Archives par mot-clé : actimétrie

Peu d'impact de la chirurgie bariatrique sur l'activité physique à long terme

The Wire sofaDeux précédents articles traitaient de l’activité physique pré-post chirurgie bariatrique. Le second mettait en évidence que l’activité physique et la sédentarité restait respectivement très faible pour l’une et élevée pour l’autre. Du fait des devis des études, on ne pouvait pas réellement savoir si la chirurgie bariatrique entrainait une modification de ces comportements.

Un article de la revue Obesity répond à cette question. En effet, King et al. ont suivi 473 adultes avant puis 1,2,3 ans à la suite de leur opération. Les participants portaient un accéléromètre durant 7 jours pour caractériser leur activité physique.

La 1er année, la durée de sédentarité moyenne diminuait de 573 (95% CI: 563-582) à 545 (95% CI: 534-555) min par jour et l’activité physique modérée à vigoureuse augmentait de 77 (95% CI: 71-84) min par semaine. Cependant, aucun changement significatif n’était retrouvé pour les deux autres années. Le pourcentage de participants au-dessus des recommandations de 150 min d’activité physique modérée à vigoureuse hebdomadaire demeurait le même avant la chirurgie [3.4% (95% CI: 1.8-5.0) et trois plus tard [6.5% (95% CI: 3.1-12.7)]. Les auteurs ont aussi réalisé des analyses en sous-groupe qui soulignent aussi le peu de changement à la suite de l’opération, voir ci-dessous. Les auteurs concluent que la chirurgie entraine de très légers changements maintenus dans le temps mais que le niveau de d’AP n’est pas foncièrement augmenté à la suite de celle-ci. Il soulignent le besoin de prise en charge (conseil et AP supervisée pour les personnes ayant reçu une chirurgie de ce type).

King 2015 Objective assessment of changes in physical activity and sedentary behKing et al. 2015 Objective Assessment of Changes in Physical Activity and Sedentary Behavior: Pre- Through 3 Years Post-Bariatric Surgery. Obesity. 1143–1150. doi:10.1002/oby.21106

Moi ? Je fais beaucoup de sport, et je dis pas ça pour vous faire plaisir.

Tout d’abord qu’est que la désirabilité et l’approbation sociale ?

La désirabilité sociale, se définit comme « l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social » [1]. L’approbation sociale est le « besoin d’obtenir une réponse positive dans une situation de test » [2].

Il y a une décennie, Adams et al. [3] publiaient une étude (en accès libre) ayant un impact important dans le domaine de l’activité physique (AP). Après avoir mesuré par questionnaire, les deux concepts de désirabilité et l’approbation sociale (qu’ils considéraient comme des traits de personnalité) chez 81 femmes, ils ont mis en place une évaluation de la dépense énergétique et de la durée de l’activité physique. Les techniques de l’eau doublement marquée et de l’actimétrie utilisées sur 14 jours étaient associées à des mesures d’activité physique déclaratives (un évaluateur contactait les participantes par téléphones pour les interroger sur leur activité physique de la veille et des 7 derniers jours).

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=aN7lt0CYwHg]

Par la suite, les chercheurs ont exploré statistiquement si la désirabilité et l’approbation sociale pouvaient expliquer l’écart entre la mesure objective et subjective de dépense d’énergie et de durée d’AP.

La désirabilité et l’approbation sociale sont significativement associées à l’écart de dépense énergétique. La désirabilité sociale est significativement associée à l’écart de durée d’AP modérée.  Les auteurs concluent que la désirabilité et l’approbation sociale pourrait influencer les mesures subjectives de l’activité physique.

Cette étude fait état de plusieurs limites, une faible taille d’échantillon composé uniquement de femmes, et peu de covariables étaient utilisées dans les analyses. Cependant, cette étude souligne les limites de la mesure de l’activité physique par interview ou questionnaire.

