Archives de catégorie : Activité Physique

Curiosités

Une histoire des militants dans le sport

L’approche historique et décalée des pratiques sportives a toujours été attrayante pour moi (voir les deux ouvrages présentés sur le blogue). Elle facilite la mise en perspective du rôle des activités physiques, des loisirs et du sport au sein de la société.

Les Éditions de l’atelier, avec le soutien de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), ont publié “Terrains de jeux, terrains de luttes. Militant.e.s du sport” de N. Kssis-Martov. L’ouvrage est inscrit dans la collection ‘Celles et ceux’ qui présente les personnes, souvent méconnues, ayant oeuvrées aux transformations sociales en France. Les textes présentés sont courts, clairs et surtout bien illustrés.

L’auteur y présente une multitude de sportifs engagés à travers la Commune, le Front populaire, la Guerre d’Espagne, ou encore la Résistance durant la seconde guerre mondiale ou la Guerre d’Algérie. On s’aperçoit que les multiples débats, conflits, rassemblements entre les mouvements de gauche se sont souvent traduits dans milieu fédéral associatif. Même si la place de la FSGT y semble prépondérante.

Quelques points que je retiens :

  • La Fédération Sportive du Travail comptait, des 1922, une soixantaine section féminine au sein des clubs.
  • Rino Della Negra, resistant sportif, memebre de FRT-MOI qui a joué au Red Star, et dont une tribune porte encore le nom.
  • Les différentes visions du football, d’un côté JM Brohm avec son sport opium du peuple et de l’autre L Maitan qui défendait une vision populaire du football

Pour aller plus loin, un entretien avec l’auteur, Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde (Editions Libertaires), la BD Un maillot pour l’Algérie, et certainement (mais pas encore lu) Une histoire populaire du football.

Une Activité Physique modérée et régulière protège d'une prescription de médicaments psychotropes à moyen terme

Une étude finlandaise publiée dans la revue Preventive Medecine explore l’association entre le niveau d’activité physique (AP) de loisir initial et la prise de médicaments psychotropes (e.g. antidépresseur) dans la 5 ans qui suivent (Lahti, Lallukka, Lahelma, & Rahkonen, 2013). La mesure de l’AP est auto-rapportée et permet un classement des sujets comme inactifs, modérément ou vigoureusement actifs, et faisant de l’exercice physique (>50h/METs/semaine). 5961 sujets ont été inclus, suivis en moyenne 4.2 ans et 25, 15, 19,et 22 % été respectivement, répartis dans les différentes catégories d’AP. L’analyse de régression de Cox était ajustée sur différents critères comme l’âge, l’IMC, les antécédents en terme de psychotropes. En comparaison à la catégorie des sujets dits Inactifs, l’ensemble des autres catégories d’AP de loisirs sont toutes associées significativement avec un risque moindre d’avoir un traitement psychotrope à moyen terme. Lorsqu’on réitère les analyses en séparant les antidépresseurs, des sédatifs, les résultats sont similaires.

Remarques : Cette étude est très originale, en effet dans le domaine des études centrée sur l’AP et la santé mentale, peu d’entre elles prennent en compte les traitements psychotropes. A titre d’exemple, une revue de littérature centrée sur les effets de l’exercice physique sur la dépression (entre autre) chez des femmes en traitement de cancer du sein souligne que seulement 2 études répondant aux critères d’inclusion contrôlent la médication des femmes inclues. Or 25 à 30 % à des femmes en traitement font usage d’antidépresseurs (Carayol et al., 2013). Les auteurs (Lahti et al., 2013) discutent leurs résultats en partant d’un postulat, traitement psychotrope = trouble psychiatrique mais la prescription de ces traitements peut être liées à de nombreux facteurs autres comme l’organisation des soins… Ces résultats sont très intéressant dans le cadre de la santé publique mais aussi de la psychologie. On pourrait penser qu’un niveau suffisant d’AP pourrait être aussi associé à des ressources psychologiques pour faire face (coping) à une détresse psychologique légère ou modérée reculant ou évitant ainsi la prise d’un traitement psychotrope. Il reste important de noter que la diminution du risque ne semble pas proportionnelle à la quantité d’AP voir même inférieure pour les « exercisers ». Ainsi, l’argument d’Ekkekakis peut être repris : A little pain for a lot of gain (Ekkekakis, 2009). A terme, des effets d’interactions entre AP et psychotropes devraient être examinés.

