Archives par mot-clé : médecin généraliste

Si l'activité physique est une médecine où est l'activité physique en médecine ?

hippocrateBradley Cardinal a publié un article au titre interpellant, difficilement traduisible en français : If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine ? Après avoir dressé le nombre d’études et de recommandations qui suggèrent d’incorporer la promotion de l’activité physique dans le cursus universitaire de médecine, ses collègues et lui s’interrogeaient sur la place réelle de l’activité physique dans les formations médicales. Ils ont examiné les contenus de formation des écoles de médecine accréditées par l’Association Américaine des Écoles de Médecine en ciblant les « programmes » pour médecin et médecin en ostéopathie. Ils ont réussi à obtenir ces descriptions dans 118/170 écoles. Voici les questions posées et leurs réponses.

  • Combien de médecins reçoivent une formation à propos de l’activité physique ? 51 % des écoles fournissent aucune formation, 21 % une seule
  • Ces cours sont-ils optionnels ou obligatoires ? Parmi celles proposant un cours, celui-ci est optionnel dans 82 % des cas
  • Quels types de sujets sont traités en lien avec l’activité physique ? 45 % des cours sont centrés sur la médecine du sport ou la physiologie de l’exercice, alors que la médecine préventive, ou le conseil au changement de comportement est proposé beaucoup moins souvent (environ 8%).
  • Il y a-t-il des différences entre les médecins et les médecins ostéopathes, les écoles privées ou publiques ?Aucune différence significative retrouvée.

Les auteurs discutent de leurs résultats avec une vision américano-centrée et proposent le développement de modules en ligne pour pallier cet énorme écart entre les recommandations et les faits. On peut rester très septique face à cette proposition et à sa possible efficacité. La formation à l’activité physique est rare et reste ultra-dominée par une vision biologique selon cette étude.

Je ne connais pas d’équivalent en France ou Canada pour pouvoir comparer les résultats. Si les lecteurs du blogue se rappellent avoir lu des informations à propos de la convention passée entre la C3D et la Conférence des Doyens de Facultés de Médecine en 2013 (article du blogue), à ma connaissance, il n’y a pas d’écrit à ce sujet, ni de système d’évaluation des effets de cette convention. Cela ferait un très bon sujet de mémoire de Master/Maîtrise ou de thèse de médecine.

Cardinal et al. 2015. If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine? Review of U.S. Medical Education Curricula for Physical Activity-Related Content. Journal of Physical Activity & Health

La revue Santé en Action, numéro sur l'Activité Physique sans Activité Physique Adaptée, si c'est possible !

inpesLe numéro de La Santé en Action de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) de Septembre 2015 consacre un dossier : « Promouvoir des environnements favorables à la pratique de l’activité physique » (téléchargeable ici).

Le numéro développe un premier article très clair sur le passage de l’intention à l’action dans le domaine de l’activité physique (Déterminants individuels de l’activité physique : revue de la littérature scientifique), suivi d’un riche entretien avec Anne Vuillemin à propos des ressorts d’une stratégie nationale de promotion de l’activité physique. Voici par exemple ce qui est proposé :

  • « Développer et de coordonner les politiques de promotion de l’activité physique bénéfiques pour la santé dans les différents secteurs (santé, sport, environnement, urbanisme, etc.). »
  • « Développer des environnements propices a la pratique de l’activité physique »
  • « Des consultations sur le mode des consultations d’aide à l’arrêt du tabac pourraient voir le jour »

Elle souligne aussi la question de l’article 35 : « à la question Il faut expliquer qu’il s’agit non pas de ≪ faire du sport ≫ à tout prix, mais davantage d’adopter un mode de vie actif, ce qui est diffèrent. Les décisions publiques ne vont pas toujours en ce sens. L’article 35 du projet de loi sur la modernisation du système de santé prévoit ainsi que l’activité physique adaptée, prescrite par les médecins pour les malades en affection de longue durée, soit réalisée dans le cadre d’organismes soumis au code du sport. Cela me semble contreproductif. ».

