Archives de catégorie : Psychologie

Content of behavior change interventions for more sustainable diet behaviors.

The definition of sustainable diet varies between the authors and countries (1). However, the main characteristics are provided by Lonnie et al. (2) : to consume a variety of unprocessed or minimally processed foods, (i.e., whole-grains, pulses, fruits and vegetables), with moderate amounts of eggs, dairy, poultry and fish and modest amounts of ruminant meat . The Food and Agriculture Organization has published a more broad definition of sustainable diet: ‘Sustainable diets are protective and respectful of biodiversity and ecosystems, culturally acceptable, accessible, economically fair and affordable; nutritionally adequate, safe and healthy; while optimizing natural and human resources’ (3).

As you can imagine, it is particularly challenging to operationalize the sustainable diet behaviors for future interventions. A behavioral intervention could target the adopting plant-based diet, decrease the consumption of meats, sugar added product, ultra-processed food, soda, dairy products (particularly cheese)…. The behavioral change perspectives of sustainable diet are in line with debates about multiple health behavior change interventions (i.e., sequential versus simultaneous approach, number and order of targeted behaviors, rebound effects…) (4–6).

I tried to identify the systematic reviews examining the effects of ‘real-context’ behavioral interventions to help adults to adopt more sustainable diet behaviors. No surprise ! Most of published papers focused on animal-based diet or adoption of plant-based diets. It is easily understandable because the meat consumption reduction is particularly interesting in term of individual carbon footprint reduction (7,8) and is associated with various health benefits. Furthermore, the reduction of red and processed meat is also associated with a decrease of water and ecological individual footprints (9).

Five reviews and one report was found (10–15). I also added two narrative reviews of the special issue of Current Opinion in Behavioral Sciences about climate change (16,17). The number of interventions was relatively low and their respective efficacy is disputable. Most of interventions were performed in a ‘controllable’ context (e.g., cafeteria).

What are the psychological targets (and possible behavioral change techniques) to develop a future effective behavior change intervention ?

  • Health beliefs (to provide the information about health benefits or consequences) (10,11,14)
  • Food knowledge (to develop the skills and abilities preparation of new food or plant-based meals) (10,11,14)
  • Environmental beliefs (to provide the information about environmental benefits or consequences) (14,15)
  • Self-regulation (to facilitate action planning, to prompt self-recording) (11,14)

What are the most recurrent psychological barriers ?

  • Positive taste experiences with meat (10,12)
  • Health risks perception associated with a diet without meat (10,12)
  • Food preparation or purchase habits (10,10,13)
  • Poor social support or unwillingness of household members (10,13)

It is important to note that the findings are only generalizable in adults living in countries with high-incomes. Also, higher incomes and levels of education were associated with easier shift from meat- to plant-based diets (11,13).

The review about habit and climate change suggested that implementation intentions and gamification may be two effective technique to disrupt the meat consumption (17). Finally, the reported studies in review about the affects and emotions for climate change communication were mostly experimental. However, the authors suggested the ineffective role of threatening messages to modify the health behavior has not been verified for pro-environmental behaviors (16).

This article is a first attempt to identify the evidence based contents of future sustainable diet interventions. I recommend the well-designed protocol of Bianchi et al. , particularly their intervention logic model.

