Category Archives: Activité Physique

Curiosités

Activités Physiques Adaptées et thérapie cognitivo-comportementale, un duo gagnant ?

Ces dernières années quelques études sont apparues pour démontrer les 1er bénéfices du couplage des thérapies cognitivo-comportementales (ici) (TCC) avec l’AP. On retrouve des études sur des sujets touchés par des troubles cardiaques, en rémission de cancer ou touchés par des troubles anxieux généralisés.
Une étude dans la revue JAMA (Journal of the American Medical Association) a exploré les bénéfices de ce type de programme chez des vétérans de la guerre du golf. Un an après le programme une amélioration significative de la qualité de vie est retrouvée pour 18.4% du groupe TCC+AP contre 11.7% AP seul, 11.5% TCC seul (Donta et al., 2003).
Ces études n’obtiennent pas tous de résultats significatifs. En revanche, cet article souhaite mettre en lumière les possibilités qu’offre le travail d’un EAPA avec un psychologue travaillant à partir des TCC. Cette proposition dépasse le cadre la prise en charge en APA pour des sujets accueillis en psychiatrie (ici) ou touchés par des déficiences intellectuelles. L’ensemble des champs des APA pourraient profiter de ce type de projet.
Concrètement, cela pourrait se traduire par des séances d’autoscopie avec un psychologue, des outils communs EAPA psychologue, des dé-briefing de séances communs, un travail sur l’expression des émotions ou habiletés sociales durant les séances…

Aux EAPA d’être imaginatifs et aux psychologues d’êtres ouverts.

Donta, S. T., Clauw, D. J., Engel, C. C., Jr, Guarino, P., Peduzzi, P., Williams, D. A., Skinner, J. S., et al. (2003). Cognitive behavioral therapy and aerobic exercise for Gulf War veterans’ illnesses: a randomized controlled trial. JAMA: The Journal of the American Medical Association, 289(11), 1396-1404.
Gary, R. A., Dunbar, S. B., Higgins, M. K., Musselman, D. L., & Smith, A. L. (2010). Combined exercise and cognitive behavioral therapy improves outcomes in patients with heart failure. Journal of Psychosomatic Research, 69(2), 119-131. doi:10.1016/j.jpsychores.2010.01.013
May, A. M., Korstjens, I., van Weert, E., van den Borne, B., Hoekstra-Weebers, J. E. H. M., van der Schans, C. P., Mesters, I., et al. (2009). Long-term effects on cancer survivors’ quality of life of physical training versus physical training combined with cognitive-behavioral therapy: results from a randomized trial. Supportive Care in Cancer: Official Journal of the Multinational Association of Supportive Care in Cancer, 17(6), 653-663. doi:10.1007/s00520-008-0519-9
Merom, D., Phongsavan, P., Wagner, R., Chey, T., Marnane, C., Steel, Z., Silove, D., et al. (2008). Promoting walking as an adjunct intervention to group cognitive behavioral therapy for anxiety disorders–a pilot group randomized trial. Journal of Anxiety Disorders, 22(6), 959-968. doi:10.1016/j.janxdis.2007.09.010

Un niveau faible d'activité physique est le meilleur prédicteur de mortalité des sujets BPCO

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie chronique qui a des effets systémiques sur la santé. La BPCO est la cinquième cause de mortalité dans le monde. En France, la BPCO concerne 3 à 4 millions de personnes, soit 6 à 8% de la population adulte.

Une étude prospective chez 170 patients a évalué les capacités pulmonaires par spirométrie, réalisé différents examens cliniques, un test de marche de 6 minutes, une échocardiographie, différentes analyses sanguines et les symptômes dépressifs.  A cela, ils ont ajouté la mesure d’activité physique par accéléromètre durant 6 jours. Puis les chercheurs ont suivis le taux de mortalité des sujets à long terme (médiane 48 mois) (Waschki et al., 2011, Chest).

Avec l’ensemble des indicateurs dont ils disposaient, ils ont cherché à identifier les prédicteurs de mortalité les plus explicatifs.

