Réduire la consommation de viande: pour la santé, pour le climat ou pour les deux ? (2)

Le dernier article présentait les résultats d’interventions qui ciblaient la réduction de consommation de viande via des messages centrés sur la santé, l’environnement, ou les deux combinés1.

Cette étude publiée en 2019 a été reproduite récemment au Royaume-Uni2, là aussi avec des étudiants. Intervention est en tout point similaire. En plus de comparer l’efficacité des différents types de messages, l’équipe de chercheurs explorait le potentiel effet de débordement (‘spillover effect’) comportementale. L’effet débordement est étudiée en psychologie du comportement afin d’examiner les effets positifs ou négatifs d’un changement de comportement sur les autres. Par exemple, on voit souvent un effet de débordement sur l’alimentation chez les fumeurs qui entament un sevrage tabagique.

Dans la présente étude, les comportements suivants sont mesurés : prendre des douches plus courtes, acheter des produits bons pour l’environnement, acheter des produits moins emballés, acheter de la nourriture biologique, acheter de la nourriture produite localement, manger des fruits et des légumes de saison, réduire sa consommation de viande et de produits laitiers, prendre les transports en commun à la place de la voiture, faire du bénévolat dans l’association entrée sur l’environnement, faire un don à une de ces associations. Ainsi, les chercheurs examinaient si les participants qui réduisent leur consommation de viande rouge modifient aussi un de ces comportements.

Résultats. Les analyses statistiques montrent que les trois interventions étaient associées à une diminution significative de la consommation de viande rouge en fin d’intervention et un mois plus tard (la précédente étude n’identifiait pas d’effet des messages qui couplaient santé et environnement). Aucune intervention était supérieure à une autre aucune des trois interventions était supérieure à une autre.

L’analyse de l’effet de débordement était réalisée pour chacun des comportements cités plus haut. Une réduction de consommation de viande rouge n’était associée à aucun autre changement comportemental en fin d’intervention. Un mois plus tard, la consommation de viande rouge était associée à une diminution de la volonté de consommer moins de viande et de produits laitiers.

La démarche de ce groupe de chercheurs est moins élégante que l’étude précédente, et l’article moins clair. À titre d’exemple, les comportements ciblés pour tester l’effet de débordement mêlaient des comportements de faible et de haut impact environnemental. Cependant, il illustre la quasi-absence d’effet de débordement lorsqu’un comportement est modifié pour des raisons de santé ou d’environnement.

Ces résultats interrogent sur l’intérêt de développer des interventions qui viseraient plusieurs comportements liés à la santé et à l’environnement en même temps ou de manière séquentielle afin de favoriser cet effet de débordement.

1. Carfora V, Catellani P, Caso D, Conner M. How to reduce red and processed meat consumption by daily text messages targeting environment or health benefits. Journal of Environmental Psychology. 2019;65:101319. doi:10.1016/j.jenvp.2019.101319

2. Wolstenholme E, Poortinga W, Whitmarsh L. Two Birds, One Stone: The Effectiveness of Health and Environmental Messages to Reduce Meat Consumption and Encourage Pro-environmental Behavioral Spillover. Front Psychol. 2020;11. doi:10.3389/fpsyg.2020.577111



Cite this blog post
Bernard Paquito (2020, October 8). Réduire la consommation de viande: pour la santé, pour le climat ou pour les deux ? (2). AVUER. Retrieved April 18, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4t6

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.