Archives par mot-clé : adolescents

Une sélection et un bel aperçu de la recherche en activité physique francophone

L’Association des Chercheurs en Activités Physique et Sportives (ACAPS) tiendra son 26e congrès du 26-28 octobre à Nantes (France). Les organisateurs ont récemment mis en ligne les actes du congrès en accès libre. Pour les Enseignants APA, kinésiologues, professionnels de la prévention ne pouvant pas être présents à ce congrès, ces actes sont une source importante d’informations scientifiques francophones dans de nombreuses disciplines.

NantesLes actes totalisent 755 pages, l’article propose ainsi une sélection aux lecteurs, des études présentées les plus en lien avec l’activité physique, la santé, la prévention et l’activité physique adaptée. Cette sélection (et les catégorisations) est arbitraire, étant plus spécialiste de certains domaines et néophyte dans d’autres, mais voici le lien vers les actes au complet (ici).

Les articles présentés ci-dessous sont directement lisibles dans le PDF associé, vous y trouverez des résumés des études de 1 à 2 pages, les auteurs et leurs contacts si vous avez des questions. (En rouge mon TOP-3 personnel)

Age chronologique et âge subjectif (PDF)

  • E1- Au-delà de l’âge chronologique: Une approche psychosociale du fonctionnement physique – lors de l’avancée en âge
  • E2- « Se sentir plus jeune, marcher plus vite » : Étude des relations entre l’âge subjectif et l’évolution de la vitesse de marche lors de l’avancée en âge
  • E3- « Je pense à mon grand âge donc je suis susceptible de tomber » : L’influence des stéréotypes sur des ts3facteurs de risque de chute
  • E4- L’activité physique permet-elle aux seniors de se distancier du stéréotype traditionnel qu’on leur associe ?
  • E5- L’induction expérimentale d’une tendance au rajeunissement chez les personnes âgées dépend-elle du domaine physique vs. cognitif ?

Activité physique et Santé (PDF)

  • E1- Évolution de l’activité physique modérée et vigoureuse (MVPA) en situation réelle d’enseignement d’EPS au primaire: Déterminants individuels et environnementaux
  • E2- Contribution de l’automaticité à la condition physique des adolescents au-delà de l’activité physique auto-rapportée
  • E3- Étude des attitudes implicites dans le champ de l’activité physique : Propriétés de l’Implicit Association Test et du Single-Category Implicit Association Test
  • E4- Perception de l’activité physique chez les adolescents : l’étude HELENA

Éducation physique et sportive (PDF)

  • E1- Faut-il avoir expérimenté ce que l’on enseigne pour l’enseigner ? Quelques pistes pour placer la pratique physique et sportive au service de la professionnalisation des futurs enseignants d’EPS
  • E2- Identifier les prédicteurs psychologiques du temps d’enseignement et du climat motivationnel de l’EPS à l’école primaire
  • E3- Analyse de l’enseignement en EPS dans trois contextes aux modalités d’évaluation sommative différentes
  • E4- Procédures de guidages dans l’enseignement par situation complexe dans deux APSA contrastées (en collège en France)
  • E5- Programmation des APSA et pratiques extrascolaires des élèves d’un établissement d’excellence : l’EPS reproduit-elle la culture corporelle de l’élite lycéenne ?

Handicap (PDF)

  • E1- Pourquoi les Personnes Handicapées ne Trouvent pas de Travail ? Une Explication en Termes de Facteurs Psychosociaux
  • E2- Catégories sportives, athlètes handicapés et technologie
  • E3- Analyse sociologique de la souffrance à travers le vécu sportif des athlètes handicapés (étude sur l’équipe nationale Tunisienne)

Handisport (PDF)

  • E1- Effets de la modalité de déplacement en fauteuil roulant sur la performance et les réponses physiologiques au cours d’un test de terrain chez des handi-basketeurs
  • E2- Étude comparative de la performance, de l’indice d’endurance et de l’évolution de la lactatémie suite à des répétitions de sprint-navettes chez des basketteurs et des handi-basketteurs

Pathophysiologie – Biomécanique (PDF)

