La gratuité dans les transports publics (1/2)

La lecture d’un article en anglais dans The Conversation sur l’importance des transports publics durant le COVID fait écho à la revue présentée ci-après. Un chercheur de Belgique a dressé l’état des connaissances sur la question de la gratuité des transports publics à travers le monde (1).

Je souhaitais approfondir cette question dans une perspective de santé et de solutions justes face au changement climatique. Autrement dit, la mise en place de la gratuité des transports publics est-elle justifiée pour des raisons liées à des villes plus durables, et cela-t-il un effet sur la santé des utilisateurs? Après la lecture, l’article ne traite que partiellement un des deux points. La revue est très solide au niveau méthodologique, mais la littérature scientifique ne semble pas développée sur la question des effets sur la santé.

La gratuité des transports publics. Le terme gratuit est loin d’être uniforme à travers les différentes études. Le transport gratuit peut prendre différentes formes. Ils peut être temporairement limité, spatialement limité, ou socialement limité.

Temporairement limité

Ce type de gratuité des transports publics a été identifié dans la littérature pour des municipalités qui expérimentaient la gratuité des transports. Certaines campagnes de gratuité des transports publics ont aussi été temporairement mises en place à la suite de pics de pollution, de désastres naturels, ou de crise politique majeure. Elle peut prendre aussi une forme régulière et spécifique. Par exemple la ville de Schengen Chine n’applique pas de tarifs de bus avant sept heures du matin.

Spatialement limité

Ce système va prendre la forme d’une zone gratuite dans certaines rues ou quartiers d’une ville, ou aussi de traversiers. On retrouve de nombreux exemples sur les campus américains.

Socialement limitée

La gratuité des transports, ici, cible par exemple les enfants des adolescents, des étudiants et personnes en situation de handicap, des personnes sans emploi ou des personnes âgées. Ces exemples peuvent s’illustrer à un niveau local ou national.

L’auteur de la revue a identifié environ 100 lieux différents dans le monde, ayant mis en place la gratuité des transports publics temporairement ou définitivement.

 

Aux États-Unis la première initiative identifiait date de 1962. L’arrêt de ces initiatives a majoritairement été justifié sur la base de théories économiques. Actuellement les réseaux de transports publics gratuits se retrouvent sous quatre formes : les campus universitaires, les parcs naturels, les sites touristiques et des zones urbaines. L’auteur souligne que les deux tiers des initiatives globalement ont été réalisés pour des raisons économiques et libérales. Parmi les villes ayant mis en place ce système, seulement trois ont plus de 100 000 habitants.

La zone Europe possède le plus grand nombre de réseaux de transports publics gratuits. Ils ont majoritairement vu le jour entre les années 70 et 90. Dans les années 2000, un nombre importants de réseaux transports publics gratuits a été mis en place notamment en Pologne et en France.

Les années 2000 ont vu apparaître la mise en place de gratuité dans plusieurs villes au Brésil. Ces initiatives ont été mises en place par des mairies de gauche, du centre, et du centre-droit. Plus récemment, trois villes chinoises ont rendu les transports publics gratuits dans un objectif de diminuer la congestion routière.

La suite de l’article abordera les justifications et contre-arguments liés à l’économie, le transport, et les politiques sociales.

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.