L'activité physique au début des troubles psychotiques

images.duckduckgo.comLa revue Schizophrenia Research a publié une lettre à l’éditeur rédigée par deux chercheurs de l’Université de Calgary (Deighton & Addington, 2014). Les auteurs souhaitaient partager un résultat très simple d’une enquête auprès de 80 jeunes adultes, dont 40 ayant fait récemment un premier épisode psychotique. Ils investiguaient par questionnaire, les pratiques d’activité physique en termes de nature d’activité, fréquence, durée, intensité et la condition physique perçue.

Les résultats étaient prévisibles:les jeunes adultes sans troubles déclarent réaliser des activités plus fréquemment, plus longuement et se perçoivent en meilleur forme physique. Cependant, ils ne différent pas en terme d’intensité de pratique.

Il reste très difficile de tirer des conclusions de ce type d’étude, l’intérêt majeur étant de souligner que l’activité physique est un critère qu’on doit prendre en compte dans les prises en charge précoces.

Comme déjà souligné dans une précédente revue (Bernard & Ninot, 2012), aucune étude prospective à ce jour n’a exploré le potentiel rôle de l’activité physique sur l’apparition du premier épisode psychotique.

Bernard, P., & Ninot, G. (2012). Bénéfices des activités physiques adaptées dans la prise en charge de la schizophrénie : revue systématique de la littérature. L’Encéphale, 38(4), 280‑287. doi:10.1016/j.encep.2011.07.001

Deighton, S., & Addington, J. (2014). Exercise practices of young people at their first episode of psychosis. Schizophrenia Research, 152(1), 311‑312. doi:10.1016/j.schres.2013.10.045



Cite this blog post
Bernard Paquito (2014, October 10). L'activité physique au début des troubles psychotiques. AVUER. Retrieved June 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4ow

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.