Archives de catégorie : De quoi parle t ton

Tentatives de définition

Etudiant STAPS APA, tu lis quoi ? (2)

Après une sollicitation de la part d’une responsable de de bibliothèque universitaire à propos de livres utiles pour les étudiants STAPS en activités physiques adaptées, j’ai listé quelques livres très intéressants. C’est aussi l’occasion de souligner la parution d’un livre en français qui aborde les comportements de santé de Gaston Godin (son site internet). Ce livre offre une présentation de plusieurs modèles socio-cognitifs et surtout la manière de les employer. Vous trouverez un entretien radiophonique de l’auteur qui présente lui même son ouvrage sur Radio Canada.

N’hésitez pas à poster des références complémentaires dans les commentaires, cela permettra à terme de dresser une bibliographie spécifique aux activités physiques adaptées avec les références d’un précédent article du blog.

Licence APA
P.Laure Activités physiques et santé – Professionnels du sport et de la santé. ISBN : 9782729831325
Anne-Marie Dekoninck , Jacqueline Gassier. Prévention des risques liés à l’activité physique secteur sanitaire et social. ISBN : 9782294705656 NRAS
N°58 : Les activités physiques adaptées (APA), Collectif Editeur : Champ social IBN 9782353713462
Master APA/Recherche/Thésard
Gaston Godin. Les comportements dans le domaine de la santé Presse Universitaire de Montréal. 2012
Steadward, G. Wheeler, & J. Watkinson. Adapted Physical Activity, Edmonton, AB; The University of Alberta Press
Psychologie du vieillissement, 1re édition 2013, Daniel Alaphilippe, Nathalie Bailly, De Boeck
Psychologie de la santé, Jane Ogden, Olivier Desrichard, Jean-Paul Moatti, De Boeck
Psychologie de l’adaptation, Cyril Tarquinio, Elisabeth Spitz, De Boeck
Rollnick. Pratique de l’entretien motivationnel – Communiquer avec le patient en consultation.
Nathalie André, Louis Laurencelle. Questionnaires psychologiques pour l’activité physique, le sport et l’exercice. Presse Universitaire du Quebec ISBN 2760526453
Physical Activity and Cancer. ISBN 978-3-642-04230-0 Editor Springer
Faulkner, G., & Taylor, A. H. (2005). Exercise, health and mental health: emerging relationships. Taylor & Francis. (une bible !) Skinner James. Exercise testing and exercise prescription for special cases – Theoretical basis and clinical application. Lipinncott (Third Edition)
The Oxford Handbook of Exercise Psychology, Edited by Edmund O. Acevedo, ISBN13: 9780195394313ISBN10: 0195394313 Hardback, 552 pages, Apr 2012

«Promotion de l’activité physique chez les personnes âgées» en France ? Non c'est suisse !

Pendant que l’on voit fleurir, en France, des articles de presse qui jouent les effets d’annonce sur la prescription du sport ou de l’activité physique, ou alors que l’on vend du sport santé avec tout et n’importe quoi, nos voisins suisses ont publié un très bon document en 2011.

Je présente dans ce court article le projet «Bonnes pratiques de promotion de la santé des personnes âgées: Promotion de l’activité physique» mené par Laurence Seematter-Bagnoud, Raphaël Bize et Désirée Mettler.

Ce travail repose notamment sur trois recherches de littérature distinctes :
1. interventions d’activité physique menées chez les personnes âgées robustes
2. interventions d’activité physique menées chez les personnes âgées vulnérables ou
dépendantes
3. promotion de l’activité physique intégrée à la vie quotidienne des personnes âgées

Ce document répond simplement et de manière argumentée aux questions suivantes:

Quel type d’activité physique faut-il proposer aux personnes âgées ?
Quelles doivent être la fréquence et la durée des séances, les exercices et leur intensité ?
Dans quels lieux proposer une intervention ? en groupe vs en solo ?
Qui supervise les séances, avec quelle formation ?
Quelles stratégies de motivation/encouragement/soutien ?
Quelle adaptation en fonction de l’état de santé?
Quelle information aux participants au sujet des risques éventuels ?
Activité physique intégrée aux activités quotidiennes :
Quelles interventions sont efficaces ?

Quelques images ci dessous issues de document.

L’annonce de l’Académie de Médecine du remboursement du sport : encore un écran de fumée.