VOUS APPRÉCIEZ CE BLOG, FAITES LE SAVOIR EN VOTANT POUR LUI ! et en la partageant !

Carayol, M., Bernard, P., Boiché, J., Riou, F., Mercier, B., Cousson-Gélie, F., … Ninot, G. (2013). Psychological effect of exercise in women with breast cancer receiving adjuvant therapy: what is the optimal dose needed? Annals of Oncology, 24(2), 291‑300. doi:10.1093/annonc/mds342

Ekkekakis, P. (2009). Let them roam free? Physiological and psychological evidence for the potential of self-selected exercise intensity in public health. Sports medicine (Auckland, N.Z.), 39(10), 857‑888. doi:10.2165/11315210-000000000-00000

Lahti, J., Lallukka, T., Lahelma, E., & Rahkonen, O. (2013). Leisure-time physical activity and psychotropic medication: A prospective cohort study. Preventive medicine, 57(3), 173‑177. doi:10.1016/j.ypmed.2013.05.019

Les capacités physiques des adultes déficients intellectuels, il y a urgence !

Selon l’ADRLSSS-Montérégie  (2005),  « l’espérance  de   vie   des  personnes présentant une DI est passée de 20 à 70 ans entre 1930 et 2000, alors que celle des personnes atteintes du syndrome de Down est passée de 9 à 62 ans au cours de la même période » (p. 8). Leclair Arvisais (2006) rapporte qu’en 2006, « environ 40 % des personnes qui présentent une DI vivaient au-delà de l’âge de 60 ans et que l’âge de décès moyen était de 61,1 ans, comparativement à 70,4 ans dans la population générale ».  Vous trouverez un rapport très complet de Sonia Rioux sur ce sujet qui présente la situation au Québec à compléter avec celui de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale, privée à but non lucratif (rapport français).

Dans ce cadre, une étude d’ Hilgenkamp et al (2012) mérite une attention particulière. Ainsi ces auteurs ont évalué les capacités physiques chez 1050 adultes déficients intellectuels âgés (50-89 ans): force de préhension, endurance musculaire (test chaise 30’’), endurance cardio-respiratoire (test shuttle 10m).

Conclusions: Les auteurs trouvent une atteinte prématurée des capacités physiques chez les sujets DI âgés, les sujets des tranches 50-54 et 54-59 ans ont des résultats similaires ou inférieurs aux personnes sans DI plus jeunes de 20 à 30 ans  (Hilgenkamp et al 2012). Vous deux exemples dans les graphiques ci dessous.Remarques: les mentalités commencent à évoluer dans le milieu du vieillissement sur les besoins de proposer des activités physiques adaptées (APA) aux seniors afin de les préserver d’atteintes physiques mentales ou de limiter leur progression.  Mais il-y-a-t-il aujourd’hui une réelle réflexion sur le vieillissement des personnes déficientes intellectuelles (DI) ? qui est conscient de l’urgence ? Cette étude révèle le besoin criant de programmes d’APA dans les structures accueillant des sujets adultes DI et surtout d’une prise en charge continue au cours de la vie.

Pour compléter, je vous invite à visiter www.deficience-et-vieillissement.org, qui traite cette thématique en incluant les aidants. Soutenez le blog en votant pour lui GBA (cliquez sur l’image de droite).

b a
Higenkamp et al. (2012). Low physical fitness levels in older adults with ID: results of the HA-ID study. Res Dev Disabil. 2012 Jul-Aug;33(4):1048-58. doi: 10.1016/j.ridd.2012.01.013

L'activité physique pour diminuer le nombre de rendez-vous médicaux des malades chroniques. Olé !

