Category Archives: Changement climatique/Climate change

Faire des enjeux climatiques une priorité comme professeur d’université au Québec: retours d’expérience

Il y a environ 5 ans maintenant, j’ai décidé (au départ) d’intégrer le changement climatique dans mes questions de recherche puis d’en faire la question clé de mes travaux. Depuis de nombreuses années, je me suis intéressé à l’écologie. Et aussi plus précisément aux mécanismes du changement climatique, ses conséquences sociales et sanitaires dans les années suivant mon doctorat.  

Comme de nombreux jeunes chercheurs, j’ai mis mon énergie pour affiner ma formation (stage postdoctoral à Québec) et augmenter mes chances d’obtention d’un poste. Celle-ci m’a souri. L’accès à un poste universitaire m’a donné les coudées franches pour mettre en œuvre (en partie) les études que je souhaitais mener1. Finalement, j’ai foncé sur de multiples projets et amélioré mais compétences rédactionnelles et statistiques2. 

Puis, mes lectures, podcasts m’ont rattrapées. Autrement dit, à quoi bon participer à l’accumulation des connaissances sur les bénéfices de l’activité physique pour la santé mentale ou le contenu d’interventions de changement de comportement si tout brûle ou est sous l’eau dans 30 ou 50 ans. La dissonance cognitive et des lectures académiques clés3–8 ont fait le reste.  

J’ai donc poursuivi mes travaux de recherche en travaillant de sur une lettre à l’éditeur pour une revue de psychologie de la santé (résumée ici) afin d’identifier les points clés de la littérature scientifique concernant notre communauté et de modestement proposer des pistes de recherche. J’ai été étonné des refus reçus par plusieurs revues, où l’on trouvait cela intéressant mais manquant de solutions “prêtes à l’emploi”. 

Si la publication de texte m’a, en quelque sorte, libéré de mon syndrome d’imposteur, elle ne résolvait pas mon questionnement sur les liens entre changement climatique et activité physique. Je me suis aperçu que des 2016, sur ce même blogue j’avais résumé un article peu connu qui proposait une définition de l’activité physique durable et que c’était de là que devait partir ma réflexion. Avec l’aide de mon compère G.Chevance puis d’une belle équipe de collègues, j’ai pris la décision de rédiger le protocole d’une revue systématique sur l’activité physique (dans sa définition large) et les conséquences/origines du changement climatique. Ce travail a été un voyage interdisciplinaire très enrichissant, découvrant des revues et méthodes inconnues de mon côté. J’ai pu mettre à profit mes expériences passées de revues systématiques, mais n’avais pas anticipé les difficultés à résumer, trier, organiser les études sélectionnées. La longueur des versions finales du manuscrit nous a vite limité en termes de journaux académiques qui acceptaient les longs formats. En tout cas, j’étais résolu à tenter une revue avec un lectorat important puisque le manque de visibilité de mon précédent texte m’avait échaudé. Après une expertise de qualité et riche d’enseignement, nous avons obtenu le feu vert pour la publication dans Sports Medicine9.  

Si l’histoire peut paraître belle ainsi, il faut souligner le jeu d’équilibriste qu’est l’absorption d’un pan entier de la littérature sur un nouveau sujet tout en continuant de veiller, encadrer des étudiants, mener des études sur les thèmes cités plus haut. Il y a comme un refus de se dire que l’on est prêt à mettre toute notre connaissance et analyse fine de la littérature pour autre chose (encore aujourd’hui). 

Avec la mise en ligne de l’article, j’ai décidé de faire plus d’efforts de diffusion dans ma communauté académique (ex. courriel personnalisés avec l’article en PDF), et au grand public via un article dans la La Conversation et surtout le développement d’infographies (accès libre ici). Ces dernières étaient une nouveauté pour moi. Mais avec des moyens financiers faibles, j’ai pu collaborer avec une étudiante en design qui a fait un super travail (son site). J’utilise ces illustrations dans mes cours, mes présentations. Avec l’aide de collègues et d’étudiants, j’ai pu obtenir des versions en allemand, anglais, portugais…. En dépit de ces efforts, l’article est lu et utilisé par des collègues, mais l’intérêt des communautés sportives, ou de la presse spécialisée est très faible. L’ensemble de mes courriels ou communiqués de presse sont restés lettre morte. Notre publication a été reprise dans des journaux grand public en France et au Québec, un journal dédié au plein air. 