  • 1. Steenson S, Buttriss JL. The challenges of defining a healthy and ‘sustainable’ diet. Nutrition Bulletin. 2020;45(2):206–22.
  • 2. Lonnie M, Johnstone AM. The public health rationale for promoting plant protein as an important part of a sustainable and healthy diet. Nutrition Bulletin. 2020;45(3):281–93.
  • 3. Food Forum, Food and Nutrition Board, Health and Medicine Division, National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. Sustainable Diets, Food, and Nutrition: National Academies Press; 2018. Available from: https://www.nap.edu/catalog/25289
  • 4. Hyman DJ, Pavlik VN, Taylor WC, Goodrick GK, Moye L. Simultaneous vs Sequential Counseling for Multiple Behavior Change. Archives of Internal Medicine. 2007 Jun 11;167(11):1152.
  • 5. Sniehotta FF, Presseau J, Allan J, Araújo-Soares V. “You Can’t Always Get What You Want”: A Novel Research Paradigm to Explore the Relationship between Multiple Intentions and Behaviours. Applied Psychology: Health and Well-Being. 2016 Jul;8(2):258–75.
  • 6. Spring B, Moller AC, Coons MJ. Multiple health behaviours: overview and implications. Journal of Public Health. 2012 Mar 1;34(suppl 1):i3–10.
  • 7. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychology and Behavioral Medicine. 2019 Jan 1;7(1):193–201.
  • 8. Ivanova D, Barrett J, Wiedenhofer D, Macura B, Callaghan M, Creutzig F. Quantifying the potential for climate change mitigation of consumption options. Environ Res Lett. 2020 Aug;15(9):093001.
  • 9. Fresán U, Marrin DL, Mejia MA, Sabaté J. Water Footprint of Meat Analogs: Selected Indicators According to Life Cycle Assessment. Water. 2019 Apr;11(4):728.
  • 10. Graça J, Godinho CA, Truninger M. Reducing meat consumption and following plant-based diets: Current evidence and future directions to inform integrated transitions. Trends in Food Science & Technology. 2019 Sep;91:380–90.
  • 11. Taufik D, Verain MCD, Bouwman EP, Reinders MJ. Determinants of real-life behavioural interventions to stimulate more plant-based and less animal-based diets: A systematic review. Trends in Food Science & Technology. 2019 Nov;93:281–303.
  • 12. Szejda K, Urbanovich T, Wilks M. An Evidence-Based Guide for Effective Practice. :111.
  • 13. Fehér A, Gazdecki M, Véha M, Szakály M, Szakály Z. A Comprehensive Review of the Benefits of and the Barriers to the Switch to a Plant-Based Diet. Sustainability. 2020 May 19;12(10):4136.
  • 14. Bianchi F, Dorsel C, Garnett E, Aveyard P, Jebb SA. Interventions targeting conscious determinants of human behaviour to reduce the demand for meat: a systematic review with qualitative comparative analysis. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity [Internet]. 2018 Dec [cited 2021 May 14];15(1).
  • 15. Abrahamse W. How to Effectively Encourage Sustainable Food Choices: A Mini-Review of Available Evidence. Frontiers in Psychology [Internet]. 2020 Nov 16 [cited 2021 May 14];11. Available from: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2020.589674/full
  • 16. Brosch T. Affect and emotions as drivers of climate change perception and action: a review. Current Opinion in Behavioral Sciences. 2021 Dec 1;42:15–21.
  • 17. Verplanken B, Whitmarsh L. Habit and climate change. Current Opinion in Behavioral Sciences. 2021 Dec;42:42–6.

What is the effectiveness of psychological interventions to reduce car using? 

A recent meta-analysis modeled the effects of psychological interventions (calledsoft interventions’) on car use (1). Most of included studies targeted the perceptions, beliefs, attitudes, values, and norms of participants. Three previous meta-analyses found a small effect size (h ranged from .12 to .16) or no effect on car use reduction (2).

The current meta-analysis included the published paper with a more robust method (i.e., experimental or quasi-experimental design), published in the past 30 years. The aims were to quantify the effect of psychological interventions and to identify the most important moderators. The following moderators were examined with uni-variate models : type of outcomes (e.g., number of trips versus traveled distance), type of intervention (e.g., information + free public transport ticket), psychological variable targeted (e.g., attitudes, habit, knowledge, self-efficacy, social norms), relocated participants, and study design. The authors also examined moderator effect of the percentage of women, incentives, city size by including the psychological variables targeted in models. 

No surprise ! 

Their meta-analysis was based on 41 interventions. They found significant and small effect size (g = 0.163, p < .001, 95% CI [0.11, 0.21]). The most interesting results were in the following findings.  As you can see, the most effective interventions targeted the social cultural and moral norms (g = 0.73), knowledge and awareness (g = 0.348) and those targeting capability and self-efficacy, (g = 0.12). 

The efficacy of interventions targeting relocated car users were not higher than other interventions. The other tested moderators (e.g., % of women) were not significant when the models were adjusted for psychological variables targeted in interventions. 

In conclusion, the decrease of car use after a psychological intervention, expressed in percentages, is approximately 7% ! In other words, the psychological interventions are not the panacea to decrease the car use. The ‘hard interventions’ are, for the moment, the most effective solutions (i.e., altering the physical environment (e.g., closing roads, building bicycle lanes, etc.) or legal or economic policies (e.g., prohibiting car traffic in city centers, congestion pricing, introducing parking fees).  

The future behavioral or psychological interventions should target the social and cultural norms in their interventions. Finally, I think that the academic psychology community should be humbler on this question (3).

