Une nouvelle définition de l’activité physique

En 2019, J. Piggin a publié un livre qui repense la définition de l’activité physique dans une perspective sociale et politique (Piggin, 2019). Partant de la définition communément admise (aussi sur ce blog), l’auteur critique sa visée exclusivement anatomique ou physiologique pour y intégrer des perspectives émotionnelles, intellectuelles et politiques. Il considère le mouvement humain comme : « une série de moyens politiques, éducatifs, nationalistes, environnementaux, commerciaux, liées à la santé et personnels qui sont opérationnalisés, mis en œuvre, renforcés par des corps individuels et institutionnels ».

Piggin fait un apport majeur en proposant une nouvelle définition de l’activité physique : « L’activité physique implique les personnes qui bougent, jouent, réalisent des performances dans des contextes culturels et des lieux spécifiques et sont influencées par leurs propres intérêts, émotions, idées, relations ainsi que des consignes » (Piggin 2019). (Physical activity involves people moving, acting and performing within culturally specific spaces and contexts, and influenced by a unique array of interests, emotions, ideas, instructions and relationships (Piggin 2019)). Un article en accès ouvert argumente en faveur de cette définition (Piggin, 2020).

Son court ouvrage s’articule autours de l’analyse des discours (politiques) liés à l’activité physique. Il utilise les théories critiques pour comprendre l’histoire des discours ou décisions publiques autours de l’activité physique. Dans son analyse des discours politiques à propos de l’activité physique, il suggère que l’activité physique, est soit présentée comme un comportement facile à adopter gratuit, qu’il suffit juste de le promouvoir auprès la population. Ou alors, l’activité physique est vue comme un droit humain et en conséquence doit être soutenue par des politiques volontaristes.

Le chapitre sur les changement sociétaux rappellent par exemple l’écart entre les discours de mobilisateurs autours de l’AP pour la société qui n’est pourtant jamais suivis d’investissements majeurs ou de nouvelle lois.

Un chapitre décrit les partenariats privé-publics entre le monde de la promotion de l’activité physique, du sport et les industriels de la malbouffe (junk food). A titre d’exemple, plusieurs membres du comité directeur de ParticipACTION sont travaillent (in)directement pour des entreprises comme Coca-Cola ou Kellog. Il y décrit aussi les partenariats entre l’industrie du sport et ces mêmes entreprises (ex. promotion du football par McDonald au Royaume-Uni en 2019).

En résumé, Piggin :

  • examine comment l’activité physique et sa promotion est de manière inhérente politique
  • examine comment sont utilisées à des fins politiques certaines données probantes issues de l’activité physique
  • questionne les intérêts de certaines firmes dans la promotion de l’activité physique chez les enfants, ou dans les milieux du travail
  • n’épargne pas les chercheurs dans le domaine de l’activité physique et leur études financées par l’industrie de la malbouffe.

Je recommande la lecture de ce livre, de cet article ou alors aussi de son blogue aux étudiants, collègues d’université, et travailleurs en promotion de la santé.

  • Piggin, J. (2019). The Politics of Physical Activity (1st edition). Routledge.
  • Piggin, J. (2020). What Is Physical Activity? A Holistic Definition for Teachers, Researchers and Policy Makers. Frontiers in Sports and Active Living, 2. https://doi.org/10.3389/fspor.2020.00072

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.