La suite logique de ce travail a été triple: écrire une lettre à l’éditeur en français pour la communauté scientifique francophone10, proposer un agenda spécifique à la recherche en psychologie du sport11 (revues spécialisées peu intéressées) et sur proposition de G.Chevance tenter le même genre de revue mais pour l’ensemble des comportements de santé. 

Cette revue12 a été, de loin, vraiment très enrichissante. Nous avons pu franchir un pas important dans notre réflexion en intégrant les enjeux de genre, de santé globale, d’inégalités intra-, inter-pays et intergénérationnels. Aussi l’occasion de relire des texte clés à propos de la médecine comportementale. Grâce à Guillaume, le spectre des collaborateurs et spécialistes en santé planétaire s’est élargi, au profit de l’article. 

En parallèle, de cette activité de rédaction et d’analyse, j’ai continué de m’interroger sur les enjeux sociétaux liés au manque d’effort conséquents des sociétés responsables et poursuivant ma lecture de travaux du ShiftProject. Le travail de fond sur la place des enjeux climatiques et énergétiques à l’université m’a ouvert les yeux sur le relatif désert que symbolise ces enjeux dans les universités Canadiennes. Si l’on trouve le changement climatique abordé à l’université, cela ne dépasse généralement pas les départements des sciences atmosphériques ou biologiques. Or, plusieurs essais soulignent l’intrication de toutes les sphères de la société avec les conséquences ou mesures pour tempérer le changement climatique. En conséquence, j’ai rédigé un court texte pour la revue Affaires Universitaires. 

Mais la bonne surprise est venue de mon département où grâce au travail de collègues, un nouveau cours en maîtrise, plus centré sur la recherche a été mis en place en 2020. Plusieurs professeurs se divisent des sessions d’une dizaine d’heure pour présenter les enjeux de recherche dans leur domaine respectifs. Ainsi, grâce à leur ouverture, j’ai pu proposer 13h de cours pour aborder le changement climatique dans les sciences du sport et de l’activité physique. La création de cours a littéralement été passionnante et est venue enrichir ma vision des enjeux et défis. Les échanges avec les étudiants sont aussi à la hauteur, même si j’avoue être étonné de leurs ‘vagues’ connaissances initiales sur les enjeux climatiques. Mais après avoir assimilé les questions de bases liées au changement climatique, il se saisissent très vite des enjeux. Au niveau personnel et professionnel, c’est au départ assez étrange de parler de climat, de boucles de rétroaction, d’inertie, de montée des eaux… devant une classe mais nul n’a besoin d’être climatologue pour comprendre un rapport exécutif du GIEC et les ressources vulgarisées sont multiples.  

Par la suite, je découvre l’initiative française Enseigner le climat qui offre une solution de partage des contenus généralistes ou spécialisés d’enseignants qui se lancent dans des cours liés au changement climatique. Donc mes supports de cours y sont illico déposés.  

 Et puis après ? 

Après les efforts pour réorienter en majeure partie mes travaux, viennent ceux pour créer de nouveaux contacts, mobiliser les communautés académiques et locales, trouver des fonds et des collègues/étudiants spécialisés, oui rien que cela. 

J’ai eu la chance de faire quelques webinaires où l’on m’accordait du temps pour entrer en détails sur les enjeux au Québec et à ailleurs. La difficulté est la même systématiquement, ‘dois-je perdre mon temps’ à rappeler les conclusions du GIEC, l’état d’urgence climatique… c’est parfois gagnant mais sur des présentations de type congrès (12 min), c’est mission impossible. J’essaie aussi de suivre les recommandations de communication sur le climat en soulignant les enjeux locaux, spécifiques des acteurs en face de moi, même si c’est parfois difficile vue l’absence de données. 

Au niveau académique, il me semble (je me trompe peut-être) que les collègues et étudiants européens sont beaucoup plus actifs et intéressés par le développement de projets dans une logique climatique. Cette ‘réorientation’ est aussi l’opportunité de belles rencontres, discussions en ligne qui mènent à des lectures, des projets de publication, voir des projets d’étude.13 

Dans un contexte de recherche académique financée sur projet, l’enjeu de taille reste de trouver des fonds, surtout lorsque l’on sort de sa ‘zone de confort’ thématique. A titre d’exemple, un projet pour mesurer la perception des risques climatiques chez les étudiants en sciences de l’activité physique et éducation physique s’est fait retoquer à deux reprises (c-à-d 2 années de perdues). Des semaines de travail jetées à l’eau, une somme astronomique de démarche administrative pour les co-chercheurs et moi, pour des commentaires où les évaluateurs ne pensent pas que le ‘changement climatique est un sujet pertinent’. 

