Category Archives: Activité physique/Physical activity

Avec le vélo à assistance électrique, on accélère les changements

Ces dernières années, la démocratisation du vélo à assistance électrique (VàE) a catalysé le rôle du vélo pour la santé et la lutte contre le changement climatique. Une série d’études Européennes et Nord-américaines suggère que le VàE est plus adopté par les utilisateurs moins traditionnels du vélo (personnes âgées, les habitants de zone péri-urbaines ou rurales et les femmes). Ireland

L’effet de substitution voiture/vélo est plus rapide, fréquent et adopté pour des distances plus longues chez les propriétaires de VàE. Aux USA, plus de la moitié des déplacements utilitaires réalisés en voiture pourrait être remplacés par un déplacement en VàE1. Les VàE permettent de neutraliser l’effet des dénivelés sur les trajets à réaliser à vélo, sont perçus comme économiquement abordables2. Dans plusieurs pays européens les VàE représentent plus de 50% des cyclistes utilitaires, mais les rares études canadiennes laissent penser que la marge de progression au Canada est forte2. L’adoption d’un VàE pour une bonne partie des déplacements utilitaires ou de loisirs est associée à une réduction de l’empreinte carbone liée aux déplacements de l’ordre de 12% chez les utilisateurs américains3. Les bénéfices en termes de réduction des émissions de GES sont encore plus importants en milieu rural3. En termes de santé, une série de méta-analyses concluent que les bénéfices pour la santé physique sont relativement similaires chez des adultes inactifs qui adoptent le vélo ou le VàE comme mode de transport4–6. Cela s’explique majoritairement par une augmentation du volume d’activité physique global chez les cyclistes. Les utilisateurs de VàE réalisent un effort de plus faible intensité, mais se déplacent plus longtemps et fréquemment que les cyclistes. Une série d’études interventionnelles montrent aussi des bénéfices psychologiques associés aux VàE chez les personnes âgées ou obèses7. Le risque d’accident plus sévère chez les utilisateurs de VàE en comparaison aux autres cyclistes ne semblent pas être étayé empiriquement.

  • 1. MacArthur, J., Harpool, M., Scheppke, D. & Cherry, C. A North American Survey of Electric Bicycle Owners. TREC Final Rep. (2018) doi:10.15760/trec.197.
  • 2. Philips, I., Anable, J. & Chatterton, T. E-bikes and their capability to reduce car CO2 emissions. Transp. Policy 116, 11–23 (2022).
  • 3. Cycling for Sustainable Cities. (The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 2021).
  • 4. McVicar, J. et al. Systematic review and meta-analysis evaluating the effects electric bikes have on physiological parameters. Scand. J. Med. Sci. Sports (2022).
  • 5. Jenkins, M. et al. What do we know about pedal assist E-bikes? A scoping review to inform future directions. Transp. Policy 128, 25–37 (2022).
  • 6. Riiser, A., Bere, E., Andersen, L. B. & Nordengen, S. E-cycling and health benefits: A systematic literature review with meta-analyses. Front. Sports Act. Living 4, 1031004 (2022).
  • 7. Sundfør, H. B., Fyhri, A. & Bjørnarå, H. B. E-bikes—good for public health? in Advances in Transportation and Health 251–266 (Elsevier, 2020). doi:10.1016/B978-0-12-819136-1.00011-5.

Les STAPS sont-ils à la rue sur les enjeux climatiques ?

Retour sur ma participation au congrès de l’ACAPS à Reims à l’automne dernier. Sous l’impulsion de G.Chevance, nous avions proposé un symposium “Comment les STAPS peuvent contribuer à atténuer le changement climatique et s’adapter à ses effets : exemples d’initiatives ?”. Un symposium à 8h du matin un 1er novembre, sans tramway dans la ville, cela partait mal. D’ailleurs, les congrès les jours fériés, il faut arrêter.

J’ai eu le plaisir de présenter un bref état des lieux de la question sur la base de la littérature scientifique (slides) et citer la dernière publication annuelle d’experts du climat : « Life on planet Earth is under siege. We are now in an uncharted territory ». L.Moutet, doctorant au CNAM, a résumé son travail sur l’évaluation et les indicateurs à prendre en compte sur la pratique sportive et les fortes chaleurs. Avec son cursus initial plus orienté épidémiologie, il a apporté un très bon éclairage à la question (mémoire disponible) (slides). G.Chevance a résumé notre travail sur l’impact du prix relatif des carburants sur l’efficacité des intervention de promotion du transport soutenable (slides). Nous avons réutilisé des données d’une précédente méta-analyse (vive la science ouverte et collaborative !) collaborer avec B.Andrieux, doctorant au Shift Project (voir une conférence  de Baptiste très très riche d’enseignements). On a beaucoup appris avec lui et d’autres collaborateurs en dehors des sciences de l’activité physique et du sport.

Finalement, le trio de docteurs P.Caille, L.Hognon et G.Faity, a présenté avec beaucoup de soins et de pédagogie l’application de la démarche portée par labo 1.5 au sein du laboratoire Euromov de Montpellier (slides).  Le plus intéressant dans leur communication demeurait dans les discussions qu’a généré cette mesure de l’empreinte carbone au sein de leur laboratoire, et surtout sur les choix futurs pour émettre moins de gaz à effet de serre.

