Archives par mot-clé : activité physique adaptée

L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations

a fortioriLa revue Nutrition Clinique et Métabolisme a accepté de publier une lettre à la rédaction rédigée à trois paires de main dont la mienne (disponible ici) 1. L’idée de cette lettre fait suite au numéro spécial de Décembre 2014 : Les enjeux de l’activité physique : de l’enfant au sénior, du sportif au malade.

Quatre idées y sont présentées et étayées :

  1. Le conseil à l’activité physique de la part d’un médecin reste rare, peu adapté, et d’une faible efficacité
  2. Concevoir l’activité physique dans la continuité des soins
  3. Intégration des enseignants en activité physique adaptée (APA) au sein des centre de soins de suite et de réadaptation (CSSR) et des centre hospitaliers
  4. Développer des études cliniques couplant la médecine et l’activité physique adaptée

“A fortiori” : Qu’en pensez-vous ? Êtes-vous en désaccord avec une de/toutes ces idées ? Qu’est ce qui manque dans cette lettre ? Laissez un commentaire.

  1. Bernard P, Romain AJ, Vergnault M. L’activité physique adaptée, une nécessité pour mettre en œuvre les recommandations. Nutr Clin Métabolisme. doi:10.1016/j.nupar.2015.02.006.

Écrire l’Activité Physique Adaptée

Voici le texte introductif à la table ronde « Écrire l’Activité Physique Adaptée » du prochain Congrès National des Professionnels en Activité Physique Adaptée (voir le formidable programme).

BubblesLa culture de l’écrit dans le domaine de l’Activité Physique Adaptée reste aujourd’hui peu développée. Pourtant, notre formation universitaire initiale promeut cette compétence et les moyens de diffusion n’ont jamais été si nombreux et faciles d’accès. Pourquoi devons-nous user nos claviers ?

(i) Construire et partager des savoirs communs est un mécanisme essentiel au développement à long terme de la profession d’Enseignant en APA (EAPA). Un article dans une revue grand public ou dans le presse locale nous satisfont alors que de très nombreuses professions (de niche) publient une revue depuis des décennies (e.g., L’écho des concierges).

(ii) Développer un esprit critique et de synthèse afin de pouvoir offrir une intervention en APA respectueuse des bénéficiaires qui évoluent dans le temps et dans un environnement changeant. Qui connait les recommandations spécifiques de prise en charge par l’APA d’une femme enceinte ? 1 L’activité physique régulière améliore-t-elle réellement l’espérance de vie des femmes traitées pour un cancer du sein ?

(iii) Partager ses questionnements, ses réussites et ses difficultés afin de faire émerger des solutions ou des problématiques communes demeure un argument de taille dans la promotion de l’écriture en APA. Quel traitement didactique de l’activité VTT propose-t-on à un groupe d’adolescents avec une déficience intellectuelle légère ?

Pour résumer, l’écrit par et pour l’EAPA nourrit une démarche réflexive, une démarche d’échange et une démarche scientifique.

La question de la diffusion demeure importante. Bien entendu, la construction d’une revue professionnelle s’avère indispensable mais reste insuffisante. Les EAPA ont des collaborations à mener pour développer une littérature scientifique de qualité 2, peuvent aussi rédiger des textes dans des revues pluridisciplinaires pour décrire des réalités de terrain 3. Afin d’ancrer l’écriture dans les habitudes et surtout développer son analyse critique, des revues étudiantes devraient voir le jour (e.g., Revue des Étudiants en Soins Primaires Et Chercheurs Toulousains). Enfin, les plateformes internet (blogs, sites) sont une solution pour faciliter le débat au sein de notre communauté de professionnels et diffuser les connaissances initialement publiées en langue étrangère 4. Malheureusement, ces sites se comptent sur les doigts d’une seule main.

En conclusion, l’écriture est un processus clé pour développer une APA vivante et interactive. Alors à nos claviers et en avant pour des lectures palpitantes !

  1. Filhol G, Bernard P, Quantin X, Espian-Marcais C, Ninot G. Activité physique durant la grossesse : point sur les recommandations internationales. Gynécologie Obstétrique Fertil. 2014;42(12):856-860.
  2. Lemercier L, Bernard P, Delmotte J, Vincent L, Cartron G, Ninot G. Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : étude de faisabilité. Oncologie. 2015;17,47-56.
  3. Bouricha R, Thöni G, Raffard L, Cochet L, Saucourt V, Tirode V. Activité physique adaptée pour des malades chroniques en appartements de coordination thérapeutique. Santé Publique. 2015:219-225.
  4. Bernard P. Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ? L’Encéphale

L'activité physique adaptée a-t-elle une place dans les soins palliatifs en oncologie ?