  • 1. Semenescu A, Gavreliuc A, Sârbescu P. 30 Years of soft interventions to reduce car use – A systematic review and meta-analysis. Transportation Research Part D: Transport and Environment. 2020 Aug;85:102397.
  • 2. Arnott B, Rehackova L, Errington L, Sniehotta FF, Roberts J, Araujo-Soares V. Efficacy of behavioural interventions for transport behaviour change: systematic review, meta-analysis and intervention coding. International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity [Internet]. 2014 Dec;11(1).
  • 3. Bernard P. Health psychology at the age of Anthropocene. Health Psychology and Behavioral Medicine. 2019 Jan 1;7(1):193–201. 

Comment tenter de modifier les comportements carbonés de nos collègues de travail ?

Des membres de l’association du Shift Project (Shift1team) ont réalisé un rapport pour guider les personnes qui souhaitent aider leur proche à modifier leurs comportements individuels carbonés. Celui-ci se présente sous la forme de 3 parties: un état des connaissances, un argumentaire sur les stratégies de changement de comportement et une série de cas concrets portant sur des comportement comme la réduction de consommation de viande ou le changement des modes de déplacement motorisés vers le transport en commun.

Vous trouverez ci-dessous une présentation qui en résume les points saillants. Les cas concrets sont très clairs et utiles pour faciliter la compréhension des aspects plus théoriques. Cependant, la section théorique, bien qu’elle se veut pluridisciplinaire dans le cadre des sciences humaines et sociales, est un peu trop centrée sur l’approche cognitive et ne fait pas état des données factuelles sur l’efficacité des techniques mises en avant (voir par exemple cet article sur le blogue).

Un des points les plus intéressants repose sur les tableaux ci-dessous. Les auteurs du rapport ont réalisé une évaluation des bénéfices ‘carbone’ et du niveau de difficulté d’une série de comportements carbonés. L’idée est très originale et permet de faire le tri des comportements que l’on souhaite cibler avec les meilleurs ratio carbone/difficulté.

 

Quelles stratégies pour favoriser l’utilisation d’une tasse réutilisable dans les cafés ?

Le nombre d’études qui porte sur cette question est relativement faible. Celles-ci sont en grand partie réalisées au sein de cafés universitaires.

Deux modèles semblent souvent mis en avant pour comprendre les déterminants de ces achats. Le modèle dualistique de la pensée (surtout sur les biais cognitifs), ainsi que des construits théoriques décrits dans le modèle COM-B de Michie (1) ou du modèle Transthéorique (2). Plusieurs études évaluent aussi des construits théoriques issus de la psychologie de l’environnement comme les croyances environnementales, l’investissement émotionnel et personnel face aux enjeux climatiques.

Si les stratégies de ‘manipulation douce’ (nudging) semblent avoir un effet sur certain comportement liés à l’environnement comme la réduction de consommation de viande (3), une seule étude a été identifiée sur la question des tasses réutilisables (4). Parmi ces stratégies, celles qui tentent de modifier la perception des normes sociales semblent les plus intéressantes (3). (voir exemple de l’usage des serviettes dans les hôtels). Cela prend généralement la forme d’une information décrivant le pourcentage de personnes effectuant le comportement souhaité, on appui ici sur la norme dite ‘descriptive’.

La difficulté ici, c’est qu’on souhaite modifier un comportement qui n’est pas encore entré dans la norme. C’est pour cela que les auteurs ont testé une formulation différente, dite de norme “dynamique” qui souligne que de plus en plus de personnes adoptent ce comportement ( “a growing number of people are changing their behavior”).

Ils ont examiné l’effet d’une affiche avec ce message disposé proche des 2 différentes piles de tasse. Ajouté à cela, il y avait un dépôt d’un euro pour l’utilisation d’une tasse réutilisable, et un coût additionnel de 0.10 centimes par tasse jetable. Après 10 semaines d’observation, l’augmentation de l’utilisation de tasses réutilisable étaient comprises entre 4.5 et 17.3%.

Une seconde étude a comparé 3 différentes interventions à un groupe contrôle afin d’identifier la ou les plus efficaces pour augmenter l’utilisation des tasses réutilisables (5).

  • Intervention centrée sur le valeurs environnementales – une courte vidéo issus d’un documentaire de la BBC , extrait portait sur les taux de tasses jetables non recyclées.
  • Intervention centrée sur l’intention – une tasse était offerte aux participants et on leur demandait à ce moment de rédiger un objectif d’utilisation pour les 6 prochaines semaines et de le laisser afficher chez eux et de le réviser si besoin
  • Intervention centrée sur le développement d’habitude – les participants choisissez la couleur de la tasse, puis ils leur étaient recommandé de toujours la déposer au même endroit chez eux après l’avoir lavée afin qu’ils puissent la voir avant de quitter leur logement et donc la prendre avec eux.
  • Les 156 participants renseignaient quotidiennement leur mode de consommation de café via une application durant 6 semaines.

