La santé à l’âge de l’Anthropocène, bien vivre sur une planète limitée

Développer ses connaissances académiques sur la question de la santé et du changement climatique passe généralement par la lecture des rapports du Lancet 1,2. Ceux-ci fournissent des informations détaillées, basé sur des données probantes, sur les risques contemporains et futurs dans différentes zones géographiques. Les plus récents, soulignent aussi les besoins de modification de la gouvernance des systèmes de santé, l’adhésion aux objectifs de développement durable et à la définition de la santé planétaire. Personnellement, les constats apportés dans ces longs rapports me semblent clairs, alarmants, bien argumentés. À l’inverse les solutions proposées sont généralement floues, techno-solutionnistes, et attentistes.

Une des meilleures lectures complémentaires et plus fouillées reste un article de 2017 qui proposent de repenser la santé, son ontologie dans un système planétaire ayant des limites biophysiques et dans une époque géologique nommée Anthropocène3. Son autrice, K Zywert, a plus récemment codirigé la publication de l’ouvrage dont la traduction pourrait être : La santé à l’âge de l’Anthropocène, bien vivre sur une planète limitée4 (Health in the Anthropocene: Living Well on a Finite Planet).

L’objet de cet article est de présenter brièvement cet ouvrage qui a occupé mon été et dans lequel je retrouve quelques mouches noires écrasées. Plusieurs chapitres de ce livre feront l’objet d’articles spécifiques à venir.

Pour cela, je reprends quelques points écrits dans la géniale introduction. Les deux auteurs (Zywert & Quilley) sont issus des Sciences Sociales de l’Université de Waterloo en Ontario, Canada.

Ils rappellent que la santé humaine est fondamentalement dépendante de l’intégrité des écosystèmes et que l’entrée dans l’Anthropocène fait vaciller la santé humaine. Dans ce cadre, les changements écologiques deviennent des déterminants de la santé de plus en plus important mettant à mal la possibilité de vivre dans certaines régions du monde, favorisant le développement maladies transmissibles, et menaçant les systèmes alimentaires. Ils rappellent que la crise écologique actuelle est majoritairement due au fait que 20 % de la population mondiale consument 80 % des ressources globales. Ils ajoutent que le développement et la modernisation du système capitaliste a permis le développement de certaines libertés individuelles, de droits humains. Cependant son accentuation et sa globalisation, dans les dernières décennies, favorise le développement d’inégalités intra- et inter-nationales. Le développement de la globalisation durant les cinq dernières décennies a apporté des gains importants pour la santé et le bien-être humain. Il a aussi mis en exergue le paradoxe d’une croissance voulue illimitée sur une planète ayant des limites biophysiques. Avec justesse, Zywert & Quilley présent les travaux de Stepffen5,6,6 à propos de la ‘Grande Aaccélération’ et parlent de courbe en forme de bâton de hockey pour l’ensemble des ressources planétaires depuis les années 50.

Les auteurs suggèrent que l’humanité peut apprendre à vivre dans de bonnes conditions sur une planète ayant des contraintes écologiques. Cependant cela n’arrivera pas sans des effets de rétroaction majeure sur les systèmes écologiques et sociaux. Cela ne peut être accompli sans des changements radicaux des politiques économiques, des cultures, et des communautés. Ils semblent être conscients des freins actuels politiques mais aussi psychologiques nécessaires à ces changements (ex. Biais cognitifs). Ils rappellent aussi au passage que nous vivons actuellement les conséquences des émissions de la génération précédente, et que nous émissions actuelles de gaz à effet de serre commencerons avoir des conséquences négatives pour la génération d’humain qui nous suit. Pour eux, la complexité des relations de cause à effet en lien avec les systèmes sociaux écologiques est aussi une barrière à l’action. En effet les boucles de rétroaction au sein des systèmes dynamiques sociaux et écologiques peuvent se retrouver à une échelle géographique, temporelle, disciplinaire ou de secteur différente et implique des interactions non linéaires permanentes entre les systèmes écologiques, culturelles, politiques.

Ils développent une vision critique des solutions présentées dans les rapports internationaux concernant la santé et le changement climatique. Selon eux, elle valorise trop le statu quo. Ils rappellent qu’apprendre à bien vivre à l’âge de l’Anthropocène est, malheureusement, un exercice utopiste et que les propositions faites par les auteurs du livre ne représentent pas un paradigme général et unifié (voir même peuvent parfois se contredire).

L’ouvrage présente une approche interdisciplinaire mêlant sciences sociales et sciences de la santé pour discuter de la place de l’État dans la santé et sa dépendance avec le marché, mais aussi le besoin de développer des visions communes et nouvelles partagées afin de faire valoir des valeurs qui prennent en compte les cultures pour modifier le système de santé. Leurs modifications ne peuvent être conçue indépendamment des modèles économiques, de l’agriculture, des systèmes alimentaires et de l’éthique. Le livre cultive une approche systémique de la question de la santé à l’âge de l’Anthropocène.

Avis personnel. Le livre est à lire pour s’ouvrir de nouveaux horizons sur la santé. La qualité des chapitres est parfois inégales, mais les perspectives sont nombreuses, riches et bien argumentées.

  • 1. Watts N, Amann M, Arnell N, et al. The 2019 report of The Lancet Countdown on health and climate change: ensuring that the health of a child born today is not defined by a changing climate. The Lancet. 2019;0(0). doi:10.1016/S0140-6736(19)32596-6
  • 2. Whitmee S, Haines A, Beyrer C, et al. Safeguarding human health in the Anthropocene epoch: report of The Rockefeller Foundation–Lancet Commission on planetary health. The Lancet. 2015;386(10007):1973-2028. doi:10.1016/S0140-6736(15)60901-1
  • 3. Zywert K. Human health and social-ecological systems change: Rethinking health in the Anthropocene. The Anthropocene Review. 2017;4(3):216-238. doi:10.1177/2053019617739640
  • 4. Zywert K, Quilley S. Health in the Anthropocene: Living Well on a Finite Planet. University of Toronto Press; 2020.
  • 5. Steffen W, Richardson K, Rockström J, et al. Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. Science. 2015;347(6223). doi:10.1126/science.1259855
  • 6. Steffen W, Rockström J, Richardson K, et al. Trajectories of the Earth System in the Anthropocene. Proceedings of the National Academy of Sciences. 2018;115(33):8252–8259. doi:10.1073/pnas.1810141115

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.