 L’annonce de l’Académie de Médecine d’une possibilité de remboursement du sport par la sécurité sociale a fait grand bruit dans les médias traditionnels. J’ai depuis quelque temps appris à prendre du recul sur ce type d’annonce : il y avait déjà différents rapports dont le PNAPS… qui avait tenté ce type de propositions.

Le texte proposé par l’Académie de Médecine n’est pas aisé à trouver sur leur site, mais une fois lu, on se demande bien pourquoi il y a un tel emballage médiatique. On y trouve des excès, des points très flous et un enfoncement de portes ouvertes. Il est regrettable qu’au fil du document on reste dans cette (trop) vieille idée que ce qui est dit au patient par un médecin sera réalisé.

 

La partie réservée aux sujets en situation de handicap reste sur vision sport pour tous, et ne fait pas du tout état des connaissances acquises sur les pratiques physiques chez les enfants, adultes en situation de handicap. « Des études cliniques complémentaires sont nécessaires pour préciser les indications et adapter les programmes ».

Cette partie se conclue par « Le spectaculaire développement des Jeux Paralympiques a révélé au monde que les activités sportives, même les plus inattendues, étaient ouvertes à bien des sujets en situation d’handicap quelle que soit leur nature, à la fois pour leur intérêt personnel et pour le bénéfice de la société. Si la Médecine n’est pas encore totalement prête à en assurer le suivi médical, le succès des programmes de pratique des APS est la grande revanche de l’handicap». On reste ici encore un fois sur une vision naïve du sport pour le « handicapé ». Il parait plus aisé de montrer un amputé sur une piste d’athlétisme que réellement souligner les faibles moyens mis en place pour proposer des activités physiques et sportives au sein des structures qui accompagnent des sujets en situation de handicap mental par exemple.

« syndrome de la mort par sédentarité », jolie phrase choc mais la question de la sédentarité, de l’inactivité physique sont des questions différentes et complexes. On mêle ici argumentaire scientifique et communication.

 La proposition d’une pratique d’APS « Régulière, Raisonnée, Raisonnable » paraît intéressante, on dépasse enfin le sportif versus non sportif.

Les auteurs proposent un classement des pratiques sportives : « Les différents niveaux de comportement et les bénéfices correspondants peuvent être classés en 5 stades». Celui-ci n’est aucunement étayé et semble arbitraire. Ils soulignent l’importance du stade 3 : « Le choix du Stade 3 , selon les nombreux travaux et analyses statistiques comparés, présenté ci-dessus, répond aux avantages déjà évoqués, et devrait concerner l’ensemble de la population pour les effets attendus : «maintien d’un état de santé satisfaisant durant toutes les périodes de la vie : santé physique, morale, intellectuelle, individuelle et collective,  adaptée selon chacune des périodes de la vie, avec allongement de l’espérance de vie, recul de la dépendance, ce qui évite la sédentarité et ses complications», tandis que les risques sont généralement prévenus et dominés».

Ici, ils reprennent les recommandations internationales mais créent un amalgame entre activité physique et sport qui plus est, les 150 minutes recommandées ne sont pas nécessairement à segmenter par tranche de 30 minutes (c’est un choix des auteurs).

Le point 5.3 Comment organiser un programme individuel d’APS selon le concept « bénéfice pour la santé » ?

Enfin, on parle à bas mot d’évaluation et d’adaptation. Les auteurs se centrent sur la filière aérobie, mais c’est oublier l’intérêt des pratiques de musculation ou de renforcement musculaire chez certains types de sujets (plus de 65 ans, BPCO….). Les critères d’adaptation proposés sont les suivants : « type d’activités, volume et intensité des activités, durée et fréquence des exercices, équivalents métaboliques ».

 Le point 6- LE SUIVI DES APS : SUJET SAIN ET SITUATION PATHOLOGIQUE est celui qui a fait couler beaucoup d’encre. « En d’autres circonstances, pathologiques et situation d’handicap, les APS peuvent être prescrites en complément d’un traitement ou comme seul traitement [36] : « Le sport sur l’ordonnance médicale »».

