L’activité physique comme traitement : il est temps de transposer les preuves dans la pratique clinique

Mai-Lis Hellénius et Carl Johan Sundberg ont rédigé un éditorial dans la revue British Journal Sports Medicine (Mars 2011) ayant ce titre (accès libre ici). Ils rappellent les niveaux de preuve élevés de l’efficacité de l’activité physique dans la prévention ou le traitement de nombreuses pathologies. Puis ils soulignent les résultats obtenus par plusieurs essais randomisés contrôlés en termes de santé, essais testant l’effet du conseil (counseling) à l’activité physique.

L’activité physique prescrite comme un médicament.  Une étude testant la prescription d’activité physique obtiendrait une adhésion au traitement supérieure à 60%.  A la question qu’ils posent : « sommes nous préparés ? », ils répondent OUI, en donnant le lien à un ouvrage accessible en ligne gratuitement.

« Physical Activity in the Prevention and Treatment of Disease »

 On peut saluer la performance cet ouvrage est d’une rare qualité, gratuit et clair. 33 chapitres où vous trouverez des informations sur la prise en charge par l’AP de pathologies métaboliques, psychiatriques, pneumologiques, neurologiques…. Et comme cela ne suffit pas, ils ajoutent 14 chapitres d’une clarté insolente : Motivational interviewing about physical activity, Assessing and controlling physical activity, Becoming physically active, Pregnancy….

Accès au livre

 Enseignants APA, chefs de services, médecins, psychologues, directeurs d’établissement : à vos dico d’anglais !!!

[slideshow]



Cite this blog post
Bernard Paquito (2012, January 10). L’activité physique comme traitement : il est temps de transposer les preuves dans la pratique clinique. AVUER. Retrieved April 20, 2024, from https://doi.org/10.58079/d4m8

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.