Une histoire des militants dans le sport

L’approche historique et décalée des pratiques sportives a toujours été attrayante pour moi (voir les deux ouvrages présentés sur le blogue). Elle facilite la mise en perspective du rôle des activités physiques, des loisirs et du sport au sein de la société.

Les Éditions de l’atelier, avec le soutien de la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), ont publié “Terrains de jeux, terrains de luttes. Militant.e.s du sport” de N. Kssis-Martov. L’ouvrage est inscrit dans la collection ‘Celles et ceux’ qui présente les personnes, souvent méconnues, ayant oeuvrées aux transformations sociales en France. Les textes présentés sont courts, clairs et surtout bien illustrés.

L’auteur y présente une multitude de sportifs engagés à travers la Commune, le Front populaire, la Guerre d’Espagne, ou encore la Résistance durant la seconde guerre mondiale ou la Guerre d’Algérie. On s’aperçoit que les multiples débats, conflits, rassemblements entre les mouvements de gauche se sont souvent traduits dans milieu fédéral associatif. Même si la place de la FSGT y semble prépondérante.

Quelques points que je retiens :

  • La Fédération Sportive du Travail comptait, des 1922, une soixantaine section féminine au sein des clubs.
  • Rino Della Negra, resistant sportif, memebre de FRT-MOI qui a joué au Red Star, et dont une tribune porte encore le nom.
  • Les différentes visions du football, d’un côté JM Brohm avec son sport opium du peuple et de l’autre L Maitan qui défendait une vision populaire du football

Pour aller plus loin, un entretien avec l’auteur, Éloge de la passe: changer le sport pour changer le monde (Editions Libertaires), la BD Un maillot pour l’Algérie, et certainement (mais pas encore lu) Une histoire populaire du football.

Comment tenter de modifier les comportements carbonés de nos collègues de travail ?

Des membres de l’association du Shift Project (Shift1team) ont réalisé un rapport pour guider les personnes qui souhaitent aider leur proche à modifier leurs comportements individuels carbonés. Celui-ci se présente sous la forme de 3 parties: un état des connaissances, un argumentaire sur les stratégies de changement de comportement et une série de cas concrets portant sur des comportement comme la réduction de consommation de viande ou le changement des modes de déplacement motorisés vers le transport en commun.

Vous trouverez ci-dessous une présentation qui en résume les points saillants. Les cas concrets sont très clairs et utiles pour faciliter la compréhension des aspects plus théoriques. Cependant, la section théorique, bien qu’elle se veut pluridisciplinaire dans le cadre des sciences humaines et sociales, est un peu trop centrée sur l’approche cognitive et ne fait pas état des données factuelles sur l’efficacité des techniques mises en avant (voir par exemple cet article sur le blogue).

Un des points les plus intéressants repose sur les tableaux ci-dessous. Les auteurs du rapport ont réalisé une évaluation des bénéfices ‘carbone’ et du niveau de difficulté d’une série de comportements carbonés. L’idée est très originale et permet de faire le tri des comportements que l’on souhaite cibler avec les meilleurs ratio carbone/difficulté.

 

Quelles stratégies pour favoriser l’utilisation d’une tasse réutilisable dans les cafés ?

Le nombre d’études qui porte sur cette question est relativement faible. Celles-ci sont en grand partie réalisées au sein de cafés universitaires.

Deux modèles semblent souvent mis en avant pour comprendre les déterminants de ces achats. Le modèle dualistique de la pensée (surtout sur les biais cognitifs), ainsi que des construits théoriques décrits dans le modèle COM-B de Michie (1) ou du modèle Transthéorique (2). Plusieurs études évaluent aussi des construits théoriques issus de la psychologie de l’environnement comme les croyances environnementales, l’investissement émotionnel et personnel face aux enjeux climatiques.

