Archives de catégorie : Méthode

Comment ne pas rater sa revue de littérature systématique ?

Il y a quelques années, j’avais réalisé une présentation sur les enjeux méthodologiques des revues systématiques de la littérature. J’ai toujours des difficultés à retrouver les diapo et les documents associés dans mon ordinateur, alors j’en fais un article. Le contenu est toujours juste et les diapo résument les directives mais sont aussi émaillées de quelques conseils issus de ma participation à plusieurs projets de revues systématiques (1–4). J’avais utilisé le document de l’INESS très bien fait : Les normes de production des revues systématiques. Les exemples sont majoritairement issus des Sciences de l’activité physique et de mes travaux. Plus récemment, j’ai découvert le document réalisé par le Pr Madhukar Pai qui résume très bien les enjeux et étapes d’une revue systématique de qualité.

 

  • 1. Baillot A, Saunders S, Brunet J, Romain AJ, Trottier A, Bernard P. A systematic review and meta-analysis of the effect of exercise on psychosocial outcomes in adults with obesity: A call for more research. Mental Health and Physical Activity. 2018 Mar 1;14:1–10.
  • 2. Bernard P, Romain A-J, Caudroit J, Chevance G, Carayol M, Gourlan M, et al. Cognitive behavior therapy combined with exercise for adults with chronic diseases: Systematic review and meta-analysis. Health Psychol. 2018;37(5):433–50.
  • 3. Bernard P, Savard J, Steindorf K, Sweegers MG, Courneya KS, Newton RU, et al. Effects and moderators of exercise on sleep in adults with cancer: Individual patient data and aggregated meta-analyses. Journal of Psychosomatic Research. 2019 Sep;124:109746.
  • 4. Romain AJ, Bortolon C, Gourlan M, Carayol M, Decker E, Lareyre O, et al. Matched or nonmatched interventions based on the transtheoretical model to promote physical activity. A meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Sport and Health Science. 2018 Jan 1;7(1):50–7.

Que nous apprennent les études interventionnelles qui ciblent des communautés pour réduire les gaz à effet de serre?

Rien, cela n’existe pas.

Sur des questions de santé, comme sur des questions de changement climatique, les interventions peuvent cibler des individus, des foyers ou des communautés. Un groupe de chercheurs a réalisé une revue de littérature systématique afin d’identifier les interventions visant une communauté et dites multisectorielles [1].

Ce type d’intervention nécessite identifier l’ensemble des secteurs qui influencent la variable dépendante et d’identifier chaque «changements à réaliser » au niveau de chaque secteur (ex du tabac, lois, réglementations locales, formation des cliniciens, remboursement des traitements d’aide à l’arrêt…). La revue ciblait spécifiquement les communautés décrites comme « entité géopolitique plus grande qu’une ville » (exemple : quartiers, villages, villes), et uniquement les études expérimentales ayant comme variable dépendante : la consommation d’énergie rapportée ou mesurée objectivement. Malgré leurs efforts, aucune étude n’avait été identifié.

À quoi bon aborder cet article ?

Les auteurs rapportent avoir identifié des études interventionnelles communautaires mais celle-ci ne faisaient pas l’objet d’évaluations. Autrement dit, leur impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre est inconnu.

Ils décrivent les solutions méthodologiques utilisables pour tester ce type d’intervention. Ils utilisent en termes d’illustration une étude de 1976 qui comparaient l’effet de différentes techniques de changement de comportement sur trois différentes familles afin de diminuer leur consommation d’électricité [2]. Le devis de l’étude était de type A-B-A. Cette étude suggère que fournir des rétroactions seules ou avec des récompenses permettait de diminuer temporairement la consommation d’électricité de deux familles sur trois. Ce type de devis d’études est aussi utilisé pour augmenter la fréquence de lumière éteinte dans les salles de cours d’université.

L’absence de résultats souligne le besoin criant de développer des interventions multisectorielles ciblant des communautés à fin de réduire leur empreinte carbone. Les devis de type devis expérimental a cas unique s’avèrent particulièrement adaptés dans ce cas.

Face à l’urgence climatique, il y a un urgent besoin de rassembler les spécialistes du changement de comportement, les décideurs, et les membres des communautés à fin d’infléchir drastiquement et durablement les émissions de gaz à effet de serre sur la base de données probantes.

