Category Archives: Méthode/Method

La gratuité dans les transports publics (1/2)

La lecture d’un article en anglais dans The Conversation sur l’importance des transports publics durant le COVID fait écho à la revue présentée ci-après. Un chercheur de Belgique a dressé l’état des connaissances sur la question de la gratuité des transports publics à travers le monde (1).

Je souhaitais approfondir cette question dans une perspective de santé et de solutions justes face au changement climatique. Autrement dit, la mise en place de la gratuité des transports publics est-elle justifiée pour des raisons liées à des villes plus durables, et cela-t-il un effet sur la santé des utilisateurs? Après la lecture, l’article ne traite que partiellement un des deux points. La revue est très solide au niveau méthodologique, mais la littérature scientifique ne semble pas développée sur la question des effets sur la santé.

La gratuité des transports publics. Le terme gratuit est loin d’être uniforme à travers les différentes études. Le transport gratuit peut prendre différentes formes. Ils peut être temporairement limité, spatialement limité, ou socialement limité.

Temporairement limité

Ce type de gratuité des transports publics a été identifié dans la littérature pour des municipalités qui expérimentaient la gratuité des transports. Certaines campagnes de gratuité des transports publics ont aussi été temporairement mises en place à la suite de pics de pollution, de désastres naturels, ou de crise politique majeure. Elle peut prendre aussi une forme régulière et spécifique. Par exemple la ville de Schengen Chine n’applique pas de tarifs de bus avant sept heures du matin.

Spatialement limité

Ce système va prendre la forme d’une zone gratuite dans certaines rues ou quartiers d’une ville, ou aussi de traversiers. On retrouve de nombreux exemples sur les campus américains.

Socialement limitée

La gratuité des transports, ici, cible par exemple les enfants des adolescents, des étudiants et personnes en situation de handicap, des personnes sans emploi ou des personnes âgées. Ces exemples peuvent s’illustrer à un niveau local ou national.

L’auteur de la revue a identifié environ 100 lieux différents dans le monde, ayant mis en place la gratuité des transports publics temporairement ou définitivement.

 

Aux États-Unis la première initiative identifiait date de 1962. L’arrêt de ces initiatives a majoritairement été justifié sur la base de théories économiques. Actuellement les réseaux de transports publics gratuits se retrouvent sous quatre formes : les campus universitaires, les parcs naturels, les sites touristiques et des zones urbaines. L’auteur souligne que les deux tiers des initiatives globalement ont été réalisés pour des raisons économiques et libérales. Parmi les villes ayant mis en place ce système, seulement trois ont plus de 100 000 habitants.

La zone Europe possède le plus grand nombre de réseaux de transports publics gratuits. Ils ont majoritairement vu le jour entre les années 70 et 90. Dans les années 2000, un nombre importants de réseaux transports publics gratuits a été mis en place notamment en Pologne et en France.

Les années 2000 ont vu apparaître la mise en place de gratuité dans plusieurs villes au Brésil. Ces initiatives ont été mises en place par des mairies de gauche, du centre, et du centre-droit. Plus récemment, trois villes chinoises ont rendu les transports publics gratuits dans un objectif de diminuer la congestion routière.

La suite de l’article abordera les justifications et contre-arguments liés à l’économie, le transport, et les politiques sociales.

1. Kębłowski W. Why (not) abolish fares? Exploring the global geography of fare-free public transport. Transportation. 2019 Mar 11, https://doi.org/10.1007/s11116-019-09986-6

Utiliser un devis expérimental à cas unique en activité physique adaptée (2/2)

Le dernier article présentait les formes principales des études à devis expérimental à cas unique (DECU) et leurs intérêts en activité physique adaptée. Sur les questions des effets de programmes d’activité physique adaptée sur la symptomatologie de personnes aux prises avec un trouble mental, peu d’études à DECU ont été publiées. Toutefois, une équipe belge a examiné les effet de ce type d’intervention chez des adultes hospitalisés à temps complet avec un diagnostic de trouble de l’humeur1. Ils ont répliqué une série de DECU à 2 phases: A (observationnelle) et B (interventionnelle).

Les participants réalisaient 3 séances hebdomadaires en petits groupes qui couplaient des activités de type aérobie et résistance à intensité libre. Les encadrants souhaitaient que les participants vivent des expériences de succès par l’atteinte d’objectifs et qu’ils améliorent leur condition physique perçue et objective.

Chaque jour, les participants auto-évaluaient à l’aide d’un item respectif, leur niveau de dépression, d’anxiété, de tension et de bien-être (à 20H).

Les auteurs soulignent que les participants durant les 2 phases suivaient une thérapie cognitive-comportmentale individuelle (1h/sem), une thérapie systémaique (2h/mois), des ateliers d’ergothérapie (3/sem), une psychothérapie de grouep (2/sem), une rencontre hebdomadaire avec un psychiatre et avaient tous un ou plusieurs traitement(s) psychopharmacologique(s).

29 participants ont été recrutés pour une période allant de 77 à 436 jours. La phase B d’entraînement a duré entre 9 et 42 jours.

Les analyses statistiques réalisées pour chaque participant, révélaient qu’un seul semble avoir statistiquement diminué son niveau de dépression auto-rapporté. Les méta-analyses réalisées n’identifient pas de pattrons de réponses commun en terme de dépression ou bien-être. L’anxiété, le niveau de tension perçu et le bien-être ne semblent affecté par la pratique d’APA. 