Voir ce trio de jeunes chercheurs ayant réalisé leur recherche sur des sujets sans aucun lien direct aux enjeux climatiques m’a donné de l’espoir, puis je me suis retourné et me suis rappelé que l’amphithéâtre n’était pas à moitié plein.

Le symposium s’est conclu sur quelques questions et discussions mais globalement, ce n’est pas ce que j’attendais. Nous sommes dans un lieu où il y a 3 (futurs) titulaires de doctorat au mètre carré et pourtant le changement climatique ne soulève pas un enthousiasme  majeur. (Et je ne vous parle du symposium sur l’e-sport qui était bondé).

Ce congrès a pu aussi mettre en lumière l’initiative  Projet Transition ECO-STAPS (Intégrer les enjeux de la transition écologique au sein de la formation des STAPS). Porté par la C3D et l’Anestaps, l’initiative vise à recenser les besoins de formation des étudiants en STAPS, de rassembler les ressources nécessaire par spécialités STAPS… C’est très ambitieux et repose majoritairement sur du bénévolat (sauf erreur de ma part). Cela va donc être lent, or nous devons aller vite face aux enjeux climats.

J’ai précédemment discuté des difficultés et enjeux concrets à porter son intérêt de recherche sur les enjeux climatiques quand on est extérieur au champ. Mais je ne m’explique toujours pas pourquoi nous semblons si peu, pourquoi le sujet n’émerge partout. La loi oblige les universités françaises à développer des cours d’ici 2027 sur ces questions, mais le mouvement est lent et nous avons peu de temps pour faire réellement changer les choses.

J’ai l’impression que les laboratoires, les départements n’ont pas encore pris la mesure des conséquences de changements climatiques sur la santé, les sports, les inégalités, le travail… Chaque spécialité STAPS va être affectée et n’a pas le choix de se transformer, au risque d’être désuète sous peu.

On pourrait par exemple mettre l’emphase en STAPS sur le développement des mobilités actives pour remplacer les déplacements en voiture individuelle. Des patients en APA, des supporters en management, des écoliers (et leurs parents) en EPS, en faire de la récupération active en performance…. C’est très bien expliqué par nos collègues allemands1.

Les contenus de cours, les questions de recherche, l’organisation de la recherche, tout devrait être révisé au prisme des enjeux climatiques et de la biodiversité.

1. Reimers AK, Demetriou Y. Active mobility—(also) a topic for sport science? Ger J Exerc Sport Res, https://doi.org/10.1007/s12662-023-00936-0
PS Merci aux collègues pour le partage des supports

Activité physique, sport et changement climatique [entretien vidéo]

Mon collègue a lancé sa chaîne YT de vulgarisation scientifique. Il m’a invité pour (m’)aider à vulgariser la question des enjeux climatiques dans le sport.

N’hésitez pas à partager la vidéo si vous pensez que cela peut être utile pour d’autres.

Autonomous cars will negatively influence active travel patterns

Drinking a craft beer on the terrace in Phoenix, I found an idea for this new blog article. I was surprised by the high number of driverless taxi in the town center. I cogitated about their potential negative impact on active travel patterns because I wrote an article here 3 years ago.

As researcher in physical activity sciences, I have my own ‘pro’ active transport bias. However, I found a very good paper examining this question with a systemic and evidence-based approach (1).

Authors examined the mechanisms by which active transport can be affected by autonomous vehicles (AV) in driverless cities (46 papers included). They also explained that AV are always presented as a cost-effective solution because their use may be associated with a drastic reduction car crashes and (maybe) congestion costs. However, the full (true) costs are rarely computed (environmental, health, cost).

What are the key points from their work ?

Autonomous vehicles

  • Private versus shared autonomous cars could have different determinants and consequences on active travel in urban context.
  • AV change the value of travel time. Indeed, you can sleep, work, be engaged in social activities during your trip. Thus, the active transport travel time could be perceived as wast time among walkers or bicycle users.
  • Conflicts or crashes between cyclists and normal cars or AV could increase because the behaviors of pedestrians or AV can be misinterpreted by human drivers. There also are some possible issues about human AV interactions.
  • AV could be associated with urban sprawl rebound effect. I other words, I can live further away from my office because I can work or sleep during the AV commuting trip.

Shared autonomous vehicles (e.g., taxi, small bus)

  • An analysis of shared Uber services in four US cities showed that traveled miles could double, and users switched from public or active transport modes.
  • The type of shared AV could have very different effects on AT patterns: door to door demand responsive, fixed line service, first or last mile

A very informative framework is provided in the article. Very helpful for stakeholders. Authors concluded that “urban planning must not be subordinated to accommodate AV”.

PS: here, maybe the worst example of autonomous car potential use

1. Shatu F, Kamruzzaman Md. Planning for active transport in driverless cities: A conceptual framework and research agenda. J Transp Health. 1 juin 2022;25:101364.

L’activité physique et le sport face au changement climatique [vidéo]

L’École Nationale de Rennes m’a demandé de réaliser une présentation pour résumer l’état des connaissances sur L’activité physique et le sport face au changement climatique. Une version mise à jour de la précédente donnée en anglais.

Vous pouvez télécharger librement les infographies liées à ce travail. Le post-print de la revue de littérature est en accès libre sur ce blogue.

Bernard P, Chevance G, Kingsbury C, Baillot A, Romain AJ, Molinier V, et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med. mai 2021;51(5):1041‑59.