En conséquence, je tente d’obtenir des financements moins classiques de la part d’autre organismes publics, à voir …  

Je tente aussi de rencontrer des chercheurs issus des sciences du climat, de la santé planétaire, de l’urbanisme… pour comprendre les enjeux, les projets passés ou actuels. C’est une approche imparfaite et chronophage, où parfois on ne se comprend pas, où les démarches restent lettre morte (qui est ce Prof de sport qui me sollicite sur le climat ?). D’autres perçoivent aussi ces démarches comme une volonté de m’accaparer leur travail, ou de prendre de la lumière. (digression : le milieu académique n’est parfois pas le meilleur pour la collaboration, et beaucoup (trop?) se concentrent sur leur ‘carrière’). A l’inverse, d’autres collègues ont ouvert la porte pour 1, 2, ou 3h de cours à leur groupe d’étudiants sur les enjeux climats, d’autres s’interrogent sur le bien-fondé de leur travail dans un monde à +2°C…  

En conclusion 

L’écosystème universitaire favorise un certain conservatisme dans les thématiques de recherche, les enseignements, les perspectives disciplinaires. Ce sont majoritairement des freins au fait que les communautés universitaires se mobilisent VRAIMENT sur la question du changement climatique. A mon sens, aucune discipline n’est épargnée par les défis liés au changement climatique et nous avons accumulé un retard majeur (surtout pour un pays dans le top 10 mondial des émissions). A titre d’exemple, plus les financements de projets sont interdisciplinaires (ce dont on a besoin pour aborder les enjeux de réductions des émissions de gaz à effet de serre par exemple) plus les budgets sont petits et les délais compressés. La communauté académique au Québec n’est pas encore mobilisée à la hauteur des défis posés par le changement climatique en termes d’enseignement, de financement, et d’organisation des universités et de la recherche (voir par exemple la démarche Labo 1.5 en France) 

Ce partage d’expérience (beaucoup trop long) ne vaut pas modèle ou pavoisement, simplement un point d’étape pour moi et une occasion de réfléchir pour les 2 ou 3 lecteurs qui iront jusqu’au bout. 

  • 1. Bernard, P. et al. Dose response association of objective physical activity with mental health in a representative national sample of adults: A cross-sectional study. PLOS ONE 13, e0204682 (2018).
  • 2. Bernard, P., Hains-Monfette, G., Atoui, S. & Kingsbury, C. Differences in daily objective physical activity and sedentary time between women with self-reported fibromyalgia and controls: results from the Canadian health measures survey. Clin Rheumatol 37, 2285–2290 (2018).
  • 3. Zywert, K. Human health and social-ecological systems change: Rethinking health in the Anthropocene. The Anthropocene Review 4, 216–238 (2017).
  • 4. Ebi, K. L., Frumkin, H. & Hess, J. J. Protecting and promoting population health in the context of climate and other global environmental changes. Anthropocene 19, 1–12 (2017).
  • 5. Ripple, Wolf, C., Newsome, T. M., Barnard, P. & Moomaw, W. R. World Scientists’ Warning of a Climate Emergency. BioScience (2019) doi:10.1093/biosci/biz088.
  • 6. Lenton, T. M. Environmental Tipping Points. Annual Review of Environment and Resources 38, 1–29 (2013).
  • 7. Rockström, J. et al. Planetary Boundaries: Exploring the Safe Operating Space for Humanity. Ecology and Society 14, (2009).
  • 8. O’Neill, D. W., Fanning, A. L., Lamb, W. F. & Steinberger, J. K. A good life for all within planetary boundaries. Nature Sustainability 1, 88–95 (2018).
  • 9. Bernard, P. et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med 51, 1041–1059 (2021).
  • 10. Bernard, P. et al. Muscler son jeu dans la lutte contre le changement climatique. Science & Sports (2021) doi:10.1016/j.scispo.2020.10.006.
  • 11. Bernard, P. et al. Climate change: the next game changer for sport and exercise psychology. Ger J Exerc Sport Res (2022) doi:10.1007/s12662-022-00819-w.
  • 12. Chevance, G. et al. Thinking health-related behaviors in a climate change context: A narrative review. Annals of Behavioral Medicine (2022) doi:https://doi.org/10.1093/abm/kaac039.
  • 13. Fresan, U, Bernard, P. & Chevance. A pilot smartphone intervention aiming to promote a sustainable healthy diet: pre-registered study protocol. https://preprints.jmir.org/preprint/41443 (2022).