1. Biglan A, Bonner AC, Johansson M, et al (2020) The State of Experimental Research on Community Interventions to Reduce Greenhouse Gas Emissions—A Systematic Review. Sustainability 12:7593. https://doi.org/10.3390/su12187593

2. Kohlenberg R, Phillips T, Proctor W (1976) A Behavioral Analysis of Peaking in Residential Electrical-Energy Consumers1. J Appl Behav Anal 9:13–18. https://doi.org/10.1901/jaba.1976.9-13

La gratuité dans les transports publics (2/2)

Dans la seconde partie de l’article, l’auteur (1) apporte des réponses à la question suivante : La gratuité des transports est-elle fiable économiquement, viable et juste socialement?

Économique.

Généralement, la gratuité des transports publics est perçue comme des coûts additionnels de maintenance, des problèmes de sécurité et une plus forte demande de passagers alors que les revenus issus des billets sont absents. Les résultats économiques de la gratuité des transports publics varient en fonction de l’échelle de réseaux mis en place. Plusieurs rapports économiques suggèrent que la gratuité des transports publics est une fausse bonne idée. Leurs auteurs alarment sur la dévaluation symbolique des transports associés à leur gratuité mais aussi à la possible augmentation du vandalisme. Cependant l’auteur de la revue affirme qu’il n’y a pas un niveau de preuve solide qui montre que la gratuité des transports publics affecte la capacité des transports publics de manière négative et significative.

Durabilité.

La gratuité des transports publics est en ligne avec le paradigme du développement des transports durables. Plusieurs études, menées en Europe, concluent que la réduction du nombre de voitures en ville et plus fortement associé à une augmentation des taxes sur l’essence, à une restriction du parking et de l’utilisation des routes qu’à une réduction du prix du billet de transport en commun. Les études qui examinent la quantité d’automobilistes qui utilisent les transports en public à la suite de la gratuité obtient des résultats contrastés. Ce sont généralement les piétons ou cyclistes qui adoptent les transport en commun. Ces résultats peuvent s’expliquer par le type de ville ou d’espace (urbain ou semi-urbain).

Justice sociale.

L’abolition des frais liés à l’utilisation des transports publics, est aussi envisagée comme un outil de réduction des inégalités sociales. Dans un des plus grands réseaux de transports publics gratuits du monde à Tallinn en Estonie, l’augmentation de l’utilisation des transports publics a été très marquée chez les personnes à faible revenu ou sans emploi. Ces résultats ont été reproduits aux États-Unis, en France ou au Danemark. De nombreuses associations à travers le monde considère les transports en public comme un bien commun qui devrait être accessible à tous de plus la gratuité des transports publics semble être associé à une amélioration des conditions de travail des conducteurs.

En conclusion, l’auteur souligne l’importante hétérogénéité des réseaux de transports publics gratuits, des échelles de ces réseaux, des justifications sociales, écologiques ou budgétaires. J’ai sollicité l’auteur afin de savoir si des études avaient exploré l’impact de la gratuité de ces transports sur les modes de transport actif ou l’activité physique. Mais selon lui il n’y a quasiment pas d’étude sur ce sujet, dommage.

Pour aller plus loin :

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6

La gratuité dans les transports publics (1/2)

La lecture d’un article en anglais dans The Conversation sur l’importance des transports publics durant le COVID fait écho à la revue présentée ci-après. Un chercheur de Belgique a dressé l’état des connaissances sur la question de la gratuité des transports publics à travers le monde (1).

Je souhaitais approfondir cette question dans une perspective de santé et de solutions justes face au changement climatique. Autrement dit, la mise en place de la gratuité des transports publics est-elle justifiée pour des raisons liées à des villes plus durables, et cela-t-il un effet sur la santé des utilisateurs? Après la lecture, l’article ne traite que partiellement un des deux points. La revue est très solide au niveau méthodologique, mais la littérature scientifique ne semble pas développée sur la question des effets sur la santé.

La gratuité des transports publics. Le terme gratuit est loin d’être uniforme à travers les différentes études. Le transport gratuit peut prendre différentes formes. Ils peut être temporairement limité, spatialement limité, ou socialement limité.

Temporairement limité

Ce type de gratuité des transports publics a été identifié dans la littérature pour des municipalités qui expérimentaient la gratuité des transports. Certaines campagnes de gratuité des transports publics ont aussi été temporairement mises en place à la suite de pics de pollution, de désastres naturels, ou de crise politique majeure. Elle peut prendre aussi une forme régulière et spécifique. Par exemple la ville de Schengen Chine n’applique pas de tarifs de bus avant sept heures du matin.

Spatialement limité

Ce système va prendre la forme d’une zone gratuite dans certaines rues ou quartiers d’une ville, ou aussi de traversiers. On retrouve de nombreux exemples sur les campus américains.

