Archives par mot-clé : activités physiques adaptées

L'enseignant en Activité Physique a son référentiel !

Référentiel Métier Enseignant en APALa Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée (SFP-APA) a officiellement partagé aujourd’hui le Référentiel d’Activité et de Compétences de l’enseignant en Activité physique Adaptée. Un document exceptionnel de 130 pages, fruit d’un travail acharné et bénévole (voir la liste au bat de l’article) en collaboration avec le Centre de Recherche et d’Innovation sur le Sport de Lyon, qui décrit la profession, ses activités et compétences propres. Pêle-mêle vous y trouverez la définition officielle de l’Enseignant en APA (EAPA), de l’APA et de l’intervention en APA, les conditions d’exercice, les relations fonctionnelles avec les autres professionnels….

L’intérêt majeur de ce document repose sur la description des compétences transversales des EAPA, c’est à dire des compétences propres non dépendantes des populations encadrées (comme le veut trop souvent le milieu médical). Par la suite les auteurs du référentiel ont décliné ces compétences dans les secteurs d’intervention de l’EAPA : sanitaire, médico-social et social.

Personnellement, je suis très heureux de lire les pages 67-77: “L’enseignant en APA intervenant en soins psychiatriques“. Je stoppe la description de ce document ici, et invite les membres de la SFP-APA à le lire, le relire, le critiquer, le commenter sur le site dédié.

Pour voir plus loin, il faut s’interroger ensuite sur l’impact de ce document dans les Ministères de la Santé et du Sport et examiner si le milieu universitaire va s’en saisir afin de le faire connaitre aux étudiants, aux employeurs et aux décideurs. On peut même imaginer qu’à terme une révision des contenus de formation soit envisagée pour associer Référentiel métier et formation.

Souligner encore et toujours que l’activité physique adaptée en France repose sur ce que ses professionnels en font et en feront (comme le dit Shia LaBeouf). Ainsi par le biais de la SFP-APA, née en 2008, l’APA passe à la vitesse supérieure depuis 7 ans maintenant, n’en déplaise aux oiseaux de mauvaise augure et à ceux qui ne croient pas à le force du collectif, tentant uniquement de tirer leur épingle (personnelle) du jeu. Les adhérents de la SFP-APA récoltent aujourd’hui le fruit de leur action et soutien pour faire connaître et reconnaître l’APA, non uniquement pour eux mais pour les centaines de milliers de personnes (de 4 à 104 ans) qui tire, au quotidien, les bénéfices de cet accompagnement.

Remerciements: Jean Camy, Claire Perrin, Michel Fodimbi, Jean-Marc Barbin, David Communal, Mathieu Vergnault, Paquito Bernard, Emmanuelle Besson, Arnaud Bezombes, Grégory Caderby, Benjamin Cantele, Guillaume Chevance, Julie Debrock, Stéphane Dijoux, Elodie Esseul, Aude-Marie Foucaut, Jéromin Krebs, Florianne Livet, David Métron, Baptiste Mosimann, Andéol Ribon, Gilles Thöni.

 [youtube https://www.youtube.com/watch?v=nuHfVn_cfHU]

5 ans jour pour jour que ce blog existe !

Le 15 Juin 2010, arrivait le premier article du blog sur la définition de l’exercice physique. 5 ans jour pour jour que ce blog existe !

Né au milieu de mon travail de doctorat, il accompagne mes réflexions, lectures, questionnements et permet un partage de plusieurs curiosités (exemple ici).

La récente table ronde à propos de l’écriture en Activités Physiques Adaptées organisée (avec brio) lors du CNP-APA a facilité la prise de recul, m’amenant à une conclusion provocatrice, “Arrêtez de liker et partager, rédigez !”. Le monde de l’APA reste jeune et en construction mais le développement des écrits collectifs reste une étape obligatoire.

Ce blog a aussi été l’occasion de rédiger des articles pour ne pas les publier, ainsi les lecteurs ont été épargnés d’articles avec des titres comme “et si les étudiants en APA arrêtaient de vendre des calendriers au téléthon“, articles fruits d’énervements tardifs devant l’écran ou à la lecture des documents reçus étayant un peu plus la répétition d’erreurs de communication ou de dilapidations d’énergie.

Pour les lecteurs de la 1er heure, ceux-ci se rendent compte de l’amélioration des articles sur la forme et le fond car l’écriture est vraiment un processus lent à acquérir.

