De la voiture au transport actif, pas si simple que cela

Dans notre revue sur le changement climatique d’activité physique (Bernard et al., 2020), nous présentions quelques études qui examinaient l’impact du développement des infrastructures associées au transport actif sur l’activité physique et la réduction de l’empreinte carbone personnelle liée au transport (plus d’info ici). Globalement, ces études suggèrent que la modification des infrastructures en ville peut faire augmenter les déplacements à vélo ou à pied mais cela n’a pas nécessairement un impact sur les émissions liées à l’utilisation de la voiture. En d’autres termes, les habitants de ces quartiers utiliseraient les nouvelles infrastructures pour se placer dans un cadre de loisir, mais ne changeraient pas leurs habitudes en termes de conduite automobile.

Dans une logique d’amélioration de la santé de la population et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il faudrait donc développer des stratégies qui ciblent l’abandon de la voiture au profit des transports actifs pour les trajets en ville.

Une équipe hollandaise de chercheurs a publié en 2014 une revue de littérature qui dresse l’état des interventions qui ciblent un changement de mode de transport : de la voiture au transport actif (Scheepers et al., 2014).

Les 19 études identifiées pourraient être classées selon les catégories suivantes : les interventions sur le lieu de travail, les modifications urbaines et architecturales, les interventions au niveau populationnel et les services de location de vélos. Les devis des études les méthodes de mesure étaient très divers ce qui rend l’évaluation de l’efficacité de l’intervention relativement difficile. La totalité des étude été réalisée en milieu urbain.

Les interventions pouvaient prendre les formes suivantes :

  • interventions éducationnelles de promotion du transport actif sur le lieu de travail
  • campagne annuelle de promotion de la marche au travail
  • utilisation de stratégies de marketing social
  • nouvelle station de train
  • stationnment rendu payant pour les employés
  • développement d’un chemin adapté dans un quartier
  • piétonisation du centre ville
  • promotion du vélo à l’échelle nationale
  • promotion d’un système de vélos partagés.

16 études obtenaient des résultats positifs sur la réduction de l’utilisation de voitures et l’augmentation du transport actif.

Il apparaît difficile d’identifier des stratégies efficaces afin d’aider les conducteurs à réduire l’utilisation de leur voiture à la vue de cette revue. Il est aussi étonnant que peu d’études utilisent des interventions basées sur des théories psychologiques du changement de comportement. Il semble que les collaborations entre urbanistes, architectes, psychologues pourraient permettre dans le futur de développer des interventions efficaces.

  • Bernard, Chevance, G., Kingsbury, C., Baillot, A., Romain, A.J., Molinier, V., Gadais, T., and Dancause, K.N. (2020). Climate change, physical activity and sport: a systematic review.
  • Scheepers, C.E., Wendel-Vos, G.C.W., den Broeder, J.M., van Kempen, E.E.M.M., van Wesemael, P.J.V., and Schuit, A.J. (2014). Shifting from car to active transport: A systematic review of the effectiveness of interventions. Transportation Research Part A: Policy and Practice 70, 264–280.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.