Voitures autonomes : des effets délétères sur l’activité physique?

Une étude a tenté de quantifier les impacts sur la santé et sur les émissions de carbone du possible développement des voitures connectées et autonomes à San Francisco (1).

La méthode utilisée dans cet article dépasse mon niveau de compétence mais les questions soulevées par celui-ci me semblent très intéressantes. En effet, en 2018 et 2019, la ville de Montréal a testé un système de véhicules autonomes collectifs non loin du stade olympique. J’ai pu à plusieurs reprises observer les occupants, et je m’interrogeais sur le possible impact négatif de cette initiative sur leur activité physique quotidienne.

Les auteurs souhaitaient estimer la direction et la magnitude des effets des voitures autonomes sur l’activité physique, le risque de blessures et les émissions de CO2 à une échelle régionale. L’article fait état de la littérature concernant les systèmes de voiture autonome connectée et différents indicateurs de santé (c-à-d, blessures, expositions polluants, activités physiques). Globalement très peu d’études ont porté leur intérêt sur les effets des voitures autonomes sur la santé. Les auteurs soulignent que le développement des voitures connectées augmente leur utilisation notamment par le temps libéré (à ne pas conduire) mais que les véhicules consommeraient moins d’énergie, diminueraient la congestion, et la pollution ville. La figure ci-dessous résume les liens entre véhicules autonomes et santé humaine.

Les auteurs utilisent le ‘Modèle d’impact santé-transport intégré’ pour estimer la demande de transport, le niveau d’activité physique, les émissions de CO2, et les risques de blessures. Leur modèle permet d’estimer:

  • une augmentation de 10 % des distances parcourues en voiture autonome,
  • associée à une diminution d’environ 11 % du transport actif et une réduction de 70 à 90 % des accidents.
  • Les voitures autonomes dans leur modèle consommaient de l’essence, mais le style de conduite et des performances moteur associées aux voitures autonomes pourraient engendrer une réduction de 20 à 30 % du CO2.

Les auteurs estiment que le nombre de morts évités liés aux accidents de la route pourrait être de l’ordre de 300 par an. En revanche, la réduction de l’activité physique pourrait avoir des impacts négatifs importants. Le nombre de morts annuels estimés serait compris entre 30 et 60, et l’espérance de vie corrigée sur l’incapacité de 700 à 900. Les auteurs explorent aussi d’autres scénarios. Ils estiment que les bénéfices de santé maximaux pourraient être retrouvés avec une augmentation de 50 % du transport actif dans leur modèle.

Comme souligné plus haut, il m’est difficile d’évaluer la qualité méthodologique de l’article. Cependant, sa lecture offre de nombreuses perspectives sur une vision systémique du développement des véhicules connectés autonomes. On pourrait s’interroger par exemple, sur d’autres effet rebonds : utilisation démesuré de données liées à la 5G, l’électrification des véhicules autonomes.

1. Pourrahmani E, Jaller M, Maizlish N, Rodier C. Health Impact Assessment of Connected and Autonomous Vehicles in San Francisco, Bay Area. Transp Res Rec. 2020 Aug 17;0361198120942749.



Cite this blog post
Bernard Paquito (2020, August 26). Voitures autonomes : des effets délétères sur l’activité physique? AVUER. Retrieved March 2, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4sz

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.