Le blog continue d’évoluer au gré des lectures et avancées professionnelles de son auteur, il en sera encore ainsi pour plusieurs mois afin de poursuivre le point de départ initial (voir l’article à ce sujet), en attendant des modifications profondes de celui-ci.

Un peu de musique pour fêter cela et bouger devant son écran (lutte contre la sédentarité oblige) !!!

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=FCNFmYoenmQ]
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=355QP5BgnR0]
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=92M3HtWxNP4]
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=Bn5tiuZU4JI]
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=RsHYz1YpQKI]

Et si on prenait l’activité physique au sérieux en psychiatrie ?

Je partage une Lettre à la Rédaction de la revue L’Encephale que j’ai rédigé, celle-ci est téléchargeable librement durant 50 jours. Il m’est apparu important de porter à la connaissance des lecteurs de cette revue, que les études concernant l’activité physique dans le domaine de la psychiatrie progressent énormément ces dernières années. Les bénéfices pour la santé mentale et physique sont correctement identifiés pour les personnes touchées par un trouble dépressif majeur ou des troubles schizophréniques par exemple. Cependant, les études en France dans ce topazedomaine se comptent sur les doigts d’une seule main et les comités d’experts établissant les recommandations traitent rarement de l’activité physique comme ayant une place dans les prises en charge. 

Si vous êtes intéressés par cette thématique d’autres articles sont téléchargeables dans la rubrique Auteur et de nombreux articles du blog traitent de cette thématique (ici et ). Si vous souhaitez collaborer sur un projet d’étude sur l’évaluation des effets de l’activité physique sur les symptômes psychiatriques, le fonctionnement cognitif, le changement des habitudes de santé… n’hésitez pas à me contacter.

Le sport-santé, l'activité physique adaptée, en question sur France Culture

Vergnault MathieuL’émission de France Culture Pixel a récemment mis en ligne un reportage multimédia interactif sur l’expérimentation de Strasbourg « Sport santé sur ordonnance ». Vous trouverez des interviews et vidéos explicatives. A mon sens, la partie la plus intéressante du reportage est l’interview de Mathieu Vergnault, secrétaire national de la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées, qui plaide pour une meilleure reconnaissance et une intégration des Enseignants en APA dans la prévention par l’activité physique à échelle nationale. Cet interview met en avant la formation universitaire STAPS (lien ci-dessous).

http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=5019849

Même si on peut saluer l’initiative du journaliste Eric Chaverou, il m’est apparu important de remarquer que le caractère scientifique de cette expérimentationFr Culture est très discutable. (Utilisant le compte de l’émission pour partager mon point de vue, (je le remercie de publier mon commentaire), voir ci-dessous). Pour rappel, l’article que je signale est en français et téléchargement libre

pixel

L' Activité Physique Adapté (danse) chez des adultes traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques

Un article est paru en Février dernier dans la revue française Oncologie présente l’étude de la faisabilité d’un programme d’APA dans un milieu très particulier, les hémopathies malignes. De plus, la présentation du programme d’APA est particulièrement réussie. J’ai eu la chance de collaborer à ce travail très original mené par Laura Lemercier. Pour les personnes n’ont pas accès à cet article, n’hésitez pas à contacter l’auteure pour lui demander une copie personnelle (contact sous le résumé).

Voici le résumé de l’étude.

Objectifs : L’objectif de cette étude est d’évaluer la faisabilité d’un programme d’activités physiques adaptées (APA) chez des adultes atteints d’hémopathies et traités par allogreffe de cellules souches hématopoïétiques (ACSH).

lemercierMatériel et méthode : Étude contrôlée comparant deux groupes : APA et témoin. Les sujets sont des adultes traités par ACSH. Durant l’intervention (APA de type danse, trois semaines, trois séances hebdomadaires), les critères de jugement de la faisabilité sont l’acceptabilité, l’adhésion, la satisfaction et la fréquence cardiaque cible. La comparaison intergroupe repose sur l’évaluation de la fatigue perçue, du niveau d’anxiété et de dépression.

Résultats : Un taux de 90,6 % d’adhésion est relevé. La fatigue perçue diminue dans le groupe APA, mais cette différence est non significative après contrôle des scores à l’inclusion.

Conclusion : Un programme d’APA est faisable chez des sujets traités par ACSH.

L. Lemercier, P. Bernard, J. Delmotte, L. Vincent, G. Cartron, G. Ninot. Bénéfices des activités physiques adaptées au cours de l’allogreffe de cellules souches  : étude de faisabilité (2015). Oncologie. 10.1007/s10269-015-2486-3