Category Archives: Santé/Health

Avec le vélo à assistance électrique, on accélère les changements

Ces dernières années, la démocratisation du vélo à assistance électrique (VàE) a catalysé le rôle du vélo pour la santé et la lutte contre le changement climatique. Une série d’études Européennes et Nord-américaines suggère que le VàE est plus adopté par les utilisateurs moins traditionnels du vélo (personnes âgées, les habitants de zone péri-urbaines ou rurales et les femmes). Ireland

L’effet de substitution voiture/vélo est plus rapide, fréquent et adopté pour des distances plus longues chez les propriétaires de VàE. Aux USA, plus de la moitié des déplacements utilitaires réalisés en voiture pourrait être remplacés par un déplacement en VàE1. Les VàE permettent de neutraliser l’effet des dénivelés sur les trajets à réaliser à vélo, sont perçus comme économiquement abordables2. Dans plusieurs pays européens les VàE représentent plus de 50% des cyclistes utilitaires, mais les rares études canadiennes laissent penser que la marge de progression au Canada est forte2. L’adoption d’un VàE pour une bonne partie des déplacements utilitaires ou de loisirs est associée à une réduction de l’empreinte carbone liée aux déplacements de l’ordre de 12% chez les utilisateurs américains3. Les bénéfices en termes de réduction des émissions de GES sont encore plus importants en milieu rural3. En termes de santé, une série de méta-analyses concluent que les bénéfices pour la santé physique sont relativement similaires chez des adultes inactifs qui adoptent le vélo ou le VàE comme mode de transport4–6. Cela s’explique majoritairement par une augmentation du volume d’activité physique global chez les cyclistes. Les utilisateurs de VàE réalisent un effort de plus faible intensité, mais se déplacent plus longtemps et fréquemment que les cyclistes. Une série d’études interventionnelles montrent aussi des bénéfices psychologiques associés aux VàE chez les personnes âgées ou obèses7. Le risque d’accident plus sévère chez les utilisateurs de VàE en comparaison aux autres cyclistes ne semblent pas être étayé empiriquement.

  • 1. MacArthur, J., Harpool, M., Scheppke, D. & Cherry, C. A North American Survey of Electric Bicycle Owners. TREC Final Rep. (2018) doi:10.15760/trec.197.
  • 2. Philips, I., Anable, J. & Chatterton, T. E-bikes and their capability to reduce car CO2 emissions. Transp. Policy 116, 11–23 (2022).
  • 3. Cycling for Sustainable Cities. (The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 2021).
  • 4. McVicar, J. et al. Systematic review and meta-analysis evaluating the effects electric bikes have on physiological parameters. Scand. J. Med. Sci. Sports (2022).
  • 5. Jenkins, M. et al. What do we know about pedal assist E-bikes? A scoping review to inform future directions. Transp. Policy 128, 25–37 (2022).
  • 6. Riiser, A., Bere, E., Andersen, L. B. & Nordengen, S. E-cycling and health benefits: A systematic literature review with meta-analyses. Front. Sports Act. Living 4, 1031004 (2022).
  • 7. Sundfør, H. B., Fyhri, A. & Bjørnarå, H. B. E-bikes—good for public health? in Advances in Transportation and Health 251–266 (Elsevier, 2020). doi:10.1016/B978-0-12-819136-1.00011-5.

La réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé

Les derniers rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)1 alarment la communauté internationale face aux conséquences graves et irréversibles de l’augmentation continue de l’émission des gaz à effet de serre (GES) pour les conditions de vie humaines. En parallèle, l’Organisation Mondiale de la Santé et Santé Canada (2,3) ont reconnu les changements climatiques comme le déterminant le plus important de la santé des générations actuelles et futures. Santé Canada, le GIEC, les rapports du Lancet Countdown (4–6) recommandent de fournir des efforts à l’échelle organisationnelle et individuelle pour cibler des comportements ayant des bénéfices en termes de réduction des GES, et d’amélioration de la santé individuelle et environnementale. Au croisement des enjeux climatiques et de santé, la réduction de l’utilisation de la voiture au profit de déplacements à vélo est un comportement ‘gagnant-gagnant’ pour le climat et pour la santé (7).

Gagnant pour le climat.

L’utilisation de la voiture représente respectivement 21% et 26% de l’empreinte d’un·e Québécois·e (8) et d’un·e canadien·e (9). De plus, la pollution de l’air en milieu urbain est fortement majorée par la densité de voitures. À l’inverse, le remplacement d’un trajet quotidien en voiture par un trajet mené à vélo représente une réduction d’environ 0.5 tonne de CO2eq annuelle par conducteur (10). Ces études par scénario sont réalisées en Europe. La réduction devrait être beaucoup plus prononcée au Canada, car les voitures canadiennes sont les plus émettrices de GES au kilomètre au monde. La fréquence de trajets courts (<2km) réalisés en voiture est aussi très élevée. Les études interventionnelles soulignent qu’uniquement la promotion du vélo n’engendre pas de modification de la conduite automobile (11).

