Archives de catégorie : Activité physique

Impacts of wildfires on physical activity

I write this blog article during an important forest fire in British Columbia (Canada), occurring during an extreme heat wave in the same geographical area. The last Lancet report on health and climate change called it : the ‘converging crises’ (1). Climate projections indicate wildfires will increase in frequency and intensity in the U.S, Canada, Australia, Russia… What are the effects of wildfires on physical activity patterns ?

Cruz et al examined the effects of bushfires on accelerometer measured physical activity among exposed and control children (245 vs 344, 8-10 years, Australia) (2). Additionally, they modelized the association between Air Quality Index (AQI) and moderate to vigorous physical activity (MVPA) in exposed children (with sub analyses for sex and socioeconomic status). Authors collected PA data for their multi-center interventional study, and the bushfires occurred between the end of intervention and first follow-up measures. Children were classified as affected by bushfires if they were exposed to AQI >100 for 3 consecutive days, and their school received targeted advice to avoid outdoor Pas. Their statistical analyses were well-adapted and sophisticated.

Children’s physical activity was not strongly influenced by the presence of smoke during bushfires. Findings were similar for MVPA, VPA, MPA during or outside school hours or after the inclusion of temperature as covariable. During the school time, an AQI of 1 standard deviation increase was associated with a decrease of 2 and 0.6 daily minutes for MPA and VPA, respectively. The curvilinear models suggested that AQI >737 (AQI > 200 = ‘hazardous’) was associated with a drastic MVPA reduction among exposed children. This ‘tipping point’ was not different for children with living in family with low or high socioeconomic background.

Authors suggested that the relative stable PA level during the wildfire episode may be explained by a possible PA indoor practices or family/teachers might not follow the Australian Education Department recommendation about outdoor PA restrictions. Consequently, the children might have been exposed to high level of air pollution.

A US study examined the association between four AQI classes (ranged from moderate to hazardous air quality) and daily number of steps (measured with fitbit) among adults living in California during 2017-2018 wildfire seasons (N > 1000) (3). A significant 18% reduction in daily step count was found when the AQI exceeded 200 compared with AQIs < 100. Similar results were observed after multivariable adjustment, but sex was missing among the covariables.

Finally, another PA characteristic has been examined: active travel in urban context. Doubleday et al. (4) used the bicycle and pedestrian counters data in Seattle (Washington state) to examine the effects of wildfire smoke events. They compared daily bicycle and pedestrian counts across 3 periods, 20 days before wildfires, during wildfire (>3 consecutive days with PM2.5 >15), and 20 days after.

A significant decrease of active travel frequency was observed during the second and larger of two wildfire smoke events (2018, see figure). Findings also showed a slow return to pre-wildfire smoke event physical activity levels in some areas.

This significant PA decrease could be observed only for 2018 because wildfire smoke events were more intense, but also by an improvement of risk reduction messages dissemination by local authorities.

 

 

  • 1. Watts N, Amann M, Arnell N, Ayeb-Karlsson S, Beagley J, Belesova K, et al. The 2020 report of The Lancet Countdown on health and climate change: responding to converging crises. The Lancet. 2021 Jan;397(10269):129–70.
  • 2. del Pozo Cruz B, Hartwig TB, Sanders T, Noetel M, Parker P, Antczak D, et al. The effects of the Australian bushfires on physical activity in children. Environment International. 2021 Jan 1;146:106214.
  • 3. Rosenthal DG, Vittinghoff E, Tison GH, Pletcher MJ, Olgin JE, Grandis DJ, et al. Assessment of Accelerometer-Based Physical Activity During the 2017-2018 California Wildfire Seasons. JAMA Network Open. 2020 Sep 30;3(9):e2018116.
  • 4. Doubleday A, Choe Y, Busch Isaksen TM, Errett NA. Urban bike and pedestrian activity impacts from wildfire smoke events in Seattle, WA. Journal of Transport & Health. 2021 Jun;21:101033.

Une histoire des militants dans le sport

L’approche historique et décalée des pratiques sportives a toujours été attrayante pour moi (voir les deux ouvrages présentés sur le blogue). Elle facilite la mise en perspective du rôle des activités physiques, des loisirs et du sport au sein de la société.

Les Éditions de l’atelier, avec le soutien de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), ont publié “Terrains de jeux, terrains de luttes. Militant.e.s du sport” de N. Kssis-Martov. L’ouvrage est inscrit dans la collection ‘Celles et ceux’ qui présente les personnes, souvent méconnues, ayant oeuvrées aux transformations sociales en France. Les textes présentés sont courts, clairs et surtout bien illustrés.

L’auteur y présente une multitude de sportifs engagés à travers la Commune, le Front populaire, la Guerre d’Espagne, ou encore la Résistance durant la seconde guerre mondiale ou la Guerre d’Algérie. On s’aperçoit que les multiples débats, conflits, rassemblements entre les mouvements de gauche se sont souvent traduits dans milieu fédéral associatif. Même si la place de la FSGT y semble prépondérante.

