Archives par mot-clé : APA

L'activité physique adaptée a-t-elle une place dans les soins palliatifs en oncologie ?

Speed-Andrews & Courneya ont redigé un chapitre centré sur les effets de l’activité physique pré-sous-post traitement pour cancer dans l’ouvrage dirigé par Acevedo et al. (1) (déjà utilisé pour l’article sur le modèle écologique de l’activité physique (AP). Dans une sous-partie, ils abordent la question de la fin de vie et de la possibilité d’intervention en APA en soins palliatifs. Il m’apparaît essentiel de retranscrire cette partie, peu traitée dans la littérature.invasion

L’objectif des soins palliatifs sont le maintien dans le temps de la qualité de vie ainsi que la diminution/gestion des symptômes liés au cancer (OMS).

Speed-Andrews & Courneya soulignent que la littérature scientifique qui se centre sur ce sujet repose sur très peu d’études. Oldervoll et al. 2005 montre que 63 % de sujets interrogés ayant une espérance de vie entre 3 & 12 mois (déterminée par un clinicien) seraient intéressés pour participer à un programme structuré et supervisé d’AP. Une première revue systématique de la littérature en 2009 sur sujet a identifié six études (principalement des études pilotes ou de cas). Celles-ci soulignent la faisabilité et la bonne adhésion à des programmes d’activité physique en soins palliatifs. L’unique essai randomisé contrôlé démontrait une diminution beaucoup plus progressive du bien-être et de la fatigue parmi les sujets du groupe AP.

Les auteurs concluent à la faisabilité de l’AP en soins palliatifs mais soulignent qu’aucune conclusion ne peut être établie sur les potentiels effets bénéfiques de l’AP chez les personnes touchées par un cancers non traitables.

Une brève recherche dans la littérature actuelle (2–4) montre que deux essais cliniques ont en cours (5,6) et qu’un seul a été publié depuis 2013. Une étude pilote comparaient un programme d’AP aérobie versus renforcement musculaire chez des adultes traités par une chimiothérapie palliative (pour cancer gastro-intestinal) (n=26) (7). Les investigateurs concluent à la faisabilité de l’AP et à une possible amélioration des symptômes psychologiques liés au cancer.

Il y a donc un manque cruel de recherche dans ce domaine pour « réellement » établir l’intérêt de l’activité physique dans le domaine des soins palliatif en oncologie.

  • 1. Acevedo EO, editor. The Oxford Handbook of Exercise Psychology. New York: Oxford University Press; 2012. 544 p.
  • 2. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Associations between objectively measured physical activity and quality of life in cancer patients with brain metastases. J Pain Symptom Manage. 2014 Sep;48(3):322–32.
  • 3. Lowe SS, Danielson B, Beaumont C, Watanabe SM, Baracos VE, Courneya KS. Correlates of objectively measured sedentary behavior in cancer patients with brain metastases: an application of the theory of planned behavior. Psychooncology. 2014 Jul 29;
  • 4. Bigum LH, Spielmann ME, Juhl G, Rasmussen A. A qualitative study exploring male cancer patients’ experiences with percutaneous nephrostomy. Scand J Urol. 2015 Apr;49(2):162–8.
  • 5. Zimmer P, Jäger E, Bloch W, Zopf EM, Baumann FT. Influence of a six month endurance exercise program on the immune function of prostate cancer patients undergoing Antiandrogen- or Chemotherapy: design and rationale of the ProImmun study. BMC Cancer. 2013;13:272.
  • 6. Jensen W, Oechsle K, Baumann HJ, Mehnert A, Klose H, Bloch W, et al. Effects of exercise training programs on physical performance and quality of life in patients with metastatic lung cancer undergoing palliative chemotherapy–a study protocol. Contemp Clin Trials. 2014 Jan;37(1):120–8.
  • 7. Jensen W, Baumann FT, Stein A, Bloch W, Bokemeyer C, de Wit M, et al. Exercise training in patients with advanced gastrointestinal cancer undergoing palliative chemotherapy: a pilot study. Support Care Cancer Off J Multinatl Assoc Support Care Cancer. 2014 Jul;22(7):1797–806.