  • E1- Effets d’un entraînement en sprints sur les aptitudes aérobie et anaérobie de sujets obèses
  • E2- Effet d’un programme intermittent de haute intensité sur la perte de masse grasse abdominale chez des femmes ménopausées diabétiques de type 2
  • E3- Effets d’un programme communautaire de marche avec bâtons sur les capacités physiques des participants aînés : données préliminaires
  • E4- Adaptations cardio-respiratoires lors du test de step de 3 minutes à cadence fixe chez des patients BPCO
  • E5- La perte musculaire dans la Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive: Développement d’un modèle murin pour comprendre
  • E6- Quel type d’activités physiques est le plus efficace pour améliorer la fonction vasculaire des personnes obèses ?
  • E7- Place de l’exercice dans le traitement des conséquences cardio-métaboliques du syndrome d’apnée du sommeil
  • E8- Quelle place pour les spécialistes de la motricité dans la démarche de lutte contre les troubles musculo-squelettiques ? Application industrielle

Sommeil et Activité Physique (PDF)

  • E1- Caractéristiques de l’activité physique et du sommeil chez la jeune fille
  • Anorexique
  • E2- Effet du type d’exercice physique sur la vigilance et le sommeil
  • E3- Effet d’un programme de douze semaines d’activité physique sur le sommeil des étudiantes : le programme UNIVERSANTE

Vieillissement cognitif (PDF)

  • E1- Activité physique et processus cognitifs : aspects cérébraux et comportementaux
  • E2- La dédifferentiation des processus cognitifs et moteurs au cours du vieillissement : illustration à travers les effets de l’entraînement
  • E3- Le rôle de l’activité physique dans le déclin cognitif au cours du vieillissement : quels bénéfices ?

La désirabilité sociale lors de la mesure subjective de l'activité physique

marty-mcfly-hoverboardLes lecteurs du blog se rappellent d’un article de février 2015 qui abordait l’effet de la désirabilité sociale (« l’adéquation connue des comportements observés ou anticipés d’une personne aux motivations ou aux affects réputés des membres typiques d’un collectif social ») sur la mesure par entretien de l’activité physique (AP) et sur son potentiel explicatif de l’écart entre mesure subjective et objective (accéléromètre) de l’AP.

Le hasard des lectures m’a fait découvrir des articles traitant aussi de ce sujet auprès de d’échantillons jeunes (1,2). Même si leur qualité méthodologique est moyenne, leurs résultats semblent contraires à ceux précédemment décrits (3).

Motl et al mesuraient la désirabilité sociale à partir de 2 questionnaires (i.e. Lie scale of Eysenck and Marlowe-Crowne Social Desirability Scale (SDS) et l’AP en utilisant le questionnaire de Godin et le Standford Usual Activity Questionnaire (1). L’échantillon comptait 782 sujets d’âge moyen de 22 ans et 297 femmes. L’échantillon est majoritairement composé « d’ethnie blanche » (n = 525). Les analyses corrélationnelles examinaient l’association entre chaque échelle respective pour la totalité de l’échantillon, les minorités et les sujets « blancs ». Le score total du Godin est positivement associé au score de SDS uniquement chez les sujets « blancs » (r = .11, p <.05). Pour le Standford, l’AP modérée et élevée était associée positivement (r = .08, p<.05) pour l’ensemble de l’échantillon. Le score à l’échelle Lie scale n’était significativement associé à aucune mesure de l’AP. Les auteurs concluent à une influence minimale de la désirabilité sociale sur les mesure d’AP par questionnaire chez les jeunes adultes. Ils soulignent que leurs résultats pourraient être contradictoires aux études précédentes car celles-ci évaluaient l’AP par entretien. Or dans ce cas, le phénomène de désirabilité sociale est plus amplifié.

La seconde étude au devis plus élaboré mais avec des analyses statistiques discutables incluait uniquement des adolescents de sexe masculin (n = 447) (2). L’association entre le score de SDS et la mesure d’AP par questionnaire (questionnaire non réellement validé) s’avère non significative.

Après ces lectures, on peut donc penser que la désirabilité sociale a un très faible effet sur la mesure de l’activité physique par questionnaire chez des jeunes adultes et adolescents.

1. Motl RW, McAuley E, DiStefano C. Is social desirability associated with self-reported physical activity? Prev Med. 2005 Jun;40(6):735–9.

2. Jago R, Baranowski T, Baranowski JC, Cullen KW, Thompson DI. Social desirability is associated with some physical activity, psychosocial variables and sedentary behavior but not self-reported physical activity among adolescent males. Health Educ Res. 2007 Jun 1;22(3):438–49.

