Archives de catégorie : Activités Physiques Adaptées

Les Activités Physiques Adaptées, qui, quoi, ou, comment ?

Les conditions climatiques influencent-elles l’effet des interventions qui cherchent à augmenter l’activité physique ?

edHAK3T9feQIMYsekipSuIkNZi7Au Canada, Chan et al.(1) ont examiné cette question par le biais d’une étude interventionnelle de 12 semaines. Les chercheurs utilisaient des messages motivationnels couplés à des podomètres pour changer le comportement des participants. L’étude se déroulait à Charlottetown sur l’île du Prince Édouard. L’intervention était plus efficace lorsque la température était plus clémente. Le nombre de pas quotidiens augmentait de 3 % tous les 10°C. A l’inverse, la pluie (des >5mm) et la neige accumulée (10cm) minoraient l’effet de l’intervention avec, respectivement, -5 % et -3.6 % pas par jour en moyenne. La figure ci-dessous représente les effets des conditions climatiques pour une personne qui réalise 10,000 pas quotidiens.

UnCapture du 2020-04-22 16-21-46e seconde étude (2), menée à Chicago, ciblait des adultes inactifs et très sédentaires. Ils étaient répartis dans 2 bras, qui visaient soit l’augmentation de l’activité physique ou la réduction de la sédentarité. L’étude a duré 3 ans donc les participants ont été recrutés à des saisons différentes. Les participants inclus dans le bras centré sur l’activité physique augmentaient significativement durant l’été leur durée moyenne quotidienne d’activité physique d’intensité modérée à élevée (APMV) de 10 minutes.

Une augmentation de 12°C était associée à une différence de 1.5 minutes supplémentaires d’APMV entre les deux groupes. Une durée de lumière du jour prolongée semblait augmenter la durée d’APMV de 2.3 minutes. Ici les précipitations n’influençaient pas l’APMV, ni les autres saisons.

En conclusion, certaines conditions climatiques modèrent les effets des interventions de changement de comportement visant l’activité physique. Pour les chercheurs, comme pour les étudiants des analyses de sensibilité devraient être réalisées afin de quantifier les effets de ces facteurs. D’ailleurs, dans nos analyses transversales réalisées sur des données d’accélérométrie Canadiennes, nous avons contrôlé l’effet des saisons systématiquement (3–5).

  • 1. Chan CB, Ryan DA, Tudor-Locke C. Relationship between objective measures of physical activity and weather: a longitudinal study. Int J Behav Nutr Phys Act. 2006 Aug 7;3:21.
  • 2. Welch WA, Spring B, Phillips SM, Siddique J. Moderating Effects of Weather-Related Factors on a Physical Activity Intervention. American Journal of Preventive Medicine. 2018 May 1;54(5):e83–9.
  • 3. Bernard P, Hains-Monfette G, Atoui S, Moullec G. Daily Objective Physical Activity and Sedentary Time in Adults with COPD Using Spirometry Data from Canadian Measures Health Survey [Internet]. Canadian Respiratory Journal. 2018 [cited 2020 Apr 22]. Available from: https://www.hindawi.com/journals/crj/2018/9107435/
  • 4. Hains-Monfette G, Atoui S, Needham Dancause K, Bernard P. Device-Assessed Physical Activity and Sedentary Behaviors in Canadians with Chronic Disease(s): Findings from the Canadian Health Measures Survey. Sports. 2019 May;7(5):113.
  • 5. Bernard P, Hains-Monfette G, Atoui S, Kingsbury C. Differences in daily objective physical activity and sedentary time between women with self-reported fibromyalgia and controls: results from the Canadian health measures survey. Clin Rheumatol. 2018 Aug 1;37(8):2285–90.

Quel est l’impact du développement du transport en commun sur l’activité physique ?

Une récente méta-analyse a quantifié l’effet du développement du transport (nouveau réseau, amélioration) en commun (bus, métro, tramway ou autre transit ‘léger’) sur l’activité physique (AP) d’intensité légère à modérée et l’AP d’intensité modérée à vigoureuse (1).

unnamedNeuf études ont été identifiées et 5 fournissaient assez d’information pour réaliser une méta-analyse. Les études ont été réalisées aux USA, Royaume-uni, Canada et au Mexique. L’AP était mesurée avant le développement des infrastructures puis entre 5 à 24 mois, une fois le transport en commun disponible. Les transports en commun testé prenaient la forme de systèmes de transit léger. La mesure de l’AP a été réalisée à l’aide d’accéléromètres ou GPS (6 études) ou de questionnaires (3 études).

