La gratuité dans les transports publics (2/2)

Dans la seconde partie de l’article, l’auteur (1) apporte des réponses à la question suivante : La gratuité des transports est-elle fiable économiquement, viable et juste socialement?

Économique.

Généralement, la gratuité des transports publics est perçue comme des coûts additionnels de maintenance, des problèmes de sécurité et une plus forte demande de passagers alors que les revenus issus des billets sont absents. Les résultats économiques de la gratuité des transports publics varient en fonction de l’échelle de réseaux mis en place. Plusieurs rapports économiques suggèrent que la gratuité des transports publics est une fausse bonne idée. Leurs auteurs alarment sur la dévaluation symbolique des transports associés à leur gratuité mais aussi à la possible augmentation du vandalisme. Cependant l’auteur de la revue affirme qu’il n’y a pas un niveau de preuve solide qui montre que la gratuité des transports publics affecte la capacité des transports publics de manière négative et significative.

Durabilité.

La gratuité des transports publics est en ligne avec le paradigme du développement des transports durables. Plusieurs études, menées en Europe, concluent que la réduction du nombre de voitures en ville et plus fortement associé à une augmentation des taxes sur l’essence, à une restriction du parking et de l’utilisation des routes qu’à une réduction du prix du billet de transport en commun. Les études qui examinent la quantité d’automobilistes qui utilisent les transports en public à la suite de la gratuité obtient des résultats contrastés. Ce sont généralement les piétons ou cyclistes qui adoptent les transport en commun. Ces résultats peuvent s’expliquer par le type de ville ou d’espace (urbain ou semi-urbain).

Justice sociale.

L’abolition des frais liés à l’utilisation des transports publics, est aussi envisagée comme un outil de réduction des inégalités sociales. Dans un des plus grands réseaux de transports publics gratuits du monde à Tallinn en Estonie, l’augmentation de l’utilisation des transports publics a été très marquée chez les personnes à faible revenu ou sans emploi. Ces résultats ont été reproduits aux États-Unis, en France ou au Danemark. De nombreuses associations à travers le monde considère les transports en public comme un bien commun qui devrait être accessible à tous de plus la gratuité des transports publics semble être associé à une amélioration des conditions de travail des conducteurs.

En conclusion, l’auteur souligne l’importante hétérogénéité des réseaux de transports publics gratuits, des échelles de ces réseaux, des justifications sociales, écologiques ou budgétaires. J’ai sollicité l’auteur afin de savoir si des études avaient exploré l’impact de la gratuité de ces transports sur les modes de transport actif ou l’activité physique. Mais selon lui il n’y a quasiment pas d’étude sur ce sujet, dommage.

Pour aller plus loin :

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.