La sédentarité, le tour de la question

La Presse Médicale a mis en ligne une revue de littérature de qui dresse l’état des connaissances actuelles à propos de la sédentarité. Avant d’aller plus loin, naviguez vers l’article à ce sujet de 2013 sur le blog, cela facilitera la lecture et l’interprétation du résumé de celle-ci.

L’auteur (Chevance et al., 2016), doctorant STAPS affilié à l’Université de Montpellier et couv_tremeaux Cliniques du Souffle, a pris le temps de rappeler les définitions importantes et méconnues de la sédentarité, de l’activité physique et de l’inactivité physique. Il souligne bien que la sédentarité et l’activité physique co-existent et sont trop souvent vus comme uniquement antinomiques. La description des effets délétères sur la santé est fine et souligne que le potentiel “effet compensatoire” de l’activité physique face à une sédentarité importante, n’est en réalité que peu vérifié. La revue se conclue par des pistes d’intervention visant la réduction de la sédentarité.

Points essentiels

  • Les comportements sédentaires et d’activité physique peuvent coexister chez un même individu.
  • Les effets néfastes des comportements sédentaires sur différents indicateurs de santé s’exercent même lorsque les individus sont actifs physiquement.
  • De nombreuses perspectives d’interventions pour réduire la sédentarité des Français sont à imaginer.
  • Certains pays ont déjà lancé des programmes de prévention à grande échelle sur des publics cibles.
Une lecture essentielle pour les professionnels du champ de la prévention, de la santé publique, mais aussi les Enseignants APA et kinésiologues.
Chevance, G., Foucaut, A. M., & Bernard, P. (2016). État des connaissances sur les comportements sédentaires. La Presse Médicale. http://doi.org/10.1016/j.lpm.2016.01.004
Déclaration d’intérêt: co-auteur de l’article

2 réflexions sur « La sédentarité, le tour de la question »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.