La prescription d’activité physique peut avoir un intérêt, elle doit s’inscrire dans une prise en charge pluridisciplinaire. Evitons les écueils du sujet obèse qui va se voir prescrire de l’AP, l’état va lui payer une partie de son abonnement dans une salle de musculation, et on va le retrouver sur un tapis de course à pied à 80 de VO2max. Qu’est ce que réellement une prescription d’AP ? elle précise, il y a des contre indications, le patient est seul face à lui-même ou prise en charge ….. et surtout qui va s’en charger, avec quelles responsabilités…

Le point 6.1 Les Principes du traitement et les moyens tente de répondre à ces questions.

« La prescription d’APS, doit être précédée puis associée à des mesures d’accompagnement : examen médical, consultation spécialisée si nécessaire, examen attentif des mesures médicales associées (traitement en particulier) et suivi du patient.

Dans un contexte de prévention primaire, le comportement au quotidien doit associer : – une hygiène de vie respectueuse de certains principes élémentaires, favorisant la mobilité, évitant les attitudes sédentaires, le tabagisme, l’absorption excessive de boissons alcoolisées, ou trop sucrées, la prise de drogues tout en limitant les apports alimentaires pour rester dans le cadre du poids normal ; le maintien d’un état de santé satisfaisant est bien sûr essentiel [10].

 – l’établissement pour chaque sujet d’un programme personnel à partir des indications précédemment fournies pour s’assurer d’une dépense énergétique suffisante. Celui-ci doit être adapté en fonction de l’état du sujet, de ses souhaits, de son mode de vie plus ou moins actif, de ses capacités personnelles. Le choix des APS devra être l’objet d’une concertation entre le médecin référent, le médecin du sport et le spécialiste de la discipline en cas de traitement à visée médicale. »

On reste sur une démarche d’information du patient sans aller plus loin. Les médecins sont ils spécifiquement formés pour faire du conseil à l’activité physique ? Je m’interroge aussi sur le fait d’inclure le médecin du sport dans la prise en charge du patient. Est-ce vraiment la formation d’un médecin du sport de pouvoir aider un sujet à pratiquer une APS ? Ce médecin peut être pertinent dans une évaluation fine des risques de pratique.

 

Le point 6.2   Les indications – Le mode de vie doit être adapté à l’âge est quasi risible.

Parlant des adolescents : « Plus tard, les exercices de gymnastiques, de culture physique ou quelques activités sportives à minima pourront accompagner le programme. » On se demande si les auteurs connaissent l’existence de l’Education Physique et Sportive (EPS), et des professeurs qui se battent quotidiennement pour faire vivre de manière originale cette discipline auprès des élèves.

Pour les sujets âgées : « Quand au sujet âgé, préoccupé par le risque de perte d’équilibre, sa fragilité osseuse, et son  maintien en bonne santé et en activité, il doit poursuivre ses activités physiques et sportives le plus régulièrement possible, sur un mode retenu, encadré par une culture physique adaptée. » No comment.

 La prescription d’AP devra contenir : « la nature et le contexte de la pratique, l’intensité, la durée des séances et la fréquence des séances, les mesures associées, le suivi et les contrôle médicaux à observer. »

Enfin les auteurs font référence à la British Association of Sport and Exercice Sciences (BASES). Une lecture plus approfondie des travaux de la BASES leurs auraient permis de se rendre compte que des réponses existent déjà dans des pays étranger avec notamment le Exercise Reference Systems et depuis 2001.

 Les point 7 et 8 font des propositions et répartissent les responsabilités.

« Les Pouvoirs Publics paraissent seuls aptes à assurer la promotion et la gestion de cette révolution culturelle correspondant à un nouveau mode de vie organisé autour d’un objectif majeur : le message doit être transmis par le canal de l’éducation dès le plus jeune âge. »

Les auteurs poussent jusqu’à expliquer le contenu éducatif de l’APS pour les jeunes. C’est, une nouvelle fois, méconnaitre le travail des enseignants d’EPS, leurs projets pluridisciplinaires. A titre d’exemple, Mr Peillon a annoncé le blocage de la subvention de l’UNSS et le refus ministériel de s’engager sur le maintien du forfait hebdomadaire de 3 heures. On a comme la vague impression que le ministère ne prend pas la mesure de l’intérêt du sport scolaire notamment pour les familles précaires.

La question du financement est clairement annoncée : « La prise en charge dans le cadre de l’ordonnance médicale et des sujets en situation d’handicap, devrait relever de l’assurance maladie et des mutuelles [26] ».

On reste ici sur une annonce des plus floue.