Par la suite l’article « Promotion de l’activité physique : que les politiques se bougent ! » (Pommier & Ferron) souligne le fait que la concentration unique sur la motivation à l’activité physique sans prendre en compte l’environnement est un échec assuré (voir l’article du blog à ce sujet). Dans ce cadre, les instances politiques doivent jouer leur rôle sur l’aménagement du territoire pour favoriser les déplacements actifs, par exemple.

Le numéro poursuit avec la présentation d’expériences locales. On peut regretter toutefois, qu’aucun article ne traite de la place et du travail de l’enseignant en Activité Physique Adaptée dans le domaine de la santé publique, de la prévention secondaire ou tertiaire. L’emphase est par exemple mise sur le programme Saphyr (plus d’info ici), sur les intervenants « formés sur une seule journée », et sur le fait que 74% des personnes y participant déclarent pratiquer une AP régulière. A la vue du nombre de lecteur important de cette revue et du sérieux de l’INPES, on pourrait s’attendre à un peu plus de sens d’analyse critique, comme par exemple traiter de la question de la sécurité des usagers durant la pratique, de leur suivi, du profil des personnes qui abandonne, ou de la faible sévérité pathologique des participants, de l’évaluation de ce programme….

De plus, encore une fois, on souligne la place majeure du médecin généraliste dans le conseil à l’activité physique avec les mêmes contre-arguments : manque de temps, de connaissance, de professionnels formés en aval… Dommage que la journaliste ne rappelle pas que la pratique personnelle du médecin reste le meilleur facteur prédictif de son intérêt pour la promotion de l’activité physique (comme la référence qu’elle donne dans l’article le souligne) (voir aussi l’article sur ce blog).

En conclusion, on peut légitimement penser que l’INPES a tout à gagner à s’intéresser aux Enseignants en Activité Physique Adaptée et plus approfondir la question du rôle du médecin dans la promotion de l’Activité Physique dans le cadre de la prévention secondaire et tertiaire. Il apparaît aussi légitime de se questionner sur l’absence de tout traitement de l’Activité Physique Adaptée dans ce numéro, comment les responsables de la prévention en France peuvent occulter cette forme de prise en charge qui existe depuis 30 ans en France, à travers une formation universitaire, des études scientifiques publiées, des livres, des professionnels de l’APA dans de nombreux secteurs, et une association qui les représente qui a pignon sur rue.

Activité physique, santé, handicap, éducation : la littérature scientifique francophone en mouvement

Récemment, le privilège d’analyser les résumés des interventions écrites et orales du Congrès National des Professionnels des Activités Physiques Adaptées (CNP-APA) m’a été donné. Je peux déjà annoncer que ceux-ci sont qualité et très variés en terme d’approches, de disciplines scientifiques et de publics visés. Un seul conseil, inscrivez-vous pour la seconde édition du CNP-APA !

© L'Internaute Magazine / Liv
© L’Internaute Magazine / Liv

Ces lectures, les précédents articles du blog, la démultiplication des archives ouvertes d’université et surtout l’intérêt croissant pour l’activité physique pour la santé décuple la quantité de textes francophones disponibles. J’ai donc fait tourner Zotero pour vous lister les textes francophones publiés durant les derniers 18 mois environ. Toutefois, l’exhaustivité n’est peut-être pas au rendez-vous, alors si vous connaissez des références qui ne sont pas dans bibliographie, laissez un commentaire.

