaux (i.e., stade du cancer, type de chirurgie, type de chimiothérapie, durée, dose)

Comportementaux (statut tabagique, niveau d’AP précédent l’étude)

Condition physique* (Vo2pic, (IMC)

Psychologiques* (qualité de vie spécifique au cancer, fatigue perçue, estime de soi, dépression, anxiété)

Motivationnels (basé sur la Théorie du Comportement Planifié : motivation, contrôle perçu, attitude instrumentale, attitude affective, norme subjective) (3) (plus d’info ici). La mesure d’AP à 6 mois était auto-rapportée à l’aide du questionnaire de Godin modifié.

Résultats

83 % des participantes ont répondu à 6 mois. 42 % des sujets avaient un niveau d’AP inférieur aux recommandations.

Les analyses multivariées ont identifiées 7 variables explicatives de l’AP à 6 mois : un jeune age, un niveau de pratique d’AP suffisant pré-intervention, une chirurgie conservatrice, l’amélioration de la force, une fatigue perçue faible en fin d’intervention, une attitude positive augmentée et un IMC plus faible.

Discussion

De part l’ensemble et la nature des variables prises en compte, cette étude reste réellement pertinente. Les résultats soulignent les impacts de facteurs dits non modifiables (e.g., niveau de pratique d’AP suffisant pré-intervention), d’autres réellement associés à l’AP (e.g., le gain de force) et d’autres plus associé à une caractéristique individuelle et ou une modifiée par l’intervention (e.g., l’attitude).ballen

Mais le plus grand intérêt de ce type d’investigation réside dans les variables non prédictives. Ainsi, la dépression, la qualité de vie, la VO2 pic ne semblent pas associés à l’AP. Dans ce cadre, cette étude amène à une réflexion sur les réels objectifs d’un programme d’AP durant un traitement pour le cancer. Point de vue physiologiste versus psychologique ? Ou doit-on absolument obtenir un gain de force, de VO2 ou de la qualité de vie ?

Ma réponse, les deux !!! En effet, une (sur)interprétation de ces résultats amènent à penser qu’une prise en charge par un Enseignant en Activités Physiques Adaptées en Oncologie doit réellement permettre aux patients une amélioration de sa condition physique ainsi que lui apporter une aide pour identifier ses ressources psychologiques/environnementales à la pratique d’AP. Cela nécessite une approche complexe du patient, des ressources pédagogiques importantes de la part de l’EAPA, et des outils d’évaluation adéquats. (voir précédents articles du blog sur cette thématique ici, )

* utilisation de la différence entre sortie et l’inclusion comme valeur prédictive

 1. Courneya KS, Friedenreich CM, Reid RD, Gelmon K, Mackey JR, Ladha AB, et al. Predictors of follow-up exercise behavior 6 months after a randomized trial of exercise training during breast cancer chemotherapy. Breast Cancer Res Treat. mars 2009;114(1):179‑187.

2. Courneya KS, Segal RJ, Mackey JR, Gelmon K, Reid RD, Friedenreich CM, et al. Effects of aerobic and resistance exercise in breast cancer patients receiving adjuvant chemotherapy: a multicenter randomized controlled trial. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol. 1 oct 2007;25(28):4396‑4404.

3. Coutu M-F, Dupuis GH, Marchand A, O’connor K, Trudel G, Bouthillier D. Adoption et maintien des habitudes comportementales saines : Recension des modeles explicatifs. Rev Francoph Clin Comport Cogn. 5(2):23‑35.

Pourquoi les personnes traitées pour un cancer font (ou pas) de l'activité physique ? (1)

Ces derniers temps, les publications scientifiques aidant, l’intérêt des chercheurs, médecins, oncologues et Enseignants en Activités Physiques Adaptées (APA) s’est accru envers les personnes traités pour différents types de cancer (e.g. sein, prostate, poumon…). Ce blog a déjà traité cette thématique en 2011 et 2012.