Gagnant pour la santé.

Les effets néfastes de la conduite automobile sur la santé des conducteurs sont généralement moins connus. Or, le temps ou la distance parcourue en voiture sont associés à moyen terme à une dégradation de la santé cardio-vasculaire, une accentuation du risque d’obésité et à un niveau de bien-être psychologique moindre (12–14). Mais l’utilisation de la voiture a aussi des conséquences néfastes sur la santé des non-conducteurs en augmentant le risque d’accidents graves pour les piétons ou cyclistes, et en les surexposant à pollution de l’air plus forte. Celle-ci est associée à un risque plus élevé à long terme de troubles cardio-respiratoires et de cancer du poumon chez l’adulte et à un diagnostic d’asthme chez l’enfant (15). En d’autres termes, réduire l’utilisation de la voiture est bénéfique pour les (non)-conducteurs.
Choisir le vélo contre la voiture pour se déplacer est associé à une réduction du taux de mortalité toute cause confondue de l’ordre de 20%, et lié au cancer de 16%16. Le risque de diagnostic d’obésité et de diabète sont minorés de 13% et 19% (17). Une relation dose-réponse entre le volume mensuel de vélo réalisé et le risque de mortalité général ou cardio-vasculaire a été démontrée (18). Finalement, l’adoption du vélo comme mode de transport principal diminue le risque de diagnostic de dépression majeure à moyen terme (19).
Le constat des effets gagnant-gagnant (santé et climat) de la substitution de la voiture par le vélo repose donc sur des données probantes établies.

L’enjeu actuel est ainsi de mettre en place des stratégies pour accélérer l’usage du vélo utilitaire aux dépens de la voiture au Québec. La combinaison d’interventions couplant modification des infrastructures, soutien économique et stratégies psycho-comportementales permet un changement de comportement progressif et durable. Cependant, ces interventions testées dans le cadre académique sont généralement peu connues des milieux de pratiques. Le choix des modes de transport sont en partie dirigés par des processus psychologiques automatiques qui limitent l’adoption de nouveaux comportements (20). Ainsi, les sciences du comportement s’orientent vers des interventions délivrées à des moments clés (ex.personne venant de déménager) ou favorisant la rupture de ces processus (ex. prêt d’un vélo cargo à une famille) (21). Les revues de littérature soulignent des enjeux d’équité dans la pratique du vélo utilitaire (22). Les femmes, les personnes aux prises avec une maladie chronique ou d’âge avancé et les personnes vivant en milieu péri-urbain ou rural sont moins ciblées et pratiquent moins.

  • 1. IPCC, I. P. on C. Global warming of 1.5°C. http://www.ipcc.ch/report/sr15/ (2018).
  • 2. World Health Organization. 2018 WHO health and climate change survey report: Tracking global progress. (2019).
  • 3. Berry, P. & Schnitter, R. Executive summary – Health of Canadians in a changing climate: advancing our knowledge for action.
  • 4. Lancet Countdown & on Health and Climate Change. Policy brief for Canada. (2019).
  • 5. Watts, N. et al. The Lancet Countdown on health and climate change: from 25 years of inaction to a global transformation for public health. The Lancet 391, 581–630 (2018).
  • 6. Watts, N. et al. The 2019 report of The Lancet Countdown on health and climate change: ensuring that the health of a child born today is not defined by a changing climate. The Lancet 0, (2019).
  • 7. Bernard et al. Climate change, physical activity and sport: a systematic review. Sports Med. 5, 1041–1059 (2021).
  • 8. HEC Montréal, C. de gestion du secteur de l’énergie. Etat de l’énergie au Québec. Etat Lénergie Au Qué. (2022).
  • 9. Akenji, L., Lettenmeier, M., Koide, R., Toivio, V. & Amellina, A. 1.5-Degree Lifestyles: Targets and options for reducing lifestyle carbon footprints. (2019).
  • 10. Brand, C. et al. The climate change mitigation effects of daily active travel in cities. Transp. Res. Part Transp. Environ. 93, 102764 (2021).
  • 11. Bernard, P. et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med. 51, 1041–1059 (2021).
  • 12. Sugiyama, T. et al. Car use and cardiovascular disease risk: Systematic review and implications for transport research. J. Transp. Health 19 (2020).
  • 13. Liu, J., Ettema, D. & Helbich, M. Systematic review of the association between commuting, subjective wellbeing and mental health. Travel Behav. Soc. 28, 59–74 (2022).
  • 14. McCormack, G. R. & Virk, J. S. Driving towards obesity: A systematized literature review on the association between motor vehicle travel time and distance and weight status in adults. Prev. Med. 66, 49–55 (2014).
  • 15. Boogaard, H. et al. Long-term exposure to traffic-related air pollution and selected health outcomes: A systematic review and meta-analysis. Environ. Int. 164, 107262 (2022).
  • 16. Patterson, R. et al. Associations between commute mode and cardiovascular disease, cancer, and all-cause mortality, and cancer incidence, using linked Census data over 25 years in England and Wales: a cohort study. Lancet Planet. Health 4, e186–e194 (2020).
  • 17. Wu, J. et al. Active commuting and the risk of obesity, hypertension and diabetes: a systematic review and meta-analysis of observational studies. BMJ Glob. Health 6, e005838 (2021).
  • 18. Zhao, Y. et al. Association of Cycling with Risk of All-Cause and Cardiovascular Disease Mortality: A Systematic Review and Dose–Response Meta-analysis of Prospective Cohort Studies. Sports Med. (2021).
  • 19. Knott, C. S., Panter, J., Foley, L. & Ogilvie, D. Changes in the mode of travel to work and the severity of depressive symptoms: a longitudinal analysis of UK Biobank. Prev. Med. 112, 61–69 (2018).
  • 20. Verplanken, B. & Whitmarsh, L. Habit and climate change. Curr. Opin. Behav. Sci. 42, 42–46 (2021).