  • Abitteboul, Y., Conort, C., Bouscaren, N., & Rivière, D. (2015). Importance du mal au dos comme frein à la pratique des activités physiques et sportives. Science & Sports, 30(1), 13‑18. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.07.017
  • Armand-Gaberan, F., & Bouilloud, J. (2013). Quand les jeunes en redemandent: Rencontre entre jeunes d’itep et éducateurs en formation autour du vtt. Empan, 92(4), 63. http://doi.org/10.3917/empa.092.0063
  • Ben-Sadoun, G., Petit, P.-D., Colson, S. S., König, A., & Robert, P. (2015). Activité aérobie et environnement enrichi : perspectives pour le patient Alzheimer. Science & Sports, 30(1), 1‑12. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.03.005
  • Bernard, P. (2014). Les systèmes d’orientation à l’activité physique au Royaume-Uni : efficacité et enseignements. Santé Publique, 26(4), 647‑654.
  • Bernard, P. (s. d.). Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ? L’Encéphale. http://doi.org/10.1016/j.encep.2014.10.016
  • Besnier, A., Marqueste, T., & Comte, F. (2014). Activité physique durant la grossesse et ses répercussions sur le nouveau-né. La Revue Sage-Femme, 13(2), 49‑65. http://doi.org/10.1016/j.sagf.2013.12.001
  • Bouricha, R., Thoni, G., Raffard, L., Cohert, L., Saucourt, V., Tirode, V. (2015). Activité Physique Adaptée pour les malades chroniques en appartements de coordination thérapeutique. Santé Publique, 219-225
  • Brun, J.-F., Guiraudou, M., Romain, A.-J., Pollatz, M., Fédou, C., & Mercier, J. (s. d.). Le niveau d’oxydation maximale des lipides (LIPOXmax), un niveau d’exercice adapté par ses propriétés énergétiques et comportementales au « génotype économe » du syndrome métabolique : l’hypothèse du « healthy primitive lifestyle ». Science & Sports. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2015.01.002
  • Calmet, M., Franchini, E., & Assude, T. (2014). Handicaps simulés et outils numériques : un exemple d’utilisation en judo. La nouvelle revue de l’adaptation et de la scolarisation, N° 66(2), 253‑268.
  • Carré, F. (2010). L’activité physique dans la prévention de la maladie coronaire. Annales de Cardiologie et d’Angéiologie, 59(6), 380‑384. http://doi.org/10.1016/j.ancard.2010.10.008
  • Cochez, C., Lootgieter, R., Peres, S., Rubenstrunk, A., Prudhomme, C., Carru, V., & Azar, R. (2014). Faisabilité et bénéfices de l’activité physique adaptée (APA) perdialytique chez les patients hémodialysés. Néphrologie & Thérapeutique, 10(5), 315‑316. http://doi.org/10.1016/j.nephro.2014.07.066
  • Costes, F., & Pison, C. (2014). Activité physique et nutrition dans la broncho-pneumopathie chronique obstructive. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 336‑347. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.10.004
  • Demets, J., Weissland, T., & Metron, D. (2014). Étude de faisabilité du pédalage unilatéral en réentraînement à l’effort chez le patient amputé de membre inférieur d’origine vasculaire : résultats préliminaires. Science & Motricité, (84), 35‑42. http://doi.org/10.1051/sm/2013075
  • Desport, J.-C., Jésus, P., Fayemendy, P., & Pouchard, L. (2014). Activité physique lors de la sclérose latérale amyotrophique. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 321‑326. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.09.001
  • Duclos, M., Oppert, J.-M., Vergès, B., Coliche, V., Gautier, J.-F., Guezennec, C.-Y., … Strauch, G. (2012). Activité physique et diabète de type 2: Référentiel de la Société francophone du diabète (SFD), 2011. Médecine des Maladies Métaboliques, 6(1), 80‑96. http://doi.org/10.1016/S1957-2557(12)70366-8
  • Dupuis, C., Filaire, M., & Filaire, E. (2015). Activité physique spontanée et qualité de vie des patients atteints d’un cancer du poumon, en attente d’une résection pulmonaire. Science & Sports, 30(1), 47‑50. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.09.003
  • Durocher, T., Thuillier, B., & Guyader, B. (2014a). Impact d’un protocole en activités physiques adaptées chez des patients lombalgiques chroniques en restauration fonctionnelle du rachis. Science & Motricité, (84), 11‑17. http://doi.org/10.1051/sm/2013065
  • Durocher, T., Thuillier, B., & Guyader, B. (2014b). Impact d’un protocole en activités physiques adaptées chez des patients lombalgiques chroniques en restauration fonctionnelle du rachis. Science & Motricité, (84), 11‑17. http://doi.org/10.1051/sm/2013065
  • Ferez, S., Marin-Duval, E., Thomas, J., Héas, S., & Fougeyrollas, P. (2014). Continuer à s’engager dans des loisirs après avoir été infecté au VIH : entre quête de normalité et prescription sociale. Loisir et Société, 37(2), 205‑223. http://doi.org/10.1080/07053436.2014.936162
  • Filhol, G., Bernard, P., Quantin, X., Espian-Marcais, C., & Ninot, G. (s. d.). Activité physique durant la grossesse : point sur les recommandations internationales. Gynécologie Obstétrique & Fertilité. http://doi.org/10.1016/j.gyobfe.2014.09.014
  • Fuchs, A. (2014). Activités physiques adaptées et mucoviscidose. La « voix » des patients. Science & Motricité, (84), 111‑119. http://doi.org/10.1051/sm/2013076
  • Gérin, C., Guillemot, P., Bayat, M., André, A. M., Daniel, V., & Rochcongar, P. (s. d.). Enquête auprès des médecins généralistes sur leur expérience et leur avis en matière de prescription d’activité physique. Science & Sports. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2013.12.006
