Une chercheuse qui cherche et qui bouge ou une auto-analyse de son activité physique quotidienne.

Canada Physiotherapy

La base Pubmed continue ces surprises. J’ai découvert ce jour la revue Physiothérapie Canada (Revue de l’Association canadienne de physiothérapie). Comme à l’habitude, j’ai exploré les écrits à la recherche d’articles originaux ou d’article francophones utilisables en cours. J’y ai découvert un texte de Maureen Ash du Center for Hip Health and Mobility de Vancouver. L’auteure est chercheuse dans le domaine de la physiothérapie et relate l’effet de son travail sur son niveau d’activité physique dans le texte : L’activité physique et la sédentarité dans les milieux de travail.

Elle y décrit une auto-analyse de son activité physique quotidienne, des effets possibles des périodes de travail ardues et des solutions établies pour demeurer active. De plus, elle a consigné le nombre de pas (mesuré par accéléromètre) et d’heures de travail quotidiens durant 20 mois. L’article est en accès libre et à mettre en lien avec l’article du blog Le podomètre : se motiver pour bouger. Je vous laisse le lire avec attention. Il relate parfaitement du paradoxe des chercheurs en STAPS, psychologie ou santé publique œuvrant à des études sur l’activité physique ou la sédentarité et qui peuvent être par moment plus inactifs ou sédentaires que les sujets qu’ils étudient.

Maureen Ash (2012). L’activité physique et la sédentarité dans les milieux de travail. Physiothérapie Canada



Cite this blog post
Bernard Paquito (2013, February 26). Une chercheuse qui cherche et qui bouge ou une auto-analyse de son activité physique quotidienne. AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4ng

2 thoughts on “Une chercheuse qui cherche et qui bouge ou une auto-analyse de son activité physique quotidienne.”

  1. Merci Shahmaei de nous faire découvrir cette société scientifique d’Ergo, c’est un gros travail de mené par cette profession.
    J’adore me rendre compte des différents points de vue que peuvent développer des regards formés différemment sur un même objet.
    Paquito

  2. Post-trés intéressant dans sa démarche. ça ressemble à une observation ergonomique.
    Ergonomie au sens littéraire du terme, non pas l’idée reçue de “geste et posture” ou de l’objet “ergonomique ” d’ebay.
    L’ergonomie peut se définir comme l’analyse de l’activité réelle de l’opérateur, c’est une discipline au service du travailleur à travers la tâche à accomplir – “l’homme au travail”. Comment optimiser le confort et l’efficacité du travailleur ? Quels sont les observables pertinents à analyser ?
    Cette physiothérapeute canadienne a mis en place une observation de type ergonomique et la problématique de la place de l’activité physique dans les taches tertiaires, si elle est consciente chez chacun, reste un terrain de recherche et d’investissement tout ouvert.
    Incorporer l’AP dans les taches quotidienne, après à savoir si cela reste l’AP rentable d’un point de vue physio ou non, ou bien sur d’autres paramètres de bien-être, de représentation de soi, je te laisse m’éclaircir sur le sujet. Le GERAR en était resté à des définitions encore trop larges pour être pratique ou applicables.
    http://www.ergonomie-self.org/
    Coté biblio, la SELF a une revue en ligne qui est en “open access” avec comité de lecture qui s’appelle @ctivités. J’ai lu pas mal d’article dessus et certains se concentre sur l’activité physique et ses intervenants, j’en ai résumé un sur les entraineurs de gym à propos de l’application de leurs connaissance, si tu veux me donner ton avis…
    http://ergonomie-ethique.blogspot.fr/2012/12/entraineur-un-metier-ou-lexperience-est.html
    NS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.