Le GPAQ, un questionnaire d’activité physique fiable.

Ce questionnaire mondial sur la pratique d’exercice physique (GPAQ), qui comporte 16 questions (P1-P16), a été mis au point par l’OMS pour enquête sur la pratique d’activités physiques dans les pays. Il permet de recueillir de informations sur la pratique d’exercice physique dans les trois situations (ou domaines) et sur les comportements sédentaires. Les sujets abordés sont les suivants : activités au travail, se déplacer d’un endroit à l’autre, activités de loisirs.

Cet outil permet d’obtenir des METs. Le MET exprime le rapport entre la vitesse du métabolisme pendant une activité physique et la vitesse du métabolisme au repos. 1 MET correspond à l’énergie dépensée par une personne assise sans bouger et équivaut à une consommation de 1 kcal/kg/heure. Mais ses résultats amènes aussi à classer le répondeur en fonction de 3 niveaux d’activité physique : élevé, modéré, faible.

Exemple de questions :-Est-ce que vous effectuez des trajets d’au moins 10 minutes à pied ou à vélo ?-Est-ce que vous pratiquez des sports, du fitness ou des activités de loisirs de forte intensité qui nécessitent une augmentation importante de la respiration ou du rythme cardiaque comme [courir ou jouer au football] pendant au moins dix minutes d’affilée ?

Ce questionnaire peut être utilisé dans le cadre d’entretien de début de programme avec des personnes malades chroniques, âgées… Il peut être le support d’une évaluation diagnostique des habitudes du sujet pour ensuite individualiser un programme d’activités physiques adaptées.

Bull, F. C., Maslin, T. S., & Armstrong, T. (2009). Global Physical Activity Questionnaire (GPAQ): Nine Country Reliability and Validity Study. Journal of Physical Activity and Health, 6, 790–804.

Amish un jour, Amish…

Une étude pour évaluer l’impact des technologies modernes sur les habitudes d’activité physique en examinant un groupe qui a des habitudes de vie vielles de 150 ans. Les Amish ne conduisent pas de voitures, utilisent peu ou pas d’outils électriques… et travaillent intensément à la ferme. Le but de l’étude était de caractériser leur AP et mesurer l’IMC et le pourcentage de graisse corporelle. En termes de méthode, on propose à 98 sujets de (18-75 ans) de porter un podomètre et à la fin de la semaine de répondre à l’IPAQ (International Physical Activity Questionnaire).

Résultats les hommes effectuent en moyenne 18425 pas par jour et 14196 pour les femmes (p<.05). Les hommes reportent 10h d’AP vigoureuse /semaine et 42, 8h d’AP d’intensité modéré. Au total 25% des hommes sont en surpoids et 0% pour les hommes, et 9% des femmes sont obèses. L’auteur conclue qu’un niveau élevé d’AP contribue à une faible prévalence d’obésité.

Cette étude illustre bien l’effet dose entre santé physique et dépense énergétique liée à l’AP ainsi que la sédentarisation liée à la modernisation.

Bassett, D. R., Schneider, P. L., & Huntington, G. E. (2004). Physical activity in an Old Order Amish community. Medicine & Science in Sports & Exercise, 36(1), 79.

L'effet placebo, l'Acticité Physique et la santé

L’effet placebo est un sujet important que peu de personnes traitent. Une des définitions de l’effet placebo : substance améliorant les symptômes présentés par un malade alors que son efficacité pharmacologiquement prévisible devrait être nulle ou négligeable. Il existe en effet une participation psychologique essentielle dans l’effet placebo. (Dictionnaire de Médecine Flammarion -1975). Cette définition se base sur le concept de substance, mais pourrait aussi porter sur un comportement.

Une étude de Crum et Langer en 2007 a démontré cet effet avec une étude des plus simple.

Les auteurs ont choisi 7 hôtels équivalent en terme de grandeur et appartenant à la même enseigne.

Ils ont sélectionné au hasard 3 hôtels. L’ensemble des femmes de chambre ont été reçues par un médecin généraliste qui leur a expliqué que la dépense énergétique liée à leur emploi correspondait à celle recommandé pour avoir des effets bénéfiques sur la santé (30 min AP aérobie d’intensité moyenne). Les femmes des 4 autres hôtels ont eu un entretien classique avec le médecin.

Pour les 2 groupes, l’IMC, le tour de taille, la pression artérielle ont été mesurées ainsi que leurs habitudes en termes d’activité physique, de nutrition, de consommation de tabac et alcool. Un mois plus tard, l’ensemble de ces mesures sont renouvelées.

Résultats : Le groupe informé à diminué son IMC (p< .001), son poids (p < .001), sa pression artérielle (p < .05), son tour de taille (p < .05) sans changer ses habitudes alimentaires, de consommation de tabac et d’alcool et d’activité physique.