Le sport-santé, l'activité physique adaptée, en question sur France Culture

Vergnault MathieuL’émission de France Culture Pixel a récemment mis en ligne un reportage multimédia interactif sur l’expérimentation de Strasbourg « Sport santé sur ordonnance ». Vous trouverez des interviews et vidéos explicatives. A mon sens, la partie la plus intéressante du reportage est l’interview de Mathieu Vergnault, secrétaire national de la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées, qui plaide pour une meilleure reconnaissance et une intégration des Enseignants en APA dans la prévention par l’activité physique à échelle nationale. Cet interview met en avant la formation universitaire STAPS (lien ci-dessous).

http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=5019849

Même si on peut saluer l’initiative du journaliste Eric Chaverou, il m’est apparu important de remarquer que le caractère scientifique de cette expérimentationFr Culture est très discutable. (Utilisant le compte de l’émission pour partager mon point de vue, (je le remercie de publier mon commentaire), voir ci-dessous). Pour rappel, l’article que je signale est en français et téléchargement libre

pixel

Lettre ouverte aux acteurs des Activités Physiques Adaptées en France

Les Activités Physiques Adaptées (APA) ont trente ans d’existence en France et sont portés par un mouvement international prenant corps avec l’International Federation Adapted Physical Activity. Il apparaît important de dresser rapidement l’état des APA en France aujourd’hui.

La formation en APA repose sur une trentaine de Licence STAPS-APA-santé et sur un nombre difficilement quantifiable de Master. Les contenus de formation semblent assez éparses et les échanges avec des jeunes professionnels de différents lieux de formation font émerger des dominantes disciplinaires fortes en fonction des lieux de formation. En termes de lisibilité des contenus de formation (quantité et qualité d’heures de stage, « spécialités » locales…), les universités ne peuvent que progresser tant les efforts dans ce sens sont pauvres par manque de volonté ou de moyens.

La professionnalisation en APA demeure, depuis quelques années, une question traitée au sein des Universités. Celle-ci semble correcte voir bonne en fonction des lieux d’études et niveau de formation. Il apparaît que les professionnels APA investissent des domaines vraiment très diversifiés. Cependant, quasi aucune information n’est disponible sur le professionnalisation des premières générations de professionnels.

La recherche en APA reste à mon sens un défi. En effet, même si celle-ci est bien vivante à travers des publications de qualité, l’avancée des années témoigne de sa parcellisation en terme d’objet d’étude et d’approche disciplinaire. De plus, sa représentation reste diffuse à travers différentes sociétés savantes internes aux STAPS (Association des Chercheurs en Activités Physiques et Sportives, Association Francophone pour la Recherche en Activité Physique et Sportive, Association Francophone en Activités Physiques Adaptées) et plus que questionnable dans le champ de la santé. Il reste difficile d’en identifier les raisons même si la réorganisation de la recherche accentue ce manque de lisibilité.

L’implantation française des APA repose donc sur un bilan mitigé. A cela vient s’ajouter, un manque de reconnaissance des professionnels, une faible présence des spécialistes des APA dans les expertises scientifiques nationales, un faible nombre de plans envisageant d’introduire les professionnels APA dans la prise en charge de populations à risques et de la méconnaissance des APA de la part du grand public.

Il me semble que le développement des APA arrive à un point de bascule. En effet, les pouvoirs publics prennent conscience du potentiel de l’activité physique pour des raisons majoritairement utilitaristes plus que scientifiques. La question de la mise au pas de l’activité physique par la santé (1) et le monde du sport est d’actualité et amène les APA à une vision réductionniste. Dans ce contexte, les acteurs des APA sont face à une sorte de pari de Pascal (2) : restons sur des positions attentistes, individuelles et uniquement corporatistes et les APA vivoteront benoîtement ici et là ou supposons que les APA peuvent réellement être portées par une expérience collective fédératrice, accompagnée des bénéficiaires et menées avec conviction et ainsi elles seront vivantes et en évolution permanente.

L’avenir des APA peut prendre différentes formes, je me risque à proposer plusieurs pistes.

Les acteurs des APA se doivent de développer un système d’échanges horizontaux et dynamiques entre l’université et les professionnels APA qui en sont issus afin de faire état de positions communes dans le domaine de l’éducation et de la santé. Ces échanges pourraient à terme nuancer cette dichotomie cultivée université/terrain. Clairement, l’établissement de pratiques professionnelles basées sur des preuves en serait une résultante forte et pérenne, mêlant à la fois connaissances factuelles et savoir-faire (3). Dans ce cadre, les outils de communication, les échanges constructifs et les projets partagés manquent.

Le regroupement des professionnels des APA est porté aujourd’hui par la Société Française des Professionnels en Activités Physiques Adaptées (SFP-APA), est ce aujourd’hui suffisant, je pense que non. La force de cette association reste de pouvoir embrasser la complexité des APA tout en tentant des les circonscrire en termes de définition et de pratiques professionnelles. Le travail de fond et de reconnaissance auprès des institutions livré par la SFP-APA ne doit pas faire oublier que nombreux sont les professionnels APA qui doivent sortir du bois. Ainsi, le développement de projets autour des activités physiques à des fins d’éducation, de santé ou de loisir repose en bonne partie sur les domaines du médico-social et des fédérations. Or ces professionnels APA semblent être les moins actifs dans la reconnaissance de leurs pratiques et compétences.

