Psychologie de la santé et changement climatique

Cet article résume les principales idées présentées dans un commentaire que j’ai publié en 2019 (1) (accès libre). Ce commentaire défend l’idée que la psychologie de la santé, comme discipline scientifique, doit impérativement anticiper les conséquences négatives liées à l’anthropocène en aidant les individus, les communautés et les systèmes de santé à réaliser des efforts majeurs et à préparer des stratégies de réponse face aux conséquences du changement climatique.

L’anthropocène est un concept qui décrit une ère géologique nouvelle qui est déterminée par les effets de l’humanité sur la géologie et l’écologie. L’époque de l’anthropocène est caractérisée par des changements biophysiques majeurs dus à l’empreinte énergétique humaine qui dépasse les limites de l’écosystème planétaire.

Quelles sont les frontières de la psychologie de la santé à l’âge de l’anthropocène ?

La psychologie de la santé se ‘définit comme l’étude scientifique des processus psychologiques liés à la santé et aux soins’. Dans cette section, il est brièvement rappelé que la psychologie de la santé oscille entre une vision purement individuelle ou purement sociale. En conséquence, comme chercheurs dans le domaine de la psychologie la santé, nous devrions améliorer la compréhension des processus psychologiques liés aux conséquences directes ou indirectes du changement climatique sur la santé, mais aussi développer une compréhension de comment produire du changement social pour une meilleure santé et un meilleur environnement.

Quels sont les meilleurs comportements d’adaptation et d’atténuation pour la santé et l’environnement ?

Les comportements d’adaptation. Un nombre croissant d’études souligne que les manifestations actuelles du changement climatique influencent négativement la qualité de l’alimentation, la qualité du sommeil et augmente le risque de malnutrition de troubles mentaux et d’exacerbation des symptômes de maladies chroniques. Dans cette logique, la communauté de la psychologie de la santé doit identifier les stratégies efficaces déjà considérées comme efficaces pour traiter ces maux.

Les comportements d’atténuation. Si la réduction de la quantité de gaz à effet de serre ne repose majoritairement pas sur des comportements individuels (voir schéma ci-dessous) ils peuvent quand même avoir une influence non négligeable. Les comportements d’atténuation sont, dans le domaine de la psychologie, la catégorie de comportement associés à une diminution des gaz à effet de serre. Or les psychologues de l’environnement soulignent que la plupart des études se centrent majoritairement sur les comportements dits de d’atténuation, qui qu’en vérité, ont un faible impact sur les émissions (ex. zéro déchets). Ainsi pour les pays émettant le plus de gaz à effet de serre (USA, Chine, Russie, Brésil, Inde, Allemagne, Royaume-Uni, France, Indonésie, Canada), une série de comportements d’atténuation à haut impact a été identifiée : diminuer drastiquement la consommation de protéines animales, vivre sans voiture, avoir un seul enfant et réduire drastiquement l’utilisation de l’avion.

Comment aider les migrants environnementaux et les futurs réfugiés climatiques ?

Selon différentes sources, les projections de migration mondiale à l’intérieur d’un pays en 2050 devraient être de l’ordre de 200 millions. À l’échelle mondiale, c’est plus d’un milliard de personnes qui pourraient migrer. Le changement climatique entraîne des changements environnementaux progressifs mais aussi soudain. Cela a pour conséquence de forcer des migrants climatiques à quitter temporairement ou de manière permanente leur lieu de vie. Les mouvements de population à venir sont une somme de défis importantes pour la psychologie de la santé : la sous nutrition, les maladies transmissibles, l’accès à l’eau, l’accès à des soins de santé primaire et l’augmentation des risques de stress post-traumatique. Ici, la psychologie de la santé communautaire peut jouer un grand rôle en développant des stratégies de communication et d’interventions culturellement adaptées aux futurs réfugiés climatiques.

Comment développer des systèmes de soins plus résiliant et adaptés au changement climatique ?

Les systèmes de santé vont de manière graduelle être sollicités majoritairement du à l’augmentation de la fréquence des événements liés au changement climatique vague de chaleur, catastrophes naturelles, sécheresse. De plus l’empreinte carbone des systèmes de santé est loin d’être négligeable. Dans cette logique la psychologie de la santé, peut jouer un rôle en formant les futurs cliniciens sur les conséquences du changement climatique mais aussi l’accueil des futurs réfugiés.

En conclusion, les professionnels les étudiants et les chercheurs dans le domaine de la psychologie de la santé devraient :

  • inclure les comportements liés au changement climatique en priorité dans leurs études,
  • systématiquement présenter les conséquences du changement climatique pour la santé dans leur cours,
  • inclure les conséquences du changement climatique dans leurs modèles,
  • développer des collaborations avec les chercheurs en psychologie de l’environnement et participer à des projets interdisciplinaires,
  • se préparer à implémenter des interventions basées sur des données probantes pour faire face a des catastrophes naturelles, anticiper les transformations sociales dans les communautés
  • participer aux initiatives scientifiques transdisciplinaires.

L’ensemble des références utilisées pour les propos tenus ci-dessus sont disponibles dans le texte rédigé en anglais.

1. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychol Behav Med. 2019 Jan 1;7(1):193–201.


Une réflexion sur « Psychologie de la santé et changement climatique »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.