A court terme, les participants des 3 groupes doublaient l’utilisation de leur tasse (sans différence d’effet entre les groupe) en comparaison au groupe contrôle. A 6 semaines, le groupe environnement semblait avoir un usage plus élevé que les autres groupes (5).

Une 3e étude impliquait 12 cafés proches d’universités afin qu’ils mettent en place les stratégies suivantes: affiches (voir plus bas), la vente ou la distribution gratuite de tasse réutilisable, un rabais pour ces utilisateurs, ou une ‘taxe’ pour les utilisateurs de tasses jetables (6). Il est important de noter que les cafés n’utilisaient pas toutes les stratégies. Globalement, la mise en place de stratégies était associée à une augmentation d’environ 4.3% (entre 3.3 et 7.6%) d’utilisation des tasses réutilisables. Les analyses statistiques suggèrent aussi que le rabais pour les tasses réutilisables n’avait pas d’effet en comparaison à la taxation des autres tasses (6).

Finalement, un rapport examine l’état de la littérature à propos des ‘taxes’ ou charges financières additionnelles qui pourraient entraîner un changement de comportement. Il semble que les petits charges des tasses jetables sont peu efficaces (0.05 – 0.10£). Une coût supplémentaire de 0.20 à 0.25£ (0.36 – 0.44 can$) entraînerait un changement de 49% des personnes sondées. Les auteurs ajoutent que cette stratégie semble être plus efficace dans les cafés locaux et non dans les chaînes. Il est important de souligner que le nombre d’étude est faible, que les résultats reposent majoritairement sur des sondages réalisés au Royaume uni.

  • 1. Allison AL, Lorencatto F, Michie S, Miodownik M. Influences on single-use and reusable cup use: a multidisciplinary mixed-methods approach to designing interventions reducing plastic waste [Internet]. 2020 Dec [cited 2021 Feb 24]. Available from: https://ucl.scienceopen.com/document?vid=395e79a9-96d7-4ee3-b7bb-fc24b7bb2a03
  • 2. Lee J. A study for increasing reusable cup consumption in the coffee industry: focused on behavior change with motivation. Graduate Theses and Dissertations [Internet]. 2015 Jan 1; Available from: https://lib.dr.iastate.edu/etd/14847
  • 3. Nisa CF, Bélanger JJ, Schumpe BM, Faller DG. Meta-analysis of randomised controlled trials testing behavioural interventions to promote household action on climate change. Nature Communications [Internet]. 2019 Dec [cited 2020 Nov 24];10(1). Available from: http://www.nature.com/articles/s41467-019-12457-2
  • 4. Loschelder DD, Siepelmeyer H, Fischer D, Rubel JA. Dynamic norms drive sustainable consumption: Norm-based nudging helps café customers to avoid disposable to-go-cups. Journal of Economic Psychology. 2019 Dec;75:102146.
  • 5. Novoradovskaya E, Mullan B, Hasking P, Uren HV. My cup of tea: Behaviour change intervention to promote use of reusable hot drink cups. Journal of Cleaner Production. 2021 Feb;284:124675.
  • 6. Poortinga W, Whitaker L. Promoting the Use of Reusable Coffee Cups through Environmental Messaging, the Provision of Alternatives and Financial Incentives. Sustainability. 2018 Mar 19;10(3):873.

Une bonne vie pour tous sans dépasser les limites biophysiques planétaires ?

Une équipe de chercheurs a posé les 2 questions suivantes (1) :

  • La satisfaction des besoins primaires des humains est associée à quel niveau d’utilisation des ressources biophysiques ?
  • Le niveau de ressources biophysiques peut-il être étendu à tous pour satisfaire ses besoins sans dépasser les limites planétaires ?

Cette étude utilise les données de 150 pays, en couplant 7 indicateurs des limites biophysiques planétaires et 11 indicateurs de besoins basiques des humains.

Dans un article précédent, nous avions abordé le modèle proposé Steffen (2) : le modèle des limites biophysiques planétaires. Steffen propose 7 limites planétaires mesurables et un principe simple : ne pas dépasser ces limites c’est offrir un espace de vie sécuritaire à l’humanité et des conditions climatiques proche de l’Holocène. A ce jour, quatre limites planétaires sont déjà dépassées : l’intégrité la biosphère (biodiversité), le changement climatique, perturbations des cycles biochimiques, et l’utilisation des sols. Les limites biophysiques de la planète peuvent aussi être caractérisées par des empreintes dîtes : carbone, écologique, matérielle ou encore aquatique.