A de nombreuses reprises, les auteurs stipulent le besoin de consensus scientifiques pour établir des règles de pratiques d’APS pour les personnes malades. Il faut espérer qu’ils vont prendre la mesure de leurs limites et rassembler au tour de la table de spécialistes et aussi des représentants des usagers. La santé n’appartient pas qu’aux médecins, faisons appels aux épidémiologistes, économistes, universitaires spécialisés dans les APS, psychologues, sociologues, représentant des malades, des professionnels de la santé et du sport.

Il parait important de s’intéresser à ce qui a été mené au royaume uni avec le Exercise Reference Systems qui a fait l’objet de publications afin de ne pas réitérer les erreurs passées.

J’espère que ce petit éclaircissement permettra plus facilement au lecteur d’aiguiser sa critique et de mieux voir arriver les nuages de fumée à propos du sport santé.

Il-y-a-t-il un lien entre motivation à l'activité physique et la qualité de vie chez les sujets en surpoids ou obèse ?

Un article vient de paraitre ce mois ci, dans la revue Diabetes & Metabolism, une revue française anglophone. Cette revue a une bonne visibilité au niveau international.  De plus, si la majorité des publications abordent des sujets centrés “physiologie”, cette revue s’ouvre de plus en plus à des thématiques plus larges (psychologie…). (voir le bas de l’article pour quelques illustrations)

Cet article a pour titre: Relations entre qualité de vie liée à la santé et stades de changement de comportement vis-à-vis de l’activité physique dans une population en surpoids/obèse

Objectifs

Des études ont montré une relation entre les stades de changement (SDC)*** et la qualité de vie liée à la santé (QVLS) dans des populations obèses. Ces études n’ont cependant pas utilisé de questionnaires de qualité de vie spécifiques à la population obèse, ce qui constitue l’objet de notre étude. Nous avons testé l’hypothèse selon laquelle les sujets à des stades de changement avancés avaient une meilleure QVLS.

Méthodes

Un total de 214 sujets obèses (148 femmes/66 hommes, âge moyen : 47,7 ± 14,0 ans, IMC moyen : 37,2 ± 8,4 kg/m2) ont été inclus dans une étude transversale et ont rempli les questionnaires de SDC et l’échelle de qualité de vie obésité diététique (EQVOD).

Résultats

Une MANCOVA a montré une différence significative entre les cinq dimensions de l’EQVOD (P < 0,001). Une ANCOVA a montré un effet des SDC sur l’impact physique (P < 0,001), psychosocial (P < 0,01), la vie sexuelle (P = 0,07) mais ni sur le bien-être alimentaire (P = 0,13), ni sur le vécu des régimes (P = 0,13).

Conclusion

Chez les personnes en surpoids/obèses, la QVLS varie en fonction des SDC, celles qui sont aux stades plus avancés rapportant une meilleure QVLS. Toutefois, nous n’avons pas pu montrer de relation significative entre SDC et dimensions liées à l’alimentation, ce qui confirme la complexité des relations entre exercice physique et alimentation, et la nécessité d’études complémentaires pour mieux en comprendre les mécanismes.

Commentaires

J’ajoute une explications sur les SDC pour les non familiers. De plus, les résultats sont à penser à la vue de la problématique de l’obésité chez des sujets touchés par la schizophrénie. Retrouve-t-on les même résultats chez ces sujets ? Il y a t il une association entre stade de changement et qualité de vie spécifique au sujets schizophrènes ? A priori, on peut penser que oui, et peut être même de manière plus accentuée. A tester dans de futures études ! ! !

***Les stades motivationnels sont au nombre de cinq : précontemplation (l’individu n’est pas ou peu conscient de son comportement problématique, absence de désir de changer son comportement dans les 6 prochains mois) ; contemplation (l’individu reconnaît qu’il a un problème et commence à penser sérieusement à le modifier dans les 6 prochains mois) ; préparation (l’individu combine des critères d’intentionnalité et de comportement, il a l’intention de changer de comportement dans les prochains 30 jours) ; action (l’individu modifie de façon importante son comportement, ses expériences et/ou son environnement, au cours des 6 derniers mois afin de surmonter ses problèmes) ; maintien (l’individu a modifié son comportement depuis au moins 6 mois).