Ces résultats sont en désaccord avec la littérature scientifique qui (à l’époque) était basée uniquement sur des études incluant des adultes suivis en ambulatoire. Les auteurs soulèvent de nombreux biais comme la participation volontaire au programme d’APA, l’hétérogénéité des diagnostics,le fait que les autres intervention étaient poursuivies en parallèle, ou les différentes vitesse de “rétablissement naturel” au niveau individuel. Les lecteurs pourront se rapporter au précédent article sur la comparaison exercice physique, psychothérapie.

Cette étude est riche d’enseignement et mériterait d’être reproduite à ce jour en palliant les limites méthodologiques.

1. van de Vliet P, Onghena P, Knapen J, Fox K, Probst M, van Coppenolle H, et al. Assessing the additional impact of fitness training in depressed psychiatric patients receiving multifaceted treatment: a replicated single-subject design. Disability and Rehabilitation. 2003 Dec 16;25(24):1344–53.

Utiliser un devis expérimental à cas unique en activité physique adaptée (1/2)

MV5BNDZjZWYyZDUtZTllOC00ODJmLTk0MzYtMmU4OWZkNTUzM2RiXkEyXkFqcGdeQXVyMjU3NjQ5Mw@@._V1_Durant mes études de master, un professeur parlait souvent d’un devis d’étude qui devrait être plus présent dans le domaine de l’activité physique adaptée: le devis expérimental à cas unique (DECU). Je l’avais alors écouté d’une oreille (désolé François !).

Le DECU consiste en l’étude intensive d’un seul individu dans le but de déterminer l’impact sur une ou plusieurs variables dépendantes, d’une intervention réalisé en milieu naturel. Le DECU peut prendre plusieurs formes1. La plus simple reste la forme dîte AB, où A représente une durée où l’on mesure la ou les variables d’intérêt de manière répétée (ex. Remplissage hebdomadaire d’un questionnaire de qualité de vie durant 4 semaines) et la phase B où l’on propose une intervention (ex. Intervention d’activité physique adaptée bi-hebdomadaire de 12 semaines) tout continuant les mesures répétées.

Le DECU peut être complexifié en répétant ces 2 phases1, on obtient donc un devis dît ABAB. La phase A peut aussi être différentes pour les participants en fonction d’une répartition aléatoire choisie (ex. 3, 5, 8 semaines) ou de contextes cliniques (ex. Liste d’attente avant d’accéder à un Enseignant en APA). Le DECU peut aussi prendre la forme d’un devis avec changement de critères, ici l’intervention peut être décidée en fonction de l’atteinte ou non d’un critère clinique ou comportemental (ex. Score coupure à un questionnaire, décision clinique, diminution de la consommation de tabac de 30%). Les graphiques sont issus de l’article de Lanovaz1 (en accès libre), si vous souhaitez approfondir la question un livre francophone très pédagogique est en accès libre ici2.

Les études de type DECU sont très développées en psychologie de l’éducation, psychologie clinique, psychologie de la santé, mais aussi en pharmacologie1,2. Dans le domaine de l’activité physique, une revue de littérature est disponible3. Pour ce premier article, nous allons examiner la récente publication australienne, à propos d’une étude cas4. Les auteurs présentent une intervention d’auto-gestion visant l’atteinte d’une pratique régulière de course à pied chez un homme de 44 ans réalisant 3 à 4 marches de hebdomadaires. C’est une étude à DECU avec changement de critères.

L’objectif était triple: réussir à courir, en groupe, sans se blesser. L’intervention d’auto-gestion consistait en des rencontres fréquentes avec un conseiller. Les premières séances ciblaient la gestion de l’anxiété “de performance”, puis en une évaluation du comportement actuel, puis enfin à l’établissement d’intervalles d’incrémentation de la distance courue. Si le participant réussissaient à réaliser 20% supplémentaire de la distance initiale durant 4 séances de suites, il pouvait augmenter à nouveaux de 20%. Puis après l’atteinte de 160% de la distance initiale, l’incrémentation était de 60% (et un critère de rythme supplémentaire était utilisé) et le participant devait réussir à identifier des personnes de son entourage pour l’accompagner. L’analyse des effets de l’intervention est graphique, on s’aperçoit que le participant réussit parfaitement l’atteinte du critère de changement pour la distance mais non pour le rythme4.

De nombreux facteurs extérieurs pourraient influencer le comportement du sujet (saison, température). L’intervention pourrait aussi être plus aisément décrite afin de faciliter la reproductibilité. Cependant, cela reste une bonne introduction au DECU. Une méthode plus sophistiquée et une exploration de la reproductibilité avec d’autres cas pourrait être une méthode solide pour tester des hypothèses dans le cadre d’un mémoire de Maîtrise APA/kinésiologie ou chez des cliniciens qui se posent des questions.

  • 1- Lanovaz, M. J. (2013). L’Utilisation de devis expérimentaux à cas unique en psychoéducation. Revue de psychoéducation, 42(1), 161. https://doi.org/10.7202/1061728ar
  • 2- Genoud, P. a, & Reicherts, M. (2016). L’Analyse Du Cas Singulier Dans La Pratique Et La Recherche Psychosociales. Zks-Verlag.
  • 3- Haegele, J. A., & Hodge, S. R. (2015). The Applied Behavior Analysis Research Paradigm and Single-Subject Designs in Adapted Physical Activity Research. Adapted Physical Activity Quarterly: APAQ, 32(4), 285–301. https://doi.org/10.1123/APAQ.2014-0211
  • 4- Furlonger, B., Kiley, S., Moore, D., Busacca, M., & Chittleborough, P. (2018). Using a single-case experimental design to evaluate a cognitive-behavioural self-management counselling intervention. Asia Pacific Journal of Counselling and Psychotherapy, 9(1), 46–60. https://doi.org/10.1080/21507686.2017.1411375