Le 21 juin dernier, dans la revue Plos One, un essai randomisé contrôlé (ERC) a été publié sur ce sujet (en accès libre). Maria Giné-Garriga, du département des Sciences des sports de l’université Ramon Llull de Barcelone, a exploré l’effet d’un programme d’AP supervisé par un spécialiste de l’AP (3 mois, 24 séances, aérobie+ renforcement musculaire, en groupe, incrémenté en difficulté) sur le nombres de visites médicales.

Les patients inclus devaient être porteur d’une pathologie chronique (e.g. BPCO) ou d’un facteur de risque important (e.g. Obèse). Ils étaient recrutés en catalogne dans 63 centre médicaux. Les patients étaient alloués soit dans un groupe AP soit dans un groupe soins usuels. L’ensemble des recruteurs, des évaluateurs étaient en aveugle de l’objectif de l’étude. Ainsi, le recrutement a permis d’inclure respectivement, n = 183; 68.3 (8.8) years; 118 women pour AP et n = 179; 67.2 (9.1) years; 106 women pour contrôle.

Le critère de jugement principal était le nombre de rendez vous médicaux à 12 après la fin du programme AP. Les critères de jugement secondaires : nombre rendez vous médicaux à 3, 6 mois ainsi que la qualité de vie (qol) et l’AP mesuré par le SF12 et l’IPAQ-7.

Le nombre de rendez vous médicaux à 15 mois est significativement plus faible pour le groupe AP 14.8 vs 18.2 (p=.002).

 En discussion, les auteurs présentent les coûts des rendez vous médicaux comptabilisés dans l’étude : infirmière (21-36 euros), urgence (54-88 euros), et médecin à domicile (28-58 euros). Ils présentent ensuite le coût des sessions d’AP (20 euros) donc 480 euros le programme complet + 20 euros de matériel., soit un coût par programme/ participant d’environ 25 euros ( groupe de 20 personnes).

Remarques :

1-les critères d’inclusion sont larges, rendant difficilement le classement de cette étude dans le cadre de la prévention secondaire ou tertiaire. De plus, le critère de sédentarité n’est pas le bon (AP modéré ou vigoureuse pendant au moins une heure 5 jours par semaine), qui fait réellement cela ?

2-les design est simple, ce qui facilite se compréhension par les dirigeants politiques

3-il manque réellement des économistes de la santé dans cette étude pour pouvoir mieux apprécier es résultats

4-aucune information est donnée sur l’adhésion au programme

5-le coût des séances d’AP me semble faible

 Une étude à réaliser en France serait la bienvenue, pour combler les limites et explorer réellement le coût/efficacité. On éviterai ainsi l’effet « écran de fumée » de l’ « étude » de Strasbourg.

Cette étude est à mettre en lien avec celles sur l’Exercise Reference System.

Giné-Garriga et al. 2013.The Effect of a Physical Activity Program on the Total Number of Primary Care Visits in Inactive Patients: A 15-Month Randomized Controlled Trial. PLOS One

Thèse en ligne : Motivation des adolescents obèses pour l’activité physique. Les apports de la théorie de l’autodétermination et de l’entretien motivationnel

La littérature scientifique francophone dans de le domaine des sciences du sports et ou de la psychologie de la santé reste assez confidentielle, peu accessible et parfois d’une qualité discutable. Cet article vise à mettre en avant un document quasi intégralement rédigé en français qui pourra amener les lecteurs à approfondir leurs connaissances sur la théorie de l’Autodetermination et ses liens avec l’activité physique ainsi que l’état de la littérature dans la promotion de l’activité physique chez les sujets obèses.
En effet, dans le mouvement de la démocratisation des savoirs et du développement des archives ouvertes, un nombre croissant de thèses d’université sont accès libre. Je recommande la lecture de celle de Mathieu Gourlan soutenue en 2011 à l’université de Grenoble: Motivation des adolescents obèses pour l’activité physique. Les apports de la théorie de l’autodétermination et de l’entretien motivationnel.