Si la littérature anglophone (1–3) et même francophone (4) présente les effets bénéfiques et caractéristiques de l’exercice physique pour les personnes traitées pour un cancer ou en rémission, les études qui portent sur les facteurs motivationnels, individuels qui sont associés ou non à ces effets le sont moins. Lorsqu’on porte son attention sur les changements d’habitude de vie, de comportement de santé à long terme chez ses patients peu d’informations sont disponibles.

cancer et sportJ’entame ici une série d’article traitant de ces derniers points. La méthode est habituelle : présenter des articles choisis pour leur originalité et ou résultat(s).

Rhodes et al. (2001) (5) ont porté leur intérêt sur les possibles relations entre les traits de personnalité et l’intention de participer à l’activité physique au sein d’un échantillon de femmes ayant été traitées pour un cancer du sein. Le plan de l’étude était transversal et celle-ci incluait 175 sujets.

Les auteurs ont utilisé le modèle dit du « Big Five » (6), ce modèle postule de l’existence de cinq grands facteurs qui déterminent plus ou moins les traits de personnalité de chacun(e). Ces 5 traits sont présentés et définis ci-après : Extraversion (E) (implique une approche enthousiaste du monde matériel et social incluant des traits comme la sociabilité, l’action, l’affirmation de soi et les émotions positives); Agréabilité, (A) (tendance à être compatissant et coopératif plutôt que soupçonneux et antagonique envers les autres) ; Caractère consciencieux (C) (autodiscipline, respect des obligations, organisation plutôt que spontanéité ; orienté vers des buts); Névrosisme (N) (contraire de stabilité émotionnelle : tendance à éprouver facilement des émotions désagréables comme la colère, l’inquiétude ou la dépression, vulnérabilité); Ouverture (O) (largeur, la profondeur, l’originalité et la complexité de la vie mentale et des expériences de l’individu).

Le Névrosisme est le trait associé au niveau d’intention le plus faible. L’Agréabilité et la Caractère consciencieux sont, eux, associés avec une intention ou une pratique d’activité physique déclarée. Les autres traits ne semblent pas être associés.

Cette étude était une des premières à souligner que les traits de personnalité, un déterminant individuel, peuvent un facteur explicatif de la pratique d’AP post-traitement cancer. Cette étude simple a été répliquée par la suite avec des plans d’études plus rigoureux. L’identification progressive de ces facteurs est majeure dans la compréhension des effets de l’AP, de l’adhésion/abandon aux programmes proposés, des comportements de santé post-traitement.

<!–
1. Courneya KS, Friedenreich CM. Physical Activity and Cancer: 186. 1st Edition. Springer; 2010.
2. Carayol M, Bernard P, Boiché J, Riou F, Mercier B, Cousson-Gélie F, et al. Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Ann Oncol. 2 janv 2013;24(2):291‑300.
3. Courneya KS, Mackey JR, Bell GJ, Jones LW, Field CJ, Fairey AS. Randomized controlled trial of exercise training in postmenopausal breast cancer survivors: cardiopulmonary and quality of life outcomes. J Clin Oncol Off J Am Soc Clin Oncol. 1 mai 2003;21(9):1660‑1668.
4. Carayol M. Le rôle de l’activité physique dans la prévention tertiaire du cancer. J Pharm Clin. 1 mars 2013;32(1):23‑30.
5. Rhodes RE, Courneya KS, Bobick TM. Personality and exercise participation across the breast cancer experience. Psychooncology. 2001;10(5):380‑8.
6. McCrae RR, John OP. An Introduction to the Five-Factor Model and Its Applications. J Pers. 1992;60(2):175‑215.
 
 

Une Activité Physique modérée et régulière protège d'une prescription de médicaments psychotropes à moyen terme

Une étude finlandaise publiée dans la revue Preventive Medecine explore l’association entre le niveau d’activité physique (AP) de loisir initial et la prise de médicaments psychotropes (e.g. antidépresseur) dans la 5 ans qui suivent (Lahti, Lallukka, Lahelma, & Rahkonen, 2013). La mesure de l’AP est auto-rapportée et permet un classement des sujets comme inactifs, modérément ou vigoureusement actifs, et faisant de l’exercice physique (>50h/METs/semaine). 5961 sujets ont été inclus, suivis en moyenne 4.2 ans et 25, 15, 19,et 22 % été respectivement, répartis dans les différentes catégories d’AP. L’analyse de régression de Cox était ajustée sur différents critères comme l’âge, l’IMC, les antécédents en terme de psychotropes. En comparaison à la catégorie des sujets dits Inactifs, l’ensemble des autres catégories d’AP de loisirs sont toutes associées significativement avec un risque moindre d’avoir un traitement psychotrope à moyen terme. Lorsqu’on réitère les analyses en séparant les antidépresseurs, des sédatifs, les résultats sont similaires.