Les analyses statistiques suggèrent que le développement de nouvelles infrastructures de transport en commun est associé à une augmentation significative de 35 minutes hebdomadaires d’AP d’intensité légère à modérée. En revanche, l’AP d’intensité modérée à élevée ne semblent pas augmenter. Les auteurs suggèrent que cette différence s’explique par le type d’AP favorisé par les transports en commun, c-à-d la marche ou le vélo. Ces résultats supportent le développement des transports en commun qui sont associés avec d’autres bénéfices comme la réduction des accidents, l’amélioration d’indices de santé cardiovasculaires (2) ou encore la réduction de la pollution.

L’étude ne permet pas de savoir si la création d’un système de transport en commun d’envergure, c-à-d en parlant de presque zéro, peut aussi avoir un effet positif sur l’AP. Gageons que oui.

  • 1. Xiao C, Goryakin Y, Cecchini M. Physical Activity Levels and New Public Transit: A Systematic Review and Meta-analysis. American Journal of Preventive Medicine. 2019 Mar;56(3):464–73.
  • 2. Patterson R, Webb E, Hone T, Millett C, Laverty AA. Associations of Public Transportation Use With Cardiometabolic Health: A Systematic Review and Meta-Analysis. Am J Epidemiol. 2019 Apr 1;188(4):785–95.

Quel est le meilleur message pour l’activité physique ?

MV5BZDQ4NGFkY2YtODFkNS00YWY0LTkzMDktNzA0NTJkN2U3MmQ3XkEyXkFqcGdeQXVyMjg2ODgyNA@@._V1_Une revue systématique de la littérature a tenté de dresser l’état des connaissances à propos des messages de promotion de l’activité physique, leurs effets, leurs modes de diffusion et tout cela en fonction des caractéristiques générales des personnes ciblées (1). Les auteurs proposent quelques recommandations bien que le niveau de preuve soit faible dans la majorité de cas. Dans l’image ci-dessous, plus la couleur est rouge, plus le niveau de preuve est faible. En voici, une traduction libre:

Recommandations pour développer des messages liés à l’Activité Physique

Enfants:

  • les messages devraient avoir un contenu positif, surligner les bénéfices de l’AP.
  • Les messages devraient insister sur les bénéfices en terme d’affect et de relations sociales

Adultes:

  • les messages devraient avoir un contenu positif, focalisés sur les bénéfices pour la santé mentale et les relations sociales
  • Les messages devraient être brefs sans contenu perçu comme une menace.
  • Pour la population générale, les modes de diffusion sont les média, mais les professionnels de santé sont à privilégier pour les personnes à risque ou avec un diagnostic

Personnes d’âge avancé:

  • les messages devraient avoir un contenu positif, focalisés sur les bénéfices pour la santé mentale et les relations sociales: “l’AP est une opportunité entrer en contact avec les autres”
  • Les messages délivrés par des professionnels de santé sont très bien perçus

Femmes enceintes

  • Les messages devraient être clairs et pratiques en présentant les règles de sécurité
  • Les messages sont perçus comme crédibles lorsqu’ils sont donnés par un professionnel de santé

Personnes avec une déficience ou en situation de handicap

  • Les messages devraient porter sur les bénéfices affectifs à court terme et devraient être soutenu pas des images les représentant
  • Les messages devraient être portés par des organisations perçues comme crédibles, mais aussi par les travailleurs sociaux ou les professionnels de santé

1. Williamson C, Baker G, Mutrie N, Niven A, Kelly P. Get the message? A scoping review of physical activity messaging. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity. 2020 Apr 15;17(1):51.

Quelle proportion d’adultes avec un trouble de l’humeur reçoit des recommandations d’activité physique ?

Aux États-Unis, moins d’un adulte sur trois aux prises avec un trouble dépressif clinique a reçu des recommandations ou conseils en lien avec l’Activité Physique (AP) de la part d’un professionnel de la santé (1). L’analyse d’une base de donnée représentative canadienne, suggère des résultats différents (2).