En terme pratique, les professionnels de l’activité physique doivent garder ces résultats à l’esprit et tenter de prévenir l’impact négatif de la désirabilité et l’approbation sociale dans leurs évaluations. Ces résultats n’ont (à ma connaissance) pas été reproduits dans le domaine de l’activité physique, mais par contre des résultats similaires sont publiés avec les questionnaires de nutrition [4].

Pour illustrer le présent article, une vidéo de promotion des activités physiques et sportives pour les femmes du Royaume-Uni. Comme souvent, en France, nous sommes à cents lieues de cela.

  1. Cambon L. Désirabilité sociale et utilité sociale, deux dimensions de la valeur communiquée par les adjectifs de personnalité. Rev Int Psychol Soc. 1 déc 2006;19(3):125‑51.
  2. Hebert JR, Ma Y, Clemow L, Ockene IS, Saperia G, Stanek EJ, et al. Gender differences in social desirability and social approval bias in dietary self-report. Am J Epidemiol. 15 déc 1997;146(12):1046‑55.
  3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The Effect of Social Desirability and Social Approval on Self-Reports of Physical Activity. Am J Epidemiol. 15 févr 2005;161(4):389‑98.
  4. Van de Mortel T. Faking it: social desirability response bias in self-report research. Aust J Adv Nurs. 2008;25(8):40‑8.

Chez des femmes âgées, l'activité physique du jour même ne semble pas être associée avec le sommeil de la nuit qui suit.

Une étude1 à paraître vient contredire les faits exposés dans le précédent article. Une équipe de Pittsburgh a demandé à 143 femmes âgées (moyenne d’âge = 73 ans) de porter un actimètre et un « sommeil-mètre » durant 7 jours consécutifs. Ses deux outils sont présentés sous forme de montre donc actitrès aisément acceptés (illustrations).
L’objectif était d’examiner les relations bidirectionnelles et temporelles entre l’activité physique et le sommeil._AW64strap2
L’activité physique était sous forme de minutes d’AP modérée et vigoureuse quotidienne et de count par minute par jour. Le sommeil objectif était représenté par l’efficacité du sommeil, la fragmentation du sommeil, la latence de sommeil et le temps de sommeil total.

Activité physique → Sommeil*

Une AP élevée (sous forme de count ou de AP modérée et vigoureuse) était temporellement associée à un temps de sommeil plus faible durant la semaine. Autrement dit, une augmentation de 10 % de l’AP était associée à une baisse de 0.4 à 0.2 % du temps de sommeil. Il reste important de notre que l’AP n’était pas associée aux autres paramètres du sommeil (l’efficacité du sommeil, la fragmentation du sommeil, la latence de sommeil). Les mêmes résultats étaient obtenus lorsque l’on comparait l’AP effectuée le jour ou le soir.

Sommeil → Activité Physique*

Une meilleure efficience de sommeil et une moindre fragmentation du sommeil étaient associée à une AP plus élevée le jour suivant. Ainsi, une augmentation de 10 % de l’efficience du sommeil pourrait être associée à une augmentation de 5.4 % de l’AP modérée et vigoureuse.

De plus, aucune association (au jour le jour) n’a été retrouvée entre l’AP et le sommeil (toutes les composantes).

0Dans la discussion, les auteurs soulignent que leurs résultats sont difficiles à analyser en terme clinique. Qu’est-ce que réellement une augmentation de 0.4 du temps de sommeil ? Les résultats de cette étude sont assez en décalage avec les études transversales ou celles longitudinales mais n’utilisant que des outils de mesure subjectifs. Même si un nombre d’étude plus important reste nécessaire, à court terme, chez des femmes âgées, l’AP du jour même ne semble pas être associée avec le sommeil de la nuit qui suit et sur une semaine de temps, il y a une relation bidirectionnelle entre sommeil et AP mais que pour certaines composantes du sommeil.

 * analyses statistiques ajustées sur les possibles facteurs explicatifs

  1. Lambiase MJ, Gabriel KP, Kuller LH, Matthews KA. Temporal relationships between physical activity and sleep in older women. Med. Sci. Sports Exerc. 2013;45(12):2362-2368. doi:10.1249/MSS.0b013e31829e4cea.