Changement climatique : se préparer au pire en gardant en ligne de mire le bien-être et la santé pour tous

Confort personnel ou santé des enfants ?
Soyons clairs et direct, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la santé des enfants dépend directement de nos efforts actuels pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). La santé des Québécois.e.s et des Canadien.e.s, si on ne réduit pas radicalement nos émissions, c’est plus d’allergies, de maladies chroniques, de cancer, de dépression et de stress. Votre enfant à l’âge adulte pourrait être bien stressé quand dans la même année, il se fait inonder la maison l’hiver, les fumées des feux de forêt l’empêchent de sortir au printemps et qu’à cela s’ajoute une chaleur accablante jour et nuit 30 jours de suite l’été ? L’OMS nous alerte aussi sur l’accentuation des inégalités de santé. Les enfants et leur entourage qui vivent avec peu seront encore plus touchés que les enfants les mieux nantis.

Le système de santé est aussi en péril. Il doit, en même temps, réduire sa propre empreinte carbone (environ 6% de l’empreinte canadienne), être prêt face aux situations de crises (inondations…) et faire face à des changements progressifs, mais déjà là : plus de pollution de l’air, feux de forêts plus fréquents.
Or, les efforts actuels de réduction des GES sont trop faibles, voir contre-productifs. Un.e québécois.e a une empreinte carbone d’environ 9 à 10 tonnes par an, pour limiter les conséquences très négatives pour notre santé et celles des enfants, et permettre au système de santé de tenir les chocs à venir, nous devons au minimum atteindre 2 tonnes annuelles, soit diviser par 5 notre empreinte. C’est énorme.
Mais attention, nous n’avons pas tous la même responsabilité. Un salaire annuel important, c’est une empreinte carbone beaucoup plus élevée au Québec comme ailleurs. On trouve d’énormes émetteurs parmi les entreprises au Québec (cimenterie, aluminerie, raffinerie). En d’autres termes, plus vous êtes riche, ou plus vous avez des responsabilités politiques ou économiques plus votre responsabilité dans la dégradation future de la santé des enfants actuellement à l’école primaire est importante.

La seule vraie question qui devrait servir de boussole aux défis politiques, sociaux, législatifs actuels se résume comme suit : comment avoir une population en santé, bien dans sa peau et émettre peu de GES ? Or, à ce jour, les initiatives au Québec et au Canada pour réduire nos émissions de GES sont insuffisantes. Nous sommes tristement classés 58e sur 63 au dernier classement mondial de réduction des émissions de GES.

Améliorer notre quotidien pour agir contre les changements climatiques

Pour cela, nous devons cibler des solutions justes, inclusives et basées sur le partage de connaissances et les situations locales. En attendant, nous sommes coincés dans le court-termisme et les décideurs fédéraux, provinciaux, locaux sont rarement à la hauteur de l’urgence de changer. Pourtant, les solutions gagnantes pour la santé et la réduction des émissions de GES, basées sur les données probantes existent. Ces solutions améliorent le quotidien, accélèrent la lutte contre les changements climatiques, et nous permettent d’être plus en santé et donc de moins solliciter les professionnels de la santé. Les villes Québécoises pourraient prendre exemple sur Sainte Julie et rendre leur réseau de transport en commun progressivement gratuit. La gratuité des transports en commun peut prendre de multiples formes (sur un créneau horaire spécifique par exemple) au sein de villes de grandes échelles (ex. Montpellier, France). Ce qui est certain, c'est que cela diminue rapidement l’usage de la voiture, participe à une meilleure qualité de l’air pour tous, et favorise la marche chez les usagers.

Nous pourrions développer un système de cantine universelle dans les écoles et améliorer les repas des centres d’hébergement de soins de longue durée pour offrir des repas quasi-végétariens et québécois. L’alimentation majoritairement végétarienne à l’école favorise la qualité nutritionnelle des repas, limite la prise de poids des élèves et améliore le bien-être des familles. C’est non négligeable puisque l’alimentation représente environ 15% de notre empreinte carbone, majoritairement due à la consommation de viande. 

La réduction du temps de travail, via le passage à la semaine de 4 jours sans perte de salaire, apparaît être une stratégie qui améliore le bien-être, réduit l’absentéisme et les émissions de GES des travailleurs au Royaume-Uni. Il semble aussi que cela permet aux établissements de santé de soutenir la rétention du personnel, d’améliorer la qualité des soins et de réduire les risques de surmenage. On a ici une solution gagnante pour la santé, la planète et le système de santé.

Qui va payer pour cela ?. La réponse est simple : nos enfants, leur santé, si nous ne faisons rien pour dès aujourd’hui réduire nos émissions de GES. L’immobilisme climatique pourrait engendrer un coût exorbitant pour les soins en santé mentale. De plus, chaque dollar investi maintenant leur fera économiser 15$ dans 30 ans. 

On décide nous même et on se prépare

Les propositions émises peuvent heurter des lecteurs, mais les choix et les transformations de fond, que nous devons réaliser, en tant que société, sont majeurs et les institutions politiques ne sont pas à la hauteur. Nous pourrions décider par nous même et accélérer la préparation des futures générations. Bref, nous mettre en mode ‘urgence climatique’. 
Des pays, des régions, des villes en Europe ont mené Conventions citoyennes sur le climat pour arrêter collectivement des choix pour demain. Le modèle est imparfait, mais réunissons des Québécois.e.s représentatifs du Québec, de toutes les régions, pendant plusieurs fins de semaine pour les laisser choisir directement des solutions de réduction drastique des émissions de GES qui protégeront la santé des enfants et futurs adultes.
Il apparaît aussi essentiel de préparer les enfants, les jeunes d’aujourd’hui à une vie soumise aux aléas climatiques. Or, très peu d’enfants, adolescents ou d’étudiants reçoivent un ou plusieurs cours sur les changements climatiques. Ainsi les futurs soudeurs, médecins, travailleurs sociaux, journalistes, informaticiens, charpentiers, Cegepiens, étudiants devraient recevoir des cours qui lient changements climatiques et leur(s) spécialité(s) ou envi(e)s.

Par ce texte, je tente modestement d’alerter sur ce que nous disent les études scientifiques sur les conséquences futures, mais aussi les solutions. J’utilise ma situation (privilégiée) d’universitaire pour partager ce que j’ai appris de mes lectures et mon travail. 


Cite this blog post
Bernard Paquito (2023, July 27). Changement climatique : se préparer au pire en gardant en ligne de mire le bien-être et la santé pour tous. AVUER. Retrieved May 25, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4u9

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.