Psychology : the most important research questions about the energy efficiency

The roles of academic psychology in climate change perspectives have been described in various articles. Among the most important of them is the Dreyer et al’s publication (1). They highlighted the food-energy-water nexus as central component of human life, and a priority for our current and studies. However, it is relatively hard to identify priorities for each component. I found a set of good papers on food research priorities in psychology. (I will contact some researchers for the water question)

A social sciences and humanities-focused research agenda has been developed (horizon scanning method) by questioning more than 150 researchers from 23 countries (2). Authors listed 100 research questions splitted in 7 domains.

I subjectively selected the research questions for the academic psychology communities (community, organizational, health, social psychology). Also, I recommend the Introduction subsection : ‘Evolution of social sciences and humanities research on energy efficiency’. It is important to note that these recommendations are more adapted for high incomes countries.

“Theme 1: Citizenship, engagement and knowledge exchange in relation to energy efficiency

  • What are the challenges to mobilising collective action around energy efficiency and sufficiency (e.g., convincing private apartment owners to undertake collective refurbishments); and what learnings on addressing these can be drawn from exemplars?
  • Which organisations and individuals play important roles in the diffusion of energy efficiency measures to homes and businesses; and how do these diffusion processes operate (e.g., through developments in leadership, social norms and skills)?
  • How can policies and public programmes aiming to increase energy efficiency, via citizen engagement, go beyond individualistic models of behaviour; and how can a social practice framing result in different types of programmes?

Theme 2: Energy efficiency in relation to equity, justice, poverty and vulnerability

  • What are the major barriers and enablers of installing energy efficiency measures among different socio-demographic and socio-economic groups; and what are the implications for designing policies that ensure energy efficiency is accessible to all?
  • How do energy efficiency policies affect vulnerable groups with higher energy consumption needs (e.g., elderly, disabled); and how can policies ensure that such ‘energy vulnerable’ citizens benefit from energy efficiency solutions?
  • What are the short-, medium- and long-term effects of domestic energy efficiency improvements on the mental and physical health of people living in energy poverty?

Theme 3: Energy efficiency in relation to everyday life and practices of energy consumption and production.

  • What unanticipated challenges and poor outcomes arise from a lack of ‘fit’ between new initiatives or technologies with everyday lives and practices; and how can these be addressed?
  • What are the roles of personal, cultural and site-specific factors in the success or failure of energy efficiency initiatives?
  • How can participatory design and co-creation approaches contribute to the development of energy efficiency solutions that work with, rather than against, practices in everyday settings?
  • How is thermal comfort perception related to physiological, psychological and social influences; and how could understanding of these relationships help to improve energy efficiency and reduce energy consumption in everyday life?
  • What are the conditions that facilitate the acceptance and pursuit of energy sufficiency (e.g., living in smaller spaces, avoiding mobility, reducing consumption) over energy efficiency; and how can these conditions be scaled-up across society?

Theme 6: Roles of economic systems, supply chains and financial mechanisms in improving energy efficiency

  • Given that a large proportion of intentions to invest in energy efficiency measures (in existing buildings) are never carried out or are substantially delayed, how can Social Sciences and Humanities improve understandings of this implementation gap?

Theme 7: The interactions, unintended consequences and rebound effects of energy efficiency interventions.

  • How can various ‘rebound effects’ or unintended consequences resulting from increasing energy efficiency be minimised through technological design, new policies, alignment with particular contextual conditions, or even the formulation of alternative approaches to reducing energy demand?
  • How can Social Sciences and Humanities contribute to better qualifying and quantifying the non-energy-related benefits of energy efficiency; and how can this be translated into better Monitoring and Evaluation tools for policymakers?
  • What are the relationships between energy efficiency and healthy and productive indoor environments; and how can human-building interactions be improved to optimise all these outcomes?
  • What are the relationships between energy efficiency, energy demand and human well-being; and what roles could energy efficiency and energy sufficiency play in policy interventions to tackle inequalities in well-being?”

