Bouger plus pour mieux dormir la nuit suivante, ou le contraire ?

Par le passé, j’ai pu explorer les associations temporelles entre l’activité physique et différentes caractéristiques du sommeil chez les femmes ayant reçu un traitement pour un cancer du sein (Bernard et al., 2016). La question que l’on se posait était relativement simple : existe-t-il une relation statistique entre l’activité physique réalisée dans la journée et les caractéristiques du sommeil nuit suivante? Est-ce que caractéristiques du sommeil étaient associés à l’activité physique du lendemain?

Les résultats étaient complexes à interpréter car les associations variaient en fonction des caractéristiques du sommeil choisies, des directions, et des niveaux inter ou intra-individuels. D’autres études ont tenté de répondre à ces questions avec des méthodes similaires mais auprès d’adultes en santé, ou ayant un trouble du sommeil, ou d’âge avancé (voir les articles ici là aussi du blog).

Dans le cadre de la supervision d’étudiants à la maîtrise, j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec S.Atoui sur la question des relations quotidiennes entre activité physique et paramètres du sommeil. Nous avons réuni un groupe composé de chercheurs et d’étudiants afin de réaliser la première revue systématique sur cette question. Le preprint de cette revue systématique est disponible ici, et a été accepté pour publication dans la revue Sleep Medicine Reviews (Atoui et al., 2020).

Nous avons donc inclus les articles qui quantifiaient les liens unis- ou bi-directionnels entre l’activité physique et le sommeil chez les adultes. Les études pouvaient être observationnelles ou interventionnelles. 33 études ont été identifiées dont 11 incluant uniquement des femmes, huit des personnes ayant un trouble du sommeil et trois les personnes aux prises avec un trouble mental. Les deux comportements été mesurés à l’aide d’un accéléromètre exclusivement dans des études.

Mesure du sommeil associé à l’activité physique du lendemain

  • 7/24 études ne retrouvaient pas de liens statistiques entre ces deux comportements
  • Six caractéristiques d’une sommeil faisaient l’objet d’analyses : l’efficience de sommeil, l’indice de fragmentation, la qualité du sommeil, le temps total éveillé, la durée totale de sommeil, le temps d’éveil après l’endormissement et la latence de sommeil

Mesure de l’activité physique associée temporellement au sommeil la nuit suivante

  • 13/27 études ne retrouvaient pas de lien statistiques entre ces deux comportements
  • L’activité physique était caractérisée selon la durée quotidienne d’activité physique à une intensité légère, modérée à vigoureuse ou encore la durée quotidienne activité physique totale.

L’analyse « qualitative » de ces associations s’est révélée compliquée du fait du nombre important de variables pour chaque comportement par étude, mais aussi des stratégies d’analyse statistique. En effet certaines études examinaient les associations uniquement un niveau inter-individuel, ou avec des analyses uniquement bi-variées (sans contrôle de variables confondantes).

Ayant anticipé ce problème, nous avions planifié de réaliser une série de méta-analyses. Afin de diminuer le nombre de tests à réaliser, nous n’avons pas pris en compte les différents indicateurs d’activité physique. Ces analyses ont été réalisées sur environ deux tiers des études, en différenciant les associations de niveaux inter et intra individuel. Parmi les 22 associations testées, uniquement 4 associations temporelles étaient significatives avec des niveaux d’association relativement faibles.

  • Un plus haut temps d’éveil après l’endormissement était associé à une plus faible activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • une meilleure efficience de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau inter individuel)
  • une meilleure qualité de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • un plus haut niveau d’activité physique était associé à une plus faible durée totale de sommeil la nuit suivante (niveau inter individuel)

Que retenir de ce travail de moine? Sur la base de nos analyses qualitatives et quantitatives, nous ne pouvons pas défendre l’hypothèse d’une relation bidirectionnelle entre l’activité physique et le sommeil à une échelle quotidienne.

Les résultats hétérogènes pourraient être expliqués par le fait que les associations testées pour être plus fortes à des échelles de temps différentes par exemple deux ou trois jours d’écart, voir une semaine. De plus, ces associations pourraient être impactées par des variables connues mais généralement peu utilisées dans les modèles statistiques : l’exposition à la lumière, la condition physique ou encore les bouffées de chaleur nocturne.

  • Atoui, S., Chevance, G., Romain, A.J., Kingsbury, C., Lachance, Bernard, P., 2020. Daily associations between sleep and physical activity: A systematic review and meta-analysis. Sleep Med. Rev.
  • Bernard, P., Ivers, H., Savard, M.-H., Savard, J., 2016. Temporal relationships between sleep and physical activity among breast cancer patients with insomnia. Health Psychol. Off. J. Div. Health Psychol. Am. Psychol. Assoc. 35, 1307–1315. https://doi.org/10.1037/hea0000408


Cite this blog post
Bernard Paquito (2020, November 3). Bouger plus pour mieux dormir la nuit suivante, ou le contraire ? AVUER. Retrieved February 21, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4ta

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.