Category Archives: Activités Physiques Adaptées

Les Activités Physiques Adaptées, qui, quoi, ou, comment ?

L’écoblanchiment dans le sport (1/2)

9781138962750Un court ouvrage de Toby Miller résume ses travaux de recherche sur la question de l’écoblanchiment (greenwashing) dans le sport. Le livre démarre sur une introduction qui présente les raisons et applications de l’écoblanchiment, et souligne que le terme anglais a été initié par Jay Westerveld. Il soulignait que les stratégies des hôtels pour ne pas utiliser plusieurs serviettes, par exemple, se basaient sur des argument écologiques quand l’hôtel souhaitait réaliser, en réalité, des économies. On peut résumer cette section par la citation suivante “La durabilité est devenue une devise, et l’écoblanchiment un de ses outils” p19.

Miller présente ensuite le sport, à travers une approche historique et critique, notamment la notion de biopouvoir de Foucault. Il présente aussi les visions d’auteurs comme Eco ou Webber sur les pratiques sportives. Il souligne que l’explosion des pratiques sportives compétitives professionnelles et l’application des stratégies capitalistes poussées à leur extrême, sont en quelque sorte un terreau fertile pour le développement de pratique d’écoblanchiment.

3cc431fae0fac12440c9b9e2f153e1d1La chapitre intitulé “Course le dimanche, vente le lundi” aborde l’écoblanchiment dans le domaine de la formule 1 et des courses de NASCAR (National Association for Stock Car Auto Racing). Il souligne que bien que ces pratiques sont majoritairement portées à glorifier la technique, la prise de risque, l’hyper-masculinisme, les instances qui dirigent la Formule 1 se présentent comme la fédération sportive ayant les pratiques les plus durables, en étant une des premières à s’être doté d’une politique de réduction des gaz à effet de serre. Chaque kilomètre roulé en F1 équivaut à 1500kg de CO2 (9 fois une voiture familiale) . Cependant, les courses en elle même représentent uniquement 0.3% des ces émissions, majoraitirement dues au transport, usinage, matériels…. Autre exemple, la fédération internationale d’automobile s’est dotée d’un Institut de sécurité et durabilité des sports mécaniques “garantissant une réduction majeure des émission liées au course automobiles d’ici 2030 et 2050”. Ce qui est négligeable si on regarde leur part respective dans les émissions des courses automobiles. Il présente aussi les excès d’enthousiasme économique et le manque de démocratie locale liés à l’accueil de grands prix dans le villes hôtes.

Pour le NASCAR, un programme nommé “Race to green” a été mis en place afin d’aider les fans à planter des arbres, recycler et de supporter certains lieux de course à récupérer l’eau de pluie, développer des jardins biologique et utiliser des moutons pour “tondre” les espaces verts de la course.

Le chapitre Football (soccer) rappelle que les rencontres internationales sont les événements les plus suivis mondialement. Miller souligne les liens étroits et anciens entre des sponsors nourrissant des désastres écologiques et la FIFA. Il présente par exemple le programme “Green goal” de la coupe du monde de 2006 en Allemagne, souhaitant compenser les émissions de CO2 par des projets en Inde et Afrique du sud d’économie d’énergie en souhaitant faire une coupe du monde carbone neutre. Seulement, les promoteurs ont omis de calculer le coût en CO2 du transport aérien lié à l’événement, coût représentant la part principale des émissions. La FIFA a utilisé un stratagème similaire en Afrique du sud développant un programme d’éoliennes… pour tendre vers le neutre carbone. Seulement le transport aérien représentait 67% des émissions de CO2. L’auteur poursuit ensuite avec le Brésil et la Russie et les pics de consommation énergétique lié au match diffusé en direct.

Utiliser un devis expérimental à cas unique en activité physique adaptée (2/2)

Le dernier article présentait les formes principales des études à devis expérimental à cas unique (DECU) et leurs intérêts en activité physique adaptée. Sur les questions des effets de programmes d’activité physique adaptée sur la symptomatologie de personnes aux prises avec un trouble mental, peu d’études à DECU ont été publiées. Toutefois, une équipe belge a examiné les effet de ce type d’intervention chez des adultes hospitalisés à temps complet avec un diagnostic de trouble de l’humeur1. Ils ont répliqué une série de DECU à 2 phases: A (observationnelle) et B (interventionnelle).

Les participants réalisaient 3 séances hebdomadaires en petits groupes qui couplaient des activités de type aérobie et résistance à intensité libre. Les encadrants souhaitaient que les participants vivent des expériences de succès par l’atteinte d’objectifs et qu’ils améliorent leur condition physique perçue et objective.

Chaque jour, les participants auto-évaluaient à l’aide d’un item respectif, leur niveau de dépression, d’anxiété, de tension et de bien-être (à 20H).

Les auteurs soulignent que les participants durant les 2 phases suivaient une thérapie cognitive-comportmentale individuelle (1h/sem), une thérapie systémaique (2h/mois), des ateliers d’ergothérapie (3/sem), une psychothérapie de grouep (2/sem), une rencontre hebdomadaire avec un psychiatre et avaient tous un ou plusieurs traitement(s) psychopharmacologique(s).