Pour leur analyse, les auteurs ont retenu 7 indicateurs de limites biophysiques : l’empreinte écologique, l’empreinte matérielle, les émissions de dioxyde de carbone, l’utilisation du phosphore, du nitrogène, la consommation d’eau et l’eHANPP (note explicative + bas).

Le tableau 1 décrit la proportion de pays ayant dépassé chaque limite biophysiques étudiée.

Les besoins humains ont été caractérisés via le modèle de l’espace sûr et juste pour l’humanité. Ces indicateurs sont relativement proches des objectifs de développement durable des Nations Unies. Le tableau ci-dessous présente chaque indicateur et chaque « score coupure » permettant de le classer comme atteint ou non. La dernière colonne de ce tableau décrit la proportion de pays ayant satisfait chaque indicateur. Les 2 indicateurs les moins fréquents parmi les pays étudiés sont la qualité la démocratie et l’égalité au sein du pays.

La figure 2 résume les résultats de cette équipe. 16 pays restent sous les seuils des limites planétaires alors que 48 pays en dépassent au moins 2. Cette figure suggère que satisfaire les besoins humains primaires rime avec dépassement des limites biophysiques planétaires. Idéalement des pays devraient être présents dans le coin en haut à gauche du graphique.

Les pays avec la plus haute espérance de vie ont tendance à dépasser plus de limites planétaires. Les indicateurs de « performance sociale » sont très fortement associés avec les émissions de gaz à effet de serre et l’empreinte matérielle.

Il est important de noter que la majorité des régressions statistiques avait une forme logarithmique ou en forme de crosse de hockey. Cela indique indirectement l’atteinte d’un besoin primaire humain pourrait être réalisé avec une plus faible utilisation des ressources planétaire.

Pour les émissions de dioxyde de carbone, la satisfaction des besoins primaires humains nécessite le dépassement du seuil entre 1,5 et 6 POUR 6/11 d’entre eux.

J’ai tenté une traduction libre du paragraphe qui résume au mieux les résultats : « Pour les besoins primaires humains suivant : alimentation, hygiène, accès à l’énergie et élimination de la pauvreté, l’utilisation des ressources planétaires pourrait rester sous un seuil critique pour 7 milliards d’habitants. Cependant, si les seuils de besoins humains plus qualitatifs (espérance de vie, était de vie, éducation secondaire, qualité démocratique, égalité, soutien social) devait être universellement atteints, les infrastructures physiques et sociales devraient être deux à six fois plus efficientes pour ne pas dépasser les limites biophysiques planétaires. »

Les auteurs alarment les lecteurs sur les liens entre besoins humains primaires et limites biophysiques planétaires dans un contexte où la population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards d’habitants en 2050 et 11,2 milliards en 2100. Il souligne que l’utilisation des ressources devrait être drastiquement réduite dans les pays « développés » afin d’atteindre une distribution plus équitable de ces ressources entre les pays. La surconsommation de ces ressources est un enjeu social majeur et il est nécessaire de trouver d’autres objectifs que le développement permanent du PIB. Les auteurs appellent à développer rapidement des nouveaux modèles économiques alternatifs.

A mon sens, cet article est en droite ligne avec plusieurs idées développées dans Carbon Democracy de Mitchell et le très riche ouvrage de de E.Zaccai Deux degrés.

C’est un article dont les résultats sont majeurs. Mettre en perspective les besoins humains et les ressources biophysiques nous permet de comprendre les inégalités majeures entre les pays et le besoin de repenser profondément les modèles de société.

L’étude souffre de plusieurs limites dans le choix des indicateurs et le nombre important de modèles de régression réalisée de plus à plusieurs reprises les auteurs soulignent que le résultat pourrait diverger en fonction des échelles géographiques. Je suis moi même limité dans la compréhension de certains choix méthodologiques.

Notes : eHANPP (« Ensemble de la production primaire nette des écosystèmes impliquée, directement ou indirectement, pour une unité de biomasse consommée, sous forme d’alimentation, d’énergie, de matériaux biologiques. Cette eHANNPP correspond à une analyse de cycle de vie (ACV). »)

1. O’Neill DW, Fanning AL, Lamb WF, Steinberger JK. A good life for all within planetary boundaries. Nat Sustain. 2018 Feb;1(2):88–95.

2. Steffen W, Richardson K, Rockström J, Cornell SE, Fetzer I, Bennett EM, et al. Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. Science [Internet]. 2015 Feb 13 [cited 2020 Aug 3];347(6223). Available from: https://science.sciencemag.org/content/347/6223/1259855