1. Dreyer SJ, Kurz T, Prosser AMB, Abrash Walton A, Dennings K, McNeill I, et al. Towards a Psychology of the Food-Energy-Water Nexus: Costs and Opportunities. Journal of Social Issues. 2020;76(1):136‑49.

2. Foulds C, Royston S, Berker T, Nakopoulou E, Bharucha ZP, Robison R, et al. An agenda for future Social Sciences and Humanities research on energy efficiency: 100 priority research questions. Humanit Soc Sci Commun. 30 juin 2022;9(1):1‑18.

Car free days and sustainable physical activity.

A systematic review examined the health benefits associated with car free events and health outcomes (e.g., air pollution, physical activity, noise) (1). Among 23 included papers, one collected device-measured physical activity data (2), two estimated the physical activity levels of population with surveys (3,4).

Ciclovia is a weekly event created in Bogota, Colombia. Every Sunday, about 121 kilometers (70 miles) of roads are closed to motorized traffic. I can easily understand this impact with the following video.

The Ciclovia initiative was associated with a moderate and vigorous physical activity increase of 6 minutes and a sedentary behaviour reduction of 19 minutes among children participating (2). Most Ciclovia participants (adults) reported had low-to-middle educational attainment, and did not own cars. This event was associated with a possible 13% rate of people attaining international guidelines.

Another initiative was examined. Brownville, Texas, USA closes 3 miles (ca. 5 km) of town center streets (4 to 6 times per year). During this car-free event, 17.3% of attendees met weekly recommended physical activity levels.

This low number of included paper is surprising. Authors included papers or reports from grey literature but (maybe) they did not include the papers published in Spanish. Another explanation may be the lack of resources to measure physical activity behaviors (5). For instance, 17 countries of Latin America had a Ciclovia program between 1974 and 2016 (6). Only two articles (in English) was found on this initiative.

Two US studies (not included in this review) investigated the physical activity related behaviours during a Ciclovia program carried out in San Diego and Los Angeles, respectively.

Direct observations were performed in San Diego. It indicated that 85% of attendees were bicycling and 15% were walking. Study participants reported an average of 144 minutes of physical activity during the Ciclovia event. 39% of participated met the physical activity recommendations. Moreover, no significant differences were found between gender, ethnicity, income (7).

The Clovia program was named CicLAvia in Los Angeles (8). This initiative was initiated in 2010, and repeated 4 times per year for 6 miles (ca. 10 km). Physical activity data were collected with video cameras (at 1-mile intervals along the CicLAvia route), GPS “wore” by volunteers following the participants, and questionnaires. The GPS data showed an average traveling distance of 8.68 miles. At a speed of 6 miles/h, it would take 1.45 h to traverse this distance. Authors estimated that a total of 163,000 to 245,000 MET hours was expended by cyclists and a total of 13,500 to 18,000 MET hours was expended by pedestrians. 50% of respondents met the national guidelines of 150 min per week. Nearly 27% of participants said they if they had not been at CicLAvia, they would have stayed home while another 18% said they would have been sedentary.

In health and climate change perspective (9), these events may be a useful temporary solution to:

