La réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé

Les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)1 alarment la communauté internationale face aux conséquences graves et irréversibles de l’augmentation continue de l’émission des gaz à effet de serre (GES) pour les conditions de vie humaines. En parallèle, l’Organisation Mondiale de la Santé et Santé Canada (2,3) ont reconnu les changements climatiques comme le déterminant le plus important de la santé des générations actuelles et futures. Santé Canada, le GIEC, les rapports du Lancet Countdown (4–6) recommandent de fournir des efforts à l’échelle organisationnelle et individuelle pour cibler des comportements ayant des bénéfices en termes de réduction des GES, et d’amélioration de la santé individuelle et environnementale. Au croisement des enjeux climatiques et de santé, la réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé (7).

Gagnant pour le climat.

L’utilisation de la voiture représente respectivement 21% et 26% de l’empreinte d’un·e Québécois·e (8) et d’un·e canadien·e (9). De plus, la pollution de l’air en milieu urbain est fortement majorée par la densité de voitures. À l’inverse, le remplacement d’un trajet quotidien en voiture par un trajet mené à vélo représente une réduction d’environ 0.5 tonne de CO2eq annuelle par conducteur (10). Ces études par scénario sont réalisées en Europe. La réduction devrait être beaucoup plus prononcée au Canada, car les voitures canadiennes sont les plus émettrices de GES au kilomètre au monde. La fréquence de trajets courts (<2km) réalisés en voiture est aussi très élevée. Les études interventionnelles soulignent qu’uniquement la promotion du vélo n’engendre pas de modification de la conduite automobile (11).

Gagnant pour la santé.

Les effets néfastes de la conduite automobile sur la santé des conducteurs sont généralement moins connus. Or, le temps ou la distance parcourue en voiture sont associés à moyen terme à une dégradation de la santé cardio-vasculaire, une accentuation du risque d’obésité et à un niveau de bien-être psychologique moindre (12–14). Mais l’utilisation de la voiture a aussi des conséquences néfastes sur la santé des non-conducteurs en augmentant le risque d’accidents graves pour les piétons ou cyclistes, et en les surexposant à pollution de l’air plus forte. Celle-ci est associée à un risque plus élevé à long terme de troubles cardio-respiratoires et de cancer du poumon chez l’adulte et à un diagnostic d’asthme chez l’enfant (15). En d’autres termes, réduire l’utilisation de la voiture est bénéfique pour les (non)-conducteurs.
Choisir le vélo contre la voiture pour se déplacer est associé à une réduction du taux de mortalité toute cause confondue de l’ordre de 20%, et lié au cancer de 16%16. Le risque de diagnostic d’obésité et de diabète sont minorés de 13% et 19% (17). Une relation dose-réponse entre le volume mensuel de vélo réalisé et le risque de mortalité général ou cardio-vasculaire a été démontrée (18). Finalement, l’adoption du vélo comme mode de transport principal diminue le risque de diagnostic de dépression majeure à moyen terme (19).
Le constat des effets gagnant-gagnant (santé et climat) de la substitution de la voiture par le vélo repose donc sur des données probantes établies.

L’enjeu actuel est ainsi de mettre en place des stratégies pour accélérer l’usage du vélo utilitaire aux dépens de la voiture au Québec. La combinaison d’interventions couplant modification des infrastructures, soutien économique et stratégies psycho-comportementales permet un changement de comportement progressif et durable. Cependant, ces interventions testées dans le cadre académique sont généralement peu connues des milieux de pratiques. Le choix des modes de transport sont en partie dirigés par des processus psychologiques automatiques qui limitent l’adoption de nouveaux comportements (20). Ainsi, les sciences du comportement s’orientent vers des interventions délivrées à des moments clés (ex.personne venant de déménager) ou favorisant la rupture de ces processus (ex. prêt d’un vélo cargo à une famille) (21). Les revues de littérature soulignent des enjeux d’équité dans la pratique du vélo utilitaire (22). Les femmes, les personnes aux prises avec une maladie chronique ou d’âge avancé et les personnes vivant en milieu péri-urbain ou rural sont moins ciblées et pratiquent moins.

