Faut-il taper sur les kinésithérapeutes ?

81019-game-of-thrones-une-saison-6-top-secreteSi les exemples ne manquent pas pour s’énerver face à son écran (je vous aurais prévenu, exemple 1exemple 2), le titre est volontairement provoquant. Uniquement pour attirer les chalands ! D’ailleurs, prenez le mot kinésithérapeutes et remplaçaient le par éducateur sportif, ministère de sports/santé… c’est exactement la même réponse que je donne : Non.

Avec un peu de recul, ces derniers 12 mois ont été très agités autours des questions de l’activité physique adaptée, sa place, son rôle, ses acteurs, sa reconnaissance. Voir à ce propos deux articles de la SFP-APA qui dressent un bilan (mitigé?) clair des enjeux actuels.

Pour les fans du réseau social, plusieurs comptes livrent aussi une quantité d’informations non négligeables et facilitant une meilleure appréhension du contexte actuel (@MVergnault @stefdijoux @Chaudru_ @GillesThoni ).

Cet article dénote de ceux généralement postés sur ce blog. Il vise simplement à livrer ma position personnelle sur la question de l’organisation des forces vivantes autours de l’activité physique adaptée. Je reprends mots pour mots un ancien texte: Il me semble que le développement des APA arrive à un point de bascule. En effet, les pouvoirs publics prennent conscience du potentiel de l’activité physique pour des raisons majoritairement utilitaristes plus que scientifiques. La question de la mise au pas de l’activité physique par la santé (1) et le monde du sport est d’actualité et amène les APA à une vision réductionniste. Dans ce contexte, les acteurs des APA sont face à une sorte de pari de Pascal (2) : restons sur des positions attentistes, individuelles et uniquement corporatistes et les APA vivoteront benoîtement ici et là ou supposons que les APA peuvent réellement être portées par une expérience collective fédératrice, accompagnée des bénéficiaires et menée avec conviction et ainsi elles seront vivantes et en évolution permanente.Voir le texte complet pour les curieux.

Je souhaite souligner, à nouveau, que la reconnaissance de l’APA et son développement en faveur des usagers repose uniquement sur les professionnels de l’APA ACTIFS à sa reconnaissance. Si la SFP-APA est irréprochable dans ce domaine, les Enseignants APA forts de leur référentiel métier et de leur formation universitaire devraient se mobiliser en plus grand nombre par le biais de la SFP-APA ou d’autres voies. L’énergie et le temps de chacun n’est pas extensible à l’infini, donc concentrons nous sur la promotion de l’APA et évitons les réactions/critiques à chaud chronophages visant des corporations ou personnes. Les pistes ne manquent pas : créer un syndicat professionnel, ou se faire connaître dans les syndicats classiques, être réellement actifs en terme de communication auprès des usagers, associations de malades ou d’aidants, développer des manières de travailler en réseau avec les professionnels médicaux-paramédicaux-éducatifs-du loisirs et penser que les élections approchent (rappelez vous le travail nécessaire de l’ANESTAPS en 2012 ici et ).



Cite this blog post
Bernard Paquito (2016, July 11). Faut-il taper sur les kinésithérapeutes ? AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4qo

2 thoughts on “Faut-il taper sur les kinésithérapeutes ?”

  1. Je partage ta position , et me bats à mon niveau (un peu tout seul!!) pour développer l’APA au sein des ACT ce qui représente plus de 120 structures médico-sociales en Franque , en communiquant sur mon expérience. La SFP fait un travail remarquable mais ça suffit pas, les universités se mobilises trop peu (enseignants universitaires) , manque un syndicat effectivement!!!

  2. “Faut-il taper sur les kinésithérapeutes” autant que sur les eapa(s) 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.