Si les stratégies de ‘manipulation douce’ (nudging) semblent avoir un effet sur certain comportement liés à l’environnement comme la réduction de consommation de viande (3), une seule étude a été identifiée sur la question des tasses réutilisables (4). Parmi ces stratégies, celles qui tentent de modifier la perception des normes sociales semblent les plus intéressantes (3). (voir exemple de l’usage des serviettes dans les hôtels). Cela prend généralement la forme d’une information décrivant le pourcentage de personnes effectuant le comportement souhaité, on appui ici sur la norme dite ‘descriptive’.

La difficulté ici, c’est qu’on souhaite modifier un comportement qui n’est pas encore entré dans la norme. C’est pour cela que les auteurs ont testé une formulation différente, dite de norme “dynamique” qui souligne que de plus en plus de personnes adoptent ce comportement ( “a growing number of people are changing their behavior”).

Ils ont examiné l’effet d’une affiche avec ce message disposé proche des 2 différentes piles de tasse. Ajouté à cela, il y avait un dépôt d’un euro pour l’utilisation d’une tasse réutilisable, et un coût additionnel de 0.10 centimes par tasse jetable. Après 10 semaines d’observation, l’augmentation de l’utilisation de tasses réutilisable étaient comprises entre 4.5 et 17.3%.

Une seconde étude a comparé 3 différentes interventions à un groupe contrôle afin d’identifier la ou les plus efficaces pour augmenter l’utilisation des tasses réutilisables (5).

  • Intervention centrée sur le valeurs environnementales – une courte vidéo issus d’un documentaire de la BBC , extrait portait sur les taux de tasses jetables non recyclées.
  • Intervention centrée sur l’intention – une tasse était offerte aux participants et on leur demandait à ce moment de rédiger un objectif d’utilisation pour les 6 prochaines semaines et de le laisser afficher chez eux et de le réviser si besoin
  • Intervention centrée sur le développement d’habitude – les participants choisissez la couleur de la tasse, puis ils leur étaient recommandé de toujours la déposer au même endroit chez eux après l’avoir lavée afin qu’ils puissent la voir avant de quitter leur logement et donc la prendre avec eux.
  • Les 156 participants renseignaient quotidiennement leur mode de consommation de café via une application durant 6 semaines.

A court terme, les participants des 3 groupes doublaient l’utilisation de leur tasse (sans différence d’effet entre les groupe) en comparaison au groupe contrôle. A 6 semaines, le groupe environnement semblait avoir un usage plus élevé que les autres groupes (5).

Une 3e étude impliquait 12 cafés proches d’universités afin qu’ils mettent en place les stratégies suivantes: affiches (voir plus bas), la vente ou la distribution gratuite de tasse réutilisable, un rabais pour ces utilisateurs, ou une ‘taxe’ pour les utilisateurs de tasses jetables (6). Il est important de noter que les cafés n’utilisaient pas toutes les stratégies. Globalement, la mise en place de stratégies était associée à une augmentation d’environ 4.3% (entre 3.3 et 7.6%) d’utilisation des tasses réutilisables. Les analyses statistiques suggèrent aussi que le rabais pour les tasses réutilisables n’avait pas d’effet en comparaison à la taxation des autres tasses (6).

Finalement, un rapport examine l’état de la littérature à propos des ‘taxes’ ou charges financières additionnelles qui pourraient entraîner un changement de comportement. Il semble que les petits charges des tasses jetables sont peu efficaces (0.05 – 0.10£). Une coût supplémentaire de 0.20 à 0.25£ (0.36 – 0.44 can$) entraînerait un changement de 49% des personnes sondées. Les auteurs ajoutent que cette stratégie semble être plus efficace dans les cafés locaux et non dans les chaînes. Il est important de souligner que le nombre d’étude est faible, que les résultats reposent majoritairement sur des sondages réalisés au Royaume uni.