Speed-Andrews & Courneya ont redigé un chapitre centré sur les effets de l’activité physique pré-sous-post traitement pour cancer dans l’ouvrage dirigé par Acevedo et al. (1) (déjà utilisé pour l’article sur le modèle écologique de l’activité physique (AP). Dans une sous-partie, ils abordent la question de la fin de vie et de la possibilité d’intervention en APA en soins palliatifs. Il m’apparaît essentiel de retranscrire cette partie, peu traitée dans la littérature.invasion

L’objectif des soins palliatifs sont le maintien dans le temps de la qualité de vie ainsi que la diminution/gestion des symptômes liés au cancer (OMS).

Speed-Andrews & Courneya soulignent que la littérature scientifique qui se centre sur ce sujet repose sur très peu d’études. Oldervoll et al. 2005 montre que 63 % de sujets interrogés ayant une espérance de vie entre 3 & 12 mois (déterminée par un clinicien) seraient intéressés pour participer à un programme structuré et supervisé d’AP. Une première revue systématique de la littérature en 2009 sur sujet a identifié six études (principalement des études pilotes ou de cas). Celles-ci soulignent la faisabilité et la bonne adhésion à des programmes d’activité physique en soins palliatifs. L’unique essai randomisé contrôlé démontrait une diminution beaucoup plus progressive du bien-être et de la fatigue parmi les sujets du groupe AP.

Les auteurs concluent à la faisabilité de l’AP en soins palliatifs mais soulignent qu’aucune conclusion ne peut être établie sur les potentiels effets bénéfiques de l’AP chez les personnes touchées par un cancers non traitables.

Une brève recherche dans la littérature actuelle (2–4) montre que deux essais cliniques ont en cours (5,6) et qu’un seul a été publié depuis 2013. Une étude pilote comparaient un programme d’AP aérobie versus renforcement musculaire chez des adultes traités par une chimiothérapie palliative (pour cancer gastro-intestinal) (n=26) (7). Les investigateurs concluent à la faisabilité de l’AP et à une possible amélioration des symptômes psychologiques liés au cancer.

Il y a donc un manque cruel de recherche dans ce domaine pour « réellement » établir l’intérêt de l’activité physique dans le domaine des soins palliatif en oncologie.

  • 1. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 2. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Associations between objectively measured physical activity and quality of life in cancer patients with brain metastases. J Pain Symptom Manage. 2014 Sep;48(3):322–32.
  • 3. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Correlates of objectively measured sedentary behavior in cancer patients with brain metastases: an application of the theory of planned behavior. Psychooncology. 2014 Jul 29;
  • 4. Bigum LH, Spielmann ME, Juhl G, Rasmussen A. A qualitative study exploring male cancer patients’ experiences with percutaneous nephrostomy. Scand J Urol. 2015 Apr;49(2):162–8.
  • 5. Zimmer P, Jäger E, Bloch W, Zopf EM, Baumann FT. Influence of a six month endurance exercise program on the immune function of prostate cancer patients undergoing Antiandrogen- or Chemotherapy: design and rationale of the ProImmun study. BMC Cancer. 2013;13:272.
  • 6. Jensen W, Oechsle K, Baumann HJ, Mehnert A, Klose H, Bloch W, et al. Effects of exercise training programs on physical performance and quality of life in patients with metastatic lung cancer undergoing palliative chemotherapy–a study protocol. Contemp Clin Trials. 2014 Jan;37(1):120–8.
  • 7. Jensen W, Baumann FT, Stein A, Bloch W, Bokemeyer C, de Wit M, et al. Exercise training in patients with advanced gastrointestinal cancer undergoing palliative chemotherapy: a pilot study. Support Care Cancer Off J Multinatl Assoc Support Care Cancer. 2014 Jul;22(7):1797–806.

L' Activité Physique Adapté (danse) chez des adultes traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Un article est paru en Février dernier dans la revue française Oncologie présente l’étude de la faisabilité d’un programme d’APA dans un milieu très particulier, les hémopathies malignes. De plus, la présentation du programme d’APA est particulièrement réussie. J’ai eu la chance de collaborer à ce travail très original mené par Laura Lemercier. Pour les personnes n’ont pas accès à cet article, n’hésitez pas à contacter l’auteure pour lui demander une copie personnelle (contact sous le résumé).

Voici le résumé de l’étude.

Objectifs : L’objectif de cette étude est d’évaluer la faisabilité d’un programme d’activités physiques adaptées (APA) chez des adultes atteints d’hémopathies et traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (ACSH).

lemercierMatériel et méthode : Étude contrôlée comparant deux groupes : APA et témoin. Les sujets sont des adultes traités par ACSH. Durant l’intervention (APA de type danse, trois semaines, trois séances hebdomadaires), les critères de jugement de la faisabilité sont l’acceptabilité, l’adhésion, la satisfaction et la fréquence cardiaque cible. La comparaison intergroupe repose sur l’évaluation de la fatigue perçue, du niveau d’anxiété et de dépression.

Résultats : Un taux de 90,6 % d’adhésion est relevé. La fatigue perçue diminue dans le groupe APA, mais cette différence est non significative après contrôle des scores à l’inclusion.