Voici le plan:

CHAPITRE 1 : LES INTERVENTIONS VISANT LA PROMOTION DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE AUPRÈS DE POPULATIONS OBESES : UNE REVUE DE LA LITTÉRATURE (UNE META-ANALYSE DES INTERVENTIONS VISANT LA PROMOTION DE L’AP AUPRÈS DE POPULATIONS OBÈSES : PRÉSENTATION DES OBJECTIFS)

CHAPITRE 2 : LA THÉORIE DE L’AUTODETERMINATION

CHAPITRE 3. MECANISMES IMPLIQUES DANS LA PRATIQUE D’AP CHEZ DES ADOLESCENTS OBÈSES : LES APPORTS DE LA THÉORIE DE L’AUTODETERMINATION

ETUDE 1 : PATTERNS MOTIVATIONNELS SPÉCIFIQUES ASSOCIES A DIFFÉRENTS TYPES D’AP CHEZ DES ADOLESCENTS OBÈSES
ETUDE 2 : FACTEURS ASSOCIES AU SUCCES OU A L’ECHEC D’UN PROGRAMME FAISANT LA PROMOTION DE L’ACTIVITE PHYSIQUE ET DES CONDUITES ALIMENTAIRES AUPRES D’ADOLESCENTS OBÈSES. UNE ETUDE QUALITATIVE DANS LE CADRE DE LA THEORIE DE L’AUTODETERMINATION
ETUDE 3 : MOTIVATIONAL INTERVIEWING AS A WAY TO PROMOTE PHYSICAL ACTIVITY FOR OBESE ADOLESCENTS: A RANDOMIZED CONTROLLED TRIAL USING A SELF-DETERMINATION THEORY PERSPECTIVE

Une lecture parcellaire ou complète du document fournira aux professionnels, décideurs, étudiants des bases solides pour apprécier les intérêts et limites des interventions existantes, de cerner les intérêts, limites et bases conceptuelles de la théorie de l’Autodertermination. Loin de valoriser la théorie à tout prix, cette lecture entraîne des réflexions sur la perception des patients sur une prise en charge, sur la nature du conseil à l’AP, sur la conceptualisation de l’usager; sur le possible en terme d’implications cliniques… mêlant approche qualitative et quantitative. Et si l’organisation de la santé ne reposait plus que sur les seuls médecins….
Ce travail a fait l’objet de publications dans des revues scientifiques accessibles librement en ligne pour un usage personnel. A mon sens, cette thèse est un travail de très haute qualité qui démontre que la recherche en STAPS vit malgré la méconnaissance qui l’entoure.

Déclaration d’intérêt:
Collègue et ami de l’auteur de cette thèse.

Ci dessous, deux vidéos illustratives de l’entretien motivationnel

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=sHTljbdtC4k&w=560&h=315]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=jUNd_hbgUwg&w=420&h=315]

Gourlan, M., Trouilloud, D., & Sarrazin, P. (in press). Motivational characteristics of obese adolescents toward physical activity: contribution of self-determination theory. European Review of Applied Psychology

Gourlan, M., Sarrazin, P., & Trouilloud, D. (in press). Motivational interviewing as a way to promote physical activity in obese adolescents: A randomized-controlled trial using self-determination theory as an explanatory framework. Psychology and Health

Gourlan, M., Trouilloud, D., & Sarrazin, P. (2011). Interventions promoting physical activity among obese populations: A meta-analysis considering global effect, long-term maintenance, physical activity indicators and dose characteristics. Obesity Reviews, 12, 7, e633-e645