Une bonne vie pour tous sans dépasser les limites biophysiques planétaires ?

Une équipe de chercheurs a posé les 2 questions suivantes (1) :

  • La satisfaction des besoins primaires des humains est associée à quel niveau d’utilisation des ressources biophysiques ?
  • Le niveau de ressources biophysiques peut-il être étendu à tous pour satisfaire ses besoins sans dépasser les limites planétaires ?

Cette étude utilise les données de 150 pays, en couplant 7 indicateurs des limites biophysiques planétaires et 11 indicateurs de besoins basiques des humains.

Dans un article précédent, nous avions abordé le modèle proposé Steffen (2) : le modèle des limites biophysiques planétaires. Steffen propose 7 limites planétaires mesurables et un principe simple : ne pas dépasser ces limites c’est offrir un espace de vie sécuritaire à l’humanité et des conditions climatiques proche de l’Holocène. A ce jour, quatre limites planétaires sont déjà dépassées : l’intégrité la biosphère (biodiversité), le changement climatique, perturbations des cycles biochimiques, et l’utilisation des sols. Les limites biophysiques de la planète peuvent aussi être caractérisées par des empreintes dîtes : carbone, écologique, matérielle ou encore aquatique.

Pour leur analyse, les auteurs ont retenu 7 indicateurs de limites biophysiques : l’empreinte écologique, l’empreinte matérielle, les émissions de dioxyde de carbone, l’utilisation du phosphore, du nitrogène, la consommation d’eau et l’eHANPP (note explicative + bas).

Le tableau 1 décrit la proportion de pays ayant dépassé chaque limite biophysiques étudiée.

Les besoins humains ont été caractérisés via le modèle de l’espace sûr et juste pour l’humanité. Ces indicateurs sont relativement proches des objectifs de développement durable des Nations Unies. Le tableau ci-dessous présente chaque indicateur et chaque « score coupure » permettant de le classer comme atteint ou non. La dernière colonne de ce tableau décrit la proportion de pays ayant satisfait chaque indicateur. Les 2 indicateurs les moins fréquents parmi les pays étudiés sont la qualité la démocratie et l’égalité au sein du pays.

La figure 2 résume les résultats de cette équipe. 16 pays restent sous les seuils des limites planétaires alors que 48 pays en dépassent au moins 2. Cette figure suggère que satisfaire les besoins humains primaires rime avec dépassement des limites biophysiques planétaires. Idéalement des pays devraient être présents dans le coin en haut à gauche du graphique.

Les pays avec la plus haute espérance de vie ont tendance à dépasser plus de limites planétaires. Les indicateurs de « performance sociale » sont très fortement associés avec les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte matérielle.

Il est important de noter que la majorité des régressions statistiques avait une forme logarithmique ou en forme de crosse de hockey. Cela indique indirectement l’atteinte d’un besoin primaire humain pourrait être réalisé avec une plus faible utilisation des ressources planétaire.

Pour les émissions de dioxyde de carbone, la satisfaction des besoins primaires humains nécessite le dépassement du seuil entre 1,5 et 6 POUR 6/11 d’entre eux.

J’ai tenté une traduction libre du paragraphe qui résume au mieux les résultats : « Pour les besoins primaires humains suivant : alimentation, hygiène, accès à l’énergie et élimination de la pauvreté, l’utilisation des ressources planétaires pourrait rester sous un seuil critique pour 7 milliards d’habitants. Cependant, si les seuils de besoins humains plus qualitatifs (espérance de vie, était de vie, éducation secondaire, qualité démocratique, égalité, soutien social) devait être universellement atteints, les infrastructures physiques et sociales devraient être deux à six fois plus efficientes pour ne pas dépasser les limites biophysiques planétaires. »

Les auteurs alarment les lecteurs sur les liens entre besoins humains primaires et limites biophysiques planétaires dans un contexte où la population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards d’habitants en 2050 et 11,2 milliards en 2100. Il souligne que l’utilisation des ressources devrait être drastiquement réduite dans les pays « développés » afin d’atteindre une distribution plus équitable de ces ressources entre les pays. La surconsommation de ces ressources est un enjeu social majeur et il est nécessaire de trouver d’autres objectifs que le développement permanent du PIB. Les auteurs appellent à développer rapidement des nouveaux modèles économiques alternatifs.

A mon sens, cet article est en droite ligne avec plusieurs idées développées dans Carbon Democracy de Mitchell et le très riche ouvrage de de E.Zaccai Deux degrés.

C’est un article dont les résultats sont majeurs. Mettre en perspective les besoins humains et les ressources biophysiques nous permet de comprendre les inégalités majeures entre les pays et le besoin de repenser profondément les modèles de société.

L’étude souffre de plusieurs limites dans le choix des indicateurs et le nombre important de modèles de régression réalisée de plus à plusieurs reprises les auteurs soulignent que le résultat pourrait diverger en fonction des échelles géographiques. Je suis moi même limité dans la compréhension de certains choix méthodologiques.

Notes : eHANPP (« Ensemble de la production primaire nette des écosystèmes impliquée, directement ou indirectement, pour une unité de biomasse consommée, sous forme d’alimentation, d’énergie, de matériaux biologiques. Cette eHANNPP correspond à une analyse de cycle de vie (ACV). »)

1. O’Neill DW, Fanning AL, Lamb WF, Steinberger JK. A good life for all within planetary boundaries. Nat Sustain. 2018 Feb;1(2):88–95.

2. Steffen W, Richardson K, Rockström J, Cornell SE, Fetzer I, Bennett EM, et al. Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. Science [Internet]. 2015 Feb 13 [cited 2020 Aug 3];347(6223). Available from: https://science.sciencemag.org/content/347/6223/1259855


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.