L’enquête ciblait les adultes qui rapportaient avoir un reçu un diagnostic de trouble de l’humeur ou de l’anxiété. L’activité physique était recommandée chez 2 participants sur 3 pour gérer leurs symptômes mais moins de 50% des personnes ayant reçu cette recommandation rapportent l’avoir suivie. Parmi les participants qui rapportaient avoir réalisé de l’activité physique dans les 12 derniers mois, ceux qui n’avaient par reçu de conseils de la part d’un professionnel de la santé étaient quasiment deux fois moins nombreux (77% versus 40%). Il est important de noter que seulement 40% des participants recevaient des recommandations d’arrêt du tabac. C’est très étonnant lorsqu’on connaît les effet délétères pour la santé physique mais aussi mentale pour les personnes dépressives par exemple. Voir à ce propos le précédant article : Pourquoi il faut aider les personnes dépressives à changer leurs comportements de santé ?

Capture du 2020-04-15 16-34-56

Ces deux études soulignent que les efforts de promotion de l’activité physique pour des raisons de santé mentale doivent être maintenus, mais aussi que les professionnels de santé devraient être formé à la promotion de l’activité physique (3).

1. Glowacki K, Duncan MJ, Gainforth H, Faulkner G. Barriers and facilitators to physical activity and exercise among adults with depression: A scoping review. Mental Health and Physical Activity. 2017 Oct 1;13:108–19.

2. Woolf BAR, Williams JVA, Lavorato DH, Bulloch AGM, Patten SB. A comparison of recommendations and received treatment for mood and anxiety disorders in a representative national sample. BMC Psychiatry. 2017 May 2;17(1):155.

3. Romain AJ, Bernard P. Behavioral and Psychological Approaches in Exercise-Based Interventions in Severe Mental Illness. In: Exercise-Based Interventions for Mental Illness. Elsevier; 2018. p. 187–207. Available from: https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/B9780128126059000101

Faire de l’activité physique serait lié à une perception accrue des conséquences négatives du changement climatique

Le changement climatique impacte toutes les strates de nos sociétés, nos habitudes et nos imaginaires. Une récente étude a examiné les liens entre les niveaux moyens d’activité physique à l’échelle de comtés et les attitudes pro-environnementales chez des adultes américains (1).

Capture du 2020-03-31 08-53-39Les chercheurs se basaient sur la théorie normes-croyances-valeurs de Stern. Brièvement, cette théorie postule que l’activation de valeurs personnelles va entraîner une mobilisation des croyances, des normes personnelles puis entraîner des comportements associés positivement à l’environnement. Les personnes développent et soutiennent les initiatives pro-environnementales lorsqu’elles perçoivent que leurs valeurs sont menacées par les changements environnementaux.

Leurs hypothèses s’articulaient comme suit: être physiquement actif est positivement associé avec la croyance que le changement climatique peut entraîner des risques personnels, et le désir de développer des politiques de régulation. Les auteurs supposaient qu’être actif était associé à une connexion plus importante avec la nature et une perception accrue des effets négatifs de la dégradation de l’environnement sur leur pratique.

Afin de tester leurs hypothèses, ils ont couplé des donnés représentant le pourcentage d’adultes considérés comme actifs par comté avec une base de données de Yale qui examinaient les attitudes environnementales à travers le pourcentage de risque perçu pour soi attribué au changements Capture du 2020-03-31 08-55-20climatiques et la perception du besoin de politiques de lutte contre le changement climatique. (voir un exemple au Canada). Plusieurs variables de contrôle étaient utilisées comme l’accès à des infrastructures d’activité physique, le milieu de vie (ex. Rural), la part de personnes de plus de 65 ans, le sexe, l’ethnie, le niveau d’éducation et le pourcentage de vote Démocrate. Les analyses statistiques incluaient l’ensemble de ces variables.

Les auteurs ont identifié une association statistique positive entre la part de personnes actives au sein d’un comté et la perception de risques personnels associés au changement climatique mais aussi au besoin de politiques de régulation.

Les auteurs proposent donc que la promotion de l’activité physique, particulièrement l’activité physique réalisée à l’extérieur pourraient être envisagée comme une stratégie de modification des attitudes environnementales. Bien que le devis transversal de cette étude est une limite importante, c’est, à ma connaissance, une des première investigation qui suggère qu’augmenter le niveau d’activité physique des adultes pourrait modifier les attitudes envers le changement climatique.

Si cette thématique vous intéresse voir aussi ces articles (ici et )

1. Cunningham G, McCullough BP, Hohensee S. Physical activity and climate change attitudes. Climatic Change. 2020 Mar;159(1):61–74.