Quelques points que je retiens :

  • La Fédération Sportive du Travail comptait, des 1922, une soixantaine section féminine au sein des clubs.
  • Rino Della Negra, resistant sportif, memebre de FRT-MOI qui a joué au Red Star, et dont une tribune porte encore le nom.
  • Les différentes visions du football, d’un côté JM Brohm avec son sport opium du peuple et de l’autre L Maitan qui défendait une vision populaire du football

Pour aller plus loin, un entretien avec l’auteur, Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde (Editions Libertaires), la BD Un maillot pour l’Algérie, et certainement (mais pas encore lu) Une histoire populaire du football.

Quand patiner ne sera plus qu’un souvenir : le changement climatique et l’activité physique de plein air

Au mois de décembre dernier, j’ai eu l’occasion de pouvoir réaliser une présentation pour les membres du Réseau, un rassemblement québécois d’intervenants dans le domaine de l’activité physique de plein air.

L’objet de cette présentation était de mettre en lumière les enjeux actuels et futurs des activités physiques de plein air dans le contexte du changement climatique. Après une introduction qui rappelle les conclusions du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, illustrées par des exemples canadiens, j’ai brièvement présenté les conclusions de notre revue de littérature sur l’activité physique et le changement climatique (voir le précédent article sur cette question). Ensuite, j’ai illustré les enjeux de l’activité physique de plein air avec une série d’études nord-américaines portant notamment sur les activités de plein air dans les parcs fédéraux mais aussi les possibilités de plus en plus réduites de patinage en extérieur ou de ski alpin au Québec. Je vous laisse lire les conclusions et recommandations dans les dernières diapos de la présentation ci-dessous.

 

Une nouvelle définition de l’activité physique

En 2019, J. Piggin a publié un livre qui repense la définition de l’activité physique dans une perspective sociale et politique (Piggin, 2019). Partant de la définition communément admise (aussi sur ce blog), l’auteur critique sa visée exclusivement anatomique ou physiologique pour y intégrer des perspectives émotionnelles, intellectuelles et politiques. Il considère le mouvement humain comme : « une série de moyens politiques, éducatifs, nationalistes, environnementaux, commerciaux, liées à la santé et personnels qui sont opérationnalisés, mis en œuvre, renforcés par des corps individuels et institutionnels ».

Piggin fait un apport majeur en proposant une nouvelle définition de l’activité physique : « L’activité physique implique les personnes qui bougent, jouent, réalisent des performances dans des contextes culturels et des lieux spécifiques et sont influencées par leurs propres intérêts, émotions, idées, relations ainsi que des consignes » (Piggin 2019). (Physical activity involves people moving, acting and performing within culturally specific spaces and contexts, and influenced by a unique array of interests, emotions, ideas, instructions and relationships (Piggin 2019)). Un article en accès ouvert argumente en faveur de cette définition (Piggin, 2020).

Son court ouvrage s’articule autours de l’analyse des discours (politiques) liés à l’activité physique. Il utilise les théories critiques pour comprendre l’histoire des discours ou décisions publiques autours de l’activité physique. Dans son analyse des discours politiques à propos de l’activité physique, il suggère que l’activité physique, est soit présentée comme un comportement facile à adopter gratuit, qu’il suffit juste de le promouvoir auprès la population. Ou alors, l’activité physique est vue comme un droit humain et en conséquence doit être soutenue par des politiques volontaristes.

Le chapitre sur les changement sociétaux rappellent par exemple l’écart entre les discours de mobilisateurs autours de l’AP pour la société qui n’est pourtant jamais suivis d’investissements majeurs ou de nouvelle lois.

Un chapitre décrit les partenariats privé-publics entre le monde de la promotion de l’activité physique, du sport et les industriels de la malbouffe (junk food). A titre d’exemple, plusieurs membres du comité directeur de ParticipACTION sont travaillent (in)directement pour des entreprises comme Coca-Cola ou Kellog. Il y décrit aussi les partenariats entre l’industrie du sport et ces mêmes entreprises (ex. promotion du football par McDonald au Royaume-Uni en 2019).

En résumé, Piggin :

  • examine comment l’activité physique et sa promotion est de manière inhérente politique
  • examine comment sont utilisées à des fins politiques certaines données probantes issues de l’activité physique
  • questionne les intérêts de certaines firmes dans la promotion de l’activité physique chez les enfants, ou dans les milieux du travail
  • n’épargne pas les chercheurs dans le domaine de l’activité physique et leur études financées par l’industrie de la malbouffe.

Je recommande la lecture de ce livre, de cet article ou alors aussi de son blogue aux étudiants, collègues d’université, et travailleurs en promotion de la santé.

  • Piggin, J. (2019). The Politics of Physical Activity (1st edition). Routledge.
  • Piggin, J. (2020). What Is Physical Activity? A Holistic Definition for Teachers, Researchers and Policy Makers. Frontiers in Sports and Active Living, 2. https://doi.org/10.3389/fspor.2020.00072

Bouger plus pour mieux dormir la nuit suivante, ou le contraire ?