29 participants ont été recrutés pour une période allant de 77 à 436 jours. La phase B d’entraînement a duré entre 9 et 42 jours.

Les analyses statistiques réalisées pour chaque participant, révélaient qu’un seul semble avoir statistiquement diminué son niveau de dépression auto-rapporté. Les méta-analyses réalisées n’identifient pas de pattrons de réponses commun en terme de dépression ou bien-être. L’anxiété, le niveau de tension perçu et le bien-être ne semblent affecté par la pratique d’APA. 

Ces résultats sont en désaccord avec la littérature scientifique qui (à l’époque) était basée uniquement sur des études incluant des adultes suivis en ambulatoire. Les auteurs soulèvent de nombreux biais comme la participation volontaire au programme d’APA, l’hétérogénéité des diagnostics,le fait que les autres intervention étaient poursuivies en parallèle, ou les différentes vitesse de “rétablissement naturel” au niveau individuel. Les lecteurs pourront se rapporter au précédent article sur la comparaison exercice physique, psychothérapie.

Cette étude est riche d’enseignement et mériterait d’être reproduite à ce jour en palliant les limites méthodologiques.

1. van de Vliet P, Onghena P, Knapen J, Fox K, Probst M, van Coppenolle H, et al. Assessing the additional impact of fitness training in depressed psychiatric patients receiving multifaceted treatment: a replicated single-subject design. Disability and Rehabilitation. 2003 Dec 16;25(24):1344–53.

Utiliser un devis expérimental à cas unique en activité physique adaptée (1/2)

MV5BNDZjZWYyZDUtZTllOC00ODJmLTk0MzYtMmU4OWZkNTUzM2RiXkEyXkFqcGdeQXVyMjU3NjQ5Mw@@._V1_Durant mes études de master, un professeur parlait souvent d’un devis d’étude qui devrait être plus présent dans le domaine de l’activité physique adaptée: le devis expérimental à cas unique (DECU). Je l’avais alors écouté d’une oreille (désolé François !).

Le DECU consiste en l’étude intensive d’un seul individu dans le but de déterminer l’impact sur une ou plusieurs variables dépendantes, d’une intervention réalisé en milieu naturel. Le DECU peut prendre plusieurs formes1. La plus simple reste la forme dîte AB, où A représente une durée où l’on mesure la ou les variables d’intérêt de manière répétée (ex. Remplissage hebdomadaire d’un questionnaire de qualité de vie durant 4 semaines) et la phase B où l’on propose une intervention (ex. Intervention d’activité physique adaptée bi-hebdomadaire de 12 semaines) tout continuant les mesures répétées.

Le DECU peut être complexifié en répétant ces 2 phases1, on obtient donc un devis dît ABAB. La phase A peut aussi être différentes pour les participants en fonction d’une répartition aléatoire choisie (ex. 3, 5, 8 semaines) ou de contextes cliniques (ex. Liste d’attente avant d’accéder à un Enseignant en APA). Le DECU peut aussi prendre la forme d’un devis avec changement de critères, ici l’intervention peut être décidée en fonction de l’atteinte ou non d’un critère clinique ou comportemental (ex. Score coupure à un questionnaire, décision clinique, diminution de la consommation de tabac de 30%). Les graphiques sont issus de l’article de Lanovaz1 (en accès libre), si vous souhaitez approfondir la question un livre francophone très pédagogique est en accès libre ici2.

Les études de type DECU sont très développées en psychologie de l’éducation, psychologie clinique, psychologie de la santé, mais aussi en pharmacologie1,2. Dans le domaine de l’activité physique, une revue de littérature est disponible3. Pour ce premier article, nous allons examiner la récente publication australienne, à propos d’une étude cas4. Les auteurs présentent une intervention d’auto-gestion visant l’atteinte d’une pratique régulière de course à pied chez un homme de 44 ans réalisant 3 à 4 marches de hebdomadaires. C’est une étude à DECU avec changement de critères.

L’objectif était triple: réussir à courir, en groupe, sans se blesser. L’intervention d’auto-gestion consistait en des rencontres fréquentes avec un conseiller. Les premières séances ciblaient la gestion de l’anxiété “de performance”, puis en une évaluation du comportement actuel, puis enfin à l’établissement d’intervalles d’incrémentation de la distance courue. Si le participant réussissaient à réaliser 20% supplémentaire de la distance initiale durant 4 séances de suites, il pouvait augmenter à nouveaux de 20%. Puis après l’atteinte de 160% de la distance initiale, l’incrémentation était de 60% (et un critère de rythme supplémentaire était utilisé) et le participant devait réussir à identifier des personnes de son entourage pour l’accompagner. L’analyse des effets de l’intervention est graphique, on s’aperçoit que le participant réussit parfaitement l’atteinte du critère de changement pour la distance mais non pour le rythme4.

