Category Archives: Activités Physiques Adaptées

Les Activités Physiques Adaptées, qui, quoi, ou, comment ?

Faire de l’activité physique serait lié à une perception accrue des conséquences négatives du changement climatique

Le changement climatique impacte toutes les strates de nos sociétés, nos habitudes et nos imaginaires. Une récente étude a examiné les liens entre les niveaux moyens d’activité physique à l’échelle de comtés et les attitudes pro-environnementales chez des adultes américains (1).

Capture du 2020-03-31 08-53-39Les chercheurs se basaient sur la théorie normes-croyances-valeurs de Stern. Brièvement, cette théorie postule que l’activation de valeurs personnelles va entraîner une mobilisation des croyances, des normes personnelles puis entraîner des comportements associés positivement à l’environnement. Les personnes développent et soutiennent les initiatives pro-environnementales lorsqu’elles perçoivent que leurs valeurs sont menacées par les changements environnementaux.

Leurs hypothèses s’articulaient comme suit: être physiquement actif est positivement associé avec la croyance que le changement climatique peut entraîner des risques personnels, et le désir de développer des politiques de régulation. Les auteurs supposaient qu’être actif était associé à une connexion plus importante avec la nature et une perception accrue des effets négatifs de la dégradation de l’environnement sur leur pratique.

Afin de tester leurs hypothèses, ils ont couplé des donnés représentant le pourcentage d’adultes considérés comme actifs par comté avec une base de données de Yale qui examinaient les attitudes environnementales à travers le pourcentage de risque perçu pour soi attribué au changements Capture du 2020-03-31 08-55-20climatiques et la perception du besoin de politiques de lutte contre le changement climatique. (voir un exemple au Canada). Plusieurs variables de contrôle étaient utilisées comme l’accès à des infrastructures d’activité physique, le milieu de vie (ex. Rural), la part de personnes de plus de 65 ans, le sexe, l’ethnie, le niveau d’éducation et le pourcentage de vote Démocrate. Les analyses statistiques incluaient l’ensemble de ces variables.

Les auteurs ont identifié une association statistique positive entre la part de personnes actives au sein d’un comté et la perception de risques personnels associés au changement climatique mais aussi au besoin de politiques de régulation.

Les auteurs proposent donc que la promotion de l’activité physique, particulièrement l’activité physique réalisée à l’extérieur pourraient être envisagée comme une stratégie de modification des attitudes environnementales. Bien que le devis transversal de cette étude est une limite importante, c’est, à ma connaissance, une des première investigation qui suggère qu’augmenter le niveau d’activité physique des adultes pourrait modifier les attitudes envers le changement climatique.

Si cette thématique vous intéresse voir aussi ces articles (ici et )

1. Cunningham G, McCullough BP, Hohensee S. Physical activity and climate change attitudes. Climatic Change. 2020 Mar;159(1):61–74.

 

‘On fait quoi maintenant ?’ – Génial podcast sur les abus et harcèlements dans le milieu sportif canadien

La question du harcèlement et des abus n’est pas étrangère au monde du sport amateur et professionnel. Les gros titres sont nombreux en France actuellement, ils l’ont étés il y a quelques mois au Canada, plus particulièrement dans le milieu du football/soccer. Les affaires actuelles nous rappellent certains fait de l’histoire du sport à propos d’athlètes féminines dans des équipes nationales, de plus anciens articles de presses mais aussi d’une étude exploratoire qui quantifiait le taux d’agression sexuelle au sein d’un échantillon d’étudiants STAPS/kinésiologie en France (1). Les auteurs concluaient : ‘Près de 8 % des étudiants qui ont répondu à l’enquête déclarent avoir subi une agression d’ordre sexuel en milieu sportif, les filles plus que les garçons : 10 % versus 4 %’ (article en accès libre). Trop souvent comme d’autres problématiques sociétales, un sujet en chasse un autre dans les médias, et peu d’entre eux ont recours à l’enquête et au travail de fond.

Le format podcast ou de baladodiffusion est en plein essor depuis plusieurs années. Si le monde du sport se cantonne souvent à des podcasts centrés sur l’actualité, un podcast actuel offre une toute autre perspective.