  • 1. Allison AL, Lorencatto F, Michie S, Miodownik M. Influences on single-use and reusable cup use: a multidisciplinary mixed-methods approach to designing interventions reducing plastic waste [Internet]. 2020 Dec [cited 2021 Feb 24]. Available from: https://ucl.scienceopen.com/document?vid=395e79a9-96d7-4ee3-b7bb-fc24b7bb2a03
  • 2. Lee J. A study for increasing reusable cup consumption in the coffee industry: focused on behavior change with motivation. Graduate Theses and Dissertations [Internet]. 2015 Jan 1; Available from: https://lib.dr.iastate.edu/etd/14847
  • 3. Nisa CF, Bélanger JJ, Schumpe BM, Faller DG. Meta-analysis of randomised controlled trials testing behavioural interventions to promote household action on climate change. Nature Communications [Internet]. 2019 Dec [cited 2020 Nov 24];10(1). Available from: http://www.nature.com/articles/s41467-019-12457-2
  • 4. Loschelder DD, Siepelmeyer H, Fischer D, Rubel JA. Dynamic norms drive sustainable consumption: Norm-based nudging helps café customers to avoid disposable to-go-cups. Journal of Economic Psychology. 2019 Dec;75:102146.
  • 5. Novoradovskaya E, Mullan B, Hasking P, Uren HV. My cup of tea: Behaviour change intervention to promote use of reusable hot drink cups. Journal of Cleaner Production. 2021 Feb;284:124675.
  • 6. Poortinga W, Whitaker L. Promoting the Use of Reusable Coffee Cups through Environmental Messaging, the Provision of Alternatives and Financial Incentives. Sustainability. 2018 Mar 19;10(3):873.

Comment ne pas rater sa revue de littérature systématique ?

Il y a quelques années, j’avais réalisé une présentation sur les enjeux méthodologiques des revues systématiques de la littérature. J’ai toujours des difficultés à retrouver les diapo et les documents associés dans mon ordinateur, alors j’en fais un article. Le contenu est toujours juste et les diapo résument les directives mais sont aussi émaillées de quelques conseils issus de ma participation à plusieurs projets de revues systématiques (1–4). J’avais utilisé le document de l’INESS très bien fait : Les normes de production des revues systématiques. Les exemples sont majoritairement issus des Sciences de l’activité physique et de mes travaux. Plus récemment, j’ai découvert le document réalisé par le Pr Madhukar Pai qui résume très bien les enjeux et étapes d’une revue systématique de qualité.

 

  • 1. Baillot A, Saunders S, Brunet J, Romain AJ, Trottier A, Bernard P. A systematic review and meta-analysis of the effect of exercise on psychosocial outcomes in adults with obesity: A call for more research. Mental Health and Physical Activity. 2018 Mar 1;14:1–10.
  • 2. Bernard P, Romain A-J, Caudroit J, Chevance G, Carayol M, Gourlan M, et al. Cognitive behavior therapy combined with exercise for adults with chronic diseases: Systematic review and meta-analysis. Health Psychol. 2018;37(5):433–50.
  • 3. Bernard P, Savard J, Steindorf K, Sweegers MG, Courneya KS, Newton RU, et al. Effects and moderators of exercise on sleep in adults with cancer: Individual patient data and aggregated meta-analyses. Journal of Psychosomatic Research. 2019 Sep;124:109746.
  • 4. Romain AJ, Bortolon C, Gourlan M, Carayol M, Decker E, Lareyre O, et al. Matched or nonmatched interventions based on the transtheoretical model to promote physical activity. A meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Sport and Health Science. 2018 Jan 1;7(1):50–7.

Avant l’effondrement

Le livre «Before the collapse » d’Ugo Bardi se termine ainsi : « Nous approchons d’un moment crucial pour notre civilisation, nous avons besoin de penser au futur de l’humanité plus qu’à nos existences individuelles. Nous pouvons aider nos enfants et leurs enfants a avoir un meilleur futur en agissant des maintenant de la bonne manière : simplement en leur laissant une part importante de ce que notre planète nous a donné et que nous avons gâché de manière stupide jusqu’à maintenant. Ce que nous ferons pour pour ceux qui viendront après nous, fera écho pour l’éternité. ».