Par le passé, j’ai pu explorer les associations temporelles entre l’activité physique et différentes caractéristiques du sommeil chez les femmes ayant reçu un traitement pour un cancer du sein (Bernard et al., 2016). La question que l’on se posait était relativement simple : existe-t-il une relation statistique entre l’activité physique réalisée dans la journée et les caractéristiques du sommeil nuit suivante? Est-ce que caractéristiques du sommeil étaient associés à l’activité physique du lendemain?

Les résultats étaient complexes à interpréter car les associations variaient en fonction des caractéristiques du sommeil choisies, des directions, et des niveaux inter ou intra-individuels. D’autres études ont tenté de répondre à ces questions avec des méthodes similaires mais auprès d’adultes en santé, ou ayant un trouble du sommeil, ou d’âge avancé (voir les articles ici là aussi du blog).

Dans le cadre de la supervision d’étudiants à la maîtrise, j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec S.Atoui sur la question des relations quotidiennes entre activité physique et paramètres du sommeil. Nous avons réuni un groupe composé de chercheurs et d’étudiants afin de réaliser la première revue systématique sur cette question. Le preprint de cette revue systématique est disponible ici, et a été accepté pour publication dans la revue Sleep Medicine Reviews (Atoui et al., 2020).

Nous avons donc inclus les articles qui quantifiaient les liens unis- ou bi-directionnels entre l’activité physique et le sommeil chez les adultes. Les études pouvaient être observationnelles ou interventionnelles. 33 études ont été identifiées dont 11 incluant uniquement des femmes, huit des personnes ayant un trouble du sommeil et trois les personnes aux prises avec un trouble mental. Les deux comportements été mesurés à l’aide d’un accéléromètre exclusivement dans des études.

Mesure du sommeil associé à l’activité physique du lendemain

  • 7/24 études ne retrouvaient pas de liens statistiques entre ces deux comportements
  • Six caractéristiques d’une sommeil faisaient l’objet d’analyses : l’efficience de sommeil, l’indice de fragmentation, la qualité du sommeil, le temps total éveillé, la durée totale de sommeil, le temps d’éveil après l’endormissement et la latence de sommeil

Mesure de l’activité physique associée temporellement au sommeil la nuit suivante

  • 13/27 études ne retrouvaient pas de lien statistiques entre ces deux comportements
  • L’activité physique était caractérisée selon la durée quotidienne d’activité physique à une intensité légère, modérée à vigoureuse ou encore la durée quotidienne activité physique totale.

L’analyse « qualitative » de ces associations s’est révélée compliquée du fait du nombre important de variables pour chaque comportement par étude, mais aussi des stratégies d’analyse statistique. En effet certaines études examinaient les associations uniquement un niveau inter-individuel, ou avec des analyses uniquement bi-variées (sans contrôle de variables confondantes).

Ayant anticipé ce problème, nous avions planifié de réaliser une série de méta-analyses. Afin de diminuer le nombre de tests à réaliser, nous n’avons pas pris en compte les différents indicateurs d’activité physique. Ces analyses ont été réalisées sur environ deux tiers des études, en différenciant les associations de niveaux inter et intra individuel. Parmi les 22 associations testées, uniquement 4 associations temporelles étaient significatives avec des niveaux d’association relativement faibles.

  • Un plus haut temps d’éveil après l’endormissement était associé à une plus faible activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • une meilleure efficience de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau inter individuel)
  • une meilleure qualité de sommeil était associée à plus d’activité physique le lendemain (niveau intra individuel)
  • un plus haut niveau d’activité physique était associé à une plus faible durée totale de sommeil la nuit suivante (niveau inter individuel)

Que retenir de ce travail de moine? Sur la base de nos analyses qualitatives et quantitatives, nous ne pouvons pas défendre l’hypothèse d’une relation bidirectionnelle entre l’activité physique et le sommeil à une échelle quotidienne.

Les résultats hétérogènes pourraient être expliqués par le fait que les associations testées pour être plus fortes à des échelles de temps différentes par exemple deux ou trois jours d’écart, voir une semaine. De plus, ces associations pourraient être impactées par des variables connues mais généralement peu utilisées dans les modèles statistiques : l’exposition à la lumière, la condition physique ou encore les bouffées de chaleur nocturne.

  • Atoui, S., Chevance, G., Romain, A.J., Kingsbury, C., Lachance, Bernard, P., 2020. Daily associations between sleep and physical activity: A systematic review and meta-analysis. Sleep Med. Rev.
  • Bernard, P., Ivers, H., Savard, M.-H., Savard, J., 2016. Temporal relationships between sleep and physical activity among breast cancer patients with insomnia. Health Psychol. Off. J. Div. Health Psychol. Am. Psychol. Assoc. 35, 1307–1315. https://doi.org/10.1037/hea0000408