3. Adams SA, Matthews CE, Ebbeling CB, Moore CG, Cunningham JE, Fulton J, et al. The effect of social desirability and social approval on self-reports of physical activity. Am J Epidemiol. 2005 Feb 15;161(4):389–98.

L'activité physique pour les enfants touchés par un trouble autistique

L’Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie est l’organisme national de recherche qui se charge de conseiller, d’éduquer et d’informer la population canadienne et les professionnels en ce qui a trait à l’importance d’un mode de vie sain et actif. Cet institut produit mensuellement des « Dossiers Recherche » et « Conseils pour un mode de vie sain ». Vous pouvez vous y inscrire à la newsletter pour le recevoir, le thèmes sont multiples (voir fin de l’article).

 Je reproduit ci-dessous les extraits des derniers documents d’Octobre 2013 (doc 1doc 2) qui traitent des intérêts et modalités de pratique de l’activité physique pour des enfants touchés par un des troubles du spectre de l’autisme (TSA).

Activité physique Autisme 2Les TSA renvoient à une grande variété de troubles neuropsychologiques qui englobent l’autisme, le syndrome d’Asperger, le syndrome de Rett, les troubles désintégratifs de l’enfance et les troubles envahissants du développement – non spécifiés autrement (TED-NSA).

Les premières études 1 révèlent que l’activité physique peut améliorer le comportement (réduire l’agressivité, augmenter l’endurance et la force, et augmenter le temps d’engagement dans un comportement d’autostimulation) et qu’elle est reconnue comme thérapie potentielle.

La recherche a permis de relever 16 études qui respectaient les critères d’inclusion1. Les interventions comprenaient le jogging (n=6), la natation (n=5), l’équitation (n=2), le cyclisme et la musculation (n=1), la marche (n=1), et les autres activités physiques (n=1)1. La mesure d’impact a évalué l’effet de l’exercice physique sur les habiletés sociales et motrices, les aptitudes à la communication, de même que l’engagement scolaire, l’attention et la condition physique1. Cette étude a analysé les écarts observés dans le comportement des participants avant et après l’intervention, selon les rapports des études incluses dans la recherche 1.

 La course :  est l’une des interventions ayant enregistré les résultats les plus élevés. Une simple course de cinq à dix minutes peut engendrer des progrès importants dans les habiletés sociales et motrices1. Les enseignants peuvent se servir de la cour ou de la piste d’athlétisme de l’école, ou même d’un mini­ trampoline ou d’un tapis roulant dans la classe pour obtenir les mêmes bienfaits qu’une course de dix minutes à l’extérieur.

 Remarques : Ces travaux soulignent les progrès réalisés dans le domaine de la recherche, mais surtout viennent étayer le besoin de développer les Activités Physiques Adaptées pour cette population et de faire comprendre aux parents, éducateurs et au corps médical que l’activité physique dans la prise en charge de l’autisme est essentielle.

Peut être à terme que nous n’entendrons plus dans les institutions : « ce n’est pas grave, il peut partir, il n’a que du sport le lundi après-midi».

Un article du blog traitait déjà de cette thématique en 2010: Troubles envahissants du développement et exercice physique

VOUS APPRÉCIEZ CE BLOG, FAITES LE SAVOIR EN VOTANT POUR LUI ! et en la partageant !

 (1) Sowa M et Meulenbroek R, « Effects of physical exercise on autism spectrum disorders: a meta-analysis », Research in Autism Spectrum Disorders 2012, vol 6, no 1, pp 46-57.

Institut canadien de la recherche sur la condition physique et le mode de vie

Thèse en ligne : Motivation des adolescents obèses pour l’activité physique. Les apports de la théorie de l’autodétermination et de l’entretien motivationnel

La littérature scientifique francophone dans de le domaine des sciences du sports et ou de la psychologie de la santé reste assez confidentielle, peu accessible et parfois d’une qualité discutable. Cet article vise à mettre en avant un document quasi intégralement rédigé en français qui pourra amener les lecteurs à approfondir leurs connaissances sur la théorie de l’Autodetermination et ses liens avec l’activité physique ainsi que l’état de la littérature dans la promotion de l’activité physique chez les sujets obèses.
En effet, dans le mouvement de la démocratisation des savoirs et du développement des archives ouvertes, un nombre croissant de thèses d’université sont accès libre. Je recommande la lecture de celle de Mathieu Gourlan soutenue en 2011 à l’université de Grenoble: Motivation des adolescents obèses pour l’activité physique. Les apports de la théorie de l’autodétermination et de l’entretien motivationnel.