L’auteur est professeur d’université à l’université de Florence en l’Italie et l’auteur d’articles mais aussi d’ouvrages sur la question des limites de la croissance. Il est aussi l’auteur blog anglophone. Ces dernières décennies, il a orienté de recherche et de réflexion dans la suite logique des travaux concernant l’économie biophysique, et les modèles du club de Rome. Il a d’ailleurs publié en 2011, et intitulé ‘Les limites de la croissance revisitées’.

1er Section. Ce livre est une très bonne introduction à la question des systèmes complexes d’un point de vue énergétique et économique. L’auteur introduit chaque chapitre dans la base de récits historiques ou philosophiques, et fait, à plusieurs reprises, des liens avec l’actualité. Le livre se veut comme un introduction générale sur la question de l’effondrement de systèmes. Il n’est pas traduit français.

L’auteur rappelle la construction des modèles en économie et dresse un état critique du livre « Limite de la croissance ». Il souligne les intérêts à envisager différents scénarios dans la construction de modèles afin de faciliter l’élaboration de modèles mentaux qui à leur tour peuvent modifier notre perception de la réalité et engendrer de nouveaux scénarios. Il aborde aussi l’impossibilité de prédire le futur car celui-ci dépend de trop de variables. Il ajoute que même si les modèles sont bons, les facteurs suivants peuvent freiner ou empêcher leur compréhension : la représentativité (la tendance à juger un modèle sur la base de stéréotypes), la disponibilité (juger d’un modèle uniquement sur la base de son expérience), ancrage (évaluer un modèle uniquement sur la base des données disponibles, ex. les jours de grand froid les personnes croient moins de changement climatique).

La seconde section du livre s’articule autour la description des caractéristiques d’un système complexe comme par exemple la transition de phase, les points de bascule, l’effondrement, les boucles de rétro-action… Bardi insiste sur le fait qu’un système ne peut pas être considéré comme complexe s’il n’est pas considéré comme un réseau de liens, de densité différente, interdépendants. Ainsi, un effondrement dans une partie d’un réseau de systèmes complexes entraîne un réaménagement total de celui-ci ou sa fracture. Il y présente de nombreux exemples d’effondrement et insiste sur le fait que même un modèle simple à 1, 2, 3 paramètres peut être affecté par un effondrement. Puis, il finit par illustrer plus en détail le modèle de Meadows.

La troisième section, se concentre sur des exemples très assez récents d’effondrement de type architectural, financier, naturel, ou encore minéral. Par exemple, il utilise l’effondrement du pont de Gênes en 2018. Il explique aussi que l’effondrement de l’URSS avait notamment été prédit par les chercheurs qui modélisaient l’accès aux énergies. Il semble mettre l’emphase sur l’effondrement de l’accès aux énergies comme un déclencheur d’effondrement financier, politique sociale voir même culturel (idée troublante).

La quatrième partie aborde les stratégies de gestion de l’effondrement. Il commence par discuter et faire l’histoire des « progrès scientifiques » en rappelant les risques et les limites du techno-solutionisme, qui est souvent associé à des effets rebonds de consommation énergétique dus à une amélioration de l’efficience. Bardi rappelle l’absence de données pour justifier l’utilisation unique du pétrole pour comme source énergétique principale. Pour lui, les stratégies les plus réalistes pour éviter un effondrement énergétique sont : recycler le maximum de matériaux, utiliser majoritairement énergie abondante (voire renouvelable) et consommer le moins d’énergie possible. Il finit par mettre en perspective la quasi-impossibilité des démocraties libérales de l’Ouest à gérer la croissance de la population, l’exploitation des ressources et diminution de la pollution.

Je dresse ici, un résumé un peu brut de l’ouvrage, mais j’encourage sa lecture.

1. Bardi U. Before the Collapse: A Guide to the Other Side of Growth. Springer International Publishing; 2020. doi:10.1007/978-3-030-29038-2
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search