Les résultats sont très simples, le niveau d’activité physique (HR= 0.009 (0.001 – 0.085) <0.001) est le meilleur indicateur devant le taux d’adiponectine (ng/mL) (HR= 2.28 (1.19 – 4.38) 0.013) et l’index Ankle-brachial (HR = 3.26 (1.22 – 8.75) 0.019).

Courbe de survie BPCO Activité Physique

Une nouvelle étude vient encore souligner l’importance de l’activité physique chez le sujets BPCO.

Pour plus d’informations sur la prise en charge en activité physique adaptée pour le sujet BPCO, voir les recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française (ici) ou le livre « La réhabilitation du malade respiratoire chronique » ().

Waschki, B., Kirsten, A., Holz, O., Müller, K., Meyer, T., Watz, H., & Magnussen, H. (2011). Physical activity is the strongest predictor of all-cause mortality in patients with chronic obstructive pulmonary disease: a prospective cohort study. Chest. doi:10.1378/chest.10-2521

 

www.airplusr.fr

Sexualité et activité physique : quelles relations ?

La sexualité est un critère majeur de qualité de vie. Relativement peu d’études portent sur la sexualité et encore moins sur la relation entre sexualité et activité physique. L’étude de Bortz et al (1999) a interrogé un groupe spécifique de personnes âgées de 50 à 70 ans appartenant à un programme d’activité physique. Ce groupe de personne est très spécifique par rapport aux personnes de leur âge car très actifs. Les résultats montrent un niveau élevé de satisfaction et d’activité sexuel chez les hommes et les femmes interrogés. De plus la satisfaction semble corrélée avec la condition physique.

Les études sont rares et pourtant l’enjeu est de taille. Dépasser la spécificité du sujet qu’est la sexualité pour le traiter avec le sérieux qu’il mérite. Il pourrait être judicieux d’explorer ce terrain en terme de recherche. L’identification d’un réel impact des Activités Physiques Adaptées sur les fonctions érectiles par exemple pourraient amener beaucoup d’hommes à pratiquer. Au-delà de cela, est ce que le patient BPCO, ou paraplégique verraient les APA d’une autre manière ?

En 2009, dans l’éditorial de la revue Expert Review Cardiovascular Therapy, le Dr Araujo présente les quelques études sur le sujet. Il débute son argumentaire en décrivant l’activité sexuelle comme une activité physique à part entière, estimant pour un couple stable à partir de 30 qui finissent leur vie ensemble à 4000 à 5000 rapport dans une vie. Il rappelle que les dysfonctions sexuelles touchent 10% des jeunes et 50% des plus de 60 ans.

L’activité sexuelle peut comporter des risques pour des personnes fragiles, il décrit une étude allemande qui attribue 66 décès naturels durant l’activité sexuelle sur 32000 autopsies réalisées (uniquement des hommes).

En terme clinique, un niveau élevé d’activité physique semble avoir des effets intéressants sur la fonction érectile. Une étude d’Esposito 2004 montre dans une étude RC qu’après un programme de changement d’habitudes de vie www.bajstock.com(nutrition+ AP) pour des hommes obèses avec des dysfonctions érectiles, 1/3 décrit une amélioration des ses fonction sexuelles à 2 ans. Le même auteur a répliqué cette étude avec des hommes normo-pondérés et obtient des résultats similaires (Esposito et al., 2009). L’activité physique couplée à des DE5 inhibitors diminue les dysfonctions érectiles et améliore la satisfaction sexuelle (Maio et al., 2010).

A ma connaissance, aucune étude à ce jour ne traite de la sexualité féminine et de l’activité physique.

Un domaine non exploré s’offre aux sciences de la santé, un argument de taille pour les professionnels des activités physiques adaptées ?