Changement climatique : se préparer au pire en gardant en ligne de mire le bien-être et la santé pour tous

Confort personnel ou santé des enfants ?
Soyons clairs et direct, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la santé des enfants dépend directement de nos efforts actuels pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES). La santé des Québécois.e.s et des Canadien.e.s, si on ne réduit pas radicalement nos émissions, c’est plus d’allergies, de maladies chroniques, de cancer, de dépression et de stress. Votre enfant à l’âge adulte pourrait être bien stressé quand dans la même année, il se fait inonder la maison l’hiver, les fumées des feux de forêt l’empêchent de sortir au printemps et qu’à cela s’ajoute une chaleur accablante jour et nuit 30 jours de suite l’été ? L’OMS nous alerte aussi sur l’accentuation des inégalités de santé. Les enfants et leur entourage qui vivent avec peu seront encore plus touchés que les enfants les mieux nantis.

Le système de santé est aussi en péril. Il doit, en même temps, réduire sa propre empreinte carbone (environ 6% de l’empreinte canadienne), être prêt face aux situations de crises (inondations…) et faire face à des changements progressifs, mais déjà là : plus de pollution de l’air, feux de forêts plus fréquents.
Or, les efforts actuels de réduction des GES sont trop faibles, voir contre-productifs. Un.e québécois.e a une empreinte carbone d’environ 9 à 10 tonnes par an, pour limiter les conséquences très négatives pour notre santé et celles des enfants, et permettre au système de santé de tenir les chocs à venir, nous devons au minimum atteindre 2 tonnes annuelles, soit diviser par 5 notre empreinte. C’est énorme.
Mais attention, nous n’avons pas tous la même responsabilité. Un salaire annuel important, c’est une empreinte carbone beaucoup plus élevée au Québec comme ailleurs. On trouve d’énormes émetteurs parmi les entreprises au Québec (cimenterie, aluminerie, raffinerie). En d’autres termes, plus vous êtes riche, ou plus vous avez des responsabilités politiques ou économiques plus votre responsabilité dans la dégradation future de la santé des enfants actuellement à l’école primaire est importante.

La seule vraie question qui devrait servir de boussole aux défis politiques, sociaux, législatifs actuels se résume comme suit : comment avoir une population en santé, bien dans sa peau et émettre peu de GES ? Or, à ce jour, les initiatives au Québec et au Canada pour réduire nos émissions de GES sont insuffisantes. Nous sommes tristement classés 58e sur 63 au dernier classement mondial de réduction des émissions de GES.