  • Ginsbourger, T., & Terral, P. (2014). Dynamiques « d’humanisation » puis de « managérialisation » d’un projet d’activité physique sur un site de lutte contre le cancer. SociologieS.
  • Giroux, M. (2014). L’activité physique adaptée, enjeu et support de l’éducation thérapeutique du patient diabétique de type 2 précaire : élaboration d’un cycle éducatif d’activité physique adaptée « escalade », 145.
  • Kolko Labadens, A., Lasseur, C., Labat, T., Trolonge, S., & Chauveau, P. (2014). Activité physique chez les patients dialysés : comment et pourquoi l’évaluer et mettre en place un programme ? Néphrologie & Thérapeutique, 10(3), 151‑158. http://doi.org/10.1016/j.nephro.2013.12.004
  • Lacharité-Lemieux, M. (2014). Adhésion à l’exercice et amélioration de la santé métabolique chez les femmes ménopausées : comparaison entre l’entraînement en plein air et en salle. Consulté à l’adresse http://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/5457
  • Lecocq, G., & Dervaux, S. (2014). De la résistance à la résilience : lorsque 2 types d’A.P.A. se mettent au service d’une personne vulnérable. Science & Motricité, (84), 89‑97. http://doi.org/10.1051/sm/2013079
  • Le Galudec, M., Contant, A.-C., Stephan, F., Feray, A., Le Floch-Bergot, A.-L., Alzas, N., … Guerrero, F. (2014). Impact d’un programme d’activité physique sur la symptomatologie schizophrénique : résultats d’une expérience menée au CHRU de Brest. European Psychiatry, 29(8, Supplement), 646. http://doi.org/10.1016/j.eurpsy.2014.09.011
  • Lemercier, L., Bernard, P., Delmotte, J., Vincent, L., Cartron, G., & Ninot, G. (2015). Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : étude de faisabilité. Oncologie, 17(1-2), 47‑56. http://doi.org/10.1007/s10269-015-2486-3
  • Leti, T., Guinot, M., Favre-Juvin, A., & Bricout, V.-A. (2014). Dysautonomie des sujets porteurs d’une trisomie 21 : apports de la variabilité de la fréquence cardiaque et du bilan hormonal. Science & Motricité, (84), 71‑79. http://doi.org/10.1051/sm/2013080
  • Moscone, A.-L., Leconte, P., & Le Scanff, C. (2014). L’anorexie et l’activité physique, une relation ambiguë. Science & Motricité, (84), 51‑59. http://doi.org/10.1051/sm/2013084
  • Mosson, M., Peter, L., & Montel, S. (2014). Impact du niveau d’activité physique sur l’alexithymie et le coping dans une population de plus de 40ans atteinte de sclérose en plaques : une étude pilote. Revue Neurologique, 170(1), 19‑25. http://doi.org/10.1016/j.neurol.2013.04.009
  • Paumard, C. (2014). Les bénéfices de l’activité physique dans les pathologies chroniques. NPG Neurologie – Psychiatrie – Gériatrie, 14(82), 201‑208. http://doi.org/10.1016/j.npg.2013.12.005
  • Pillard, F. (2014a). Bénéfices de l’activité physique chez le patient atteint de BPCO. Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 230‑232. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70560-9
  • Pillard, F. (2014b). Évaluer l’activité physique des patients atteints de BPCO. Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 233‑234. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70561-0
  • Pillard, F. (2014c). Faciliter et stimuler l’activité physique des patients atteints de BPCO : quels moyens, quels résultats ? Revue des Maladies Respiratoires Actualités, 6(3), 235‑237. http://doi.org/10.1016/S1877-1203(14)70562-2
  • Pollatz, M., Guiraudou, M., Romain, A.-J., Fédou, C., Brun, J.-F., & Mercier, J. (2014). Les effets d’un réentraînement de 45 minutes au LIPOXmax sur le comportement alimentaire de patients obèses sont analogues le matin et l’après-midi. Science & Sports, 29(2), 57‑61. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2013.12.002
  • Rivas-Branger, J., Chinalska-Chomat, R., Obeid, D., & Ricour, C. (2014). Handicap mental chez l’enfant et risque d’obésité : le rôle clé de l’activité physique (AP) adaptée. Science & Sports, 29, Supplement, S8. http://doi.org/10.1016/j.scispo.2014.08.008
  • Rolland, M. (2015). L’observance de la prescription d’activité physique en médecine générale : étude descriptive prospective chez des patients porteurs de facteurs de risque cardiovasculaires, 101.
  • Romain, A. J., & Bernard, P. (2015). L’amélioration de la santé cardiovasculaire par l’exercice physique, chez les individus atteints de schizophrénie, passe aussi par la psychologie de la santé. Obésité, 10(1), 63‑65. http://doi.org/10.1007/s11690-014-0463-4
  • Tant, M. (2014, janvier 20). Inclusion en Education Physique et Sportive des élèves en situation de handicap. Mise en évidence d’un système inclusif en trois stades distincts chez les enseignants d’EPS français (phdthesis). Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambresis. Consulté à l’adresse https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00998934/document
  • Thibault, R., Meyer, P., & Cano, N. (2014). Activité physique, nutrition, et insuffisance cardiaque chronique. Nutrition Clinique et Métabolisme, 28(4), 327‑335. http://doi.org/10.1016/j.nupar.2014.10.005
  • Thomas, J., Duval, E., Perera, É., & Ferez, S. (2014). La perception de l’activité physique comme mode de prise de charge du VIH : effets de la visibilité du corps sur les stratégies de gestion d’une « maladie chronique ». Science & Motricité, (84), 99‑110. http://doi.org/10.1051/sm/2013081
  • Villaron, C., Marqueste, T., Eisinger, F., Cappiello, M.-A., Therme, P., & Cury, F. (2015). Activité physique et cancer du sein métastatique : qualité de vie, fatigue et estime de soi — étude pilote. Oncologie, 17(1-2), 39‑46. http://doi.org/10.1007/s10269-014-2474-z