Remarques : Cette étude est très originale, en effet dans le domaine des études centrée sur l’AP et la santé mentale, peu d’entre elles prennent en compte les traitements psychotropes. A titre d’exemple, une revue de littérature centrée sur les effets de l’exercice physique sur la dépression (entre autre) chez des femmes en traitement de cancer du sein souligne que seulement 2 études répondant aux critères d’inclusion contrôlent la médication des femmes inclues. Or 25 à 30 % à des femmes en traitement font usage d’antidépresseurs (Carayol et al., 2013). Les auteurs (Lahti et al., 2013) discutent leurs résultats en partant d’un postulat, traitement psychotrope = trouble psychiatrique mais la prescription de ces traitements peut être liées à de nombreux facteurs autres comme l’organisation des soins… Ces résultats sont très intéressant dans le cadre de la santé publique mais aussi de la psychologie. On pourrait penser qu’un niveau suffisant d’AP pourrait être aussi associé à des ressources psychologiques pour faire face (coping) à une détresse psychologique légère ou modérée reculant ou évitant ainsi la prise d’un traitement psychotrope. Il reste important de noter que la diminution du risque ne semble pas proportionnelle à la quantité d’AP voir même inférieure pour les « exercisers ». Ainsi, l’argument d’Ekkekakis peut être repris : A little pain for a lot of gain (Ekkekakis, 2009). A terme, des effets d’interactions entre AP et psychotropes devraient être examinés.

VOUS APPRÉCIEZ CE BLOG, FAITES LE SAVOIR EN VOTANT POUR LUI ! et en la partageant !

Carayol, M., Bernard, P., Boiché, J., Riou, F., Mercier, B., Cousson-Gélie, F., … Ninot, G. (2013). Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Annals of Oncology, 24(2), 291‑300. doi:10.1093/annonc/mds342

Ekkekakis, P. (2009). Let them roam free? Physiological and psychological evidence for the potential of self-selected exercise intensity in public health. Sports medicine (Auckland, N.Z.), 39(10), 857‑888. doi:10.2165/11315210-000000000-00000

Lahti, J., Lallukka, T., Lahelma, E., & Rahkonen, O. (2013). Leisure-time physical activity and psychotropic medication: A prospective cohort study. Preventive medicine, 57(3), 173‑177. doi:10.1016/j.ypmed.2013.05.019

Journées d'études Francophones en Activités Physiques Adaptées et Assemblée Générale de la SFP-APA

 Le programme  des XVIe   JOURNÉES   D’ÉTUDES  FRANCOPHONES  EN  ACTIVITÉS   PHYSIQUES  ADAPTÉES est désormais disponible (ici).

Ces journées se déroulent le 29, 30 et 31 mars  2012  à l’UFR STAPS d’Orsay. En parrallèle, le 31 Mars, se déroulera l’assemblée générale de  la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées (www.sfp-apa.fr) (plus d’info ici)

Voici une petite selection:

Conférence 3 : jeudi 29 mars, 14h45-15h30
La psychologie compréhensive appliquée à l’intervention en APA.  Gilles Lecoq, Maître de Conférence –HDR, ILEPS, Cergy-Pontoise.

Conférence 5 : vendredi 30 mars, 14h-14h45
Protocoles de réentraînement et effets bénéfiques des activités physiques dans les maladies cardiovasculaires chez les malades avec et sans traitement.   François Carré, Professeur d’Université – Pr aticien Hospitalier, Université Rennes1.