Bortz et D H Wallace, “Physical fitness, aging, and sexuality.,” Western Journal of Medicine 170, n°. 3 (Mars 1999): 167-169.
de Araújo Claudio Gil Soares, “Sexual activity: an exercise to prevent cardiovascular morbidity and mortality?,” Expert Review of Cardiovascular Therapy 7, n°. 9 (Septembre 2009): 1033-1036.
Esposito Katherine et al., “Effect of lifestyle changes on erectile dysfunction in obese men: a randomized controlled trial,” JAMA: The Journal of the American Medical Association 291, n°. 24 (Juin 23, 2004): 2978-2984.
Esposito Katherine et al., “Effects of intensive lifestyle changes on erectile dysfunction in men,” The Journal of Sexual Medicine 6, n°. 1 (Janvier 2009): 243-250.
Parzelle M, Bux R, Raschka C .  Sudden cardiovascular death associated with sexual activity A forensic autopsy study (1972–2004). (2006) Forensic, science, medicine
Maio Giuseppe, Salim Saraeb, et Antonio Marchiori, “Physical activity and PDE5 inhibitors in the treatment of erectile dysfunction: results of a randomized controlled study,” The Journal of Sexual Medicine 7, n°. 6 (Juin 2010): 2201-2208.

APA et dépression: comment ?

Il est aujourd’hui clairement établit que l’activité physique a des effets thérapeutiques sur les symptômes de dépression clinique et sub-clinique (Mead et al 2008, revue Cochrane). (Malgré cela, l’emploi d’Enseignants APA a ces fins est quasi inexistante)

Cet article porte sur une étude originale de Dunn et al., en 2005 qui teste l’efficacité et le « dose – réponse » de l’AP de type aérobie chez des sujets dépressifs moyens. En d’autre termes, l’AP est elle efficace pour réduire les symptômes dépressifs mais surtout à partir de combien de fois par semaine et pour quelle intensité de pratique ?

5 groupes de 17 personnes dépressives qui suivent un programme durant 12 semaines

1) faible intensité (FI) (7 kcal/kg/week) + 3/sem

2) FI + 5/sem

3) moyenne intensité (MI)(17.5 kcal/kg/week) + 3/sem

4) MI+ 5/sem

5) groupe contrôle (GP)

Lorsqu’on évalue ces sujets à la fin du programme, seulement les 2 groupes MI ont diminué significativement leur niveau de dépression par rapport au GP. De plus, on ne retrouve pas de d’effet de la fréquence de pratique sur le niveau de dépression. Une intensité trop faible est comparable  l’effet placebo.

Conclusions : Il est important de proposer de l’AP sous forme aérobie d’intensité moyenne (marche rapide par exemple) à des sujets touchés par des troubles dépressifs et une fréquence de 3 fois / semaine suffit pour avoir des résultats au bout de 12 semaines.

Andrea L Dunn et al., “Exercise treatment for depression: efficacy and dose response,” American Journal of Preventive Medicine 28, no. 1 (Janvier 2005): 1-8.

Amish un jour, Amish…

Une étude pour évaluer l’impact des technologies modernes sur les habitudes d’activité physique en examinant un groupe qui a des habitudes de vie vielles de 150 ans. Les Amish ne conduisent pas de voitures, utilisent peu ou pas d’outils électriques… et travaillent intensément à la ferme. Le but de l’étude était de caractériser leur AP et mesurer l’IMC et le pourcentage de graisse corporelle. En termes de méthode, on propose à 98 sujets de (18-75 ans) de porter un podomètre et à la fin de la semaine de répondre à l’IPAQ (International Physical Activity Questionnaire).

Résultats les hommes effectuent en moyenne 18425 pas par jour et 14196 pour les femmes (p<.05). Les hommes reportent 10h d’AP vigoureuse /semaine et 42, 8h d’AP d’intensité modéré. Au total 25% des hommes sont en surpoids et 0% pour les hommes, et 9% des femmes sont obèses. L’auteur conclue qu’un niveau élevé d’AP contribue à une faible prévalence d’obésité.

Cette étude illustre bien l’effet dose entre santé physique et dépense énergétique liée à l’AP ainsi que la sédentarisation liée à la modernisation.

Bassett, D. R., Schneider, P. L., & Huntington, G. E. (2004). Physical activity in an Old Order Amish community. Medicine & Science in Sports & Exercise, 36(1), 79.