Archives par mot-clé : activité physique et santé

Si l'activité physique est une médecine où est l'activité physique en médecine ?

hippocrateBradley Cardinal a publié un article au titre interpellant, difficilement traduisible en français : If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine ? Après avoir dressé le nombre d’études et de recommandations qui suggèrent d’incorporer la promotion de l’activité physique dans le cursus universitaire de médecine, ses collègues et lui s’interrogeaient sur la place réelle de l’activité physique dans les formations médicales. Ils ont examiné les contenus de formation des écoles de médecine accréditées par l’Association Américaine des Écoles de Médecine en ciblant les « programmes » pour médecin et médecin en ostéopathie. Ils ont réussi à obtenir ces descriptions dans 118/170 écoles. Voici les questions posées et leurs réponses.

  • Combien de médecins reçoivent une formation à propos de l’activité physique ? 51 % des écoles fournissent aucune formation, 21 % une seule
  • Ces cours sont-ils optionnels ou obligatoires ? Parmi celles proposant un cours, celui-ci est optionnel dans 82 % des cas
  • Quels types de sujets sont traités en lien avec l’activité physique ? 45 % des cours sont centrés sur la médecine du sport ou la physiologie de l’exercice, alors que la médecine préventive, ou le conseil au changement de comportement est proposé beaucoup moins souvent (environ 8%).
  • Il y a-t-il des différences entre les médecins et les médecins ostéopathes, les écoles privées ou publiques ?Aucune différence significative retrouvée.

Les auteurs discutent de leurs résultats avec une vision américano-centrée et proposent le développement de modules en ligne pour pallier cet énorme écart entre les recommandations et les faits. On peut rester très septique face à cette proposition et à sa possible efficacité. La formation à l’activité physique est rare et reste ultra-dominée par une vision biologique selon cette étude.

Je ne connais pas d’équivalent en France ou Canada pour pouvoir comparer les résultats. Si les lecteurs du blogue se rappellent avoir lu des informations à propos de la convention passée entre la C3D et la Conférence des Doyens de Facultés de Médecine en 2013 (article du blogue), à ma connaissance, il n’y a pas d’écrit à ce sujet, ni de système d’évaluation des effets de cette convention. Cela ferait un très bon sujet de mémoire de Master/Maîtrise ou de thèse de médecine.

Cardinal et al. 2015. If Exercise is Medicine, Where is Exercise in Medicine? Review of U.S. Medical Education Curricula for Physical Activity-Related Content. Journal of Physical Activity & Health

Et si le sport n'était pas que bon pour la santé ?

A l’heure où les recommandations internationales soulignent les multiples bénéfices d’une pratique d’activité physique régulière, martelant le message de 150 minutes d’activité physique aérobie hebdomimages.duckduckgo.comadaire d’intensité modéré ou 75 minutes d’activité physique d’intensité plus intense, si possible couplé à une séance de renforcement musculaire, de nombreuses interprétations sont possibles. En effet, la manière dont on parle de l’activité physique, influence sa perception. Ainsi, la vision « dose » (i.e. minutes en fonction du temps, fréquence…) couplée à une vision quasi-binaire « aérobie » vs. « renforcement musculaire », annihile une conceptualisation plus qualitative de l’activité physique. Si l’on se rappelle la définition de l’activité physique, de l’exercice physique et du sport, il y a des différences marquées dans la manière de voir l’activité physique.

Or un amalgame important est fait continuellement avec l’idée du « sport santé », ramenant toute pratique d’activité physique à du sport et toute pratique sportive à des bénéfices pour la santé. A ce jeu-là, la France est très forte, tant les relations (parfois contre nature entre médecine et fédérations sportives) sont fortes et historiques, voir le document de travail du Medico-Sport à ce sujet par exemple.

Pour illustrer l’intérêt de considérer l’activité physique et les pratiques sportives plus finement, je présente une étude d’Audrain-McGovern et Rodriguez (2015)1 qui étudient depuis plusieurs années les relations entre pratiques sportives et consommations de substances addictives (tabac, alcool, marijuana) chez les enfants, adolescents et jeunes adultes. S’il est communément admis qu’un niveau d’activité physique suffisant durant l’enfance et l’adolescence est un facteur protecteur contre les tentatives de consommations des substances citées plus haut, qu’en est-il réellement lorsque l’on regarde les détails des pratiques déclarées de pratiques sportives. Ils ont examiné une cohorte d’adolescents américains durant 4 ans évalués tous les 6 mois (+ de 1300 sujets) afin d’identifier les activités sportives associées positivement ou négativement à la consommation de tabac. Ils ont pu ainsi identifier un groupe d’activités sportives « négatives » produisant un risque quatre fois plus élevé de consommation de tabac par tranche de 30 minutes de pratique chez les adolescents suivis.

Exemples:

  • pratiques sportives positives : tennis, football, yoga, running, natation (pratiques collectives, individuelles)…
  • pratiques sportives négatives : danse de loisirs (sauf le ballet et le jazz), le vélo, le bowling, les sports de combat, le « cheerleading », les sports de glisse… 

L’étude se base des analyses statistiques longitudinales multivariées afin de contrôler les facteurs connus comme la supervision des parents, l’impulsivité…

Les auteurs soulignent que la classification des pratiques sportives est parfois culturellement dépendante (ex « cheerleading ») mais que des résultats similaires ont été retrouvés dans une cohorte norvégienne.

Que retenir ??? Le sport n’est pas que bon pour la santé, qu’il faut de la mesure lorsqu’on évalue ses bénéfices, que l’activité physique est bien plus diverse qu’uniquement les pratiques sportives, que des campagnes de prévention des conduites addictives chez les jeunes pourraient cibler des fédérations sportives spécifiques.

1. Audrain-McGovern, J. & Rodriguez, D. All physical activity may not be associated with a lower likelihood of adolescent smoking uptake. Addict. Behav. 51, 177–183 (2015).

https://dailymotion.com/video/x1ah9mk