Conclusion : Un programme d’APA est faisable chez des sujets traités par ACSH.

L. Lemercier, P. Bernard, J. Delmotte, L. Vincent, G. Cartron, G. Ninot. Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches  : étude de faisabilité (2015). Oncologie. 10.1007/s10269-015-2486-3

Et si la thérapie cognitivo-comportementale suffisait ?

grosse fatigueLa question de la diminution de la fatigue perçue chez les personnes touchées par la fibromyalgie ou un syndrome de fatigue chronique ou traitées pour un cancer est un enjeu de taille car celle-ci diminue la qualité de vie de ces personnes et favorise l’apparition de comorbidités physiques (i.e. fonte musculaire) et mentales (e.g. symptômes dépressifs élevés).  Parmi les interventions non-pharmacologiques évaluées, la thérapie cognitivo-comportementale a fait l’objet de nombreux essais randomisés contrôlés obtenant de résultats majeurs sur diminution de la fatigue.

On peut alors s’intéresser aux bénéfices secondaires potentiels de la thérapie cognitivo-comportementale pour les participants de ces études. Ainsi, plusieurs études explorent l’effet des thérapies cognitivo-comportementales sur l’activité physique en posant 2 questions :

Question 1 – l’activité physique des participants est-il modifié post-intervention ?
Question 2 – la diminution de la fatigue perçue post-intervention (thérapie cognitivo-comportementale) est-elle expliquée par l’activité physique ?

La réponse aux deux questions est très simple : NON.

 
Ci-dessous une présentation brève d’études répondant à ces questions
Question 1
VanBuskirk, Roesch, Afari, & Wetherell, 2014
Participants : adultes douloureux chroniques
Intervention(s) :thérapie cognitivo-comportementale vs thérapie d’acceptation et d’engagement
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement à moyen terme (6 mois)
Kashikar-Zuck et al., 2013
Participants : adolescents avec fibromyalgie
Intervention(s) : thérapie cognitivo-comportementale vs éducation santé
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
Remarques : diminution significative de l’activité physique vigoureuse et faible, « effet paradoxal »
 
Question 2
Wiborg, Knoop, Stulemeijer, Prins, & Bleijenberg, 2010
Participants : adultes avec fatigue chronique
Intervention(s) :thérapie cognitivo-comportementale (face à face vs auto-administré)
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
Gielissen, Wiborg, Verhagen, Knoop, & Bleijenberg, 2012
Participants : adultes traités depuis de 12 mois pour un cancer
Intervention(s) : thérapie cognitivo-comportementale vs soins usuels
Mesure(s) : Activité physique mesurée objectivement post-intervention
 

Ces études soulignent l’absence d’effet systémique de la thérapie cognitivo-comportementale dans un contexte de fatigue importante. Plus particulièrement, elles laissent penser qu’un couplage thérapie cognitivo-comportementale et intervention en Activité Physique Adaptée pourrait être beaucoup plus bénéfique pour ces personnes. La question des effets d’une prise en charge thérapie cognitivo-comportementale et activité physique avait déjà été abordé dans le blog en 2011 au sujet de vétérans de guerre. Il y a malheureusement peu d’études sur ce sujet, et des questions restent en suspens, par exemple sur les potentiels effets synergiques (i.e. effet TCC-AP = effet TCC* effet APA) ou antagonistes de la thérapie cognitivo-comportementale et d’une intervention en Activité Physique Adaptée ou d’une prise en charge séquentielle ou parallèle (e.g. TCC puis APA ou TCC et APA).

 Il y a certainement des structures ou psychologues et Enseignants APA travaillent de concert, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de lire un article ou une étude de cas à ce sujet.

 Références

 Gielissen, M. F. M., Wiborg, J. F., Verhagen, C. A. H. H. V. M., Knoop, H., & Bleijenberg, G. (2012). Examining the role of physical activity in reducing postcancer fatigue. Supportive Care in Cancer, 20(7), 1441‑1447. doi:10.1007/s00520-011-1227-4

Kashikar-Zuck, S., Flowers, S. R., Strotman, D., Sil, S., Ting, T. V., & Schikler, K. N. (2013). Physical activity monitoring in adolescents with juvenile fibromyalgia: findings from a clinical trial of cognitive-behavioral therapy. Arthritis Care & Research, 65(3), 398‑405. doi:10.1002/acr.21849

VanBuskirk, K., Roesch, S., Afari, N., & Wetherell, J. L. (2014). Physical Activity of Patients With Chronic Pain Receiving Acceptance and Commitment Therapy or Cognitive Behavioural Therapy. Behaviour Change, 31(02), 131–143. doi:10.1017/bec.2014.6

Wiborg, J. F., Knoop, H., Stulemeijer, M., Prins, J. B., & Bleijenberg, G. (2010). How does cognitive behaviour therapy reduce fatigue in patients with chronic fatigue syndrome? The role of physical activity. Psychological Medicine, 40(8), 1281‑1287. doi:10.1017/S0033291709992212