  • decrease the air/noise pollution exposition,
  • increase the physical activity level of local population,
  • offer a safe experimentation of active transport for all,
  • experiment a city with lower car traffic.
  • 1. Glazener A, Wylie J, van Waas W, Khreis H. The Impacts of Car-Free Days and Events on the Environment and Human Health. Curr Envir Health Rpt. 1 juin 2022;9(2):165‑82.
  • 2. Triana CA, Sarmiento OL, Bravo-Balado A, González SA, Bolívar MA, Lemoine P, et al. Active streets for children: The case of the Bogotá Ciclovía. PLOS ONE. 15 mai 2019;14(5):e0207791.
  • 3. Salazar-Collier CL, Reininger B, Gowen R, Rodriguez A, Wilkinson A. Evaluation of Event Physical Activity Engagement at an Open Streets Initiative Within a Texas-Mexico Border Town. J Phys Act Health. 1 août 2018;15(8):605‑12.
  • 4. Torres A, Sarmiento OL, Stauber C, Zarama R. The Ciclovia and Cicloruta programs: promising interventions to promote physical activity and social capital in Bogotá, Colombia. Am J Public Health. févr 2013;103(2):e23-30.
  • 5. O’Donovan G. Accuracy and inequalities in physical activity research. The Lancet Global Health. 1 févr 2019;7(2):e186.
  • 6. Sarmiento OL, Díaz del Castillo A, Triana CA, Acevedo MJ, Gonzalez SA, Pratt M. Reclaiming the streets for people: Insights from Ciclovías Recreativas in Latin America. Preventive Medicine. 1 oct 2017;103:S34‑40.
  • 7. Engelberg JK, Carlson JA, Black ML, Ryan S, Sallis JF. Ciclovía participation and impacts in San Diego, CA: The first CicloSDias. Preventive Medicine. déc 2014;69:S66‑73.
  • 8. Cohen D, Han B, Derose KP, Williamson S, Paley A, Batteate C. CicLAvia: Evaluation of participation, physical activity and cost of an open streets event in Los Angeles. Preventive Medicine. 1 sept 2016;90:26‑33.
  • 9. Bernard P, Chevance G, Kingsbury C, Baillot A, Romain AJ, Molinier V, et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med. 1 mai 2021;51(5):1041‑59.

Les Jeux Olympiques d’hiver ou nos gaz à effets de serre: il faut choisir !

Un article que j’ai publié sur La Conversation, je l’agrémente d’une courte présentation sur ce sujet et d’un podcast du Greenletter Club sur la question des stations de ski (Excellent !)

 

Y aura-t-il encore des Jeux olympiques d’hiver en 2046 ou en 2080 ? Les Jeux d’hiver, qui démarrent le 4 février à Pékin, font l’objet de nombreuses critiques environnementales. Faute de neige naturelle, ce sont des canons à neige qui sont utilisés pour assurer la tenue des sports de glisse, provoquant une surconsommation d’eau dans une région qui vit un stress hydrique majeur. Une réserve naturelle est mise en danger à la suite de la construction des infrastructures olympiques. Les enjeux autour de la soutenabilité des Jeux olympiques d’hiver et d’été ne sont pas nouveaux (températures positives, pluies, déplacement de population, pollution des eaux, déchets).

Ces Jeux sont une occasion de se poser la question du sens et de la possibilité d’organiser un événement sportif d’envergure mondiale dans un monde bouleversé par les changements climatiques. Notre équipe de chercheurs en Sciences de l’activité physique et du sport a publié une revue de la littérature sur les changements climatiques et l’activité physique. Cela nous a permis de comprendre que faire de l’activité physique ou du sport en 2030 ou 2040 risque d’être de plus en plus compliqué par manque de glace, ou en raison de températures trop douces.

Où organiser les prochains Jeux ?

Le constat pour les Jeux olympiques d’hiver est simple : il va devenir de plus en plus compliqué de trouver un lieu pour les organiser.

Déjà, de nombreuses villes ont décliné l’invitation du CIO de tenir les JO d’hiver ces dernières années, dont Lillehammer, en Norvège, pour des raisons économiques.

Mais, désormais, ce sont des raisons environnementales qui pourraient dicter les choix. Des études, dites de modélisation, permettent de prédire avec un bon niveau de précision les conditions d’enneigement et de température partout dans le monde en fonction de scénarios d’émissions de gaz à effet de serre.

Pour simplifier, le scénario avec de très basses émissions nous permettrait de limiter les conséquences climatiques graves. Le scénario avec de très fortes émissions de gaz à effet de serre entraîne des conséquences graves et irréversibles pour l’accès à l’eau, l’agriculture, la qualité de l’air et l’intensité des catastrophes naturelles. À ce jour, les émissions mondiales suivent ce scénario.

Quelles villes parmi celles qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080 avec des températures négatives et un enneigement d’au moins 30 cm ?

Si nous mettons un coup d’arrêt à nos émissions de gaz à effet de serre dès maintenant, environ la moitié seulement des 21 villes qui ont organisé les Jeux au cours des 100 dernières années pourraient avoir des conditions relativement bonnes pour organiser des compétitions, selon une étude internationale menée par Daniel Scott, de l’Université de Waterloo.