De nombreux facteurs extérieurs pourraient influencer le comportement du sujet (saison, température). L’intervention pourrait aussi être plus aisément décrite afin de faciliter la reproductibilité. Cependant, cela reste une bonne introduction au DECU. Une méthode plus sophistiquée et une exploration de la reproductibilité avec d’autres cas pourrait être une méthode solide pour tester des hypothèses dans le cadre d’un mémoire de Maîtrise APA/kinésiologie ou chez des cliniciens qui se posent des questions.

  • 1- Lanovaz, M. J. (2013). L’Utilisation de devis expérimentaux à cas unique en psychoéducation. Revue de psychoéducation, 42(1), 161. https://doi.org/10.7202/1061728ar
  • 2- Genoud, P. a, & Reicherts, M. (2016). L’Analyse Du Cas Singulier Dans La Pratique Et La Recherche Psychosociales. Zks-Verlag.
  • 3- Haegele, J. A., & Hodge, S. R. (2015). The Applied Behavior Analysis Research Paradigm and Single-Subject Designs in Adapted Physical Activity Research. Adapted Physical Activity Quarterly: APAQ, 32(4), 285–301. https://doi.org/10.1123/APAQ.2014-0211
  • 4- Furlonger, B., Kiley, S., Moore, D., Busacca, M., & Chittleborough, P. (2018). Using a single-case experimental design to evaluate a cognitive-behavioural self-management counselling intervention. Asia Pacific Journal of Counselling and Psychotherapy, 9(1), 46–60. https://doi.org/10.1080/21507686.2017.1411375

L’activité physique lorsqu’on initie un traitement antidépresseur chez des adultes avec un diagnostic de dépression majeure

Une récente étude1 a examiné l’activité physique (AP) auto-rapportée, avant et pendant un traitement MV5BNWQ5NDYxNjYtODc4Ni00NmIyLWEyMGYtNGM0N2ZmYjgzYTliXkEyXkFqcGdeQXVyNTg0MzU3NjM@._V1_UY1200_CR90,0,630,1200_AL_antidépresseur (Inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine) chez 100 adultes ayant reçu un diagnostic de dépression majeure. Plus précisément, les chercheurs voulaient savoir si les répondeurs au traitement (diminution de 50 % du score à une échelle validée) augmentaient leur AP.

Les résultats suggèrent que les répondeurs augmentaient significativement leur moyenne hebdomadaire d’AP d’intensité modérée à élevée. Ensuite, l’AP avait tendance à diminuer légèrement. Environ 30% des participants avaient un niveau d’AP équivalent au recommandations.

Cette étude est la première à réellement questionner le rôle de l’AP comme un indicateur de réponse au traitement par antidépresseur. Il y a toutefois trois limites importantes : la mesure de l’AP auto-rapportée (environ 150 minutes AP d’intensité modérée à élevée), les résultats ne sont généralisables qu’à un seul psychotrope et la taille de l’échantillon reste modeste.

Pour les lecteurs qui s’intéressent au lien entre psychotropes et AP, voir les précédents articles du blogue (ici & ) ou la publication suivante2.Capture du 2019-09-13 12-32-32

1. Yun, L. et al. Are early increases in physical activity a behavioral marker for successful antidepressant treatment? J. Affect. Disord. 260, 287–291 (2020).

2. Bernard & Carayol, M. A commentary on the importance of controlling for medication use within trials on the effects of exercise on depression and anxiety. Ment. Health Phys. Act. 9, 10–15 (2015).

Existe-t-il une relation entre le nombre de visites chez le médecin et l’activité physique ?

MV5BMGQzNjhkOWYtMTUwNC00OWI0LTkwNjctMjZiNjEwN2QxZTE3XkEyXkFqcGdeQXVyMTk1NzUwMA@@._V1_Une équipe composée d’économistes1 a utilisé les données longitudinales d’une cohorte anglaise pour tenter de réponse à cette question (>10000 personnes). Les adultes rapportaient le nombre de visites chez les médecins de famille sur les 12 derniers mois (excluant celles à l’hôpital), puis chaque année ils décrivaient la fréquence où ils pratiquaient un sport, de la natation ou de la marche.

Les analyses statistiques sont un peu obscures mais elles semblent être ajustées pour des facteurs confondants classiques (age, tabagisme, maladie chronique….).

Les auteurs ont identifié une association négative et non linéaire. Une visite supplémentaire chez le médecin était associée à une diminution de 0,5 point de la probabilité de réaliser une activité physique (vigoureuse) au moins une fois par semaine. Ces résultats restent quasiment identiques lorsqu’on découpe l’échantillon par classe d’âge ou pour d’autres intensités d’activité physique.

Les résultats sont peu interprétés dans l’article. On pourrait expliquer cela par le peu d’appétence des médecins à promouvoir l’activité physique, leur manque de formation, de temps…. Peut-être que mettre le médecin au comme acteur majeur de la promotion de l’activité physique ne pourrait pas être une bonne solution (ex programmes Sport-santé…..)1-s2.0-S1570677X16301204-gr2

1. Fichera, E., Emsley, R. & Sutton, M. Is treatment “intensity” associated with healthier lifestyle choices? An application of the dose response function. Econ. Hum. Biol. 23, 149–163 (2016).