Health-related quality of life and stages of behavioural change for exercise in overweight/obese individuals

Background

Stages of change in exercise behaviour have been shown to be associated with health-related quality of life (HRQoL) in overweight/obese adults. However, studies examining this relationship have not used questionnaires specifically designed for such a population. The present study assessed the impact of stages of change (SOC) for exercise, using the transtheoretical model, on the HRQoL, using the Quality of Life, Obesity and Dietetics (QOLOD) scale, an obesity-specific QoL questionnaire. Our hypothesis was that the more people are in the advanced stages of behavioural change, the better their HRQoL.

Methods

A total of 214 consecutive obese individuals (148 women/66 men, mean age 47.4 ± 14.0 years, BMI 37.2 ± 8.4 kg/m2) were included in the cross-sectional study, and all completed SOC and QOLOD questionnaires.

Results

Multivariate analysis of covariance (MANCOVA) established significant effects on the overall composite of the five dimensions of the QOLOD (P < 0.001). Analysis of covariance (ANCOVA) further determined the significant effect of SOC in terms of physical impact (P < 0.001) and psychosocial impact (P < 0.01), with marginally significant effects on sex life (P = 0.07), but no impact on comfort with food (P = 0.13) or on the dieting experience (P = 0.13), two dimensions evaluating attitudes toward food.

Conclusion

In obese/overweight individuals, the HRQoL varies with the SOC, with those in the more advanced behavioural stages reporting better HRQoL. However, dimensions related to food showed no differences according to SOC, confirming the complexity of the relationship between exercise and nutrition, and the need for further studies to acquire a more complete understanding of their underlying mechanisms.

Commentary: This study has shown intersting results. Maybe, these results are similar for adults with schizophrenia disorders.

Romain et al. (2012) Health-related quality of life and stages of behavioural change for exercise in overweight/obese individuals. Diabetes & Metabolism.

Mosnier et al. (2010). How patients’ attitudes and opinions influence self-care behaviours in type 2 diabetes. Insights from the French DIABASIS Survey (Comment les opinions et les attitudes des patients vis-à-vis de leur diabète de type 2 influencent leur implication dans sa prise en charge ? Les leçons de Diabasis) Diabetes & Metabolism.

Esteban et al. (2010). Self-perception of health status, mental health and quality of life among adults with diabetes residing in a metropolitan area (Autoperception de l’état de la santé, de la santé mentale et de la qualité de vie chez des adultes diabétiques résidant en zone urbaine) Diabetes & Metabolism

Attalin et al. (2012) Physical-activity prescription for obesity management in primary care: Attitudes and practices of GPs in a southern French city (Prescription d’activité physique et prise en charge de l’obésité en soins primaires : attitudes et pratiques des médecins généralistes d’une ville du Sud de la France). Diabetes & Metabolism

Sport + Science = vidéos

Les J.O ont du bon. Le CNRS, l’INSEP (www.canal-insep.fr) diffusent en ligne douze vidéos de cinq minutes destinées au grand public à partir du 4 juillet, à raison de deux nouveaux épisodes par semaine. Les questions abordées En matière de records les sportifs ont-ils atteint leurs limites ? Peut-on détecter un champion dès son plus jeune âge ? La réalité virtuelle peut-elle donner envie de faire du sport ? Le public a-t-il une responsabilité dans le dopage ? Le sport est-il le reflet de la société ? L’humain ordinaire sera-t-il le sportif handicapé de demain face à l’humain augmenté ?

Je vous conseille surtout la vidéo de George Vigarello, le “Sport miroir de l’homme” et déplore que la vidéo sur le handisport sera traitée encore une fois sous l’angle sportif  “handicapé”, surhomme ou “sursportif”.

De part la nature des partenaires, l’analyse du rapport science/sport est vu quasi uniquement sous l’angle performance. Mais il y a-t-il en France un organisme national traitant du rapport entre sport-activité physique-exercice-éducation physique et santé ?

Il est important aussi de se rappeler que le sport est soumis à une définition très stricte (voir l’article du 21 Juin 2010) la plupart du temps largement usurpée. En revanche, l’INSEP depuis plusieurs années produit des entretiens “Regards sur le sport” qui amène à des réflexions diverses sur le sport. Vous trouverez ci-dessous un extrait de l’entretien réalisé avec Michel Serres.
[youtube http://www.youtube.com/watch?v=z85CKPhROGY&w=480&h=360]