Que connaît-on aujourd’hui des pratiques d’APA au sein d’Instituts Médico-Educatifs ? Qui sait aujourd’hui le nombre de cadres qui portent des délégations locales de fédérations sportives sans que l’on sache la vraie nature de leur formation initiale ? Il est tant que ces professionnels cessent de se cacher derrières leurs acquis ou leurs postes. Ne pourrait-on pas imaginer des formes de regroupement de ces professionnels pour faire (re)connaître la qualité de prise en charge des bénéficiaires par les APA ou leurs compétences de gestion de projet à long terme. La SFP-APA offre un support vivant pour une fédéralisation de professionnels APA ayant leurs spécificités. A ce titre, y-a-t-il une profession et des métiers dans le domaine des APA ou un cœur commun et spécifique aux APA, indépendant de son emploi ?

Nombreux sont les jeunes diplômés qui se lancent dans l’aventure de entrepreneuriat par défaut ou par envie. Ces projets naissent le plus souvent d’une volonté individuelle cantonnée à une zone géographique et ou certains types d’usagers. Naïvement, je m’interroge sur la place qu’ont les usagers dans la construction et le financement de ces projets, rappelant au passage que la SFP-APA citée plus haut, a basé son logo sur les bénéficiaires des APA (symbole fort). Encore une fois, l’avenir est à la fédéralisation de ces projets à une échelle nationale mais surtout à une réflexion sur les modèles sous-tendus par le choix de la forme entrepreneuriale. Ainsi, les formes d’entreprises portées par l’économie sociale et solidaire apparaissent comme une ressource inexploitée, agglomérant salariés, usagers, collectivités, entreprises et pouvant faire jaillir des prises en charges par les APA innovantes (e.g., Société Coopérative d’Intérêt Collectif (Scic)). Les instances publiques souhaitent aujourd’hui des réponses concrètes en termes d’AP, aux professionnels des APA de les construire dans le respect de l’usager.

Des mémoires d’étudiants s’empoussièrent, les rares présentations en congrès ou journées de travail cherchent l’oubli au fond des disques durs, les sites concernant les APA comptent sur les doigts d’une main. Les alertes internet associés aux termes APA recrachent des articles de presse locale flous (4), des articles scientifiques sur-vulgarisés et des écrits produits par des médecins employant le plus souvent l’expression sans réellement la connaître. Il est clair que les acteurs des APA ont intérêt à prendre leur clavier à deux mains. L’ancienne association Association pour la Promotion des Activités Physiques et Sportives reste un modèle du genre en termes d’articles produits. Nombreux sont les professionnels qui dépensent une énergie folle à se démarquer (pour ne pas dire critiquer) d’autres corps de métier, mais regardons ce qui se passe ailleurs. Des revues francophones ont depuis longtemps émergé chez les professionnels les plus variés, à mon sens la revue e-respect (5) pourrait devenir un modèle du genre.

Écrire, écrire, écrire et présenter, des étapes incontournables pour des APA vivantes mais prenons garde aussi d’expliquer les effets et pratiques des APA dans des supports divers comme les revues d’associations de malades ou de parents, les congrès pluridisciplinaires et de valoriser les productions scientifiques anglophones avec des résumés et critiques francophones. Uniquement les écrits sont sources d’échanges et de confrontation de points de vue pour rendre compte de la complexité qui émerge lors d’études ou de prises en charges en APA. Autrement dit, l’ultra simplification de la question de prescription de l’activité physique, du « sporticament » et les amalgames nourris autour du sport-santé seraient rapidement dépassés.

(1) Lien 1

(2) « Comme je l’ai dit parfois, nous sommes en face d’une sorte de pari de Pascal : supposons que rien n’est possible, et le pire arrivera ; supposons que l’on peut améliorer les choses, alors ; peut être le fera-t-on ». N. Chomsky. Raison contre pouvoir, le pari de Pascal.

(3) Hutzler (2011). Evidence-Based Practice and Research: A Challenge to the Development of Adapted Physical Activity. Adapted Physical Activity Quarterly

(4) Lien 2

(5) http://e-respect.fr/

Ce blog n’ayant pas pour objet ce type d’écrit, je m’en sers uniquement pour favoriser une diffusion large de cette lettre et faciliter les commentaires. Les propos tenus n’engagent que son auteur.

 

Congrès National des Professionnels des Activités Physiques Adaptées: Envoyez le programme !

