Les STAPS sont-ils à la rue sur les enjeux climatiques ?

Retour sur ma participation au congrès de l’ACAPS à Reims à l’automne dernier. Sous l’impulsion de G.Chevance, nous avions proposé un symposium “Comment les STAPS peuvent contribuer à atténuer le changement climatique et s’adapter à ses effets : exemples d’initiatives ?”. Un symposium à 8h du matin un 1er novembre, sans tramway dans la ville, cela partait mal. D’ailleurs, les congrès les jours fériés, il faut arrêter.

J’ai eu le plaisir de présenter un bref état des lieux de la question sur la base de la littérature scientifique (slides) et citer la dernière publication annuelle d’experts du climat : « Life on planet Earth is under siege. We are now in an uncharted territory ». L.Moutet, doctorant au CNAM, a résumé son travail sur l’évaluation et les indicateurs à prendre en compte sur la pratique sportive et les fortes chaleurs. Avec son cursus initial plus orienté épidémiologie, il a apporté un très bon éclairage à la question (mémoire disponible) (slides). G.Chevance a résumé notre travail sur l’impact du prix relatif des carburants sur l’efficacité des intervention de promotion du transport soutenable (slides). Nous avons réutilisé des données d’une précédente méta-analyse (vive la science ouverte et collaborative !) collaborer avec B.Andrieux, doctorant au Shift Project (voir une conférence  de Baptiste très très riche d’enseignements). On a beaucoup appris avec lui et d’autres collaborateurs en dehors des sciences de l’activité physique et du sport.

Finalement, le trio de docteurs P.Caille, L.Hognon et G.Faity, a présenté avec beaucoup de soins et de pédagogie l’application de la démarche portée par labo 1.5 au sein du laboratoire Euromov de Montpellier (slides).  Le plus intéressant dans leur communication demeurait dans les discussions qu’a généré cette mesure de l’empreinte carbone au sein de leur laboratoire, et surtout sur les choix futurs pour émettre moins de gaz à effet de serre.

Voir ce trio de jeunes chercheurs ayant réalisé leur recherche sur des sujets sans aucun lien direct aux enjeux climatiques m’a donné de l’espoir, puis je me suis retourné et me suis rappelé que l’amphithéâtre n’était pas à moitié plein.

Le symposium s’est conclu sur quelques questions et discussions mais globalement, ce n’est pas ce que j’attendais. Nous sommes dans un lieu où il y a 3 (futurs) titulaires de doctorat au mètre carré et pourtant le changement climatique ne soulève pas un enthousiasme  majeur. (Et je ne vous parle du symposium sur l’e-sport qui était bondé).

Ce congrès a pu aussi mettre en lumière l’initiative  Projet Transition ECO-STAPS (Intégrer les enjeux de la transition écologique au sein de la formation des STAPS). Porté par la C3D et l’Anestaps, l’initiative vise à recenser les besoins de formation des étudiants en STAPS, de rassembler les ressources nécessaire par spécialités STAPS… C’est très ambitieux et repose majoritairement sur du bénévolat (sauf erreur de ma part). Cela va donc être lent, or nous devons aller vite face aux enjeux climats.

J’ai précédemment discuté des difficultés et enjeux concrets à porter son intérêt de recherche sur les enjeux climatiques quand on est extérieur au champ. Mais je ne m’explique toujours pas pourquoi nous semblons si peu, pourquoi le sujet n’émerge partout. La loi oblige les universités françaises à développer des cours d’ici 2027 sur ces questions, mais le mouvement est lent et nous avons peu de temps pour faire réellement changer les choses.

J’ai l’impression que les laboratoires, les départements n’ont pas encore pris la mesure des conséquences de changements climatiques sur la santé, les sports, les inégalités, le travail… Chaque spécialité STAPS va être affectée et n’a pas le choix de se transformer, au risque d’être désuète sous peu.

On pourrait par exemple mettre l’emphase en STAPS sur le développement des mobilités actives pour remplacer les déplacements en voiture individuelle. Des patients en APA, des supporters en management, des écoliers (et leurs parents) en EPS, en faire de la récupération active en performance…. C’est très bien expliqué par nos collègues allemands1.

Les contenus de cours, les questions de recherche, l’organisation de la recherche, tout devrait être révisé au prisme des enjeux climatiques et de la biodiversité.

1. Reimers AK, Demetriou Y. Active mobility—(also) a topic for sport science? Ger J Exerc Sport Res, https://doi.org/10.1007/s12662-023-00936-0
PS Merci aux collègues pour le partage des supports


Cite this blog post
Bernard Paquito (2024, January 16). Les STAPS sont-ils à la rue sur les enjeux climatiques ? AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/vlle

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.