Si nous continuons de faire croître nos émissions, moins de la moitié des villes organisatrices pourraient accueillir les Jeux en 2050 et à peine le quart en 2080.

Mais les résultats s’aggravent si on se concentre uniquement sur les Jeux paralympiques d’hiver. En effet, ils se déroulent après les Jeux olympiques, donc en mars. Or, les changements climatiques risquent fortement de réduire la durée de l’hiver. Autrement dit, avoir beaucoup de neige et des températures négatives en mars va devenir de plus en plus rare. Il y a donc encore moins de villes « disponibles » en 2050 et 2080 pour accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver.

Pire pour les sports de glisse

Dans les villes qui ont déjà accueilli les Jeux olympiques d’hiver, lesquelles pourraient le faire à nouveau en 2050 ou 2080, selon les athlètes ?

La même équipe de recherche citée plus haut a aussi mené une enquête en ligne internationale chez plus de 300 athlètes et entraîneurs de haut niveau dans les sports de glisse d’hiver afin de leur demander d’identifier les conditions de pratiques sécuritaires et propices à leur sport.

Une faible épaisseur de neige, une neige trop humide, de la pluie et des températures trop douces s’avèrent être des conditions inacceptables pour eux.

Les chercheurs ont donc posé la même question, utilisé la même méthode, mais en utilisant ces critères plus précis. Pour un scénario de très faibles émissions de gaz à effet de serre, les résultats sont similaires : moins de la moitié des villes pourraient accueillir les Jeux 2050 ou 2080. En revanche, pour le scénario de gaz à effet de serre actuel, seulement quatre villes d’accueil ont été identifiées en 2050 (Lake Placid, Lillehammer, Oslo et Sapporo), et une seule en 2080 (Sapporo). Les résultats sont sans appel.

Ainsi, lorsqu’on prend en compte les critères de pratique des sports de glisse dans de bonnes conditions, les résultats sont encore plus alarmants que la première étude, qui identifiait au moins une dizaine de villes d’accueil en 2050.

En finir avec l’écoblanchiment du CIO

On pourrait penser que les efforts affichés par le Comité international olympique pour réduire l’empreinte écologique, hydrique et carbone des futurs Jeux vont permettre d’atténuer les conséquences des changements climatiques. À titre d’exemple, des arbres ont été plantés en Chine pour « compenser » certaines émissions. Or cette mesure s’avère peu efficace dans la lutte contre le changement climatique.

La soutenabilité peut être déterminée par une série d’indicateurs qui intègrent les enjeux écologiques, économiques et sociaux des Jeux olympiques. Quand on cumule l’ensemble de ces indicateurs, la soutenabilité des Jeux olympiques d’été comme d’hiver décroît depuis ceux d’Albertville en 1992. Les Jeux de Vancouver étaient très moyens par exemple, et ceux de Sotchi, en Russie, les pires. Ils ont eu un impact négatif majeur sur les forêts anciennes, les terres arables, les populations de saumon environnantes et les réserves naturelles proches.

Si nous souhaitons pouvoir vivre des moments inoubliables devant la finale de slalom géant de snowboard dans les prochaines décennies, nous devrions réduire de manière draconienne les émissions de gaz à effet de serre dès aujourd’hui, tel qu’on l’a vu dans le dernier rapport du GIEC.

Il faut repenser l’organisation des Jeux olympiques pour qu’ils soient plus soutenables, avec deux villes d’accueil qui resteraient les mêmes. Par exemple, les Jeux d’hiver pourraient systématiquement être organisés à Oslo puis, quatre ans plus tard, à Sapporo, pour ensuite revenir à Oslo. De plus, il faut aussi accentuer la pression sur le Comité olympique international pour qu’il cesse d’utiliser des stratégies trompeuses d’écoblanchiment.

Les Jeux olympiques de Londres, en 2012, ont été présentés comme les plus verts de l’histoire. Pour la première fois, les organisateurs développaient une nouvelle catégorie de partenaires, les partenaires durables (BP, BMW ou General Electrics), mais ne demandaient pas de réelles contreparties environnementales. Les Jeux de Vancouver, annoncés comme les premiers jeux durables, ont entraîné la destruction de parties importantes des Eagleridge Bluffs. Sans oublier tous les sites olympiques laissés à l’abandon, comme à Athènes ou à Rio de Janeiro.