L’interprétation de cette étude se fait sur deux plans. Au niveau de la recherche, si l’on souhaite tester l’efficacité d’un programme d’AP, le groupe contrôle doit avoir le même temps de contact avec un soignant que le groupe AP. Au niveau professionnel, il est important de connaître cet effet et de l’utiliser, c’est à dire donner des conseils et explications sur les effets de l’AP sur la santé.

Crum, A. J., & Langer, E. J. (2007). Mind-set matters: exercise and the placebo effect. Psychological Science: A Journal of the American Psychological Society / APS, 18(2), 165-171

Activité Physique et Schizophrénie- Revue Cochrane

Cochrane Collaboration a été créée en 1993 et son nom fait référence à l’épidémiologiste écossais Archie Cochrane. Cochrane Collaboration est une organisation internationale à but non lucratif.

Les Objectifs de la Cochrane Collaboration sont :

• Recueillir l’ensemble des informations sur l’efficacité des thérapeutiques et des stratégies thérapeutiques dans les différents domaines de la médecine

• Critiquer, trier et synthétiser ces informations

• Établir une banque de données des résultats de ces synthèses

• Diffuser ces synthèses et leurs messages aux prescripteurs (et aux divers intervenants institutionnels, enseignants, professionnels, agences) et également aux consommateurs des systèmes de santé.

Dans le domaine de l’activité physique, il en existe de nombreuses, et aussi dans le domaine de l’activité physique sur la santé mentale. Ce type de document est très fourni et accessible gratuitement sur le web. L’ensemble de ces revues sont rédigées par des experts indépendants et se basent uniquement des essais randomisés contrôlés (RCT) recensés.

Pour débuter, je vous présente une récente revue de Gorczynski et Faulkner de 2010 : Exercise for schizophrenia.

Après une importante revue de littérature, seulement 3 essais RCT ont été sélectionnés. Deux essais comparent l’AP aux soins standards (Beebe 2005 et Marzaloni 2008) et retrouvent une amélioration des symptômes négatifs mais peu effets sur les symptômes positifs. L’amélioration de la condition physique est retrouvée dans les deux groupes expérimentaux mais sans modifications de l’indice de masse corporelle (IMC).

La 3e étude de Duraiswamy (2007) sur 41 sujets, démontre un effet significatif du yoga sur la santé mentale générale et la qualité de vie.

En conclusion, les auteurs avouent un manque probant d’études comportant des échantillons importants et de meilleures descriptions des programmes d’AP effectués.

A la vue ce cette revue de littérature, il apparaît nécessaire de mettre en œuvre des études dans le domaine de l’AP et la schizophrénie, même avec de petits échantillons. On peut tout de même s’interroger sur la dernière étude, car nombreux sont les personnes schizophrènes qui supportent avec difficultés des activités physiques centrées sur soi et ses sensations corporelles.

Déficience intellectuelle et condition physique

Les sujets adultes déficients intellectuels (DI) présentent des taux de surpoids et d’obésité beaucoup plus important que la population générale (Bégarie et al. 2009). Cette population spécifique a, de plus, une condition physique plus faible (VO2 pic plus faible de 31% chez des jeunes adultes (Pitetti 1998)). Parmi ces sujets, les personnes trisomiques (T21) sont encore plus touchées, notamment les femmes trisomiques (Fernhall et al., 1996). Il apparait essentiel de proposer des programmes d’APA spécifiques, avec une intensité ciblée.

Le premier indicateur auquel on pense est la fréquence cardiaque, des travaux de Fernhall et al., (2001) ont mis à jour une équation spécifique pour calculer la fréquence cardiaque maximale chez les sujets DI

HRmax= 210-0.56 (âge)- 15.5 (T21)

Codage 2 pour T21–Codage 1 pour DI (Equation valable pour 8-46 ans)

Une meta-analyse de Dodd et al., (2005) sur les programmes d’AP aérobie chez les adultes T21 montre une efficacité pour l’amélioration du pic consommation d’oxygène, et la puissance maximum développée mais il n’y a aucun effet révélé sur la perte de poids.

Tests d’évaluation de la condition physique validé chez des sujets DI et T21
Test de course du 1,5 mile  => Equation de calcul de la VO2 pic= 49.9-1.0(x)

X= temps en minutes pour effectuer le test


Test de marche Rockport de 1 mile (Rintala et al., 1992)
Test de marche de 6 minutes (Vis et al;2009) (seulement T21)
Tests d’évaluation de la force utilisé chez des sujets DI et T21

1 répétition maximale (RMA)=> Incrémentation de 1,1 à 2,3kg pour le haut du corps, 2,3 à 4,5 kg pour le bas.

Test navette de 20m = validé pour enfants et adolescents DI avec ou T21 (Fernhall et al., 1998, 2000)

VO2 peak = .35 (laps completed)-.59 (BMI)-4.5(1 homme ; 2 femme) + 50.8 (Guerra et Pitetti, 2003)

Exercise testing and exercise prescription for special cases. James Skinner Ed Lippincott, 3e Edition 2004.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search