Améliorer notre quotidien pour agir contre les changements climatiques

Pour cela, nous devons cibler des solutions justes, inclusives et basées sur le partage de connaissances et les situations locales. En attendant, nous sommes coincés dans le court-termisme et les décideurs fédéraux, provinciaux, locaux sont rarement à la hauteur de l’urgence de changer. Pourtant, les solutions gagnantes pour la santé et la réduction des émissions de GES, basées sur les données probantes existent. Ces solutions améliorent le quotidien, accélèrent la lutte contre les changements climatiques, et nous permettent d’être plus en santé et donc de moins solliciter les professionnels de la santé. Les villes Québécoises pourraient prendre exemple sur Sainte Julie et rendre leur réseau de transport en commun progressivement gratuit. La gratuité des transports en commun peut prendre de multiples formes (sur un créneau horaire spécifique par exemple) au sein de villes de grandes échelles (ex. Montpellier, France). Ce qui est certain, c'est que cela diminue rapidement l’usage de la voiture, participe à une meilleure qualité de l’air pour tous, et favorise la marche chez les usagers.

Nous pourrions développer un système de cantine universelle dans les écoles et améliorer les repas des centres d’hébergement de soins de longue durée pour offrir des repas quasi-végétariens et québécois. L’alimentation majoritairement végétarienne à l’école favorise la qualité nutritionnelle des repas, limite la prise de poids des élèves et améliore le bien-être des familles. C’est non négligeable puisque l’alimentation représente environ 15% de notre empreinte carbone, majoritairement due à la consommation de viande. 

La réduction du temps de travail, via le passage à la semaine de 4 jours sans perte de salaire, apparaît être une stratégie qui améliore le bien-être, réduit l’absentéisme et les émissions de GES des travailleurs au Royaume-Uni. Il semble aussi que cela permet aux établissements de santé de soutenir la rétention du personnel, d’améliorer la qualité des soins et de réduire les risques de surmenage. On a ici une solution gagnante pour la santé, la planète et le système de santé.

Qui va payer pour cela ?. La réponse est simple : nos enfants, leur santé, si nous ne faisons rien pour dès aujourd’hui réduire nos émissions de GES. L’immobilisme climatique pourrait engendrer un coût exorbitant pour les soins en santé mentale. De plus, chaque dollar investi maintenant leur fera économiser 15$ dans 30 ans. 

On décide nous même et on se prépare

Les propositions émises peuvent heurter des lecteurs, mais les choix et les transformations de fond, que nous devons réaliser, en tant que société, sont majeurs et les institutions politiques ne sont pas à la hauteur. Nous pourrions décider par nous même et accélérer la préparation des futures générations. Bref, nous mettre en mode ‘urgence climatique’. 
Des pays, des régions, des villes en Europe ont mené Conventions citoyennes sur le climat pour arrêter collectivement des choix pour demain. Le modèle est imparfait, mais réunissons des Québécois.e.s représentatifs du Québec, de toutes les régions, pendant plusieurs fins de semaine pour les laisser choisir directement des solutions de réduction drastique des émissions de GES qui protégeront la santé des enfants et futurs adultes.
Il apparaît aussi essentiel de préparer les enfants, les jeunes d’aujourd’hui à une vie soumise aux aléas climatiques. Or, très peu d’enfants, adolescents ou d’étudiants reçoivent un ou plusieurs cours sur les changements climatiques. Ainsi les futurs soudeurs, médecins, travailleurs sociaux, journalistes, informaticiens, charpentiers, Cegepiens, étudiants devraient recevoir des cours qui lient changements climatiques et leur(s) spécialité(s) ou envi(e)s.

Par ce texte, je tente modestement d’alerter sur ce que nous disent les études scientifiques sur les conséquences futures, mais aussi les solutions. J’utilise ma situation (privilégiée) d’universitaire pour partager ce que j’ai appris de mes lectures et mon travail. 

L’activité physique et le sport face au changement climatique [vidéo]

L’École Nationale de Rennes m’a demandé de réaliser une présentation pour résumer l’état des connaissances sur L’activité physique et le sport face au changement climatique. Une version mise à jour de la précédente donnée en anglais.

Vous pouvez télécharger librement les infographies liées à ce travail. Le post-print de la revue de littérature est en accès libre sur ce blogue.

Bernard P, Chevance G, Kingsbury C, Baillot A, Romain AJ, Molinier V, et al. Climate Change, Physical Activity and Sport: A Systematic Review. Sports Med. mai 2021;51(5):1041‑59.

 

Sommeil, température ambiante et changement climatique [vidéo]

A la suite de notre dernière revue de littérature sur les liens entre les comportements de santé et les enjeux liés au changement climatique, nous nous interrogions sur la relation entre la température ambiante et les caractéristiques du sommeil (durée, éveils, qualité perçue). Aucune revue de littérature n’avait examiné systématiquement cette question. Sous l’impulsion de G.Chevance et avec l’aide de collaborateurs chevronnés, c’est chose faite.

Une prépublication, un poster sont disponibles en anglais, mais surtout une courte présentation réalisée à l’ACFAS est disponible ci-dessous.