Le Congrès National des Professionnels des Activités Physiques Adaptées a mis en ligne son programme.

Voici un extrait :

8h30 – 8h45 Quelles sont les modalités d’installation en libéral pour un professionnel en APA ? Résultats d’expérienceaffiche CNP-APA

11h15 – 12h00 : Conférence débat : APA et Cancer

L’activité physique en prévention secondaire et tertiaire du cancer : effets et recommandations actuelles (15min)

14h30 – 15h15 : Conférence débat : APA et Troubles psychiatriques

 De la santé mentale aux troubles psychiatriques : quelles APA pour quels effets ? (15min)

Comment motiver les patients psychotiques à la pratique des APA au sein d’un service hospitalier ? (20min), Célia Boursier, UHP Centre Hospitalier de l’Agglomération Montargoise

16h30-17h00 : « Quelle démarche pour faire reconnaître les métiers de l’APA ? »

Consultable intégralement ou en version courte.

J-15 pour les meilleurs tarifs d’inscription !

Quid des enseignants en activité physique adaptée dans les établissements de soins de suite et de réadaptation en 2013 ?

Une Lettre à la Rédaction est in press dans la revue Sciences et Sports : Quid des enseignants en activité physique adaptée dans les établissements de soins de suite et de réadaptation en 2013 ?

Voici le résumé :

Objectifs: Documenter le métier d’enseignant en activité physique adaptée (APA) dans les établissements de soins de suite et de réadaptation (SSR) et proposer des pistes d’améliorations afin de mieux structurer cette profession et le service rendu dans les établissements SSR.

Actualités: Les enseignants en APA interviennent dans les trois principaux axes de prise en charge proposés par les SSR (réentraînement à l’effort, éducation thérapeutique et soutien psycho-comportemental), ce qui constitue une caractéristique motivant leur recrutement pour les services des ressources humaines.

Perspectives et projets: Ce métier présente encore un certain nombre de limites organisationnelles, de problèmes de reconnaissance institutionnelle, et une hétérogénéité dans les formations universitaires diplômantes.

Conclusion: Si les enseignants en APA font partie intégrante de l’équipe pluridisciplinaire, il apparaît urgent d’inscrire ce métier dans les conventions collectives des établissements de santé et d’utiliser une seule dénomination pour définir ce métier.

Les auteurs sont Enseignants en APA en SSR, Réseau de Santé et chercheurs dans des laboratoires universitaires pour certains.

 Avis

Clairement, c’est le type d’article dont les EAPA ont besoin. Un article qui peut faire référence pour les professionnels, les décideurs et les étudiants. On peut presque dire : « Enfin ! ». Il est toujours étonnant du peu de culture de l’écrit qu’ont les professionnels APA.

Cet article éclaircit quelques points non négligeables : les APA portent uniquement sur la prévention secondaire et tertiaire, il différencie les niveaux de formations et leurs compétences, présente la circulaire du 03 oct 2008.

La lecture du début de cet article, nous fait craindre une vision médicale de l’APA. Or le point 4.1 souscrit à l’idée que les recommandations des sociétés savantes sont des guides d’optimisation et de gestion des risques liés à l’activité physique mais que le rôle de l’EAPA est aussi de travailler à l’observance (que je renommerai par adhésion) pendant et post traitement, à la prise de plaisir du patient durant les séances et au développement d’une activité physique liée à une participation sociale à long terme. Dernier point, ils soulignent le besoin de renforcer les liens entre le monde universitaire et celui de la santé et interpellent le lecteur sur l’hétérogénéité des formations APA qui défavorise les étudiants.

Cet article fait aussi l’état de quelques points discutables. Ceux-ci utilisent le terme de concertation entre médecin et EAPA. L’article n’insiste pas assez sur le place de l’EAPA dans une visée pluri et multidisciplinaire en SSR. Les points de vue sont parfois plus partisans que scientifiques : Les activités physiques adaptées ont fait la preuve de leur efficacité en matière de santé [13] and [14]. Des explications sur l’éducation thérapeutique semblent nécessaires, a-t-on réellement l’obligation de se former à l’ETP, lorsqu’on a un Master APA et un mémoire professionnel sur le changement de comportement à l’AP chez le malade chronique ? Les auteurs présentent les travaux d’Ekkakis sur le plaisir perçu. Malgré ces revues de littérature, les études en population clinique sont peu nombreuses.

 Vous l’aurez compris, foncez lire cet article et faîtes le connaître. Pour conclure avec une phrase de l’article :

“Le processus d’intégration des enseignants en APA dans le domaine de la santé est engagé et ne reviendra pas en arrière.”