Gratuité des transports en commun : un livre clé

Il y a deux ans, je résumais la revue de littérature à propos de l’état des connaissances sur la gratuité des transports (ici et ). Ainsi, lorsque le livre La gratuité, une idée payante a été publié, l’occasion était belle de poursuivre l’exploration de ce thème. L’ouvrage traite de 8 idées reçues, analysée par des membres de l’observatoire des villes du transport gratuit en France. L’ouvrage est facile d’accès et pédagogique, basé (en partie) pour plusieurs chapitres sur l’analyse du développement des transports publics gratuits à Dunkerque (200 000 habitants).

D’emblée le chapitre 1 propose une analyse du sens du mot gratuité, de la part des redevances locales dans le paiement des transports en commun, mais aussi que plusieurs services publiques gratuits, ne le sont pas décrits comme tel. Huré discute ensuite de taille des villes qui ont testé ou adopté le transport en commun (partiellement) gratuit. On apprend par exemple que des villes comme Austin, ou Denver ont expérimenté la gratuité par le passé. Si ces dispositifs sont plus développés dans des villes de 50, 100 ou 200 000 habitants, on retrouve aussi des villes comme Kansas city ou Tallinn avec des transports en commun gratuits. A ce jour, la gratuité totales dans des villes ayant un réseau de métro ne semble pas avoir été testé, même si des initiatives de gratuité partielle existent dans des villes européennes importantes (fin de semaine, 18-25 ans). D’ailleurs cette année, la ville française la plus importante se lançant dans la gratuité des transports est Montpellier, 420 00 habitants.

Le chapitre sur les conditions de travail des chauffeurs de bus à la suite de la mise en place de la gratuité est particulièrement intéressant et original. Les auteurs rapportent une baisse de tension avec les passagers, un contrôle social plus fort lié à l’augmentation du nombre d’utilisateurs mais aussi une révision de la perception de leur emploi, plus centré sur l’accueil, l’information.

D’un point de vue des sciences de l’activité physique, je reste sur ma faim dans le chapitre qui traite de la potentielle diminution de l’activité physique, la marche, le vélo. Les méthodes misent en place ne semblent pas adaptée. A Dunkerque, 19% des personnes interrogées rapportent marcher plus, avec des augmentations plus marquées chez les personnes âgées. Il est souligné que les transport gratuits ne représentent pas un menace pour le vélo si les modalités de transfert sont pensées ou développées.

Les potentiels bénéfices en termes d’empreinte carbone ne semblent que très difficilement évaluables notamment parce que certaines villes modifient à la hausse ou à la baisse la grandeur de leur réseau ou les fréquences de passage lors du passage à la gratuité. De plus, un effet rebond temporaire ou non pourrait aussi advenir après la mise en place de la gratuité.

Le 4 septembre, un texte dans La Presse abordait les enjeux de la gratuité des transports publics au Québec. On y retrouve des idées reçues traitées dans le livre: “si les transports en commun étaient gratuits, ce serait davantage des gens qui se déplacent à pied ou à vélo qui en profiteraient”, “L’expérience et les études démontrent que chaque dollar dépensé pour des investissements en infrastructures et en amélioration du service est plus efficace qu’un dollar dépensé pour diminuer les tarifs”. On y oppose (malheureusement) investissement, réorganisation et gratuité.

Il aurait été pertinent d’interroger Schepper qui abordait cette question en détails en 2017 pour le Québec, rappelant que Beauharnois, Candiac et Sainte-Julie se sont lancées il y a quelques années. Je cite :’Malgré ses nombreux avantages, la gratuité du transport en commun a un coût qui paraît élevé. C’est généralement parce que nous évitons de calculer les coûts sociaux de l’utilisation individuelle de la voiture comme principale source de déplacements.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.