Conseille-t-on l’activité physique aux personnes suivies pour une dépression ?

Une étude australienne souligne que les psychologues utilisent le conseil à l’activité physique dans le cadre du suivi de leurs patients (67%) (Burton, Pakenham, & Brown, 2010). Cependant, l’utilisation de ce type de conseil est totalement liée au fait qu’ils aient ou non une pratique physique régulière eux-mêmes.

Chez les médecins généralistes, une étude souligne que seulement 5% des sujets interrogés considèrent l’activité physique comme une part du traitement de la dépression (Donaghy, Taylor, & Campus, 2010). D’ailleurs cet article en accès libre, est un joli jeu d’arguments de contre arguments en faveur de l’activité physique dans le traitement de la dépression.

 Peu d’études s’intéressent à ce type d’habitudes chez les soignants confrontés à des sujets touchés par des troubles dépressifs. Les prochains articles vont approfondir ce sujet dans le domaine de la médecine générale.

Burton, N. W., Pakenham, K. I., & Brown, W. J. (2010). Are psychologists willing and able to promote physical activity as part of psychological treatment? International Journal of Behavioral Medicine, 17(4), 287-297.

Donaghy, M., Taylor, & Campus, S. L. (2010). Should practitioners promote physical activity as a treatment for depression? Journal  Royal College of Physicians of Edinburgh, 40, 132–5.