Voici le plan:

CHAPITRE 1 : LES INTERVENTIONS VISANT LA PROMOTION DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE AUPRÈS DE POPULATIONS OBESES : UNE REVUE DE LA LITTÉRATURE (UNE META-ANALYSE DES INTERVENTIONS VISANT LA PROMOTION DE L’AP AUPRÈS DE POPULATIONS OBÈSES : PRÉSENTATION DES OBJECTIFS)

CHAPITRE 2 : LA THÉORIE DE L’AUTODETERMINATION

CHAPITRE 3. MECANISMES IMPLIQUES DANS LA PRATIQUE D’AP CHEZ DES ADOLESCENTS OBÈSES : LES APPORTS DE LA THÉORIE DE L’AUTODETERMINATION

ETUDE 1 : PATTERNS MOTIVATIONNELS SPÉCIFIQUES ASSOCIES A DIFFÉRENTS TYPES D’AP CHEZ DES ADOLESCENTS OBÈSES
ETUDE 2 : FACTEURS ASSOCIES AU SUCCES OU A L’ECHEC D’UN PROGRAMME FAISANT LA PROMOTION DE L’ACTIVITE PHYSIQUE ET DES CONDUITES ALIMENTAIRES AUPRES D’ADOLESCENTS OBÈSES. UNE ETUDE QUALITATIVE DANS LE CADRE DE LA THEORIE DE L’AUTODETERMINATION
ETUDE 3 : MOTIVATIONAL INTERVIEWING AS A WAY TO PROMOTE PHYSICAL ACTIVITY FOR OBESE ADOLESCENTS: A RANDOMIZED CONTROLLED TRIAL USING A SELF-DETERMINATION THEORY PERSPECTIVE

Une lecture parcellaire ou complète du document fournira aux professionnels, décideurs, étudiants des bases solides pour apprécier les intérêts et limites des interventions existantes, de cerner les intérêts, limites et bases conceptuelles de la théorie de l’Autodertermination. Loin de valoriser la théorie à tout prix, cette lecture entraîne des réflexions sur la perception des patients sur une prise en charge, sur la nature du conseil à l’AP, sur la conceptualisation de l’usager; sur le possible en terme d’implications cliniques… mêlant approche qualitative et quantitative. Et si l’organisation de la santé ne reposait plus que sur les seuls médecins….
Ce travail a fait l’objet de publications dans des revues scientifiques accessibles librement en ligne pour un usage personnel. A mon sens, cette thèse est un travail de très haute qualité qui démontre que la recherche en STAPS vit malgré la méconnaissance qui l’entoure.

Déclaration d’intérêt:
Collègue et ami de l’auteur de cette thèse.

Ci dessous, deux vidéos illustratives de l’entretien motivationnel

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=sHTljbdtC4k&w=560&h=315]

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=jUNd_hbgUwg&w=420&h=315]

Gourlan, M., Trouilloud, D., & Sarrazin, P. (in press). Motivational characteristics of obese adolescents toward physical activity: contribution of self-determination theory. European Review of Applied Psychology

Gourlan, M., Sarrazin, P., & Trouilloud, D. (in press). Motivational interviewing as a way to promote physical activity in obese adolescents: A randomized-controlled trial using self-determination theory as an explanatory framework. Psychology and Health

Gourlan, M., Trouilloud, D., & Sarrazin, P. (2011). Interventions promoting physical activity among obese populations: A meta-analysis considering global effect, long-term maintenance, physical activity indicators and dose characteristics. Obesity Reviews, 12, 7, e633-e645

L’effet tampon de l’activité physique chez les adolescent(e)s qui vivent dans des familles conflictuelles

Une étude islandaise a exploré la relation entre activité physique et troubles dépressifs en fonction du niveau de conflit familial chez des adolescents (N=7232). L’étude montre que les conflits familiaux augmentent l’humeur dépressive chez les adolescents. De plus l’activité physique diminue le niveau de dépression. Cet effet bénéfique apparaît plus marqué chez les adolescents dont le niveau de conflit familial est très élevé. Les résultats de cette étude ont un petit lien avec un film récent WIN-WIN de Thomas McCarthy.

Sigfusdottir et al. (2011) Physical activity buffer s the effects of family con fl ict on depressed mood: A study on adolesce nt girls and boys. Journal of Adolescence 34 (2011) 895– 902