‘On fait quoi maintenant’ est le podcast à écouter pour comprendre les solutions qui s’offrent et pourraient se développer au Canada et au Québec pour aider les athlètes victimes de comportement inappropriés en milieu sportif. Il est mené par S.Radziszewski et E. Bouthillier, respectivement étudiants en psychologie communautaire et en journalisme. Ils mêlent habilement leurs compétences respectives pour traiter le sujet en profondeur avec le maximum d’acteurs du sport : athlètes, supporters, entraîneur, journalistes, membres de la fédération provinciale… La démarche est très originale et ce projet orienté vers les solutions mérite d’être écouté. Divisé en 8 chapitres, 5 sont actuellement disponibles. Je termine le 3e et je peux vous assurer que les épisodes sont ciselés et les rencontres riches. Le format permet de prendre son temps et de laisser parler les personnes interrogées. Si un épisode vous plaît, vous y trouverez aussi les ressources citées (ex. Chap 2, épisode 7, mon préféré pour l’instant).

Alors un seul mot d’ordre, faîtes-le connaître, partagez le lien sur les réseaux et abonnez-vous.

1- Joly & Décamps (2009). Les agressions sexuelles en milieu sportif : une enquête exploratoire. Science et Motricité

Les gens pauvres, l’activité physique et les directives canadiennes

Je propose une traduction libre du texte de Greg Basky publié sur le site du Canadian Medical Association Journal.

Une mère envoi un message à la voisine pour qu’elle puisse récupérer les enfants après l’école, elle sera en retard car elle a raté le bus à la sortie de second travail. En attendant à l’arrêt, elle pense à toutes les tâches qu’elle soit réaliser avant de coucher ses enfants. Son médecin lui a recommandé de trouver le temps pour réaliser 20 minutes d’exercice physique, mais est-ce vraiment réaliste ?

Les médecins et experts en politique publique qui travaillent dans des communautés ou quartiers à faible revenus soulignent que les directives nationales d’activité physique sont peu pertinentes pour les 3.5 millions de Canadiens vivant dans la pauvreté. “Je dirais que les directives actuelles pour les 18-64 ans ne reflètent pas la réalité pour les mères célibataires qui élèvent 2 enfants” rappelle Cheryl Camillo, directrice de la Maîtrise d’administration de la santé de l’Université de Regina.

Les directives canadiennes recommandent aux adultes de faire au moins 150 minutes d’activité physique hebdomadaires qui font légèrement suer et qui augmentent la fréquence respiratoire. A titre d’exemple, les directives proposent de réaliser une marche rapide dans son quartier après le dîner ou de suivre un cours de danse après le travail.

Moins d’1 canadien sur 5 suit cette recommandation, et les personnes les plus pauvres sont celles qui les suivent le moins. Les études montrent que la pauvreté est une barrière à l’activité physique. Par exemple, être trop pauvre pour vivre dans un quartier sécuritaire et avec une bonne facilité à marcher est une énorme barrière à l’activité physique. Camillo souligne que les recommandations supposent que tous les Canadiens ont le temps et les ressources pour suivre les directives.

Les experts de l’activité physique lorsqu’ils construisent les directives suivent la logique Nike ‘just do it’. R. Ross, qui dirige le groupe d’experts qui prépare les 1er directives mondiales dîtes des 24 heures, partage ce constat. Cependant, il affirme ‘que cela ne veut pas dire que les personnes à faibles revenus devraient se dire Ok ce n’est pas pour moi, je ne peux pas faire cela, car oui elles le peuvent.’ R.Ross est Pr de physiologie de l’exercice pense que le manque de temps pourrait une barrière plus importante que le manque de ressources.

Le Dr P Fremont, qui dirige la Chaire du Sport et de l’exercice du Collège Royal de Médecine de Famille souligne que si la part des Canadiens respectant les directives augmentait de 1%, le Canada réaliserait des économies importantes. Il ajoute que le gouvernement devrait prendre des mesures fiscales pour aider les personnes qui ont les niveaux d’imposition les plus bas.

Les médecins qui travaillent avec des personnes à faibles revenus alertent qu’il est très difficile de prioriser l’activité physique quand les personnes luttent quotidiennement pour leur survie. La pédiatre M Brindamour qui travaille avec des familles à faible revenus reconnaît que les enfants font trop peu d’activité physique, car ce n’est généralement pas la priorité pour ces familles. Elle souligne que ce n’est pas uniquement une question de moyens car les personnes pauvres n’ont pas d’énergie mentale à dédier à l’activité physique, lorsqu’ils se battent pour mettre à manger sur la table. Ainsi, elle propose que la société devrait mettre plus d’emphase sur l’activité physique, à l’école et dans les lieux réservés aux enfants.