Socialement limitée

La gratuité des transports, ici, cible par exemple les enfants des adolescents, des étudiants et personnes en situation de handicap, des personnes sans emploi ou des personnes âgées. Ces exemples peuvent s’illustrer à un niveau local ou national.

L’auteur de la revue a identifié environ 100 lieux différents dans le monde, ayant mis en place la gratuité des transports publics temporairement ou définitivement.

 

Aux États-Unis la première initiative identifiait date de 1962. L’arrêt de ces initiatives a majoritairement été justifié sur la base de théories économiques. Actuellement les réseaux de transports publics gratuits se retrouvent sous quatre formes : les campus universitaires, les parcs naturels, les sites touristiques et des zones urbaines. L’auteur souligne que les deux tiers des initiatives globalement ont été réalisés pour des raisons économiques et libérales. Parmi les villes ayant mis en place ce système, seulement trois ont plus de 100 000 habitants.

La zone Europe possède le plus grand nombre de réseaux de transports publics gratuits. Ils ont majoritairement vu le jour entre les années 70 et 90. Dans les années 2000, un nombre importants de réseaux transports publics gratuits a été mis en place notamment en Pologne et en France.

Les années 2000 ont vu apparaître la mise en place de gratuité dans plusieurs villes au Brésil. Ces initiatives ont été mises en place par des mairies de gauche, du centre, et du centre-droit. Plus récemment, trois villes chinoises ont rendu les transports publics gratuits dans un objectif de diminuer la congestion routière.

La suite de l’article abordera les justifications et contre-arguments liés à l’économie, le transport, et les politiques sociales.

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6

Utiliser un devis expérimental à cas unique en activité physique adaptée (2/2)

Le dernier article présentait les formes principales des études à devis expérimental à cas unique (DECU) et leurs intérêts en activité physique adaptée. Sur les questions des effets de programmes d’activité physique adaptée sur la symptomatologie de personnes aux prises avec un trouble mental, peu d’études à DECU ont été publiées. Toutefois, une équipe belge a examiné les effet de ce type d’intervention chez des adultes hospitalisés à temps complet avec un diagnostic de trouble de l’humeur1. Ils ont répliqué une série de DECU à 2 phases: A (observationnelle) et B (interventionnelle).

Les participants réalisaient 3 séances hebdomadaires en petits groupes qui couplaient des activités de type aérobie et résistance à intensité libre. Les encadrants souhaitaient que les participants vivent des expériences de succès par l’atteinte d’objectifs et qu’ils améliorent leur condition physique perçue et objective.

Chaque jour, les participants auto-évaluaient à l’aide d’un item respectif, leur niveau de dépression, d’anxiété, de tension et de bien-être (à 20H).

Les auteurs soulignent que les participants durant les 2 phases suivaient une thérapie cognitive-comportmentale individuelle (1h/sem), une thérapie systémaique (2h/mois), des ateliers d’ergothérapie (3/sem), une psychothérapie de grouep (2/sem), une rencontre hebdomadaire avec un psychiatre et avaient tous un ou plusieurs traitement(s) psychopharmacologique(s).

29 participants ont été recrutés pour une période allant de 77 à 436 jours. La phase B d’entraînement a duré entre 9 et 42 jours.

Les analyses statistiques réalisées pour chaque participant, révélaient qu’un seul semble avoir statistiquement diminué son niveau de dépression auto-rapporté. Les méta-analyses réalisées n’identifient pas de pattrons de réponses commun en terme de dépression ou bien-être. L’anxiété, le niveau de tension perçu et le bien-être ne semblent affecté par la pratique d’APA. 

Ces résultats sont en désaccord avec la littérature scientifique qui (à l’époque) était basée uniquement sur des études incluant des adultes suivis en ambulatoire. Les auteurs soulèvent de nombreux biais comme la participation volontaire au programme d’APA, l’hétérogénéité des diagnostics,le fait que les autres intervention étaient poursuivies en parallèle, ou les différentes vitesse de “rétablissement naturel” au niveau individuel. Les lecteurs pourront se rapporter au précédent article sur la comparaison exercice physique, psychothérapie.

Cette étude est riche d’enseignement et mériterait d’être reproduite à ce jour en palliant les limites méthodologiques.

1. van de Vliet P, Onghena P, Knapen J, Fox K, Probst M, van Coppenolle H, et al. Assessing the additional impact of fitness training in depressed psychiatric patients receiving multifaceted treatment: a replicated single-subject design. Disability and Rehabilitation. 2003 Dec 16;25(24):1344–53.