APA et dépression: comment ?

Il est aujourd’hui clairement établit que l’activité physique a des effets thérapeutiques sur les symptômes de dépression clinique et sub-clinique (Mead et al 2008, revue Cochrane). (Malgré cela, l’emploi d’Enseignants APA a ces fins est quasi inexistante)

Cet article porte sur une étude originale de Dunn et al., en 2005 qui teste l’efficacité et le « dose – réponse » de l’AP de type aérobie chez des sujets dépressifs moyens. En d’autre termes, l’AP est elle efficace pour réduire les symptômes dépressifs mais surtout à partir de combien de fois par semaine et pour quelle intensité de pratique ?

5 groupes de 17 personnes dépressives qui suivent un programme durant 12 semaines

1) faible intensité (FI) (7 kcal/kg/week) + 3/sem

2) FI + 5/sem

3) moyenne intensité (MI)(17.5 kcal/kg/week) + 3/sem

4) MI+ 5/sem

5) groupe contrôle (GP)

Lorsqu’on évalue ces sujets à la fin du programme, seulement les 2 groupes MI ont diminué significativement leur niveau de dépression par rapport au GP. De plus, on ne retrouve pas de d’effet de la fréquence de pratique sur le niveau de dépression. Une intensité trop faible est comparable  l’effet placebo.

Conclusions : Il est important de proposer de l’AP sous forme aérobie d’intensité moyenne (marche rapide par exemple) à des sujets touchés par des troubles dépressifs et une fréquence de 3 fois / semaine suffit pour avoir des résultats au bout de 12 semaines.

Andrea L Dunn et al., “Exercise treatment for depression: efficacy and dose response,” American Journal of Preventive Medicine 28, no. 1 (Janvier 2005): 1-8.


Une réflexion sur « APA et dépression: comment ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.