L’environnement dans lequel les personnes vivent peut entraîner des barrières à l’activité physique, difficilement surmontables. Une étude québécoise suggère que les écoles dans les quartiers pauvres possèdent moins de moyens liés à l’activité physique, et proposent moins de diversités d’activité physique, en leur murs que les écoles de quartiers plus aisés. À Toronto, une étude rapporte que les personnes (et particulièrement les nouveaux immigrants) qui vivent dans des quartiers avec une faible facilité à marcher ont un risque accru de développer un diabète, en comparaison aux quartiers plus aisés.

Les experts des politiques de santé soulignent que les directives devraient être plus « sensibles au contexte » avec des exemples plus clairs pour les personnes qui n’ont pas de voiture ou qui vivent dans des déserts alimentaires. Dr T Katapally proposent que les exemples contenus dans les futures directives devraient être proposés par les communautés visées. Il ajoute que par moment, il est préférable de construire de communautés plus tôt que des gyms. Une étude souligne que les personnes à faibles ressources ont plus de chances d’être actives si elles ont un réseau social plus large, incluant des personnes déjà actives dans ce réseau.

Activité physique et dépression au quotidien: des liens complexes au niveau individuel

Vous connaissez un de mes nouveaux blogues préférés ? Non ? Je vous invite à y faire un tour, surtout lire l’article qui aborde la question des liens entre stress perçu et activité physique (AP) au quotidien. L’auteur y soulignait deux point importants.

  • L’association était statistiquement vérifiée quand on portait son intérêt sur les moyennes du groupe (AP <-> stress), mais c’était beaucoup moins vrai au niveau individuel.
  • De plus, le lien entre ce comportement et le stress variait en terme de direction (+/-) au niveau individuel. 

Globalement, il concluait sur l’importance de porter son intérêt sur la généralisabilité des résultats et sur les informations que l’on peut retirer d’analyses au niveau individuel.

Une autre étude vient ajouter un point. En effet, Rosmalen et al. (2012)1 ont analysé au niveau individuel les associations entre l’AP et les symptômes dépressifs, rapportés quotidiennement par 4 femmes (55-59 ans) avec un antécédent d’infarctus cardiaque et des symptômes dépressifs élevés. L’étude se déroulait alors que les participantes démarraient un programme d’éducation thérapeutique. La Figure 1 ci-dessous représente les résultats bruts.

Les auteurs ont mené des analyses statistiques pour chaque participant. Ils exploraient 3 questions:

  1. Le niveau de dépression la veille (J-1) ou l’avant veille (J-2) était associé à l’activité physique du jour (J) et inversement ?
  2. La direction entre AP -> dépression ou dépression -> AP est la même pour les 4 participantes ?
  3. Une variation “importante” de l’AP ou de la dépression est-elle associée à un effet prolongé sur la dépression ou l’AP ? (voir Figure 2)

Pour l’ensemble de ces 3 analyses, aucun patron de résultats similaires était identifié systématiquement chez les 4 participantes. Autrement dit, les réponses en terme d’association décalées dans le temps, de direction des associations ou de persistance dans le temps des associations variaient d’une participante à une autre.

Cette étude illustre, dans un autre contexte, les résultats de l’article cité en introduction, mais cette fois-ci au sein de participants relativement homogènes en termes de profils. Bien entendu, il faudrait réitérer cette étude avec un échantillon plus important pour comparer les résultats obtenus au niveau du groupe et de chaque participant.

La question des liens entre activité physique et santé mentale est complexe, nous avons besoin dans le futur de mieux comprendre les différences entre les personnes, et peut être identifier les personnes chez qui cela pourrait (mieux) fonctionner et d’autres pas.

1. Rosmalen, J. G. M., Wenting, A. M. G., Roest, A. M., de Jonge, P. & Bos, E. H. Revealing Causal Heterogeneity Using Time Series Analysis of Ambulatory Assessments: Application to the Association Between Depression and Physical Activity After Myocardial Infarction. Psychosomatic Medicine 74, 377–386 (2012).

L’écoblanchiment dans le sport (2/2)

Après rappel historique à propos de la renaissance moderne des Jeux Olympiques (JO), Miller souligne, comment à partir des années 80, les JO sont devenus une entreprise commerciale gigantesque par le développement de “partenariats” avec des entreprises. Il ajoute aussi que les JO sont aussi un instrument majeur de “soft-power” pour les états organisateurs. A titre d’exemple, le Japon a dépensé l’équivalent de son budget national pour mettre en place des installations, moyens de transports et communications pour les JO de Tokyo en 1964 afin de donner une image moderne au pays.

