Archives de catégorie : De quoi parle t ton

Tentatives de définition

La Charte de Toronto pour l’activité physique : un appel mondial à l’action

L’activité physique : un formidable investissement dans l’être humain, dans la santé, dans l’économie et dans le développement durable

Pourquoi ?

La Charte de Toronto pour l’activité physique est un appel à l’action et un instrument de plaidoyer pour implanter durablement des conditions favorisant un mode de vie actif pour tous et pour toutes. Voici un bref résumé.

La Charte appelle à une action concertée dans quatre domaines fondamentaux

1) Implanter une politique nationale avec son plan d’action (ex : adopter des principes directeurs sur l’activité physique et la santé basés sur des données probantes)

2) Proposer des politiques qui soutiennent l’activité physique (ex : une politique nationale

claire qui fixe des objectifs quantifiés et des échéanciers précis pour augmenter la pratique d’activités physiques ; des incitatifs fiscaux comme des crédits de taxe ou des déductions fiscales qui encouragent la pratique d’activités physiques)

3) Revoir l’offre de service et le financement pour prioriser l’activité physique (ex :des normes de construction qui favorisent l’activité physique ; Sports pour tous, c’est-à-dire aussi pour les personnes qui seraient les moins susceptibles de participer à des activités physiques et sportives, que ce soit pour des motifs de santé, de revenu ou d’accessibilité ;

Évaluation du niveau d’activité physique des patients et des patientes à chaque consultation dans une unité de soins primaires)

4) Etablir des partenariats pour passer à l’action (ex : des coalitions d’organismes non gouvernementaux mises en place pour plaider auprès des gouvernements en faveur de la promotion de l’activité physique)

Une charte parmi tant d’autres ou l’essence de la prise en compte de l’importance de l’activité physique ?

Vous trouverez plus d’informations (ici) et la charte complète ()

 

L’activité physique et la santé : parlons chiffres.

Cet article vise simplement à mettre en lumière le coût bénéfice de la promotion de l’AP, un sujet dont très peu de personnes parlent.  A titre d’information, le coût global des soins données aux patients diabétiques est estimé à 4,9 milliards d’euros ce qui représente 4,7% des dépenses de l’assurance maladie. Le coût annuel par patient est de 3780€.

Constat

Une étude se propose d’estimer les coûts directs et indirects de l’inactivité physique et de l’obésité au Canada en 2001. À l’aide d’une méta-analyse d’études de prospective, le risque relatif des maladies associées à l’inactivité physique et à l’obésité ainsi que les coûts des soins de santé de ces maladies au Canada ont été identifiés. Les estimations sont établies pour les coûts directs et indirects des soins de santé et les coûts. Le fardeau économique de l’inactivité physique se chiffre à 5,3 milliards de dollars (direct, 1,6 milliards de dollars; et indirect, 3,7 milliards de dollars); le fardeau économique de l’obésité s’élève à 4,3 milliards de dollars (direct, 1,6 milliards de dollars; et indirect, 2,7 milliards de dollars). Les coûts économiques globaux de l’inactivité physique et de l’obésité représentent 2,6% et 2,2% de tous les coûts de santé au Canada (Katzmarzyk et al., 2004). A ce titre une étude récente sur des enfants du nord de la France à mis à jour que seulement 10% d’entre eux avaient un niveau d’AP correspondant aux recommandations et que 25% des enfants étaient en surpoids ou obèses (Guinhouya et al., 2010)

En 2001, une étude réalisée par la division d’économie médicale de l’institut de médecine sociale et préventive et de l’hôpital universitaire de Zurich s’est penchée sur les répercussions économiques du rapport entre santé et AP. D’après les conclusions obtenues, l’activité physique que pratique une majorité de la population permet aujourd’hui d’éviter chaque année 2,3 millions de cas de maladies, au moins 3300 décès et 2,7 milliards de francs suisse de frais de traitement directs. En revanche, toujours selon ces estimations pourtant prudentes, le manque d’exercice dont souffre un bon tiers de la population est responsable de 1,4 million de cas de maladie de quelque 2000 décès et de 1,6 milliard de francs suisse de frais de traitement directs par année ? Bien sur ces résultats sont à modérer car la pratique d’AP engendre aussi des blessures et des décès (Martin et al., 2010).

La prévention

Une étude porte sur le cout efficacité des stratégies qui promeuvent l’AP chez l’adulte et l’impact sur l’incidence de pathologies. Le calcul se fait par dollars/QALY gagné. Ce travail rassemble des études qui évaluent les 4 stratégies de promotion de l’AP : campagne centrée sur des communautés, changement de comportement au niveau individuel, intervention sur les relations sociales à l’intérieur d’une communauté et la diffusion d’informations sur l’AP.  Les auteurs portent leur intérêt sur l’apparition des atteintes cardiaques, des diabètes de type 2, cancer du sein à travers différents niveau d’AP. Le ratio cout efficacité est évalué entre 14000 et 69000 dolars par QALY gagné par rapport à aucune intervention (Roux et al., 2008).

L’intervention

Quels seraient les couts et économies si on proposait un programme d’AP de 2 fois par semaine à plus de 10 000 personnes de plus de 65 ans ? Les chercheurs estiment  que ce programme couterait 854700£ par an. Ce programme pourrait éviter 76 décès et 230 hospitalisations (pour atteintes coronariennes, diabètes, troubles mentaux, fractures). Les dépenses évitées seraient de 600100 £ par an. Ce programme pourrait économiser 300£ par année de vie sauvée.

Pour conclure, on peut être en droit de se demander pourquoi, il n’y a pas des investissements massifs dans la prévention primaire, secondaire et tertiaire, brefs encore de réels choix politiques à mener.

Roux et al., “Cost Effectiveness of Community-Based Physical Activity Interventions,” American Journal of Preventive Medicine 35, n°. 6 (Décembre 2008): 578-588.

Guinhouya, “Niveau d’activité physique objectivement mesurée chez des enfants du Nord de la France,” Journal de Pédiatrie et de Puériculture 23, n°. 5 (10, 2010): 297-303.

Martin B.W., Beeler I., Szucs T., Smala A.M., Brugger O., Casparis C. (2001): Repercussions economiques du rapport entre sante et activite physique: premieres estimations pour la Suisse. Schweiz. Ztschr. Sportmed Sporttraum. 49: 87–89.

Katzmarzyk Peter T et Janssen Ian, “The economic costs associated with physical inactivity and obesity in Canada: an update,” Canadian Journal of Applied Physiology, 29, n°. 1 (Février 2004): 90-115.

 

Qu'est ce que l’Exercice physique ?

L’exercice physique se définit comme tous les mouvements du corps produits par les muscles striés squelettiques qui entrainent une dépense d’énergie qui varie de faible à élevé. On trouve une corrélation positive et élevée avec la condition physique. Ce sont des mouvements du corps planifiés, structurés, et répétitifs qui visent le maintien ou l’augmentation de la condition physique. (Caspersen, Powell et Christenson, 1985)