  • 1. IPCC, I. P. on C. Global warming of 1.5°C. http://www.ipcc.ch/report/sr15/ (2018).
  • 2. World Health Organization. 2018 WHO health and climate change survey report: Tracking global progress. (2019).
  • 3. Berry, P. & Schnitter, R. Executive summary – Health of Canadians in a changing climate: advancing our knowledge for action.
  • 4. Lancet Countdown & on Health and Climate Change. Policy brief for Canada. (2019).
  • 5. Watts, N. et al. The Lancet Countdown on health and climate change: from 25 years of inaction to a global transformation for public health. The Lancet 391, 581–630 (2018).
  • 6. Watts, N. et al. The 2019 report of The Lancet Countdown on health and climate change: ensuring that the health of a child born today is not defined by a changing climate. The Lancet 0, (2019).
  • 7. Bernard et al. Climate change, physical activity and sport: a systematic review. Sports Med. 5, 1041–1059 (2021).
  • 8. HEC Montréal, C. de gestion du secteur de l’énergie. Etat de l’énergie au Québec. Etat Lénergie Au Qué. (2022).
  • 9. Akenji, L., Lettenmeier, M., Koide, R., Toivio, V. & Amellina, A. 1.5-Degree Lifestyles: Targets and options for reducing lifestyle carbon footprints. (2019).
  • 10. Brand, C. et al. The climate change mitigation effects of daily active travel in cities. Transp. Res. Part Transp. Environ. 93, 102764 (2021).
  • 11. Bernard, P. et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med. 51, 1041–1059 (2021).
  • 12. Sugiyama, T. et al. Car use and cardiovascular disease risk: Systematic review and implications for transport research. J. Transp. Health 19 (2020).
  • 13. Liu, J., Ettema, D. & Helbich, M. Systematic review of the association between commuting, subjective wellbeing and mental health. Travel Behav. Soc. 28, 59–74 (2022).
  • 14. McCormack, G. R. & Virk, J. S. Driving towards obesity: A systematized literature review on the association between motor vehicle travel time and distance and weight status in adults. Prev. Med. 66, 49–55 (2014).
  • 15. Boogaard, H. et al. Long-term exposure to traffic-related air pollution and selected health outcomes: A systematic review and meta-analysis. Environ. Int. 164, 107262 (2022).
  • 16. Patterson, R. et al. Associations between commute mode and cardiovascular disease, cancer, and all-cause mortality, and cancer incidence, using linked Census data over 25 years in England and Wales: a cohort study. Lancet Planet. Health 4, e186–e194 (2020).
  • 17. Wu, J. et al. Active commuting and the risk of obesity, hypertension and diabetes: a systematic review and meta-analysis of observational studies. BMJ Glob. Health 6, e005838 (2021).
  • 18. Zhao, Y. et al. Association of Cycling with Risk of All-Cause and Cardiovascular Disease Mortality: A Systematic Review and Dose–Response Meta-analysis of Prospective Cohort Studies. Sports Med. (2021).
  • 19. Knott, C. S., Panter, J., Foley, L. & Ogilvie, D. Changes in the mode of travel to work and the severity of depressive symptoms: a longitudinal analysis of UK Biobank. Prev. Med. 112, 61–69 (2018).
  • 20. Verplanken, B. & Whitmarsh, L. Habit and climate change. Curr. Opin. Behav. Sci. 42, 42–46 (2021).


Cite this blog post
Bernard Paquito (2024, February 5). La réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé. AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/vr8c

One thought on “La réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé”

  1. This article makes a strong case for switching from cars to bikes! It highlights the environmental benefits of reducing emissions and the health benefits of regular cycling. It even mentions some interesting strategies to encourage more people to cycle, like infrastructure changes and loaner programs. Sounds like a win-win for everyone!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.