Conférence 6 : samedi 31 mars, 12h-12h15  :  Promouvoir l’exercice physique des personnes vivant avec le VIH/SIDA : 15 années d’arguments scientifiques mais encore trop peu de programmes d’activité physique adaptée mis en œuvre.
Thöni G., Eichelbrenner M., Bouricha R.,  Chamroeun P

2-Programme PASAPAS : résultats préliminaires d’une étude nutriti onnelle contrôlée randomisée au Centre de Lutte Contre le Cancer Léon Bérard. Foucaut A-M., Berthouze-Aranda SE., Reynes E., Touillaud M., Denizo t-Guillemaut S., Kempf-Lépine A-S., Carretier J., Pérol D., Trédan O., Fervers B.,4, Bachmann P.

3- L’Anorexie Mentale et les Activités Physiques, une relation ambiguë. Moscone A.L., Leconte  P., Le Scanff  C.

4- La réhabilitation respiratoire au centre Kerpape (Film). Robic G., Mabeau B., Jacquot A.

3- Liens possible entre dysautonomie et apparition d’une fatigue prématurée lors de l’exercice physique chez de jeunes adultes porteurs d’une trisomie 21. Leti T.,  Guinot M.,  Favre-Juvin A.,  Bricout V.

4- Programme scolaire d’Activité Physique Adaptée en Institut Médico-Educatif : impact sur la composition corporelle et sur la perception de soi d’adolescents en situation d’obésité et de handicap mental. Salaün L., Reynes E., Berthouze-Aranda S.

J’aurais le plaisir de co-animer la table ronde ci-dessous:

Table Ronde 3  : samedi 31 (9h-10h)  Thème : Que faire avec un Master en APA-Santé ? 

Activités physiques adaptées auprès de femmes en traitement pour un cancer du sein

Cet article souhaite mettre en lumière un mémoire francophone de kinésiologue de Dianne Couture de 2008 (dispo en ligne ici): Étude de l’impact d’un programme d’activité physique auprès de femmes en traitement pour un cancer du sein à l’Université de Montréal. Cet écrit est d’une grande qualité, la revue de littérature est très poussée et le programme mis en place et évalué est original et basé sur des faits scientifiques. Kinésiologue, une profession québecquoise, la plus proche à mon sens des Enseignants en APA en France (définition ici)

Il représente les bénéfices globaux que peut apporter un programme spécifique d’APA couplé à du « counseling » (du conseil spécifique) sur des variables psychosociales et physiques. Des écrits de ce niveau sont produits en France dans le cadre des Master STAPS APA mais leur accès libre en ligne n’est pas encore réalisé, ni peut être pas en projet. Vous trouverez quelques thèses de STAPS en ligne sur le site HAL (ici).

Résumé : Le cancer du sein est la forme de cancer la plus souvent diagnostiquée chez les femmes. Elles doivent vivre avec des séquelles qui nuisent à leur qualité de vie. Plusieurs études ont montré les bienfaits de l’activité physique (AP) sur les composantes physiques et psychologiques des patientes. Toutefois, elles réduisent souvent leur pratique d’AP suite aux traitements en raison de la détérioration de leur condition physique. Or, le maintien à long terme de la pratique d’AP est essentiel pour en conserver les bénéfices. La première section du mémoire présente une recension des écrits sur les bienfaits de l’AP auprès des femmes atteintes d’un cancer du sein et la seconde rend compte d’une étude expérimentale ayant pour objectif d’évaluer l’impact d’un programme d’AP sur le sentiment d’efficacité personnel et sur le plaisir associé à la pratique d’AP. Une enquête de suivi a été menée trois mois après la fin du programme afin d’évaluer le maintien à long terme de la pratique d’AP.

L’étude a été réalisée auprès de 18 patientes en cours de traitement. Le groupe expérimental a suivi un programme supervisé d’AP combiné à des séances de counseling sur une période de 16 semaines. Le groupe témoin avait la possibilité de suivre un programme de yoga. Nos résultats indiquent une amélioration statistiquement significative des trois composantes mesurées, soit le sentiment d’efficacité personnelle, le plaisir à faire de l’AP et le maintien de la pratique après la participation au programme.