La ville de Paris, hôtesse des Jeux olympiques 2024, joue à fond la carte de la durabilité. Tony Estanguet, le co-président du Comité de candidature de Paris, a déclaré en novembre que « le développement durable n’est pas un objectif, c’est l’ADN même de la candidature que nous construisons avec les athlètes et l’ensemble de nos partenaires ».

Mais peut-être devrions-nous en douter à la vue de la soutenabilité déclinante des Jeux ?La Conversation

Bernard Paquito, Professeur, Université du Québec à Montréal (UQAM)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Solar photovoltaic panels and rebound effect (of electric consumption)

An excellent article describing the interdisciplinary approach of rebound effects in German solar photovoltaic user households (prosumer) has been recently published (Galvin et al. 2022). Authors highlight the most important steps of their interdisciplinary process: an engagement to dialogue between various background researchers, to design “from the beginning” an interdisciplinary method and findings analysis strategies, to identify the detailed role of each researcher teams, and to develop a shared vocabulary.

This paper presents an overview of method, findings, and common analysis/interpretation of 3 studies (see Fig 1). This research team explored the potential rebound effect in term of electricity consumption in prosumers.

Qualitative interviews of rural prosumers (N= 19)

Three frameworks emerged form thematic analyses: a “geo-sociotechnical” domain (association between technology, self-regulation and sun), interaction between ‘positive and negative’ rebound effects, and financial/psychological explanations. An “income effect” also was identified in early photovoltaic adopters (i.e., 2000’s). Indeed, extra electricity was purchased around 0.5 euro/kWh, and household ‘benefits’ may have been associated with more travels,.. Here, it was not necessary a rebound effect in term of electricity consumption. A ‘price effect’ was observed (i.e., the kWh price was lower in more recent adopters), so it was less interesting to purchase its own electricity. A moral licensing effect was reported among participants.

National online cross-sectional questionnaire (N= 1291 vs 297 (non)prosumer).

Prosumers were younger, lived in a larger house, had higher incomes, had more frequently a heat pump, and high level of environmental concerns. Researchers would quantify a possible rebound effect occurring after households install a photovoltaic system. To identify possible correlated of rebound effects, they also collected data about attitudes, economic incentives, and behaviors. No significant differences was observed for electric consumption between (non)prosumers (even if I don’t clearly understand their statistical approach).

Data analysis of co2online dataset

This no profit organization have a data-set of people self-reporting their electricity consumption (1992-2018). 79 households reported their consumption before and after their photovoltaic system installation. A rebound effect of 9.6% was found. Authors highlighted a possible limit, a possible self-monitoring effect on electricity consumption. In other words, this rebound effect may be underestimated.

rebound effect

As expected in an interdisciplinary research project, all findings were collectively discussed. The team decided to ‘re-run’ their analyses to investigate the effect of feed-in tariff (major change in 2011 from 0.5 euro/kWh to 0.09 euro/kWh, see Fig 3) and regulations changes (i.e., allowed self-consumption) on their previous results.

A significant difference was found between (non)prosumers in 2011 sub-sample, prosumers consumed more electricity (18%, c-à-d 675.57kWh/y) than control participants. A rebound effect of 14% was observed. Analyses based on co2online data-set suggested a possible rebound effect of 33% in post-2011 installers. It is important to note that ‘income effect’ was reported in interview only in pre-2011 users. Again, the level of self-reported environment concerns (questionnaire measure) was not related to electricity consumption. It contrasts with findings from some interviews. Furthermore, authors suggested that this important rebound effect in post-2011 prosumers could be problematic because it decrease the renewable electricity going into the grid.

By extrapolating the findings and conclusions, this investigation may be a good illustration of interdependence between decision to buy a solar photovoltaic mostly based on (economic and ‘rational’ psychological factors), the system rules moving (e.g., kWh price), technical and power improvements of photovoltaic systems, and strengthened personal ecological values (for better of for worst). This figure synthesizes this idea.

  • Galvin, Ray, Johannes Schuler, Ayse Tugba Atasoy, Hendrik Schmitz, Matthias Pfaff, and Jan Kegel. 2022. “A Health Research Interdisciplinary Approach for Energy Studies: Confirming Substantial Rebound Effects Among Solar Photovoltaic Households in Germany.” Energy Research & Social Science 86 (April): 102429. https://doi.org/10.1016/j.erss.2021.102429.