Réduire la consommation de viande: pour la santé, pour le climat ou pour les deux ?

Dans un précédent article, je vous présentais un commentaire que j’ai publié à propos du rôle de la psychologie de la santé dans le contexte d’urgence climatique1. J’y suggérais que les psychologues de l’environnement et la santé pouvaient travailler de concert pour modifier les comportements associés à une meilleure santé et ayant une empreinte carbone et écologique diminuées.

Une étude italienne2 est en droite ligne avec cette idée. En effet, ces chercheurs en psychologie ont développé une intervention ayant pour objectif l’amélioration de l’attitude envers la réduction de consommation de viande rouge et la réduction de la consommation de celle-ci. Cette étude se base sur la théorie de l’action raisonnée qui suppose que des messages persuasifs peuvent entraîner une modification de l’attitude, qui à son tour entraînera un changement de comportement. Dans leur revue de littérature, les auteurs présentent les précédentes études utilisant des messages persuasifs centrés sur les bénéfices en termes de santé et ou environnementale. Ces études montraient de potentiels effets positifs des messages santé ou environnement, mais des résultats contradictoires ont été retrouvés lorsque les 2 sont combinés. De plus, aucune étude investiguait les effets à moyen terme de ces messages.

Les messages persuasifs sont généralement reconnus pour modifier les attitudes mais demeurent à eux seuls, moins efficaces pour changer le comportement. Dans ce cadre, les auteurs ont utilisé 2 techniques de changement de comportement qui vise à renforcer le lien entre attitudes et comportements. Ainsi, les messages étaient accompagnés de rappel d’objectifs spécifiques et d’auto mesure du comportement.

En conséquence, les auteurs ont développé 3 interventions (2 semaines) incluant systématiquement un message quotidien reçu le matin centré soit sur la santé, sur l’environnement, ou sur les deux. Ce message était accompagné d’un rappel de l’objectif (réduire sa consommation de viande rouge). Chaque soir, les participants rapportaient leur consommation de viande dans un agenda en ligne. Le groupe contrôle ne recevait aucun message, les participants rapportaient uniquement chaque soir leur consommation de viande.

  • Exemples de messages persuasifs
    • Si vous mangez peu de viande rouge, vous protégez votre santé des risques de cancer du côlon.
    • Si vous mangez peu de viande rouge, vous protégerez l’environnement en réduisant les gaz à effet de serre.
  • Exemple de rappels d’objectif
    • Rappelez-vous d’essayer de ne manger que de Sion viande rouge cette semaine en contrôlant votre consommation grâce à l’agenda en ligne. Un lien vous sera envoyé ce soir pour rapporter votre consommation de viande.

Les participants ont été évalués uniquement par questionnaire (avant et après l’intervention, puis quatre semaines plus tard). Les construits théoriques de la théorie du comportement planifié et la consommation de viande rouge ont été mesurées.

Les auteurs souhaitaient évaluer l’impact des 3 interventions sur l’attitude et le comportement. Chaque intervention était comparée au groupe contrôle pour quantifier son effet. L’étude a été réalisée auprès d’étudiants de deux universités italiennes différentes. Après tirage au sort, ils étaient répartis dans un des quatre groupes.

RÉSULTATS : Aucune des trois interventions était supérieure à une autre pour modifier l’attitude ou la consommation de viande. Une augmentation significative du niveau d’attitude et une réduction marquée de la consommation de viande rouge était retrouvée chez les participants de la condition santé ou la condition environnement, en comparaison groupe contrôle. En revanche, la condition santé et environnement n’était pas supérieure au groupe contrôle. La taille des effets était généralement modérés. De plus, l’amélioration de l’attitude envers la réduction de consommation de viande entre l’évaluation initiale et la fin d’intervention expliquait majoritairement la réduction de consommation de viande un mois post intervention.

Cette étude illustre l’intérêt d’utiliser des messages centrés sur l’environnement ou la santé pour modifier un comportement bénéfique pour les deux. Bien entendu, cette étude doit être reproduite dans un échantillon plus représentatif des consommateurs de viande. Les auteurs suggèrent que l’absence d’effet de la combinaison santé environnement pourrait être expliqué par une surcharge d’information. De plus, il souligne que l’efficacité des messages pourrait être améliorée par des messages qui visent à modifier réaction affective.

1. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychology and Behavioral Medicine. 2019;7(1):193-201. doi:10.1080/21642850.2019.1617150

2. Carfora V, Catellani P, Caso D, Conner M. How to reduce red and processed meat consumption by daily text messages targeting environment or health benefits. Journal of Environmental Psychology. 2019;65:101319. doi:10.1016/j.jenvp.2019.101319


Une réflexion sur « Réduire la consommation de viande: pour la santé, pour le climat ou pour les deux ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.