La mobilité active au prisme des risques climatiques

Une communication à l’Université de Grenoble a été pour moi l’occasion de rassembler les études qui permettent d’envisager les transports actifs (vélo, marche) au prisme du risque climatique. On constate un risque climatique lorsqu’un ou plusieurs aléas climatiques se produisent, et que des personnes vulnérables sont y sont exposées. Comme décrit dans la figure ci-dessous, les aléas peuvent par exemple être en cascade ou simultanés, les vulnérabilités peuvent être systémiques, et les expositions multiples ou concomitantes.

À ma connaissance, la littérature scientifique a examiné l’impact des pics de chaleur, de la pollution de l’air et des catastrophes naturelles sur les transports actifs.

La présentation (disponible ici) décrit les points de bascules de températures au de là desquels la pratique de la marche ou du vélo diminuent rapidement. Elle y aborde aussi les effets des alertes chaleur ou pollution, et leur possible inefficacité au de là de plusieurs jours.

La dernière partie concerne l’utilisation des transports actifs comme une stratégie d’adaptation et d’atténuation. J’y abordais aussi les besoins de structures cyclables qui anticipent les vagues de chaleur et facilitent la circulation. Finalement, j’y ai présenté quelques enjeux de gouvernance.

Quelques points à retenir

  • Les mobilités actives bien qu’une des solutions d’atténuation face au changement climatique peuvent devenir des comportements associés à des risques pour les utilisateurs (quand d’autres modes de transports sont inaccessibles)
  • Les infrastructures liées à la marche ou au vélo doivent déjà anticiper les expositions liées aux fortes chaleurs ou pic de pollution, mais aussi les ‘vulnéarabilités’ socio-spatiales.
  • Il y a un besoin urgent de comprendre les comportements liés aux mobilités actives dans des contextes de vagues de chaleur, de pollution visible, et d’alerte(s).

Finalement, d’un point de vue des sciences comportementales, les alertes chaleur ou pollution de l’air pourraient être conceptualisées comme des moments clés de partage d’informations ou de changement de comportement. On pourrait aussi envisager le développement de ‘chocs comportementaux’ contrôlables (cyclovia, déménageurs, prix essence, clés contre des prêts de vélo électrique).

Si le sujet vous intéresse, lisez aussi le très bon article de K.Jean Le vélo, un potentiel inexploité pour améliorer la santé (et le climat).



Cite this blog post
Bernard Paquito (2024, April 3). La mobilité active au prisme des risques climatiques. AVUER. Retrieved May 25, 2024, from https://doi.org/10.58079/w5n7

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.