Les activités physiques adaptées, ce n’est que du réentrainement à l’effort ?

Sarah Deweert a rédigé un article dans la prestigieuse revue Nature, paru en Juillet dernier. Je vous laisse découvrir le titre dans la référence, le sous titre, lui, est beaucoup plus croustillant : Can exercise, social interaction and the Mediterranean diet really help to keep the cognitive decline of Alzheimer’s disease at bay ? Autrement dit, l’activité physique, les relations sociales et le régime alimentaire Méditerranéen peuvent ils préserver du déclin cognitif chez des sujets Alzheimer ?

Outre l’argumentaire scientifique sur les effets protecteurs de l’AP sur certains neurotransmetteurs, les capacités cognitives ; les différentes études épidémiologiques sur les habitudes alimentaires, Deweert souligne une étude d’Erickson sur la pratique d’AP en groupe chez des sujets âgés sains.

Sans le savoir l’auteur mets à jour la nature même des APA. Une pratique d’APA qui tend vers une pratique sociale d’une activité physique. Pourquoi nombre d’études qui propose du réentraînement obtiennent des effets significatifs à court terme, avec une atténuation de ces effets à moyen terme et plus d’effet à long terme. Les sujets ne sont vus que d’un point de vue physiologique, une fonction cardiovasculatoire. Sur le terrain, on retrouve la même chose (voir article).

Une prise en charge APA qui néglige l’aspect social et psychologique, mène à peu de chose.

Par extrapolation, cet article en est une belle illustration, on pourrait imaginer des programmes spécifiques d’APA pour des sujets à risque Alzheimer.

1er partie de réentrainement à moyenne intensité sous forme d’ergocycle afin de lutter contre le déconditionnement et permettre une mobilisation motrice simple, et lutter contre la kinésiophobie

2nd partie composée de pratiques physiques multiformes afin de travailler sur le tonus musculaire, l’équilibre et permettre un travail à intensité plus élevée (e.g. marche extérieur, activités sportives collectives, tir à l’arc…)

3e partie centrée sur les relations des pratiques physiques directement en lien avec le goût, les envies et les moyens des sujets. Pourquoi ne pas proposer de la danse de couple, de la danse traditionnelle (voir article), du tennis de table…

 Bien sur ces propositions nécessitent une organisation importante, une approche globale, une écoute, un travail de réseaux, une transversalité professionnelle, sans nécessairement augmenter le coût des prises en charge. A mon sens, le chantier le plus important réside dans la modification des mentalités dans le champ de la santé et ou du médico-social : le sujet n’est plus « patient » mais acteur, les prises en charge non médicamenteuses estimées et comprises, la pratique basée sur des preuves, l’entretien motivationnel est aussi important que l’activité……

 Deweert. S (2011) Activity is the best medicine. Nature, Vol 474, S17.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=bTGQKUPzKVA]



Cite this blog post
Bernard Paquito (2011, September 8). Les activités physiques adaptées, ce n’est que du réentrainement à l’effort ? AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4lt

7 thoughts on “Les activités physiques adaptées, ce n’est que du réentrainement à l’effort ?”

  1. lire aussi, publié en septembre 2011 en langue française dans une revue à l’impact plus faible :
    Beauchet O. L’importance de l’exercice physique dans les maladies d’Alzheimer. Rev Prat. 2011;61(7):932-33.
    dont la bibliographie cite entre autres :
    Rolland Y, Abellan van Kan G, Vellas B. Physical activity and Alzheimer’s disease: from prevention to therapeutic perspectives. J Am Med Dir Assoc 2008;9:390-405.
    Angevaren M, Aufdemkampe G, Verhaar HJ, Aleman A, Vanhees L. Physical activity and enhanced fitness to improve cognitive function in older people without known
    cognitive impairment. Cochrane Database Syst Rev 2008:CD005381.
    Briones TL. Environment, physical activity, and neurogenesis: implications for prevention and treatment of Alzheimer’s disease. Curr Alzheimer Res 2006;3:49-54.

    1. Revue récente particulièrement bien rédigée
      Littbrand H, Stenvall M, Rosendahl E. Applicability and effects of physical exercise on physical and cognitive functions and activities of daily living among people with dementia: a systematic review.
      Am J Phys Med Rehabil. 2011 Jun;90(6):495-518. doi: 10.1097/PHM.0b013e318214de26.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.