L’écoblanchiment a pris un essor important au JO à partir des années 90, avec notamment une première pression issue de Greenpeace sur le gouvernement Australien afin que des stratégies de minimisation de pollution des sites des JO de Sydney soient mises en place. Toutefois, Miller critique sévèrement Greenpeace pour sa “contribution” indirecte à l’écoblanchiment en donnant une sorte de caution aux organisateurs et n’abordant pas les problèmes des JO impactant réellement l’environnement.

L’auteur poursuit ses exemples avec les JO d’Athènes et de Beijing. Il rappelle que la pollution atmosphérique était initialement massive dans cette ville. La seule solution efficace a été de fermer temporairement les usines émettrices avec une efficacité discutable. (voir aussi l”état actuel des installations des JO d’Athènes)

Les JO de Londres en 2012 avaient présentés comme les plus verts de l’histoire. Miller dans un bref passage décrit ses perceptions personnelles liées à la construction du village olympique là où il vivait. Il souligne aussi que les associations environnementales chargées de veiller à diminuer l’empreinte carbone de l’événement avait peu d’impact décisionnel. Il ajoute que pour le 1er fois les organisateurs de JO développaient une nouvelle catégorie de partenaires: les partenaires durables (ex: BP, BMW, Cisco, General Electrics…), catégorie de partenariat qui ne demandait pas de réelles contre-parties environnementales.

Miller souligne aussi les efforts des JO “durables” de Vancouver pour développer des infrastructures en milieu naturel avec de la neige artificielle afin de palier les conséquences désastreuses de la pluie, précédant les JO. Cependant, il ajoute que les JO de Sochi étaient bien pires. Le gouvernement russe a simplement supprimé les évaluations d’impacts écologiques des installations et développé la stratégie de communication “une écologie populaire”. En d’autres termes, tout employé du comité organisateur devait avoir à cœur de préserver l’environnement. Or les JO de Sochi ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches….

En conclusion, cet ouvrage déconstruit les discours et pratiques d’écoblanchiment dans le sport haut niveau. Il rappelle la dimension politique et économique des pratiques d’écoblanchiment (“greenwashing”). Si la question du changement climatique et du sport vous intéresse, il apparaît essentiel de le lire.

C’est aussi très pertinent de suivre aussi l’actualité des stratégies de communication des JO de Paris sur la question environnementale et leur “durabilité”. Finissions par un petit jeu. Rappelons nous la citation évoquée dans le précédent article : “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” et des diverses stratégies d’écoblanchiment présentées, puis lisons ces 3 articles de presse:

Le développement durable, «ADN de la candidature» de Paris 2024 (L’ÉQUIPE)

Le développement durable «n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires, a affirmé Tony Estanguet dans un communiqué du Comité. L’un des héritages majeurs pour Paris sera la possibilité pour les Parisiens de se baigner dans la Seine, dans la foulée des épreuves de triathlon qui se disputeraient au coeur de Paris, au pied de la Tour Eiffel, dans les eaux de la Seine, avec ce que cela implique en termes d’assainissement et de traitement de l’eau.”

Les engagements durables pour les Jeux Olympiques de Paris

Cette démarche pour des Jeux Olympiques plus durables s’est faite avec le soutien et les propositions formulées par WWF France dans le cadre d’un rapport. Pour WWF, les Jeux Olympiques de Paris pourraient ainsi permettre une sensibilisation de tous les visiteurs”

Comment Paris veut organiser ses « JO verts » ( Le Parisien – Article en partenariat avec SUEZ)

Pour relever ce défi, une « stratégie durabilité » a été bâtie et avec elle un plan de 47 actions dans de nombreux domaines (transports, infrastructures, gestion des déchets…)”

Très bonne analyse de Bastamag JO 2024 à Paris : pourquoi le rêve olympique peut se terminer en cauchemar financier

« Dans l’histoire des grands événements sportifs internationaux, Paris 2024 est une candidature avant-gardiste d’un point de vue environnemental, assure Didier Lehénaff, fondateur de l’association Sport vert pour ma planète et vice-président de la fédération « Sport and Sustainability International ». C’est la première candidature certifiée ISO 20 121, une norme spécialement créée pour accompagner l’événementiel dans une logique de développement durable. » Fort du partenariat avec le WWF, grande caution éco-responsable de la candidature, le discours finit par faire mouche, même auprès d’un certain nombre d’acteurs de l’écologie.”

Si vous souhaitez lire en français, un document qui semble fort bien construit (je n’ai que les conclusions) Braam présente La durabilité environnementale des Jeux olympiques d’hiver, plus particulièrement les JO de Turin.